Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2009 4 19 /02 /février /2009 19:03
Sarkozy pour une collectivité unique par DOM si les populations l'acceptent

Le chef de l'Etat devrait venir en Guadeloupe « sitôt la crise finie ».


Le président Nicolas Sarkozy a affirmé qu'il était favorable à la création d'une collectivité unique par département d'outre-mer, si c'est le choix des populations, en recevant jeudi les élus ultramarins, selon l'Elysée.
« Je considère que la question de l'évolution institutionnelle n'est pas un tabou, même si ce n'est pas à mes yeux forcément une priorité. Je suis favorable à la création d'une collectivité unique par département, si c'est le choix de la population », a affirmé M. Sarkozy.
Il a rappelé que la création de collectivités uniques, regroupant dans chaque DOM, département et région, avait été rejetée lors des référendums de 2003 en Martinique et Guadeloupe.
Selon le chef de l'Etat, « dans certains territoires, on souhaite une collectivité unique ou des habilitations législatives plus larges dans le cadre de l'article 73 de la Constitution (ndlr: relatif aux départements), dans d'autres cas, l'accès au régime d'autonomie de l'article 74 de la Constitution (ndlr: relatif aux collectivités d'Outre-mer, comme la Polynésie française). »
« Là encore, rien n'est tabou », a insisté M. Sarkozy.

Sarkozy dénonce l'assassinat du syndicaliste LKP et veut ramener la paix
   
Nicolas Sarkozy a dénoncé jeudi l' « assassinat » du syndicaliste du LKP en Guadeloupe et assuré qu'il avait « le devoir de ramener la paix civile au plus vite » dans l'île, dans une intervention liminaire devant des élus d'outre-mer rendue publique par l'Elysée.
« Il est inadmissible qu'un syndicaliste ait été tué. Il s'agit d'un asassinat. Cet acte odieux n'a rien à voir avec la crise sociale », a déclaré M. Sarkozy devant les élus ultra-marins.
« Aujourd'hui, nous avons le devoir d'entendre nos compatriotes et nous avons, dans le même temps, le devoir de ramener la paix civile au plus vite. La liberté des Guadeloupéens et des Martiniquais est entravée, cela ne peut plus durer », a-t-il poursuivi.
« Il n'est pas question de tolérer que, dans un Etat de droit comme la France, la vie de nos compatriotes soit mise en danger. Nos compatriotes attendent que l'Etat les protège », a insisté Nicolas Sarkozy.

Partager cet article

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens