Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 22:22
Programme JAFA en Guadeloupe

Réduire l'exposition à la chlordécone des populations s’alimentant à partir de leur jardin créole.
Un programme en relation étroite avec les familles commencé à la fin de l’année 2008.



Le programme JAFA, Jardins Familiaux, s’adresse particulièrement aux personnes habitant dans les neufs communes du sud de la Basse-Terre qui consomment en quantité importante des racines issues de jardin créole ou achetés en bord de route, donnés par leurs voisins et la famille, etc.
Il s’agit de répertorier les jardins créoles dans cette zone, d’évaluer si les familles ont une alimentation risquant de les exposer à la chlordécone, de faire une analyse de sol si besoin, de donner des conseils nutritionnels adaptés aux personnes et de proposer aux familles concernées des solutions alternatives.
Ce programme régional de santé publique à visée nutritionnelle, a été mis en place en 2008, par la DSDS (Direction de la Santé et du Développement Social) de Guadeloupe et l’IREPS-COGES (Instance Régionale d’Education  et de Promotion de la Santé) de Guadeloupe.

Rappel de la situation

La chlordécone est la substance active de deux produits insecticides utilisés à partir de 1972 pour lutter contre la larve du charançon des bananiers. Si son usage a été arrêté en 1993 en Martinique et en Guadeloupe, la substance chimique se retrouve encore dans les sols ayant été traités. C’est principalement par contact avec le sol que les légumes racines (ignames, madères, patates douces, …) peuvent être contaminés.
Il existe très peu de données concernant les risques d’exposition à long terme et à faible dose sur la santé humaine. La chlordécone est considérée comme cancérigène possible.

Le secteur concerné par le programme

Actuellement, en Guadeloupe, la zone concernée par la présence éventuelle de la chlordécone dans le sol correspond à celle où la banane a été cultivée entre 1972 et 1993. Il s’agit principalement des 9 communes du sud de la Basse-Terre de Goyave à Vieux-Habitants.

La phase opérationnelle du programme JAFA qui a débuté dès avril 2009 s'articule autour de 4 points forts:

Une communication régionale ainsi qu’une communication de proximité est réalisée auprès de l’ensemble des acteurs des zones concernées.

Un diagnostic des jardins créoles avec enquêtes sur le terrain et analyses de sol si besoin.

Un programme d'éducation pour la santé axé sur l’alimentation avec des actions individuelles et collectives.

L'accompagnement de programmes alimentation / santé

La communication régionale et de proximité

Elle est actuellement diffusée via des annonces radios, des articles dans les journaux pour faire connaître  largement l'information sur le programme. Aussi, afin de permettre de diffuser l’ensemble des données du programme, un site internet « www.jafa.gp » a été créé.

Plus localement, des réunions de quartier sont organisées dans les communes concernées afin d’informer sur la problématique JAFA-Chlordécone et de préciser le déroulement du programme. Pour favoriser le dialogue avec la population, ces réunions de proximité se déroulent dans un cadre ludique, interactif et accessible à tous.

Diagnostic des jardins familiaux

Dans un premier temps, une identification cartographique précise des quartiers et des foyers potentiellement exposés à la chlordécone a été réalisée.

Jusqu’à décembre 2010, des équipes d’enquêteurs mènent, en porte à porte, des enquêtes de proximité dont le but est de connaître les habitudes alimentaires des familles concernées.

Une analyse de sol est proposée aux personnes ayant des pratiques alimentaires qui peuvent conduire à une exposition plus ou moins importante à la Chlordécone.

Programme d'éducation pour la santé et Accompagnement alimentation /santé

A partir de janvier 2010, selon les résultats des diagnostics, les familles les plus exposées recevront des conseils et seront accompagnées vers des solutions alternatives pour limiter leur exposition à la chlordécone.

Les recommandations

Ces recommandations viseront, selon les résultats d’analyse de sol et de l’enquête, à réduire la fréquence de consommation de racines issues du jardin ou achetés en circuits courts de distribution. Il peut aussi s’agir de diversifier son alimentation en cultivant d'autres féculents mais aussi d’autres fruits et légumes. D’autres conseils, plus simples, pourront aussi être promulgués, tels que la modification des modes de préparation, notamment, le lavage et l’épluchage en couche épaisse des racines.


La sensibilisation et l’information

Face à la problématique chlordécone, le programme JAFA doit veiller à promouvoir la consommation locale et s’assurer du maintient des habitudes inhérentes à la tradition. En effet, la principale crainte de ce dispositif, est de voir une partie de la population se détourner totalement de la consommation locale.  L’appel à projet « santé-alimentation »  lancé au 1er trimestre 2009, a permis de développer des actions et des projets visant la promotion, la sensibilisation et la valorisation des fruits, légumes et féculents locaux. SEGE Biodiversité « Mille arbres pour ma vallée » et la Maison de l’insertion « Education pour la santé », sont les deux porteurs de projets qui développent des actions en ce sens sur le territoire du sud Basse-Terre.

Les solutions alternatives

Aussi, pour réduire son exposition à la chlordécone, il existe un certain nombre de solutions alternatives en respect des valeurs culturelles. Ces solutions viables à l’échelle du jardin créole et de l’autoconsommation, ont été aussi proposées par des acteurs locaux dans le cadre de l’appel à projet ou de partenariats établis avec la DSDS. Parmi ces techniques, la « Compo-culture » développée par l’association TRIVALDEC permet, grâce à des bacs de composte, de cultiver des racines hors sol. Aussi, le concept des « jardins créoles communautaires » de l’association Bwa lansan a pour objectif de mettre à disposition des parcelles de terre saine, pour les foyers les plus exposés à la chlordécone et ceux n’ayant pas d’espace de culture. Enfin, le concept des « jardins pilotes » conduit avec Sully Gabon, vise à expérimenter de nouvelles méthodes culturales qui permettent de cultiver un jardin créole ayant de la chlordécone, sans risque de contamination des produits qui en sont issus.

C’est autant de conseils et de solutions qui permettront de maintenir les habitudes culturelles, culinaires et culturales, tout en limitant l’exposition à la Chlordécone.

les actions communautaires

Pour maximiser la compréhension de toutes ces solutions, l’équipe JAFA et ses partenaires organisent des actions communautaires. En renforcement de l’accompagnement individuel proposé à chaque foyer, ces actions ont pour objectifs la revalorisation du jardin créole, des fruits, légumes et féculents locaux.


Contact de l’équipe JAFA
IREPS-COGES – Antenne JAFA
6 Résidence Casse
Rue Daniel Beauperthuy
97100 Basse-Terre
Tel : 0590 95 41 17 Fax : 0590 95 14 66
Mail : jafa@coges.gp

Partager cet article

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens