Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 17:04
La grippe H1N1, "un mauvais moment à passer" pour les Réunionnais

Trois ans après la crise du chikungunya qui provoqué la mort de 250 personnes, les Réunionnais n'affichent pas de crainte particulière vis à vis de la grippe H1N1 qui n'est, selon eux, qu'"un mauvais moment à passer", même s'ils sont très nombreux à se rendre chez le médecin.
"Si on doit l'avoir, on l'aura". Le sentiment est quasi-unanime au "petit marché" de fruits et légumes de Saint-Denis où se croisent les Réunionnais de tous âges et de tous horizons. La grippe H1N1 ne fait pas peur. "Y fait trop un compte avec ça" ("On en fait trop") dit Franco, 45 ans, derrière une montagne d'ananas disposés en pyramide.
Les masques de protection sont ainsi quasi invisibles dans la rue. "On m'a regardé comme une extra-terrestre quand j'en ai mis un", a rapporté une auditrice de Radio Free Dom. 700.000 masques sont pourtant disponibles à la Drass et 1 million d'autres sont attendus, selon la préfecture.
"Le chikungunya, ça c'était grave, bon peu de moun lé mort" (beaucoup de gens en sont morts), rappelle, de son côté, Marius, 34 ans, vendeur de piment qui se dit "fatigué" d'entendre toujours parler de grippe.
Transmis par un moustique, le virus de chikungunya avait contaminé 266.000 personnes et provoqué 250 morts dont plusieurs enfants entre 2005 et 2007.
Samedi dernier à la Montagne, sur les hauteurs de Saint-Denis, des parents d'élèves ont contesté la fermeture d'une école privée catholique pour cause de grippe (25 cas sur 220 élèves).
Une semaine après la rentrée des classes, 7.900 élèves (sur les 223.000 que compte l'académie) manquaient à l'appel mais aucune classe n'a été fermée.
Chez le personnel médical, le docteur Philippe de Chazournes, formateur et régulateur au centre 15, déplore l'"alarmisme" des autorités nationales qui a eu "pour effet de provoquer l'engorgement des salles d'attente pour des nez qui coulent".
Car si les Réunionnais disent ne pas craindre la grippe H1N1, ils sont très nombreux à se rendre chez les médecins dès que leur enfant a un peu de fièvre. Le docteur Francis Schulz a vu défiler dans son cabinet de SOS médecins à Saint-Pierre, 121 malades pour la seule journée de samedi, la moitié pour des syndromes grippaux.
"A ce rythme, on ne pourra pas faire face et on risque de laisser passer des cas graves", s'est inquiété son collègue d'Urgenc'Ouest. Un urgentiste du Centre 15 parle même de "tsnunami grippal", relevant que si le virus est "peu virulent", il est "beaucoup plus contagieux que la grippe saisonnière" et "touche un grand nombre de personnes".
Tous réclament des renforts de l'Etat et espèrent que la ministre de la Santé Roselyne Bachelot, en visite vendredi et samedi dans l'île, fera des annonces en ce sens. Le président du comité régional du tourisme Pierre Vergès a souhaité, lui, que ce voyage soit de nature à "rassurer" les Métropolitains et non à "faire fuir les touristes".
Ne voulant "rien cacher" à la population, le préfet de la Réunion Pierre-Henry Maccioni et son directeur de cabinet ont multiplié ces derniers jours les points-presse à la préfecture.
22.500 Réunionnais ont contracté le virus H1N1, selon les dernières estimations de la Cire (Cellule inter-régionale d'épidémiologie Réunion-Mayotte). Deux personnes de 60 et 90 ans, souffrant de "lourdes insuffisances" respiratoires, cardiaques ou vasculaires, sont décédés à leur domicile les 19 août et 20 août après avoir eu la grippe. "Il n'est pas possible d'exclure que ces décés ne soient pas liés au virus H1N1" en l'absence de sérologie, selon la préfecture.

Partager cet article

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens