Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 août 2009 2 11 /08 /août /2009 21:02
Pè et fos pou nou tout' !

par Christian Viviès
 
http://img.over-blog.com/300x353/0/58/79/61/Christian-Vivi-s.png
 
Récemment, à Sainte-Anne, en Guadeloupe, s'est tenu le festival annuel de Gwo-ka organisé chaque année sous les auspices de Me Félix Cotellon.
Parmi les invités d'honneur de cette manifestation il y avait notre ami Christian Viviès.*
M. C.Viviès est un ancien président du Medef de la Guadeloupe, et l'un des principaux chefs d'entreprise de notre département. Il est connu aussi pour son esprit d'ouverture, dont l'humour créole n'est jamais absent, côtoyant un langage où se mélangent la franchise drue et l'aménité. Le Scrutateur remercie Christian Viviès de lui avoir confié pour ses lecteurs ce texte, et quelques autres à paraître sous peu. EB) :
 
 « Messie et Dam Bonjou. En ka voyé la Paix pou zot.*
Moun a laksyon kiltirel, mizisyen, politisyen, Moun a sendika , travayè, patwons, fonksionè,
An ka di zot Bonswa é en ka voyé la Pè pou zot tout'.
Kotélon Félis ou sé boug en mwen. Ka ou fè ? bitin aw ka maché ? Festival ka woulé ? An bien kontan pouw. Bravo !
Félis ou sé on gwan nonm', déjà ou ni on bel tay, mais lespwi aw pli fô encô. Travay la ou ka fè la, sé on bel travay. Bravo !
Félis en ka voyé on fos pouw. Pou ou voyé bitin la monté pli haut encô.
 
Mesdames, Messieurs,
 
Je poursuis mon intervention en Français par courtoisie pour nos auditeurs non créolophones.
 
Pendant de nombreuses années, mon activité professionnelle et ma curiosité naturelle m’ont amené à visiter de nombreux pays sur tous les continents.
J'ai découvert des endroits merveilleux et pour certains d'entre eux, j'ai ressenti de véritables coups de foudre :
Le YEMEN, la CHINE, L'INDE, L'ÉGYPTE et La MONGOLIE par exemple.
Les paysages sont magnifiques, les civilisations sont immenses et les peuples sont remarquables de courage et de spiritualité.
À peine débarqué, j'étais sous le charme de ces pays, mais chaque fois, je réalisais qu'au bout de quinze jours au plus, j'avais envie de rentrer CHEZ MOI !
Brusquement, j'avais besoin des odeurs, des musiques, des lumières, des rivières.
J'avais besoin de GUADELOUPE, j'avais besoin de MON PAYS.
Mon Pays n'est pas à Moi, il est à ceux qui l'aiment, qui le développent, qui le respectent. Il à vous, il est à moi, il est à NOUS.
La GUADELOUPE est notre pays, même si la France est notre Patrie.
 
La PATRIE :
C'est le Père qui nous protège,
C'est l'armée qui nous défend,
C'est la justice qui nous sécurise,
C'est la monnaie qui nous stabilise.
Mais la patrie, c'est aussi la Mère qui vient nous secourir quand nous subissons les 7 fléaux de l'Apocalypse, quand nous sommes ravagés par les cyclones, les tremblements de terre, les épidémies etc... etc...
Nous aussi, nous devons aller à son secours quand elle est en danger, et c'est bien ce que nos aînés ont fait, avec un immense courage pendant la dernière guerre, et c'est ce que la France a reconnu solennellement, par la voix de son Président de la République, lors de sa visite récente aux Antilles. Voilà pour la Patrie.
 
Mais revenons à notre PAYS et à notre chanson, puisque Félix m'a demandé d'intervenir sur mon ressenti du slogan désormais célèbre :
La Gwadloup' sé tan nou, la Gwadloup' sé pa ta yo. »
 
Le slogan affirme une identité guadeloupéenne : Sé tan nou » et dénonce le fait qu'il existe sur le territoire de la Guadeloupe des hommes et des femmes qui ne peuvent se prévaloir de cette identité et qui pourtant auraient la prétention de diriger le pays : Sé pa ta yo ».
Comme dans le même temps le discours était largement diffusé dans les média et propagé dans la population, que la «pwofitasyon» était une maladie génétique des Békés, la PENSÉE UNIQUE s'est répandue, que les Békés étaient les principaux responsables des problèmes de la Guadeloupe.
« Qu'ils n'oublient pas qu'ils ne représentent que 1% de la population et que par conséquent, on a les moyens de les contraindre à quitter la Guadeloupe, s'ils n'obéissent pas et s'ils ne signent pas le document qu'on leur présente ».
Pour anticiper et paralyser d'avance toute réaction de la justice française à ce projet d'exclusion, on avait pris soin de rappeler abondamment que les Békés étaient quasiment tous des descendants d'esclavagistes.
Ils étaient donc, en quelque sorte, par transmission sanguine à travers une dizaine de générations, COUPABLES de crimes contre l'humanité et donc INDÉFENDABLES. Et la République est tombée dans ce piège. Et j'ai entendu de Hauts Responsables de la République déclarer que les Békés doivent signer, comme si en France, on avait créé spécialement pour Nous, un nouvel article du Code du Travail qui dirait qu'en matière de négociations sociales, les parties avaient la liberté de négocier, SAUF les Patrons Békés qui devaient EUX signer tout ce qu'on leur présentait.
 
Voilà, Félix, ce que J'AI RESSENTI. Et je n'ai pas voulu édulcorer mon discours, par respect pour toi et pour notre auditoire.
Et Maintenant, qu'est-ce qu'on fait de notre Pays ?
 
Mesdames et Messieurs, face aux événements dramatiques de l'Histoire, et Dieu seul sait si l'Esclavage en a été un, considérable et totalement condamnable, deux options sont possibles : Celle de la Revanche :
 C'est celle d'Israël contre la Palestine ou de la Palestine contre Israël,
C'est celle de l'Amérique contre Al Qaïda ou d'Al Qaïda contre l'Amérique.
C'est un déchaînement de violences qui se transmet de générations en générations sans issue et sans espoir.
 
L'autre option c'est celle de la Réconciliation :
C'est celle de Martin Luther King en Amérique,
C'est celle de De Gaulle avec l'Allemagne,
C'est celle de Nelson Mandela en Afrique du Sud,
et c'est celle qui permet aujourd'hui, 60 ans après la fin de la Ségrégation, à un Métis de Père Noir et de Mère blanche, d'être élu Président de la plus grande Démocratie du Monde, par plus de 100 millions d'électeurs de toutes couleurs et de toutes races.
 
Naturellement, c'est cette voie de la Réconciliation que j'ai choisie comme, j'en suis convaincu, la très grande majorité des Guadeloupéens.
C'est celle qui nous permettra d'avancer, de progresser, de partager un Nouveau Rêve, et de construire ENSEMBLE un projet fédérateur pour notre pays, que nous serons fiers de transmettre à nos enfants.
 
Christian Viviès.

Partager cet article

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article

commentaires

Renée Gartenmaier 11/08/2009 22:40

Merci à Christian Viviès et à tous ceux qui le calme revenue disent haut et fort ce qui dans la caccaphonie du début d'année ne pouvait être entendu.
Merci à André-Jean Vidal de diffuser ces paroles qui nous ont tant manqué.

Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens