Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 01:12
PROPOS CHOISIS

Elie Domota, porte parole du Collectif liyannaj
Fò nou ni répons pozitiv anlè lé pwen rivandikasyon. Nou détèminé.

Sé patwon ègzijé léta bay lajan.

Nous ne voulons plus de négociations mais des réponses.

Jacques Gillot, président du conseil général
Il fallait montrer sa colère vis-à-vis de ce choc (le départ d'Yves Jégo). L'Etat semblait nous avoir entendus. Après une nuit complète, le ministre part. Prévenu une heure avant la réunion, on a l'impression d'être méprisé. Mais, on n'a pas l'intention de tout casser.

Dire que je veux la Guadeloupe morte, c'est pour montrer ma désapprobation. M. Jégo n'a quand même pas pris un taxi pour aller de Paris à Courbevoie !

J'ai rencontré le préfet, M. Domota, M. Lurel. Nous sommes dans un département français. il faut que l'Etat joue son rôle.

Du calme, de la dignité, de la détermination pour que l'Etat nous prenne au sérieux.

Christophe Louis, président de la Cgpme
80 % des entreprises de Guadeloupe n'ont pas les moyens de donner 200 euros de plus aux salariés. Il faut le soutien de l'Etat. Il y a une impossibilité technique que nous n'avons pas trouvée le moyen de répondre.

M. Jégo a agi de façon cavalière de partir que nous ne comprenons pas. La situation est dramatique.

Victorin Lurel, président du conseil régional
M. Jégo m'a déçu. J'ai été le dernier à le voir, dimanche matin. Il m'avait dit qu'il se faisait fort d'avoir l'accord de Matignon pour ce qui est des mesures à prendre et des financements. Il est parti, comme ça, sans prévenir. Seulement trois quarts d'heure avant le début de la réunion où nous devions nous retrouver. Nous voulons une mobilisation qui préserve le pays. Nous voulons de la détermination, mais aussi la paix.

M. Jégo est condamné à revenir avec des solutions à la hauteur des attentes de la population. Il en va de la crédibilité de l'Etat en Guadeloupe.

Yves Jégo a compris la situation, il a pris conscience des réalités de la Guadeloupe. Il a été étonné, je le sais. Il a compris que le problème était compliqué.

Lucette Michaux-Chevry, sénateur
Les choses vont se débloquer. Il faut rester optimistes malgré la situation difficile. Il y a une incompréhension entre la France et l'Outre-mer. Nous sommes sous un régime de droit commun que nous avons voulu. Le gouvernement est dans une situation difficile. Il faut que les collectivités demandent l'expérimentation pour que le système de calcul des bas salaires soit différent de celui de la France hexagonale.

Il y a des problèmes en Outre-mer. Tout bouge et il faut faire un point général de la situation.

Partager cet article

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens