Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 août 2009 1 10 /08 /août /2009 01:01

 
Agriculture (Martinique/Guadeloupe) : À qui profite l’argent de l’Europe ?
 
Eric E.G. NOGARD
Courriel : eric.nogard@orange.fr
                                                       
Fort-de-France, le 08 Août 2009
 
Lisa DAVID Révèle.
En Son Article :
 
Si la Bête ne meurt… en manière d’introduction.
 
Bien des choses ici-bas, tels les malheurs d’autrui, sont propres à susciter cette réaction :
« Je ne suis pas concerné, ce n’est pas mon affaire, donc je me tais ».
Cependant, pour peu que l’on y pense, il en va autrement, alors qu’on y prenne garde.
Libre à chacun de se taire, libre à chacun de s’émouvoir, c’est affaire de nature, c’est affaire de conscience.
 
Ainsi, l’article de Lisa DAVID, l’Article qui va suivre.
 
Les Békés sont dans le collimateur de Lisa DAVID qui les donne en pâture en pleine place publique.
Se fondant sur des faits dont elle ignore le fond mais qui prennent sous sa plume une forme révoltante.
Son but étant de nuire, de sâlir, de détruire, et pour y parvenir, elle sait comment s’y prendre.
 
A première vue, les Békés sont seuls concernés, à eux de se défendre, et qu’on n’en parle plus…
Mais quand on y pense, la Bête est présente, avec son savoir faire, avec sa malfaisance toujours inassouvie.
Hier c’étaient telles victimes, aujourd’hui les Békés, et demain qui peut dire… telle est la question.
Tels les Phoques qui regardent massacrer d’autres Phoques, et sans jamais penser que leur tour soit si proche.
 
Preacher-Man dans le Désert, Bottle-Caster à la Mer, voilà ce que je suis depuis vingt ans.
Pour avoir perdu mon Emploi, sans pouvoir trouver de l’Embauche nulle part, dans l’indifférence de tous.
Victime de la Malfaisance de certains qu’on vénère, Victime d’une Société que cela indiffère et pour cause.
Hier c’était moi comme tant d’autres, aujourd’hui les Békés, ce sera qui demain et cela jusqu’à quand.
 
Et tout cela pour dire, que si la Bête ne meurt, n’est-il pas vain l’espoir.
Cette Bête, un esprit dont on sait qu’il est là, omniprésent, dont on sait qui l’anime.
« De boâs intençôes » est pavée la Martinique, encore mieux que l’Enfer mais hélas.
Il manque une volonté libre de la MANDRAGORE et la « Martinica fara da se » n’est certes pas pour demain. (Eric E.G. NOGARD)
                                                                                                                                                              … / …
 
 
Venons-en à Notre Réplique à l’Article de  Lisa DAVID.
 
Au terme d’une enquête Sherlock-Holmesienne, Lisa DAVID.
Elle braque ses projecteurs sur les Arsène LUPIN de l’Agriculture Martiniquaise et Guadeloupéenne.
« Ces Agribusinessmen, dit-elle, se sucrent de façon scandaleuse au dépends des Fonds Européens  (Feaga, Feader, PAC , Politique Agricole Commune).
Ces Profiteurs, ces « Gros Tyaps », ces « Gros Mordants », en somme ces Voleurs, bref, nos Békés.
 
Du point de vue de la forme, les revendications de Lisa DAVID sont sulfureuses voire pernicieuses :
Etaler tant de Millions d’€uros, les verser dans les poches des Békés ces profiteurs
Autant dire ces voleurs déjà si riches et mis en parallèle avec Elizabeth d’Angleterre et Albert de Monaco.
Cela juste à la veille de la prochaine fièvre sociale annoncée pour le 11 Septembre prochain.
Cela sans précaution aucune, sans le moindre élément qui permette une juste appréciation des faits.
 
Les montants accordés par l’Europe sont hors de notre propos, tel n’est pas notre objet.
Pas plus que ne le sont le nom de tous ceux qui en ont eu le bénéfice et en sont montrés du doigt.
Montrés comme des voleurs, offerts à la vindicte populaire, voire à l’autodafé.
Soyons honnêtes et reconnaissons le caractère tendancieux de l’article de Lisa DAVID,
En même temps que la dangerosité que comporte son esprit pernicieux et pervers.
 
Posons-nous la question de savoir à quel Titre sont ces aides et qui peut y prétendre.
Posons-nous la question de savoir à qui d’entre-nous elles sont préjudiciables et en quoi elles le sont.
Posons-nous la question de savoir comment on doit s’y prendre pour faire valoir ses droits.
Posons-nous la question de savoir si ces aides sont ouvertes aux uns et fermées aux autres.
Posons nous la question de savoir si ces sommes sont versées à l’aveuglette, sans le moindre contrôle.
 
Trop facile est de dire, surtout quand on veut nuire « les profiteurs-voleurs-Békés ».
Plus honnête et donc plus courageux est d’établir tout ce que l’on prétend.
Plus honnête encore est de ne pas chercher à nuire sous prétexte de vouloir informer.
Ainsi, Lisa David, les aides incriminées seraient-elles usurpées, s’agirait-il de DOL.
Ainsi, Lisa David, ces Aides Européennes sont-elles un préjudice a la Collectivité Martiniquaise.
 
Ou alors, auriez-vous oublié, ou alors, n’auriez-vous jamais vu ce que sont nos champs
De Banane ou de canne, nos cultures nos sites, sous le coup des cyclones et autres cataclysmes.
Auriez-vous oublié dans quelle désolation nous mettent et les eaux et le vent tellement ravageurs.
Vous seriez-vous jamais demandé par quel miracle, six mois après nos champs ont reverdi
Faisant notre fierté, nous donnant de l’emploi, portant à bout de bras notre économie malade.
 
Soyez meilleur Reporter, Lisa David. Soyez meilleur détective, vous le pouvez.
Armez-vous de votre loupe comme l’eût fait Sherlock Holmes et même Hercule Poireau.
Demandez donc conseil à notre Maurice Leblanc, Reporter est une Science et pas un état d’âme.
Sachez transcender vos passions et vos haines, soyez plus objective, soyez plus impartiale.
Nos Békés ne sont pas les privilégiés que vous dites, ils se creusent la cervelle et nous en profitons.
 
Eric E.G. NOGARD
Liens suggérés
http://www.lescrutateur.com/
http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article11093

Partager cet article

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens