Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2009 1 04 /05 /mai /2009 20:58
Comment se construit une "révolution" ?
Exemple de la Martinique en Février 2009  

       

Ci-dessous quelques enseignements particulièrement instructifs du livre "La subversion" de Roger MUCCHIELLI aux Editions C.L.C.
                                    
                                     

La Subversion :

Les agents subversifs agissent sur l'opinion publique par la maîtrise d'un canal de communication majeur (télé, radio, journal...) ; sans canal de communication majeur, pas de subversion.

1-    Discréditer les notables ; stigmatiser leurs comportements, leurs opinions, préjudiciables au plus grand nombre.

2-    Démoraliser la population ; la convaincre de son impuissance à agir, la culpabiliser, la faire douter.

3-    Diviser ; empêcher un consensus propice à une réaction de masse.

4-     Discréditer l'autorité ; démontrer son incapacité à prendre en charge les problèmes, à assurer la sécurité publique, encourager la désobéissance civique, faire germer une autorité de substitution.

5-    Neutraliser toute intervention spontanée des masses en faveur de l'ordre établi ; inhiber les masses. Il n'est même pas besoin de solliciter l'assentiment des masses. Il faut obtenir l'apathie populaire.

6-    Mais pourtant : "parler et agir au nom du peuple".

7-     Isoler les citoyens, les obliger à ne penser qu'à eux, les recentrer sur leurs besoins vitaux à court terme : c'est la "panique muette".

8-    Pendant ce temps, l'agent subversif dénonce, critique, mais ne propose rien ; il n'est pas suspect ; il conserve toute latitude pour s'indigner.

9-    La violence s'installe ; elle est présentée comme "des actes désespérés de personnes qui n'en peuvent plus" ; on en vient à évoquer la "légitime défense".

10-    Le manichéisme moral est mis en place ; il y a le bien et le mal.

11-    Le pouvoir sous toutes ses formes, c'est le "mal" (l'Etat, les capitalistes, les profiteurs...).

12-    A l'opposé, les éléments subversifs se font porteurs du "bien", sous toutes ses formes les moins contestables.

13-    La violence, le meurtre deviennent "légitimes" ; la cause est "juste".

14-    La masse est déstabilisée, culpabilisée, sa conscience morale la fait douter.

15-    Sans contre-subversion, la masse s'inhibe.

16-    Les "belle âmes" changent de camp... par faiblesse, par intérêt (les intéressés se reconnaîtront).

17-    Les belles âmes sont récupérées par les éléments subversifs ; elles deviennent leur caution.

18-    Il devient "confortable" de rallier la subversion.

19-    "Les événements" deviennent le prétexte à "régler des comptes personnels", la terreur s'installe.

20-    Les éléments subversifs font pression sur les responsables des médias (certains se reconnaîtront).

21-    Les médias sont aux ordres des éléments subversifs ; ils relaient les exactions, ils alimentent la panique muette, ils emballent le mouvement. No comment.

Plus rien n'empêche le prise du pouvoir par la minorité subversive...

 
 
L’exemple de la Martinique en Février 2009

1  Discréditer les notables ; stigmatiser leurs comportements, leurs opinions, préjudiciables au plus grand nombre.

Le discours subversif:

Les békés vous exploitent depuis 400 ans ; les békés détiennent toute l’économie, ils tirent les ficelles du pouvoir, ils sont racistes, et les Juifs, Syriens, Chinois, Métros ne valent pas mieux ; ils vous empoisonnent avec les produits chimiques, ils vous méprisent, ils ont fait de vous des esclaves de la société de consommation ; avant, vous vous en sortiez avec un petit potager, etc...

Les politiques et les représentants de l’Etat ne valent pas mieux

2  - Démoraliser la population ; la convaincre de son impuissance à agir, la culpabiliser, la faire douter.

Le discours subversif :

Quoi que vous fassiez, quelques soient les études que vous fassiez, les compétences que vous aurez, les békés ne vous feront jamais de place dans leurs entreprises ; ils vous mettront toujours des bâtons dans les roues si vous voulez entreprendre, ils vous voleront vos idées, ils vous écraseront, vous n’avez aucune chance de réussir.

3 - Diviser ; empêcher un consensus propice à une réaction de masse.

Le discours subversif :

Les autres composantes de la société ne veulent pas se mélanger avec vous, ne vous mélangez donc pas avec eux ; ils vous méprisent. Si vous vous rapprochez d’eux, ils vont vous exploiter. Ce sont des hypocrites. Leurs intérêts ne sont pas les vôtres.

4 - Discréditer l'autorité ; démontrer son incapacité à prendre en charge les problèmes, à assurer la sécurité publique, encourager la désobéissance civique, faire germer une autorité de substitution.

Le discours subversif :

La délinquance, c’est la faute de l’Etat ; l’Etat français laisse se développer des zones de non-droit ; l’Etat Français protège les intérêts des riches, ils se moquent des problèmes des pauvres, etc...

5 - Neutraliser toute intervention spontanée des masses en faveur de l'ordre établi ; inhiber les masses. Il n'est même pas besoin de solliciter l'assentiment des masses. Il faut obtenir l'apathie populaire.

Les actes subversifs :

Bloquer les stations-services ; bloquer les entreprises, empêcher la vie associative... Empêcher les échanges d’idées, les prises de conscience constructives.

6 - Mais pourtant : "parler et agir au nom du peuple".

Le discours subversif :

C’est pas pour nous que l’on fait ça, c’est pour VOUS, pour le peuple, c’est pour l’avenir de nos enfants... Nous, on est déjà fonctionnaire ou retraité.

7 - Isoler les citoyens, les obliger à ne penser qu'à eux, les recentrer sur leurs besoins vitaux à court terme : c'est la "panique muette"

Les actes subversifs :

Fermer les commerces d'alimentation, bloquer l'accès aux soins, les zones commerciales, les stations services...

8 - Pendant ce temps, l'agent subversif dénonce, critique, mais ne propose rien ; il n'est pas suspect ; il conserve toute latitude pour s'indigner.

Le discours subversif:

La vie est trop chère... certains font des surprofits (toujours les mêmes)...

9 - La violence s'installe ; elle est présentée comme "des actes désespérés de personnes qui n'en peuvent plus" ; on en vient à évoquer la "légitime défense".

Le discours subversif :

Les jeunes qui cassent à Fort de France sont des victimes de la société.

10 - Le manichéisme moral est mis en place ; il y a le bien et le mal.

11 - Le pouvoir sous toutes ses formes, c'est le "mal" (l'Etat, les capitalistes, les profiteurs...).


12 - A l'opposé, les éléments subversifs se font porteurs du "bien", sous toutes ses formes les moins contestables.

Le discours subversif :

Nous luttons pour le respect de l'être humain, pour la dignité du peuple martiniquais...

13 - La violence, le meurtre deviennent "légitimes" ; la cause est "juste".

Les actes subversifs :

22 coups de feu tirés sur les forces de l’ordre lors d’une nuit d’émeutes à Fort de France. ON A TIRE SUR DES POLICIERS POUR TUER, A FORT DE FRANCE, EN FRANCE, EN 2009 !!!

4 - La masse est déstabilisée, culpabilisée, sa conscience morale la fait douter.

15 - Sans contre-subversion,  la masse s'inhibe.

16 - Les "belle âmes" changent de camp... par faiblesse, par intérêt (les intéressés se reconnaîtront).

17 - Les belles âmes sont récupérées par les éléments subversifs ; elles deviennent leur caution.

Le discours subversif :

Même les infirmières et les aides-maternelles sont dans la rue !

18 - Il devient "confortable" de rallier la subversion.

Le discours subversif :

Rejoignez-nous, passez dans le camp du bien, ne soutenez pas le camp du mal.

19 - "Les événements" deviennent le prétexte à "régler des comptes personnels", la terreur s'installe.

20 - Les éléments subversifs font pression sur les responsables des médias (certains se reconnaîtront).

21 - Les médias sont aux ordres des éléments subversifs ; ils relaient les exactions, ils alimentent la panique muette, ils emballent le mouvement. No comment.
 
Plus rien n'empêche le prise du pouvoir par la minorité subversive...

Partager cet article

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article

commentaires

P.+Aimar 05/05/2009 00:53

La rhétorique marxiste-léniniste est sans faille.
L'histoire récente a démontré l'excellence de cette démonstration :
Régime communiste de l'URSS : 40 millions de citoyens russes exterminés "pour divergence";
Cambodge : 2 millions de citoyens exterminés pour tiédeurs envers les marxistes-léninistes;
Pologne, Allemagne de l'Est, Tchécoslovaquie, Yougoslavie, Pays Baltes, Roumanie, un enfer policier et de camps pour les tièdes.

Et les Guadeloupéens applaudiraient des deux mains le retour aux bonnes vieilles méthodes ?
Vous avez dit, bizarre ?

André-Jean Vidal 05/05/2009 21:25


Aux mêmes causes les mêmes effets ? Brrrrrr


Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens