Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 août 2009 2 25 /08 /août /2009 01:53
Alain Plaisir, secrétaire général de la CTU, membre du LKP
« Les baisses des prix ne sont pas finies »
Alain Plaisir était, pour le LKP, le négociateur sur les baisses des prix des produits de première nécessité.
Il revient sur les baisses acquises de haute lutte.
Il prévient que si les grossistes ne répercutent pas la baisse de l'octroi de mer, qui aurait du rentrer en vigueur le 5 août, le LKP ne « restera pas inerte. »


Le LKP a mis l'accent sur le pouvoir d'achat des Guadeloupéens. Pour  ce faire, vous avez placé, au centre de vos revendications la baisse de cent familles de produits de première nécessité. Pourquoi  cent familles et pas l'ensemble des produits disponibles sur le marché ?
Pour la première fois dans l’histoire du syndicalisme les syndicats négocient sur la baisse des prix. Traditionnellement les syndicats négocient sur l’augmentation des salaires comme seul élément du pouvoir d’achat, alors que les prix sont l’autre élément pour déterminer le pouvoir d’achat. La baisse des prix pour les produits de première nécessité traduit une option claire pour les plus défavorisés. Les points 13 à 22 de l’accord général de fin conflit du 4 mars 2009 prévoyaient  l’ouverture de négociations sur une liste 100 familles de produits de première nécessité, c’est-à-dire sur environ 250 articles. Il est important de le préciser dans la mesure où de nombreux Guadeloupéens se laissent abuser. On leur fait croire que le LKP aurait eu mandat pour négocier une baisse généralisée des prix. Il n’est pas inutile non plus de rappeler qu’avant le conflit, les prix des produits alimentaires avaient explosé, non seulement en Guadeloupe, mais également dans de nombreux pays, provoquant ici ou là des émeutes de la faim.

L'octroi de mer a été baissé sur certains produits (ou familles de  produits) par la Région. Quels produits sont concernés et quel est l'octroi de mer nouveau ?

L’octroi de mer est un élément important de la formation des prix dans les DOM, c’est pour cette raison qu’après avoir négocié avec les grossistes et la grande distribution sur une baisse de leur marge, nous nous sommes retournés vers la Région, avec qui nous avons négocié des baisses de taux d’octroi de mer sur plusieurs centaines de produits. (Principalement des produits alimentaires et d’hygiène). A titre d’exemple l’Octroi de Mer qui était de 15% sur les conserves de viande et de poissons est passé à 7%; de 15 à 5% sur les pâtes, de 7% à 0% sur le sel , de 5% à 0% pour les couches pour bébé. Soit une baisse de la fiscalité de 55% sur les conserves de viande et de poissons et de  66% sur les pates alimentaires.
Donc contrairement à tout ce qui été dit, y compris aux états généraux, les baisses sur les produits de première nécessité ne sont pas définitives. Il faut attendre la répercussion des baisses d’octroi pour juger de la baisse définitive des prix à la consommation. A condition évidemment que tous ceux qui ont signé avec nous cet engagement respectent leurs signatures.

Quand s'appliquera cette baisse ? Qui y veillera ?
Normalement depuis le 5 août 2009, les importateurs bénéficient de ces baisses. Nous exigeons qu’ils répercutent immédiatement ces baisses sur le consommateur final. Nous attendons que la Région qui gère l’octroi de mer qui est la principale ressource des communes, s’implique dans ce dossier, sinon cela voudrait dire qu’elle fait cadeaux de 8 millions d’euros aux capitalistes de l’import et cela au détriment des communes. Nous attendons aussi que l’Etat fasse respecter les accords. En tout cas le LKP sera intransigeant et ne restera pas inerte sur ce dossier. Nous n’accepterons jamais que le manque à gagner des communes profite aux profiteurs.


« Les produits identifiés par un drapeau sur fond madras  »

Revenons sur les négociations. N'avez-vous pas l'impression d'avoir été baladés par les représentants  des grandes surfaces qui ont fait durer celles-ci et n'ont cédé qu'à contrecœur ?
Les négociations étaient longues et difficiles, car il ne s’agissait pas de négocier sur un produit, mais sur environ 250. Pour chaque article, il y avait une négociation différente, car la formation des prix est différente d’un article à un autre. Différence de fiscalité, différence en matière de prix de transport, différence entre importation directe et achat chez les grossistes de la place… Ces négociations étaient particulièrement difficiles.
Il était nécessaire d’effectuer tout un travail sur la formation des prix (transport, fiscalité, marge des importateurs) afin de négocier sur la base de baisses ramenant les prix le plus proche possible de la France.
Finalement après des mois de rudes négociations, le LKP a signé un engagement de baisse de prix, successivement avec Ecomax, Boisripeaux , Leader Price, Cora-Match, Super-U , Milenis Champion et Carrefour Destreland.
A l’issue des négociations nous avons demandé que la publicité pour l’engagement de baisse de prix se fasse par voie d’affiche mentionnant l’ancien prix au 1er février (pour Boiripeaux au 31-12-2009) et le nouveau prix en baisse. Les produits doivent être également facilement repérables en rayon par les consommateurs. Devant le refus des distributeurs de mettre le sigle LKP, un accord a été trouvé pour que les produits soient repérés par une cimaise ou un drapeau sur fond « madras ». Tous les prix négociés seront gelés jusqu’au 30 décembre 2009.
D’autres négociations ont débuté sur une liste de 50 produits dans les catégories suivantes : appareillage pour personnes handicapées, fournitures scolaires, électroménagers, matériaux de constructions, pièces de moteurs automobiles.

« Avec les lolos, les négociations se poursuivent »

Quels accords ont été pris avec les autres partenaires : moyennes  surfaces, lolos, grossistes, etc. ?
Pour permettre aux lolos et petits commerces de proximité, en particulier dans les zones rurales, à Marie-Galante, à la Désirade, aux Saintes de s’approvisionner à meilleur compte, des négociations ont lieu depuis le 20 avril avec les grossistes, l’Etat et la Région. C’est seulement à la fin de ces négociations qu’on pourra juger de la baisse définitive des prix.

Les baisses sont-elles effectives ?
Beaucoup de petits commerçants ont baissé leurs prix, ils devront les baisser encore dans les jours qui viennent.
En dehors de l'alimentaire et du domestique, d'autres produits  spécifiques devaient baisser (prothèses, etc.). Lesquels et dans quelles proportions. Pourquoi n'a-t-on pas médiatisé  autant ces avancées sociales ?
Nous avons négocié des baisses à hauteur de -15% pour les appareils pour handicapés, les fournitures scolaires. Si ces actions n’ont pas été médiatisées, la faute en incombe à la presse qui n’a pas cessé de parler de 44 jours, comme si le travail du LKP s’était terminé le 4 mars, alors que des négociations se sont déroulées jusqu’à la mi-juillet. D’ailleurs, elles ne sont pas encore terminées, puisqu’elles reprendront en septembre pour les matériaux de construction.
Ces baisses sont-elles effectives ?
Ces baisses sont effectives, sauf pour les pièces de voitures (-15%), elles le seront au 1er septembre 2009.
On n'a pas entendu beaucoup parler de la fameuse brigade de la  Répression des fraudes qui devait faire des descentes en Guadeloupe pour aider les inspecteurs et contrôleurs de la DDCCRF. Où sont-ils ?
D’après, les informations officieuses en notre possession, quatre inspecteurs de la DDCCRF auraient été affectés en Guadeloupe. Nous doutons que cela change quelque chose !

« L’histoire dira demain le travail colossal accompli »

Pourquoi n'avez-vous pas mis en place des brigades de contrôle LKP ?
Nous ferons mieux, le Bureau d’Etudes Ouvrières du LKP. Pour réaliser ses missions, ce bureau procèdera selon deux modalités : d’une part un centre de recherche et de documentation composé d’administratifs et de chercheurs et d’autre part un centre de contrôle et d’investigation avec des équipes désignées par les syndicats et les associations de consommateurs. Les résultats des recherches sont mis à la disposition de l’Etat, des collectivités locales de la Guadeloupe et du tout public. Nous ferons en sorte que la Brigade soit opérationnelle fin septembre. Là encore, nous innovons, nulle part cette structure n’existe. Nous allons faire preuve d’audace et d’imagination
Toutes ces mesures annoncées ne sont-elles pas limitées dans le  temps ? Renégociables ? Si oui, quand ?
On a souvent dit que la Guadeloupe ne sera pas comme avant. L’histoire dira demain le travail colossal accompli. Les forces dominantes disposent d’énormes moyens et essaieront de remettre en cause les avancées sociales. Ce serait un mauvais calcul, jamais plus les Guadeloupéens n’accepteront la pwòfitasyion.

En fin de compte, êtes-vous satisfait de ce que vous avez obtenu ?
Le grand mérite du LKP est d’avoir mis le problème de la baisse des prix au centre de ses préoccupations et d’avoir mis à nu le mécanisme opaque de la formation des prix et les profits des importateurs. Les plus grandes victoires ne sont pas matérielles. Dans ce monde d’égoïsme, voir des femmes et des hommes sacrifier des nuits de sommeil, aller au bout de leurs ressources physiques pour défendre l’intérêt général, est une belle satisfaction.
Propos recueillis par André-Jean VIDAL

IL A DIT
« Nous répercutons immédiatement la baisse de l'octroi de mer »
Fabrice de Raynal, directeur de Carrefour/Milénis
L'octroi de mer, je vous rappelle, s'applique sur les produits importés, c'est-à-dire le prix du produit plus le coût du transport. Pour qu'il y ait une baisse de l'octroi de mer, il faut des produits importés. Les produits stockés ne sont pas concernés. Nous allons appliquer toutes les baisses sur les produits importés par nous immédiatement. Cependant, nous avons demandé aux fournisseurs locaux qu'ils nous disent quels prix ils pratiquent. Dès qu'ils nous auront donné leurs prix, nous les appliquerons. Pour les produits frais, ce sera tout de suite. Pour les produits secs, qui sont stockés par nos fournisseurs, nous attendrons une nouvelle importation. Je le répète, il est hors de question de ne pas appliquer nos engagements.

Partager cet article

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article

commentaires

DJ Gano 25/08/2009 12:27

Tout celà est très bien mais un peu en contradiction avec le futur projet de société prévu par notre futur ministre des finances qui officie à l uag. Cela fait 30 ans qu il nous explique que les finances de l Etat GWADA seront allimentées par les droits de douanes.
Mr PLAISIR pourra reprendre son poste au service du pep.

tipunch03 25/08/2009 02:44

ET si il nous disais quels produits à réellement baissé après le LKP.
Les produits on augmenté de 30% au moment des grève et baissé de 10%% après. Alors il n'y a pas arnaque quelque part ??? Si on paye 20% de plus qu'avant !!!

Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens