Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 17:01
INTERVIEW
Anne-Marie Clerc et Georges-Claude Grimonprez, de la troupe Courtes Lignes

 « Devinez qui ? »
La troupe Courtes Lignes va jouer, en milieu de semaine prochaine, Devinez qui ?, adaptée d'un texte de la romancière anglaise Agatha Christie.

Vous entamez votre 11e saison. Qu'est-ce qui a changé depuis vos débuts avec Courtes Lignes ?
C'est effectivement notre 11e saison avec Courtes lignes, mais c'est notre 30e saison de théâtre en Guadeloupe depuis nos début avec Thalia. Aujourd'hui, nous pouvons dire que nous avons eu le plaisir de compter parmi nos membres plus de 30 comédiens, dont certains sont devenus professionnels. Toutes ces années nous ont apporté à la fois une maturité et une amplitude : le bonheur de partager notre passion avec un public de plus en plus élargi et varié. Les séances pour le public scolaire sont extrêmement gratifiantes : les comédiens un peu inquiets au départ, terminent la pièce heureux d'entendre les réactions des élèves qui participent à leur jeu.

« Il est toujours enrichissant de mettre en scène un auteur de talent »

Vous avez cassé la baraque avec des comédies, brûlé la scène avec des pièces de boulevard. Les intrigues policières maintenant...
Nous essayons chaque année de renouveler un défi : changer de style. Visiter les méandres du théâtre. Eviter de se complaire dans un seul genre. Bien sûr nous avons notre "patte" et l'humour est une constante. Certaines comédies sont aussi des "dramatiques". Nous en avons joué une sur le thème de l'intolérance religieuse. "Douze hommes en colère" parle de préjugés et pose le problème de l'exercice du pouvoir de justice. Quelques vaudevilles de qualité (Feydeau, Ray Cooney) n'ont pas empêché "Potins d'enfer" d'évoquer la vie après la mort et la nécessité de mieux se parler pour mieux se connaître. Tout un chacun peut s'y retrouver, quelque soit la nature du public.

La pièce que vous avez le plaisir et l'avantage... de répéter en ce moment est tirée de l'œuvre d'Agatha Christie. Est-il difficile de mettre en scène cet écrivain britannique un peu suranné ?
Il est toujours enrichissant de mettre en scène un auteur de talent. On trouve dans l'écriture un substrat qui nourrit l'interprétation. D'ailleurs nous avons sélectionné la version très actuelle de Sébastien Azzopardi, nominé aux Molières comme meilleure adaptation 2004.  De plus, la mise en scène situe l'action en 1960.

« Tous les talents sont les bienvenus »

Qui fait vos décors et vos costumes ?
Nous-mêmes, nou menm : la scénographie est élaborée par le metteur en scène qui réalise la première esquisse des décors. Puis toute la troupe participe à leur construction. Chacun apprend ainsi à manier pinceau, scie circulaire, perceuse et machine à coudre... sans compter la responsabilisation de tous et l'apprentissage du partage des tâches. L'envie de faire avancer le bateau ensemble !
Les costumes sont — en fonction des pièces — très souvent l'oeuvre de Mme Rollé.

Quel est le choix de vos comédiens ? Il semble que vous laissiez de plus en plus la place à de jeunes talents dans des premiers rôles.
Il n'y ni ségrégation, ni sectarisme : tous les talents sont les bienvenus. Nous recevons des appels ou des messages de personnes intéressées par le théâtre. Casting de juin à septembre si la distribution (le nombre de personnages de la pièce) nécessite de nouveaux comédiens. Tant mieux s'ils sont jeunes, nous pouvons mieux les former et leur laisser en effet toute possibilité de s'exprimer. La distribution des rôles se fait en tenant compte des aspirations et des possibilités de chacun. Nous rappelons bien souvent qu'il n'y a pas de "petits rôles", que chaque pièce du moteur est essentielle.

Comment se passent les répétitions ?
En Juin, nous lisons la pièce choisie et établissons une première distribution. Pendant les deux mois suivants, les comédiens sont invités à mémoriser le texte. La mise en scène  est élaborée.
Début septembre commencent les lectures, l'analyse des personnages. Les répétitions hebdomadaires se transforment vers Noël en ateliers quasi-quotidiens. Juste avant les représentations, la tension monte, le stress est à son paroxysme.

« Les 18, 20 et 21 mars à Lamentin »

Vous avez annulé plusieurs représentations, actualité mouvementée oblige. Comment allez-vous gérer votre planning ? Où allez-vous jouer, quand ?
Nous avons dû nous adapter à l'actualité et renoncer aux deux représentations du Moule et à trois représentations au Ciné-Théâtre de Lamentin, ainsi qu'aux deux séances pour les scolaires. Pour l'instant nous prévoyons de jouer les 18, 20 et 21 mars à Lamentin, à l'Auditorium de Basse-Terre les 27 et 28 mars et enfin les 3 et 4 avril au Centre culturel Sonis, aux Abymes. Nous avons peu de temps devant nous et comptons beaucoup sur les médias presse, TV et sur notre mailing pour faire connaître nos dates aux spectateurs.

Vous produirez-vous en Martinique prochainement ?
Oui,cela fait sept ans maintenant que nous jouons en Martinique et spécialement depuis deux ans au Festival de Théâtre Amateur de Fort de France. Nous avons été à la base de la création par Michèle Césaire de ce festival. Nous tenons à y participer, d'autant qu'il s'agit là d'un moment privilégié de vacances pour tous les acteurs et le régisseur. Il est vrai que cette année les circonstances seront particulièrement  difficiles, surtout en raison de difficultés financières dues à la défection de la majorité de nos sponsors tant guadeloupéens que martiniquais. Pourvu que les spectateurs soient au rendez-vous !


Points de vente
Lamentin : ciné-théâtre, réservations au 0590 99 18 11 et Points cadres Destreland
L'Auditorium : réservation : 0590 80 56 87
Centre culturel de Sonis : réservation : 0590 48 19 29


Suspense
Pièce policière écrite par Agatha Christie inspirée de son très célèbre roman « Les dix petits nègres » et adaptée d’une façon moderne par Sébastien Azzopardi, sélectionné pour cette pièce dans la catégorie « Meilleure adaptation » aux Molières 2004.
L’action se passe en 1960 sur l’île du Chat, perdue dans l’Atlantique à une heure des côtes anglaises. Les huit invités de M. et Mme Lenny,  propriétaires de cette magnifique demeure face à la mer, s'installent, accueillis par deux domestiques. Ces dix personnes qui ne se connaissaient pas au préalable vont vivre un cauchemar : accusées de meurtre par une voix mystérieuse, elles commencent à être assassinées  les unes après les autres selon l’ordre établi par une comptine enfantine. Où l’assassin se cache-t-il ? Chacun se suspecte. Les caractères se dévoilent, la tension augmente…

Partager cet article

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens