Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2009 1 20 /04 /avril /2009 00:21
Amnesty International : de bonnes nouvelles dans un monde de brutes...
Par Pierre Souhaité


Parmi tout le travail effectué par Amnesty International pour la libération de prisonniers d'opinion, pour arrêter la torture sur des prisonniers, pour retrouver des "disparus", pour agir en cas de menaces de mort, les Actions Urgentes (AU) sont un moyen efficace dans toutes les situations d'urgence. Environ 45% des AU aboutissent à une libération, sans compter l'arrêt des traitements inhumains, telle que la torture, sur des prisonniers.
Les dossiers sont étudiés au centre de recherches de Londres regroupant 130 chercheurs travaillant par groupes de pays. Ce centre de recherches est unique au monde En cas de danger pour le prisonnier, une AU est envoyée vers une section nationale, comme la France, pour être immédiatement diffusée aux groupes du pays pour un traitement rapide auprès des autorités concernées.
Ces gens en danger sont des inconnus, pour la plupart, dont le nom ne dit rien pour la société médiatisée à outrance, des oubliés croupissant dans le fond d'une prison pour les uns, des êtres d'extrême souffrance régulièrement torturés pour d'autres, ou des êtres ayant perdu jusqu'à l'espérance puisque considéré comme "disparus" après avoir été enlevés par des paramilitaires ou une police plus ou moins secrète. Et pourtant, le fait de dire leurs noms, de brandir leurs noms aux autorités, et ils sont souvent sauvés. Peut-être pas libérés dans l'immédiat, mais sauvés car soudainement habité par l'espoir puisqu'un jour ils savent que des gens essaient de les faire libérer. Même dans les situations les plus inhumaines, ces prisonniers oubliés verront souvent leurs sorts s'améliorer.
Durant le quatrième trimestre 2008, parmi toutes les AU traitées par Amnesty International France, dont certaines par le groupe de Guadeloupe, voici celles ayant abouti à 66 libérations pour les pays suivants : Chili, Equateur, Egypte, Ethiopie, Iran, Malaisie, Ouganda, Soudan, Syrie, Thaïlande, Turkménistan, Yémen, Zimbabwe, Palestine (Gaza). En Malaisie, Ouganda et Soudan les prisonniers ont été torturés durant toute leur détention. En Turquie, trois personnes torturées à la prison de Metris à Istanbul ont été libérées, malheureusement l'une d'elles est morte à l'hôpital des suites de tortures, mais un fait encourageant est à signaler : le ministre de la justice a présenter des excuses publiques aux proches et dix-neuf fonctionnaires ont été suspendus de leurs fonctions dans l'attente d'une enquête qu'AI suivra, puisque l'impunité est la pire des choses dans le défense des droits de l'homme. Et puis, en Caraïbe, à Cuba, le musicien dissident Gorki Aguila a été libéré, mais son groupe de musique ne peut plus se produire en public, ni sur les radios et télévisions. Mais aussi, concernant, la peine de mort, trois sursis ont été accordés au Etats-Unis, avec l'attente d'un réexamen pour Troy Davis, et quatre condamnations à mort ont été annulées en Iran avec une libération. Parmi ces personnes libérées, qui avaient été emprisonnées pour des faits sans violence, nous trouvons des avocats, des journalistes, des syndicalistes, des défenseurs des droits de l'homme, des étudiants et des universitaires.
 Enfin, nous venons d'apprendre la libération de quatre personnes au Mexique pour lesquelles le groupe de Guadeloupe avait agi fin février, mais nous demandons des mesures de protections pour 100 membres, et les 4 libérés, de l'Organisation du Peuple Indigène Me'phaa (OPIM), tandis que d'autres AU ont été lancées vers l'Arabie Saoudite, le Soudan, et le Pérou où une femme a été illégalement arrêtée. Cette femme est de plus torturée ce qui est un danger supplémentaire, car une femme torturée subit presque toujours des violences sexuelles.
Ces faits d'aujourd'hui contredisent tous ceux qui pensent que les droits de l'homme sont acquis. Rien n'est acquis, surtout pas en ce domaine concernant la nature humaine et le pouvoir. L'universalité des droits de l'homme est remise en cause par des pouvoirs voulant disposer de leurs peuples comme ils veulent, allant jusqu'à faire croire que les droits de l'homme ne font pas partie de leurs traditions. Fort heureusement, rien n'arrêtera l'idée du respect de la personne humaine, et en ce sens le Président Barack Obama est fidèle à sa parole. Après avoir annoncé la fermeture du camp de Guatanamo, comme le demandait Amnesty depuis des années, il a rendu publique les faits de torture produits par la CIA hors du sol des Etats-Unis sous l'ancienne présidence. Dès 2005, Amnesty avait dénoncé dans des rapports ces prisons secrètes de la CIA, notamment dans des pays d'Europe de l'est, et certains taxaient d'affabulation ces accusations.Or, aucun rapport ou dossier d'Amnesty International n' a pu, avec le temps, être dénoncé comme faux et il en est ainsi de tous les dossiers de prisonniers d'opinion.
 
Pierre Souhaité, pour le Groupe 426 Guadeloupe d'Amnesty International France.

Partager cet article

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens