Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 22:34
Victorin Lurel tacle Nicolas Sarkozy
Hier, le président du conseil régionakll , quoique retenu par les négociations en préfecture avec Liyannaj kont pwòfitasyon, a trouvé le moyen de réagir après la passage de Nicolas Sarkozy sur les ondes.
« Le président de la République n’a pas un mot pour la Guadeloupe, département en grève générale depuis 17 jours », a noté, hier, Victorin Lurel, après l'intervention du chef de l'Etat.
« Je déplore vivement que le président de la République, Nicolas Sarkozy, en 90 minutes d’émission, n’ait pas trouvé quelques secondes pour dire un seul mot de la situation en Guadeloupe, paralysée depuis 17 jours par un mouvement social de grande ampleur contre la vie chère. Malgré des questions sur la crise, le pouvoir d’achat et les mouvements sociaux, ce silence du chef de l’Etat est tout simplement choquant et stupéfiant, impensable si un territoire hexagonal avait connu pareil blocage », accuse le député guadeloupéen.
« Ce silence est également méprisant, poursuit-il, au moment où ce territoire de la République traverse une crise sociale de très grande ampleur, générée par la politique gouvernementale qui, en Guadeloupe et en Martinique, comme dans l’Hexagone, accuse-t-il, mine le pouvoir d’achat des ménages, casse les services publics, et démontre son impuissance à réguler monopoles et oligopoles pour faire baisser les prix des biens et des services essentiels. »
Victorin Lurel rappelait : « Au moment où la Martinique se mobilise en masse et au moment où sont engagées en Guadeloupe des négociations cruciales entre le secrétaire d’Etat à l’Outre-mer, les socioprofessionnels, les collectivités locales et les représentants du collectif des associations et syndicats mobilisés, ce silence ne laisse pas d’inquiéter sur la volonté réelle du gouvernement de formuler des réponses concrètes aux difficultés que connaît l’archipel. »
Et de souligner, pour la énième fois, comme une antienne : « Je rappelle que les collectivités locales de Guadeloupe sont, pour l’heure, les seules à avoir engagé 54 millions d’euros de crédits nouveaux pour répondre à l’urgence sociale, tandis que gouvernement n’a toujours pas indiqué clairement les efforts financiers qu’il était disposé à consentir. »
A.-J. V.

Partager cet article

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens