Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2009 4 05 /03 /mars /2009 00:28
Martinique: une première entreprise mise en "lockout"

Une entreprise de matériaux de construction est la première en Martinique à s'être mise mercredi après-midi en "lockout", autrement dit une fermeture volontaire entraînant une suspension des contrats de travail des salariés, ont indiqué le Medef local et l'entrepreneur.

"On a réuni les délégués du personnel cet après-midi et j'ai annoncé aux personnels la procédure", a déclaré à l'AFP Olivier Despointes, dirigeant de BATIR, qui compte 45 salariés "tous non grévistes".
Le magasin de matériaux et de bricolage qui se trouve à Trinité (à 20 km de Fort-de-France sur la façade atlantique) ainsi que la zone industrielle où se trouvent les stocks sont bloqués par des barrages du syndicat CGTM dont M.Despointes a dénoncé les "violences et menaces".
La procédure de lockout, très encadrée juridiquement, n'est utilisable qu'en cas de force majeure et il faut prouver par voie d'huissier qu'il est impossible de travailler, selon le Medef.

« Quand il vous manque 1 million de trésorerie »

Depuis le début du mouvement social entamé le 5 février, "on a fait zéro chiffre d'affaires, notre entreprise se trouve en situation de cessation de paiement. On a réussi à payer les salaires de février mais on ne peut pas s'engager sur les salaires de mars", a affirmé M. Despointes.
Olivier Despointes a assuré disposer de "plaintes à la gendarmerie, d'un rapport d'huissier, de photos et d'un film sur les blocages et les personnes qui ont vidé le magasin de ses clients et des personnels".
"On a toujours souhaité travailler, on a une super ambiance dans l'enteprise, mais quand il vous manque 1 million de trésorerie, pas de chiffre d'affaire et des échéances de fournisseurs, de banques, de charges d'exploitation, on ne peut plus faire face et ça va très vite", a-t-il conclu.
Selon le Medef de Martinique, "une dizaine d'autres entreprises envisagent également d'entamer un telle procédure"
L'organisation patronale demande, par ailleurs dans un communiqué, "la levée des barrages" et déplore que le Collectif du 5 février "joue l'enlisement et refuse de sortir du conflit" malgré un accord cadre sur les salaires signé dans la nuit de lundi à mardi.

Partager cet article

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens