Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 01:46
INDISCRETIONS
Lucette
Où est donc passée Lucette Michaux-Chevry qu'on n'entendait plus depuis sa fine analyse de la méthode de travail du préfet, lors de la dernière réunion de négociations au WTC ? On l'a vu à Petit-Bourg où elle a monté l'attelage Eric Jalton/Jeanny Marc/Guy Losbar, sous la houlette bienveillante — et efficace — de Dominique Larifla. Pour déquiller Victorin Lurel. On l'a vue, jeudi, à la table des négociations, en préfecture, pour saluer le travail d'Yves Jégo, « en ce moment historique. »

Eric
Eric Jalton se sent des ailes. Il peut. Quoique les observateurs habituels aient trouvé sa diatribe anti-Desforges détestable, il a obtenu, au WTC des applaudissements nourris... Qui se répercutent,  semble-t-il, en ce moment, dans la population. C'est qu'au yeux d'une frange de cette population, c'est devenu celui qui a remis le préfet à sa place. Une sorte de vengeur de certaines avanies. Bref, celui qui a été reçu comme un ami par Yves Jégo et le préfet Desforges, en début de semaine, a le vent en poupe. Bien joué, l'artiste !

Victorin
Mal, très mal. Un politique clamait jeudi, en public, à qui voulait l'entendre, qu'on est « en train de s'occuper du cas Lurel. » Qu'il è n'en a plus pour longtemps », qu'il a « fait un pas de clerc en promettant des sous qu'il n'a pas », etc. Bref, comme il le laissait entendre au début de la mobilisation de Liyannaj, il y a quinze jours (bientôt trois semaines), Victorin Lurel est victime d'une sorte de complot à plusieurs ramifications. Externes et internes... Pas besoin d'être parano pour s'en rendre compte. Reste qu'il semble que la Commission Balladur de réforme des institutions soit partisane d'élections régionales repoussées dans le temps. En 2011 ? D'ici là, s'il manœuvre bien, M. Lurel peut espérer sauver sa peau. A moins que l'assemblée unique vienne tout balayer au profit non de Gillot, non de Lurel, mais d'une troisième personne. Jeanny Marc se verrait bien dans le rôle.

Jacques
Qu'en dit Jacques Bangou, qui vient, d'un trait de plume, de perdre deux millions d'euros que la Région mettait à la rénovation du centre des arts ? Car, Victorin Lurel et son staff ont différé (?) la plupart des chapitres financiers consacrés à la culture et au soutien aux sports (Adieu Transat Belle-Ile en mer/Marie-Galante !). Sauf le Festival des musiques créoles de la Caraïbe. Mais, ça c'est un bébé Lurel !

Blaise
L'intervention de Blaise Aldo, conseiller régional et maire de Sainte-Anne, mercredi, restera dans les annales. Pourquoi ? Tout d'abord parce que M. Aldo, barbe en pointe, a souligné qu'il n'était pas possible de voter, prise de position relayée immédiatement par une radio locale... alors que le président Lurel avait déjà dit, en tout début de plénière extraordinaire, qu'il n'y aurait pas de vote... puisque les documents n'avaient pas été distribués en temps voulu aux élus.
Et puis, autre raison de retenir cette intervention c'est que Blaise Aldo n'avait plus mis les pieds à la région... depuis 2004 !

Alain
Mais qui ficelle les dossiers économiques de Liyannaj kont pwòfitasyon ? Sûrement Alain Plaisir, auteur d'un remarquable ouvrage économique, paru aux Editions Nestor il y a deux mois, dont le titre est Conquête du marché intérieur (guadeloupéen). Dans ce document de deux cents pages, qu'a vraisemblablement parcouru Yves Jégo, il y a toutes les curiosités économiques relevées par Elie Domota dans sa diatribe contre les pwòfitè.

Victorin
Victorin Lurel s'est insurgé sur « les propos racistes » proférés par un béké martiniquais dans une émission diffusée par Canal +, Les derniers maîtres de la Martinique. « Ces propos d'une extrême gravité, affirme le président Lurel, peuvent relever des tribunaux et conduire à des sanctions pénales. » Le Guadeloupéen espère que « ces propos seront condamnés par des représentants de cette communauté » (martiniquaise). Nous aussi. On peut rêver !

Nicolas
Nicolas Sarkozy n'a pas eu un mot, dans son intervention télévisée, ce jeudi, sur la situation en Guadeloupe. Les journalistes, dont certains comme David Pujadas, débutent, chaque soir, leur journal par quelques images et quelques mots sur la Guadeloupe en crise, n'ont pas eu un mot, une question relative à celle-ci. Alors qu'on a parlé longuement, au cours des 90 minutes de l'émission, de pouvoir d'achat, de situations intolérables en métropole. Pour eux, Guadeloupe connaît pas, m'en fout. Y'a de quoi réfléchir.
André-Jean VIDAL

Partager cet article

Repost 0

commentaires

stacey 06/02/2009 16:09

J'ai lu et je pense chercher le livre de Alain Plaisir:"Conquête du marché intérieur"
Ce pourrait être intéressant.
Ca chauffe mais comme d'habitude, les élus usent leur énergie dans des querelles intestines, je parle des regroupements dédiés à faire tomber la tête d'autres, pendant un moment pareil. On ne pense qu'à soit encore une fois casser les autres et se mettre en avant.
L'heure est à la remise en question de soi justement, et à l'avancée main dans la main pour un intérêt commun, chose que tout un chacun devrait souhaiter, enfin...
Faisons une trêve dans la gueguerre qui depuis trop longtemps consiste à mettre des bâtons dans nos propres roues.
L'intérêt général doit être avant tout autre chose au goût du jour !!
Encore un effort...
PS: Pour le titre INDISCRETIONS 06/02/09 plutôt que INDISCRETIONS 07/02/09.

Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens