Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2009 6 14 /02 /février /2009 02:39

La grève en Guadeloupe se poursuit, malgré les mesures de l'Elysée

Le président de la République a annoncé,, vendredi, la mise en place "sans délai", d'ici trois à quatre mois, d'un conseil interministériel de l'outre-mer. En Guadeloupe, cette annonce en fanfare n'a pas suffi à calmer le mouvement de colère. Le Collectif Liyannaj kont pwofitasyon (LKP), à l'origine du mouvement, prévoit toujours une manifestation ce samedi.

"Plus que jamais, l'Etat doit être juste, il n'est au service d'aucun groupe, d'aucune catégorie sociale. (...) La société antillaise a le sentiment aujourd'hui qu'elle n'est pas entendue", a déclaré M. Sarkozy. " C'est pour cette raison que je souhaite que l'on mette en place, comme je m'y étais engagé pendant la campagne présidentielle, un conseil interministériel de l'outre-mer, sans délai. Ce conseil se réunira, dans les prochains mois, pour faire des propositions sur la rénovation de la politique menée par l'Etat en outre-mer", a-t-il dit, soulevant, en Guadeloupe, un très profond scepticisme.

Dans son intervention, diffusée ensuite sur le site de l'Elysée, M. Sarkozy promet d'aborder les revendications sur la répartition des richesses lors de la réunion prévue le 18 février avec les représentant des confédérations syndicales nationales.

Négociations au point mort

Les négociations en Guadeloupe entre syndicats et médiateurs sont au point mort, selon Elie Domota, porte-parole du collectif LKP qui précise que les discussion ne reprendront qu'à condition que l'Etat signe le pré-accord élaboré dimanche avec le patronat. Ce document prévoit une hausse de 200 euros des bas salaires, que le premier ministre a retoqué.

"Il est surprenant que M. Sarkozy se réveille après quatre semaines de conflit dans un département français, s'est par ailleurs exclamé M. Domota. En métropole, le gouvernement se serait mobilisé dès le lendemain matin." Pas question, semble-t-il que le président ou le premier ministre se rendent aux Antilles. Le secrétaire d'Etat à l'outre-mer, Yves Jégo, ne programme pas de nouveau voyage non plus, après une semaine passée en Guadeloupe et une journée en Martinique. M. Domota affirme que M. Jégo a cautionné ce pré-accord sur les salaires. Ce que dément M. Jégo.

Interrogé sur France 2, le secrétaire d'Etat est revenu sur cette crise qui s'amplifie depuis vingt-quatre jours. A ses yeux, " Personne n'a vu venir la situation en Guadeloupe", affirme-t-il. Pour régler la situation, il a fait appel à la responsabilité des six représentants des organisations patronales et des six représentants des organisations syndicales.
"Il faut que les hommes et femmes de bonne volonté arrivent à un accord, maintenant qu'il y a des réponses sociales de la part de l'Etat et des collectivités".

Partager cet article

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens