Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 21:30
Jégo attendu sur l'île, le collectif annonce un durcissement
    
François Fillon a décidé mardi, après trois semaines de crise en Guadeloupe, de renvoyer sur place le secrétaire d'Etat Yves Jégo, et a refusé que l'Etat finance les augmentations réclamées des bas salaires, tandis que le collectif LKP promettait un durcissement.

« L'Etat ne saurait, à l'évidence, se substituer aux partenaires sociaux dans les responsabilités qui leur reviennent », a déclaré le Premier ministre après une réunion à Matignon.
Après trois semaines de grève générale en Guadeloupe, et alors que la Martinique est à son tour touchée depuis six jours, le chef du gouvernement a ainsi opposé une fin de non-recevoir à la demande du patronat guadeloupéen de voir l'Etat financer la hausse réclamée de 200 euros sur les bas salaires.
M. Fillon a indiqué que « par contre, (l'Etat) entend tout faire pour faciliter le rapprochement des points de vue par un véritable dialogue en proposant une médiation ».
Il a également admis que la question des salaires était « d'une sensibilité particulière aux Antilles, en raison du coût de la vie ressenti par de nombreuses familles modestes ».
Elie Domota, dirigeant et porte-parole du LKP, a annoncé la poursuite « et le renforcement » de la grève générale.
Les différents syndicats de l'énergie, de l'eau et du port, tous membres du LKP, ont aussi annoncé un durcissement de la grève générale dans leurs secteurs pour les jours à venir. Des coupures d'eau et d'électricité sont possibles.

Fillon a eu peur de la contagion
M. Fillon a « peur de la contagion » dans les autres DOM, a estimé M. Domota, avant d'accuser avec véhémence le Premier ministre de s'être « adressé au Medef », lequel « ne veut pas dépenser un centime et qui exige de l'Etat qu'il leur donne de l'argent pour nourrir les nègres ».
M. Jégo était attendu à partir de mercredi de retour en Guadeloupe. il devait également aller en Martinique, et reviendra à Paris au plus tard vendredi pour le conseil des ministres.
Il va « installer » les deux médiateurs désignés par le gouvernement, le directeur général adjoint du travail, Jean Bessière, et Serge Lopez, directeur général du travail d'Aquitaine, pour tenter de trouver un accord salarial entre le collectif LKP et le patronat.
M. Fillon a aussi indiqué avoir « validé » plusieurs points acquis par M. Jégo pendant son séjour d'une semaine en Guadeloupe.
Il a mentionné à titre d'exemple le Revenu de solidarité active (RSA), qui sera bien effectif dans l'île dès 2009, la baisse du prix des carburants, la revalorisation de 20% des aides à la restauration scolaire, « qui bénéficiera à 250 000 enfants », et « une mesure au bénéfice des titulaires de l'allocation logement pour alléger le loyer restant à leur charge ».
« Tout ce qui a été annoncé, nous aurions déjà dû l'avoir, a répliqué Elie Domota, car nous étions discriminés ».
Selon l'entourage de M. Jégo, l'effort financier de l'Etat dépasse déjà 100 millions d'euros.
M. Fillon a enfin fortement invité  « tous les acteurs syndicaux, patronaux, et les élus » à reprendre le dialogue et  « bâtir leur avenir commun ».
Victorin Lurel, président socialiste du Conseil régional de la Guadeloupe, a exprimé sa  « très grande déception » après la déclaration de M. Fillon, « qui confirme le refus du gouvernement d'engager le moindre crédit nouveau pour répondre à la crise sociale dans l'outre-mer ».

Partager cet article

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens