Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2009 4 19 /02 /février /2009 13:36
La Guadeloupe attend la rencontre Sarkozy-élus
    
La Guadeloupe est aujourd'hui au rendez-vous des élus d'Outre-mer avec Nicolas Sarkozy.
La nuit de mercredi à jeudi a été encore marquée par des violences, dont l'attaque da la mairie de Sainte-Rose, l'incendie de deux restaurants restaurants, des pillages de magasins à Pointe-à-Pitre.


François Fillon a promis ce jeudi matin que le gouvernement ferait des propositions s'approchant au plus près de la revendication du Collectif Liyannaj kont pwòfitasyon des 200 euros pour les bas salaires.
Victorin Lurel l'a immédiatement jugée insuffisante et demande au gouvernement de faire un réel effort pour que le calme revienne en Guadeloupe.
La nuit a été chaude.
Près de 500 membres des forces de l'ordre, contre 350 la veille, ont été déployés cette nuit, dont cinq escadrons de gendarmerie, a précisé aux premières heures de la amtinée le préfet Nicolas Desforges.
Les forces de l'ordre ont été victimes de tirs à balles réelles tirées par des fusils de chasse, depuis le barrage du Gosier, l'un des deux points chauds depuis le début des blocages durs avec La Boucan/Sainte-Rose.
A Sainte-Rose, la mairie a été visitée, « mais pas saccagée », selon le maire, Richard Yacou. De nombreux commerces du bourg ont été vandalisé, pillés, dont la supérette.
Une opération de dégagement a été lancée vers 2 heures par le colonel Christian Fritsch, de la gendarmerie, à partir de deux hélicoptères qui ont déposé une trentaine de gendarmes sur place.
Au début de la journée, les forces de l'ordre ont repris le contrôle de la ville.
Le bilan de la nuit est de cinq établissements incendiés, deux magasins importants, deux restaurants et un concessionnaire automobiles. Les sapeurs-pompiers sont intervenus à 28 reprises, essxuyant, souvent, des jets de pierres.
Trente-neuf interpellations ont été opérées, selon le préfet Nicolas Desforges.
Les deux nuits précédentes ont été été marquées par des violences graves et la mort par balle de Jacques Bino — une marche silencieuse lui a été dédiée, mercredi soir, à Pointe-à-Pitre —, un syndicaliste membre du LKP .
Jacques Bino a été atteint d'une balle à la poitrine. M. Fillon a qualifié l'acte de « crime commis par des délinquants ».
« Il s'agissait d'une balle qui sert à chasser les sangliers. C'était un lieu où il n'y avait pas de forces de l'ordre. L'enquête dira les choses, mais les forces de l'ordre ne sont pas du tout impliquées dans cette opération », a poursuivi M. Fillon.
Elie Domota, leader du LKP, a émis des doutes sur cette version officielle.
« On demande à la justice de mener une enquête approfondie pour réellement définir ce qui s'est passé parce que les circonstances sont encore troubles », a-t-il affirmé.
Le LKP devrait manifester ce jeudi matin.
André-Jean VIDAL

Partager cet article

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens