Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2009 2 17 /02 /février /2009 19:08
La Guadeloupe reste mobilisée, après une nuit de violences

La Guadeloupe reste mobilisée, ce mardi, au 29ème jour d'une grève contre la vie chère qui paralyse l'île et son activité économique, avec des barrages improvisés et une fermeture temporaire de l'aéroport, après une nuit de violences.

L'aéroport de Pointe-à-Pitre, fermé mardi matin par mesure de sécurité face au manque de personnel, a rouvert à la mi-journée, selon la direction.
Plusieurs routes étaient toujours coupées par des barrages, dont un grand nombre étaient improvisés par des riverains, répondant ainsi à l'appel du collectif LKP, meneur de la grève, au renforcement de la mobilisation.
A proximité des grands axes ou sur des petites routes, à Grande-Terre mais aussi en Basse-Terre, des manifestants ou des riverains utilisaient toutes sortes d'objets (frigos, troncs d'arbre...), rendant très difficile la circulation sur l'île.
A Gosier, des mamans et leurs enfants dansaient avec des foulards rouges à côté d'un barrage dressé près d'une école maternelle, au cri de « la Guadeloupe c'est à nous, la Guadeloupe c'est pas à eux », ont constaté des journalistes.
A Chauvel, un quartier populaire des Abymes, limitrophe de Pointe-à-Pitre, la carcasse d'une voiture était en feu peu après 10 heures. Une vingtaine de jeunes s'employaient à couper des arbres avec des machettes pour édifier un barrage.

Olivier Besancenot débarque

Dans la nuit de lundi à mardi, où jeunes et forces de l'ordre ont échangé tirs lacrymogènes et jets de pierre, 18 personnes ont été interpellées, a-t-on indiqué de source préfectorale.
Les sapeurs-pompiers ont décompté au matin une soixantaine d'interventions durant les 24 heures écoulées à Pointe-à-Pitre, sur des barrages ou carcasses de voitures en feu, et dans deux magasins de la ville incendiés, dont l'un appartenait à un béké, descendant de colons blancs.
Le préfet de Guadeloupe, Nicolas Desforges, a indiqué avoir appelé le leader du LPK Elie Domota, pour évoquer avec lui un « appel au calme » après les incidents et pillages. M. Domota pour sa part s'est dit « toujours ouvert au dialogue », tout en estimant les incidents prévisibles.
Les touristes tentent de s'adapter et la famille Drye, originaire du Maine-et-Loire, profitait mardi de la piscine de son hôtel, faute de pouvoir se déplacer. La maman Christine en veut surtout à son voyagiste : « il y a deux semaines, ils ont refusé de changer notre destination, expliquant que tout allait bien... »
Sur le front des négociations, rien de nouveau n'a émergé. A Paris, le secrétaire d'Etat à l'Outre-Mer a réaffirmé avoir été chargé par le Premier ministre de « faire un plus en matière de charges sociales ».
La sénatrice Lucette Michaux-Chevry a proposé mardi aux élus de Guadeloupe de constituer « un front uni » face à Nicolas Sarkozy, qui doit recevoir jeudi à l'Elysée des élus de tous les départements d'Outre-Mer.
Quant à Olivier Besancenot, le leader du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) qui espère une extension du mouvement en métropole, il doit se rendre vendredi en Guadeloupe, puis en Martinique.


Partager cet article

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens