Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 00:36
Surchauffe à Gardel
Hier matin, vers 10 heures, une quarantaine de salariés de l'usine sucrière de Gardel ont envahi le bureau d'Ivan de Dieuleveult, le p.-d.g., le retenant dans les lieux avec deux collaborateurs.
Ils réclamaient une avance sur salaire. Au bout de cinq heures de discussions, ils ont obtenu satisfaction.
Un brouhaha de voix en fond. Ivan de Dieuleveult, joint au téléphone sitôt connue sa situation « d'otage », hier matin, éclate de rire : « Non, il y a du monde dans mon bureau, mais je ne suis pas pris en otage. » Il refusera d'en dire plus sur cette rumeur qui a couru la Guadeloupe aux alentours de 10 h 30. Julien Marinette, de l'intersyndicale UGTG/CGTG, est plus dissert : « Nous avons demandé à être reçus pour obtenir, parce que cela fait longtemps que nous la réclamons, une avance sur salaire. Là, nous ne parlons pas de paiement des jours de grève. Il s'agit d'une avance sur salaire pour laquelle les salariés de Gardel ont débrayé ce matin. Nous ne retenons personne en otage. »
Ceci dit, si Ivan de Dieuleveult, le p.-d.g. de gardel SA, Eric Bourillon, directeur technique, et Christian Tondu, le directeur des ressources humaines, avaient voulu sortir de la pièce (environ 30m2) où ils étaient confinés avec une quarantaine d'autres personnes... sans climatisation, il y a fort à parier qu'ils n'auraient pu le faire facilement.
« Nous voulons discuter ! », clamaient les salariés.

Une avance sur salaire sera versée
Julien Marinette explique : « Nous n'avons pas eu de NAO pendant trois ans. Nous comprenions, parce que l'entreprise a des difficultés, que nous n'avions pas à réclamer des augmentations de salaires. Mais, maintenant, quand le directeur, Dieuleveult, nous dit qu'il conditionne l'avance sur salaires à la signature par les syndicats d'un accord par lequel nous renonçons aux NAO pour les deux prochaines années, nous disons non ! L'avance sur salaire est légale. »
Silence côté patronat, les trois hommes restent stoïques, tandis qu'une voiture de gendarmerie s'avance dans la cour. Ivan de Dieuleveult n'a pas appelé les gendarmes qui sont simplement venus aux nouvelles parce que l'info court la Guadeloupe.
Ils resteront là un long moment, attentifs.
A l'intérieur, les discussions sont animées.. entre salariés. Et puis, vers 15 heures, Ivan de Dieuleveult signe une attestation par laquelle il s'engage à verser une avance de 183% du salaire net de base aux salariés de Gardel, à charge pour eux de rembourser en huit fois 10% de la somme, plus 20% en décembre (sur les salaires du mois de décembre et le treizième mois).
Quand on demande à Julien Marinette si le travail peut reprendre, il s'exclame : « Les salariés ont simplement débrayé. Ils travaillent normalement à préparer l'usine pour la campagne. »
Ivan de Dieuleveult est parti chez lui, ses deux collaborateurs aussi. Ils semblent sceptiques sur les suites : tant que la CTM ne fonctionnera pas, il est impossible de démarrer la campagne 2009.
André-Jean VIDAL
Ambiance plutôt chaude dans le bureau d'Ivan de Dieuleveult.
(Photo : Roberto Birhus)

Partager cet article

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens