Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2009 7 01 /03 /mars /2009 13:11
VA-T-ON REPRENDRE LE TRAVAIL LUNDI ?

L'Etat a appelé à la fin de la grève générale en Guadeloupe dès lundi, estimant que les revendications principales sont satisfaites, une demande mal reçue par les partenaires sociaux, alors que la vie quotidienne continuait de s'améliorer dans l'île dimanche, après quarante jours de mobilisation et de grève générale.

Après presque six semaines de paralysie, le préfet Nicolas Desforges a lancé, samedi soir, un appel « solennel ». Il a affirmé fermement que l'essentiel des revendications du collectif intersyndical Liyannaj kont pwòfitasyon (LKP) était acquis, notamment la plus emblématique, la hausse de 200 euros des bas salaires (accord signé jeudi avec une minorité d'organisation patronales).
Il a réclamé, après le recteur Dever que la rentrée des classes ait lieu ce lundi. Pour une réception effective des enfants mardi.
Il a de même assuré que plusieurs autres revendications prioritaires étaient satisfaites, donnant pour exemple la baisse des prix de l'essence et des cent produits de base, demandée, le gel des prix des loyers, etc.
Elie Domota, porte-parole du LKP a qualifié « tout à fait cavalier et irrespectueux » l'appel du préfet.

L'accord partiel... étendu ?

L'accord sur les salaires est toujours au cœur d'un véritable imbroglio, le Medef et plusieurs autres organisations patronales majoritaires (80% des activités de l'île) refusant toujours de le signer.
Les médiateurs du gouvernement, dont la mission s'achève ce week-end, ont eux-mêmes reconnu « la faiblesse" de cet accord partiel ».
S'il n'y a pas rapidement un déblocage du dialogue avec des discussions Médef-LKP, la balle pourrait se trouver rapidement dans le camp du gouvernement, d'autant qu'Elie Domota a annoncé son intention de demander au ministère du Travail « d'étendre à toutes les entreprises de Guadeloupe l'application de l'accord ».
Le président du Medef Guadeloupe, Willy Angèle, a immédiatement réagi : « On est encore en République française. Ce serait vraiment extraordinaire d'étendre un accord signé par des organisations professionnelles largement minoritaires, dont une ou deux affiliées au LKP ».
Le patron des patrons dans l'île s'est aussi interrogé sur la pérennité d'un accord prévoyant que la contribution de 100 euros de l'Etat à la hausse de 200 euros des bas salaires cessera dans deux ans.
Cependant, le ministère du Travail a toute latitude pour dire que l'accord partiel est valable et doit s'appliquer à toutes les entreprises de l'île...
Depuis vendredi, de plus en plus de commerces lèvent leurs rideaux un peu partout dans l'île. La plupart des stations-service sont ouvertes.
André-Jean VIDAL



Domota fâché

« Je suis très surpris, car le préfet était tranquillement assis en train de négocier avec nous sur la baisse des produits de première nécessité. Il s'est levé. C'est là que nous nous rendons compte qu'il tient une conférence de presse où il annonce la fin de la grève. Nous trouvons ça particulièrement cavalier dans la mesure où il devait nous donner des réponses qu'il ne nous a pas données. Cela nous paraît tout à fait cavalier et irrespectueux pour les personnes qui étaient dans la salle dans la mesure où cela faisait deux jours que nous discutions », a déclaré M. Domota.



Le meurtrier présumé du syndicaliste Jacques Bino a été mis en examen puis écroué


Ruddy Alexis est un Guadeloupéen de 35 ans. Il s'est rendu jeudi. Ce serait le meurtrier présumé du syndicaliste CGTG des impôts Jacques Bino dans la nuit du 17 au 18 février, cité Henri-IV à Pointe-à-Pitre. Il a été mis en examen samedi soir pour meurtre et tentative de meurtre et écroué.
Ruddy Alexis est sans emploi régulier. Il a déjà condamné à trois reprises pour violences et faits de violences.
Il était sur un barrage quand il a cru, en voyant le véhicule conduit par M. Bino, que c'était une voiture banalisée de la brigade anti-criminalité (Bac), aperçue quelques minutes auparavant et qui avait essuyé plusieurs tirs.
Des munitions du même type et de la même marque que la balle à ailettes de type Brenneke et de calibre 12 qui a mortellement atteint le syndicaliste auraient été retrouvées en grand nombre au domicile du tireur présumé.
Selon le procureur de la République, des témoignages recueillis au cours de l'enquête décrivent « une personne en train de tirer, très posément, en épaulant son arme ».

Partager cet article

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens