Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 23:23

TV Outre-Mer: les syndicats dénoncent un climat de "violence" à RFO

Les syndicats CGT et FO de France Télévisions ont dénoncé jeudi un climat de "violence" à la rédaction de l'ex-RFO du siège de Malakoff, en région parisienne.
Le malaise concerne l'"Agence de proximité", entité mise en place par le groupe audiovisuel public réunissant notamment l'ancienne équipe de RFO (Réseau France Outre-mer) dans la ville des Hauts-de-Seine.
La direction n'avait pas réagi.
"Il est urgent de voir cesser les menaces, les vociférations et les hurlements qui semblent aller de soi" pour les trois directeurs généraux délégués de +l'agence+" (Gilles Trenel, Xavier Haglund, Max Adelise, qui viennent de France 3), demande la CGT dans un communiqué.
Le syndicat, majoritaire à France Télévisions, évoque les "méthodes managériales inacceptables, générant des états de stress permanent".
La CGT et FO évoquent notamment des "invectives violentes" intervenues mercredi à l'encontre de la présentatrice Nadia Lacroix, par M. Haglund. Conduite mercredi auprès d'un médecin du travail, Mme Lacroix est en arrêt maladie jusqu'à dimanche, a précisé la CGT.
"L'+agence+, c'est une mortelle combinaison de besoins mal définis, de management brutal et bureaucratique, de remise en cause ou de négation des fonctions professionnelles des journalistes de l'ex-RFO, et surtout l'absence complète de stratégie", affirme de son côté FO.
L'"agence de proximité" est constituée d'une soixantaine de journalistes du Réseau France Outre-mer (RFO) en métropole, dont le siège est à Malakoff, ainsi que d'une trentaine de salariés de France 3.
Elle fournit tous les sujets vidéo concernant la métropole pour France 3, les antennes de RFO (Martinique, Guadeloupe, Guyane, Nouvelle-Calédonie...) et la chaîne francilienne France Ô.
Cette agence a été mise en place dans le cadre de la transformation de France Télévisions, constituée jusqu'à fin 2009 d'une quarantaine de sociétés, en entreprise unique, suite à la réforme de l'audiovisuel public.
FO demande en outre que France Ô, chaîne francilienne qui sera diffusée sur tout le territoire dès le 14 juillet, bénéficie d'une rédaction à part entière, comme c'est déjà le cas pour France 3 ou France 2.

Partager cet article

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article

commentaires

Toussaint 07/05/2010 21:31


MOTION DE DÉFIANCE DES JOURNALISTES DE FRANCE TELEVISIONS RFO PARIS.

Les organisations CFDT, CFTC, CGC, CGT, FO et SNJ, réunies en intersyndicale, appellent les
journalistes membres des équipes rédactionnelles de l'établissement de France Télévisions Malakoff à se
prononcer vendredi 7 et lundi 10 mai sur la motion suivante :

Considérez-vous, comme nous, que :

Quatre mois après la mise en œuvre de la nouvelle organisation de l'entreprise unique, preuve est faite :

- que le rattachement des rédactions TV Outre-mer et AITV à l'Agence de proximité est une erreur
puisque France Ô est reconnue comme chaîne à part entière ;

- que les méthodes appliquées à Malakoff par l'équipe de direction de l’information de cette agence l'ont
disqualifiée. L’intersyndicale demande également à la Direction de renoncer à faire du pôle Outre-mer de
France Télévisions le lieu de « placement » d’anciens responsables à qui l’on veut trouver un point de
chute ;

- que la prochaine diffusion nationale de France Ô impose de dédier ces équipes rédactionnelles à cette
chaîne ;

- qu'il faut développer l'information sur France Ô en s’appuyant sur des services revitalisés sous l'autorité
d'un(e) directeur(trice) délégué(e) à l’information.

- que plus de moyens sont nécessaires pour les objectifs éditoriaux de la Rédaction nationale de France Ô
avec la poursuite des missions historiques assurées par les journalistes de Malakoff au service des stations
d'Outre mer, de CFI, TV5 et France 24.

- Nous exigeons d’être traités comme les autres entités de la société unique : à chaîne nationale rédaction
nationale, avec tous les moyens nécessaires à son bon fonctionnement, comme à France 2 et France 3.

SOS RFO.


Jean-Claude 23/04/2010 00:25


Manifeste pour une rédaction nationale de France Ô !

Parce que les peuples de l’outremer français sont divers, et que l’Histoire, la culture, les origines et les croyances de chacun ont participé à l’édification du socle de la France ; Parce qu'il
faut renforcer la visibilité de l'Outremer et de la diversité française dans l'offre télévisuelle métropolitaine, le gouvernement de la République et la direction de France Télévisions ont décidé
de faire de France Ô une chaîne nationale diffusée sur tout le territoire métropolitain et dans tout l’outremer français.

Mais depuis que cette volonté a été affichée, la Direction de France Télévisions a peu bougé. Peu de budgets pour les programmes, peu de personnels et surtout pas d’information nationale.
Quelle vision discriminatoire veut qu’une chaîne nationale, parce qu’elle s’adresse, entre autres publics, aux gens originaires de l’outremer français et de la diversité, gens de toutes couleurs et
de toutes origines, de toutes philosophies et de toutes croyances, que cette chaîne nationale n’ait pas de rédaction nationale pour traiter et diffuser les informations propres à l’outremer
français et à la diversité ?
Pas de rédaction nationale à France Ô alors qu’une rédaction potentielle (RFO-AITV) est opérationnelle : celle de l’ancienne société R.F.O et qu’elle peut être affectée d’un trait de plume au
sein d’une chaîne de France Télévisions qui en a un besoin urgent ! Les journalistes l'attendent, les techniciens l'espèrent !




A l’inverse, le projet actuel, aussi vague que complexe et couteux, est de créer une agence d’échanges et de traitement des images issues des stations de l’outremer et de métropole. Une agence sans
clients puisque les rédactions régionales fabriquent une information de proximité adaptée à leur seul public et que les chaînes nationales n’ont pas besoin de ces reportages !

La théorie fondatrice de cette agence, assaisonnée d’un galimatias de management mal digéré, est si fumeuse et les « cadres » extérieurs si critiquables sur les plans professionnel ou
humain que la quasi-totalité de la rédaction de l’ex-RFO s’est dressée pour demander à rejoindre France Ô afin de se mettre au service de l’outremer français.


Les syndicats accompagnent cette évidence. Notre volonté est aussi de persuader la Direction de France télévisions et d’interpeller les élus, les ministres, les associations, de l’urgence de la
situation : France Ô doit lancer son antenne nationale le 14 juillet, date symbolique, date forte et significative pour l’Outremer et la diversité française.
Peut-on croire qu’à cette date, il n’y aura pas de rédaction nationale pour une chaîne nationale ?

Peut-on imaginer que la rédaction de RFO-AITV à Malakoff soit dépendante d'une structure improprement appelée "agence de proximité "qui entend faire de la sous-traitance en facturant nos J.T et nos
reportages à France O ?
Dans ce cas, pour quelle raison les rédactions nationales de FR2 et FR3 échappent-elles à cette mise sous tutelle ?




La Corse a fait reconnaître sa spécificité culturelle dans France Télévisions au sein d’une direction autonome, pourquoi en est-il autrement pour l’Outremer ?
A quoi rime de dépendre d'une entité improprement appelée "information de proximité" quand les reportages des journalistes de RFO à Malakoff sont destinés à des stations régionales, où à des pays
pour l'AITV, situées à plusieurs milliers de kilomètres.

Le constat est révélateur : Il n'y a pas un seul journaliste de l'ex RFO, pas un seul originaire d'Outremer parmi les 4 directeurs de "l'information dite de proximité", celle qui gouverne désormais
les rédactions ultramarines.

Alors oui, il faut une rédaction nationale pour France Ô ! Au moment où la rédaction internet de RFO se révolte aussi, France Ô peut récupérer un outil expérimenté et performant de traitement
multimédia de l’information de l’outremer.
France Ô, chaîne nationale, doit avoir sa rédaction nationale : l’objectif est de mettre à l’antenne, 3 éditions par jour, fabriquées entièrement à Malakoff. Pour faire cela, il faut une
équipe organisée, maîtrisant ses métiers et les arcanes de l’information de l’outremer et de la diversité. Elle existe déjà et l’Info de France Ô est un pari passionnant. Mais le temps passe,
« on » veut couler le « navire Outremer » et le 14 juillet approche !
Prend-on les peuples de l’outre mer et leurs journalistes pour un ramassis de crétins sous-développés ? La direction actuelle de France Télévisions ne peut prendre le chemin de cette attitude
discriminatoire !


Joseph 22/04/2010 09:10


Tout cela pour que France Ô ne dispose pas d'une rédaction dédiée à l'Outremer et à la diversité française... Cette agence bidon n'est qu'une création de cadres incompétents et violents venus de
France 3. Une volonté de pourvoir totalitaire et une bonne dose de paternalisme violent sur les journalistes ultra marins de Malakoff et vous avez le résultat. Un nouveau combat contre l'arbitraire
mené par la CGT et FO. Bravo !


dj.gano 16/04/2010 14:11


Ici nous avions eu le triste épisode qui avait obligé une victime ,professionnel multilingue de haut niveau , à quitter le département pour Bruxelles... mais nous n avions pas entendu de vagues ni
de bonnes âmes pour le défendre .


Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens