Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 02:01
Les principaux syndicats ne participeront pas aux états-généraux

Les principales centrales syndicales guadeloupéennes, dont celle d'Elie Domota, porte-parole du collectif LKP qui a mené la longue grève, ne participeront pas aux états-généraux de l'outre-mer décidés par Nicolas Sarkozy, a-t-on appris dimanche de sources syndicales.


La principale d'entre elles, l'UGTG (51,67 % des suffrages aux prud'homales de novembre), dont Elie Domota est secrétaire général, a fait savoir qu'elle n'y participerait pas, affirmant que la problématique lui semble "artificielle" par rapport aux "attentes sociales du peuple guadeloupéen".
Son secrétaire général, Elie Domota, est par ailleurs le porte-parole du Lyiannaj kont pwofitasyon (LKP, collectif contre l'exploitation) regroupant (à l'exception de la CGC) l'ensemble des confédérations et centrales syndicales représentées en Guadeloupe.
En tant que tel, le LKP, qui avait été à l'origine de la grève générale ayant paralysé l'île des Antilles françaises durant 44 jours de janvier à mars, n'a pas fait connaître sa position sur les états-généraux. M. Domota n'a pas non plus annoncé personnellement sa position.

La situation sociale pourrait à nouveau se tendre
Les états-généraux de l'outre-mer, annoncés par le chef de l'Etat pendant la crise sociale aux Antilles, doivent débuter par des ateliers locaux à partir du 15 avril.
La CGTG (19,83 % aux prud'homales) avait également décidé, lors de son congrès il y a une semaine, de ne pas prendre part aux états-généraux. Une décision similaire a été adoptée cette semaine par la troisième centrale syndicale locale, la CTU (8,57 %).
Le LKP regroupe 49 organisations syndicales, politiques et associatives. La plupart, de la CFTC à la FSU en passant par FO, ne se sont pas encore prononcées sur leur éventuelle participation à ces Etats généraux.
La situation sociale pourrait à nouveau se tendre en Guadeloupe alors que le gouvernement s'apprête à annoncer une extension limitée de l'accord salarial conclu le 5 mars, et devrait notamment en retirer la clause mettant à la charge des employeurs dans trois ans les 200 euros de hausse concédés pour terminer la grève générale.
L'entourage du ministère du Travail Brice Hortefeux a seulement indiqué qu'"il y aurait une décision du gouvernement dans les prochains jours", mais selon des sources patronale et syndicales, le directeur général du Travail, Jean-Denis Combrexelle, a confirmé lors d'une réunion vendredi à Paris que le gouvernement entendait étendre l'accord avec des réserves et exclusions.
Après cette annonce, M. Domota avait estimé que c'était "reparti pour beaucoup de grèves" dans l'île.
Les travaux des états-généraux doivent être lancés officiellement par Nicolas Sarkozy fin avril en Guadeloupe et en Martinique.

Partager cet article

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens