Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 22:35
Plénière au Département : des sous, des sous...

La première assemblée plénière de 2009 a permis, ce mardi, de procéder à la transcription budgétaire des engagements pris au nom du Conseil Général dans le cadre du mouvement social qu’a connu la Guadeloupe.
Voici l'intégralité du discours prononcé en ce moment (17 h 45), par Jacques gillot, président du conseil général.
A noter « l'hommage appuyé »... à Victorin Lurel...

Mesdames et messieurs 
Mes chers collègues,
 
Notre première assemblée plénière de 2009 nous conduit à procéder à la
transcription budgétaire des engagements que nous avons pris au nom du Conseil
Général dans le cadre du mouvement social qu’a connu la Guadeloupe.
 
Nul ne peut en effet contester le rôle fondamental joué par le Conseil Régional et le
Conseil Général qui ont été les premiers à formuler des propositions concrètes
favorisant la sortie de crise.
 
Et je tiens à cet égard à rendre un hommage appuyé et mérité à mon ami Victorin
LUREL, auquel j’associe l’ensemble des groupes politiques qui composent les
majorités de nos assemblées.
 
Dès le départ, nous avons apporté des réponses aux revendications posées par le
mouvement social dans nos domaines de compétences.
 
Chaque fois qu’il a fallu prendre des décisions, et souvent dans l’urgence, j’ai toujours
pris soin d’y associer les chefs de groupes politiques de la majorité départementale,
voire l’ensemble des élus de l’assemblée lorsque c’était possible.
 
Et lorsque les évènements nous ont conduits à faire évoluer ces propositions, en
dépassant le périmètre de nos compétences, nous avons pris nos responsabilités en
gardant le seul cap de l’intérêt général.
 
 
Mers chers collègues, 
Ce sont ces engagements qu’il nous appartient aujourd’hui de traduire
budgétairement au travers de la décision modificative soumise à votre approbation :
 
Il s’agit notamment de notre engagement à cofinancer pendant un an l’augmentation
des salaires compris entre 1 et 1,4 SMIC à raison de 25€ par salarié, pour un coût total
de 12M€, 
 
De la prise en charge d’une réduction de 20% du prix payé par les usagers du
transport interurbain de voyageurs pour un montant de 3M€, et de 
l’accompagnement du plan d’aide au départ mise en place par la CCSBT à
concurrence de 360000€,
 
Il s’agit de l’augmentation de 550 000€ du Fonds Social de Solidarité Logement, et de
l’attribution de 50 000€ au projet de création d’un bureau d’études ouvrières,
 
Ou encore de la baisse de 9% de la taxe d’habitation et de 7% de la taxe foncière sur
les propriétés bâties,
 
Dans tous ces domaines, le Conseil Général a assumé toutes ses responsabilités, en
effectuant, à périmètre budgétaire constant, un effort de plus de 25M€ qui nous
contraindra à réaffecter certains crédits votés au titre du Budget Primitif 2009,
comme le décrit le rapport soumis à votre approbation.
 
C’est cela, mes chers collègues, le sens des responsabilités !
 
C’est faire face en toute circonstance avec courage et dignité en projetant une vision
d’ensemble,
 
C’est savoir expliquer à nos compatriotes le champ du possible en exposant nos
contraintes,
 
Et c’est surtout pour nous, élus du peuple, remettre sans cesse en question nos
objectifs et nos stratégies en vue de trouver chaque jour la meilleure manière de
répondre aux aspirations de nos compatriotes.
 
Agir c’est bien mais toute action suppose une orientation, une dynamique allant en
direction d’un but, un système de valeurs.
 
Les nombreuses réflexions et prises de position ont ainsi montré, à l’évidence, qu’une
nouvelle donne est nécessaire et qu’en particulier, nous devons tout mettre en œuvre
pour panser les plaies et construire une nouvelle Guadeloupe autour d’un projet
fédérateur.
 
Quel modèle économique voulons-nous bâtir ?
 
Comment revisiter nos rapports sociaux ?
 
Quelle nouvelle gouvernance, quels moyens à utiliser pour atteindre les objectifs ?
Quelle Guadeloupe voulons-nous construire ensemble? 
 
Ce sont des questions qui engagent l’avenir de tout un peuple. 
 
Ce sont des questions que nous ne pouvons ni esquiver ni sous-estimer et encore
moins ignorer.
 
Oui, nous avons un défi à relever ensemble mes chers collègues pour reconstruire la
Guadeloupe! 
 
Un défi majeur : celui d’une refondation de notre action politique !
 
C’est la raison pour laquelle, dans le droit fil de l’engagement pris dès la fin d’année
dernière, je vous propose de réunir dès le mois prochain le Congrès des élus
départementaux et régionaux afin de débattre de la méthode qui favorisera
l’élaboration collective de ce projet de société pour une nouvelle Guadeloupe.
 
Il ne s’agira pas d’un Congrès de plus, mes chers collègues,
Il s’agira d’un Congrès fondateur de la Guadeloupe de demain.
Et si nous vous proposons d’abord de réfléchir sur la méthode et les stratégies, c’est
bien parce qu’il ne s’agit pas pour nous d’imposer un projet mais au contraire de faire
en sorte qu’il soit le résultat de la plus large consultation et de la plus libre
expression. 
 
C’est à dire que nous ferons le pari de l’intelligence collective pour réorienter le destin
de la Guadeloupe en ayant comme boussole la plus grande responsabilité possible
dans la prise en charge des affaires du pays.
 
Le mouvement social que nous avons connu est le symptôme d’une société meurtrie
par ses inégalités, ses cloisonnements et ses contradictions.
 
La Guadeloupe est un peuple mes chers collègues !
 
Un peuple qui vient des profondeurs d’une histoire qui l’a obligé, pas à pas, à
reconquérir son humanité et à se donner les armes de la dignité. 
 
Un peuple qui aspire à exister, à être reconnu, à habiter son destin, tout simplement. 
 
Il suffit de relire les interventions de personnalités politiques illustres comme
Hégesippe Légitimus, Paul Valentino, Gerty Achimède ou Frédéric Jalton mes chers
collègues.
 
Tous ces parlementaires ont interpelé vigoureusement les gouvernements successifs
afin qu’ils comprennent que l’enjeu n’était pas une assimilation truquée mais une 
émancipation responsable, loyale, salutaire, respectueuse des droits et des devoirs de
l’homme et du citoyen français. 
 
Alors oui mes chers collègues, comme j’ai eu l’occasion de l’affirmer la semaine
dernière à la tribune du Sénat, une refondation s’impose aujourd’hui. 
 
Cette refondation est en marche dans les consciences et commande que nous
revisitions le contrat social qui nous unit à ce territoire en bousculant les idées reçues,
les archaïsmes et les inerties. 
 
Et sur ce point, je tiens à affirmer solennellement que ce ne sont pas les Etats
Généraux qui règleront tous les problèmes de la Guadeloupe !
 
Dans le prolongement de l’examen de la LODEOM en urgence, ces Etats Généraux
constituent la réponse du gouvernement à la crise profonde qu’a traversé l’outremer, 
 
En élus républicains et responsables, nous participerons à ces Etats Généraux afin de
contribuer à apporter des réponses concrètes aux difficultés, notamment
économiques, qui minent la Guadeloupe.
 
Mais nous le disons aussi avec force : 
 
C’est aux guadeloupéens eux-mêmes, au delà de leurs différences et de
leurs divergences, sans limite, ni carcan, ni calendrier, qu’il appartient
de bâtir l’avenir de la Guadeloupe !
 
Oui mes chers collègues, il est nécessaire de repenser les rapports entre l’Etat et la
Guadeloupe, mais également les rapports entre le territoire et nous mêmes afin de
trouver, ou plutôt d’inventer ce qu’Aimé Césaire appelait « la route des arrivées ».
 
La route des arrivées pour la production en lieu et place de l’unique corset du
consumérisme.
 
La route des arrivées pour le recrutement local.
 
La route des arrivées pour des prix plus justes.
 
La route des arrivées pour la responsabilité.

La route des arrivées pour la jeunesse.
 
La route des arrivées pour le rayonnement culturel et le partage de l’identité.
 
La route des arrivées pour une Guadeloupe à l’heure d’elle même, tout simplement !
 
Cette route est longue et difficile mes chers collègues, elle est semée d’embûches
 
Mais il n’y a pas de route plus exaltante que celle qui conduit un peuple à mieux
prendre en main sa destinée…
 
Alors mettons nous sans plus tarder au travail !

 
LE CONSEIL GENERAL  CONFIRME SES ENGAGEMENTS
 
Face au mouvement social qu’a connu la Guadeloupe, le Conseil Général a montré sa
volonté de répondre aux attentes des guadeloupéens et s’est engagé à financer les différentes
mesures visant au règlement du conflit pour un montant de près de  25 M€ en 2009.
 
 
NIVEAU DE VIE ET POUVOIR D’’ACHAT
- Versement d’une prime exceptionnelle de 25€ par mois sur 12 mois aux
40 000 salariés rémunérés entre 1 et 1,4 SMIC. Le coût total de la mesure est
de 12M€

- Réduction des taux de taxe d’habitation de 9% et de taxe foncière sur les
propriétés bâties de 7% à compter de 2010. Le coût  pour le Département en
terme de réduction de ses recettes fiscales est estimé à 6M€ en 2010.
 
- Aux côtés de l’Etat, de la Région, et de la Fédération de la Boulangerie, le Conseil
Général a signé une charte sur le gel en 2009 du prix de la baguette de pain de 250
grammes.
 
- Attribution d’une subvention de 50 000€
 
  pour la création d’un bureau d’études ouvrières notamment chargé du suivi des prix.
- Co-signature du Département, l’Etat, la Région et les banques d’une charte relative à
la baisse de 5 à 10% des tarifs bancaires applicables à 3 produits courants par banque.
 
- Concours administratif et technique à la mise en place d’un syndicat unique de
gestion et de distribution de l’eau à l’échelle de la Guadeloupe.
 
 
 
 LOGEMENT
- L’augmentation du Fonds de Solidarité Logement de 550 000€ soit une enveloppe totale de 1,4M€.
- Engagement conjoint avec la Région à mettre en place des garanties pour le
lancement de la construction de 3000 logements en 2009.

- Participation conjointe avec la Région au programme ANRU de Pointe-à-Pitre et des
Abymes pour un montant cumulé de plus 85M€.
 
- Le Conseil Général s’engage à mettre gratuitement à disposition des bailleurs sociaux
des terrains destinés à la construction de logements sociaux.
 
- Aux côtés de la Région, le Département consacrera en 2009 un budget cumulé de
13M€ au profit de l’amélioration de l’habitat.
 
 
 
TRANSPORTS
- Prise en charge d’une réduction du tarif du transport public terrestre
interurbain de voyageurs, de 20% en moyenne, soit un coût de 3M€

- Mise en place dans les transports publics interurbains de voyageurs d’une
tarification spécifique en faveur des personnes âgées, étudiants et
demandeurs d’emplois soit 2M€ environ.
- S’agissant des transporteurs « clandestins », le Conseil Général s’engage, après
réalisation d’un audit interne sur la mise en œuvre des conventions de service public,
à solliciter leur intégration auprès des groupements éventuellement défaillants
 
- Participation au versement d’une aide financière de solidarité au profit des anciens
transporteurs de la CCSBT en situation de précarité, pour un coût total de
 
360 000€.
-  Avec le concours de l’Etat et la Région, le Département étudiera les conditions et les
modalités d’amélioration de fonctionnement du transport maritime inter-îles.
 
 
FORMATION PROFESSIONNELLE ET EMPLOI DES JEUNES
- Le Conseil Général s’engage à mobiliser ses moyens pour faciliter l’accès direct à
l’emploi pour ceux qui sont employables.
 
- Contribution du Département à la mise en place d’un plan d’urgence pour la
formation et l’emploi des jeunes.

SERVICES PUBLICS
- Le Département contribuera au projet de reconstruction du CHU par la mise à niveau
des voiries de desserte.
 
 
PRODUCTION AGRICOLE ET PêCHE
- Conjointement l’Etat et la Région, la Collectivité Départementale s’engage à financer
la construction d’un second abattoir en région Sud Basse-Terre.
 
- En accord avec le Conseil Régional, le Conseil Général mettra à disposition des ex
salariés de la ferme de Campêche le foncier nécessaire pour la mise en œuvre d’un
projet de développement agricole intégré.
 
- Reconduction, si nécessaire, de la contribution financière de 125 000€ à la
COMAPEGA.
 
 
AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET INFRASTRUCTURES
- Le Conseil Général se dit favorable à la création d’une commission d’évaluation et de
contrôle annuel de la surface agricole.
 
- Le Département affirme son opposition au projet « Vigie Gate » et sa volonté
d’accompagner un projet de développement durable et responsable dans le nord de la
Grande-Terre
 
 
CULTURE
- Signalétique : Double fléchage en créole et en français des bâtiments du Conseil
Général recevant le public.

- Poursuite des efforts en matière de valorisation de la culture guadeloupéenne
et de la langue créole (notamment dans le cadre des activités du bureau de
développement de la langue créole et de la culture guadeloupéenne initié par le
Conseil Général).

Partager cet article

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens