Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 15:42

Le Conseil Général a tenu sa 7ème Commission Permanente de l’année

La commission permanente du Conseil Général s’est réunie le 15 juillet 2010, sous la présidence de Jacques GILLOT. Les élus se sont ainsi prononcé sur les dossiers ayant notamment trait aux compétences départementales suivantes :

ACTION SOCIALE

Le Conseil Général participe à la mise en place d’un accompagnant social dans les gendarmeries de Saint-Claude et Gourbeyre

Dans le droit fil de sa politique sociale, la collectivité contribuera à l’installation d’un intervenant social dans les gendarmeries de Saint-Claude, de Gourbeyre et au sein du commissariat de Basse-Terre. Ce dispositif expérimental vise à favoriser la mise en œuvre d’un accompagnement des victimes et la création d’un lien avec les acteurs sociaux par les gendarmes et policiers.

Le Département soutiendra à hauteur de 13 250 euros cette mesure expérimentale d’une durée de 12 mois, dans le respect des compétences régaliennes de l’Etat.
L’activité de cet intervenant se déclinera selon trois axes :
L’accueil des victimes ou des personnes en situation de détresse sociale repérées lors d’une intervention des forces de police ou de gendarmerie,
L’orientation et le conseil,
Le relais entre les forces de l’ordre, les autorités judiciaires et les instances sociales.



Aide à l’amélioration de l’habitat : Le Département soutient les familles

La collectivité participe aux travaux de réhabilitation des logements de 352 ménages guadeloupéens grâce à son dispositif d’aide à l’amélioration de l’habitat. Les travaux éligibles concernent l’amélioration de l’hygiène, de la salubrité, de la sécurité de l’habitat et permettent ainsi aux familles d’accéder à des conditions décentes de logement. Le montant de la subvention accordée est plafonné à 10 500 euros soit un total de 2 778 512 euros pour la réalisation de ces travaux effectués par des entreprises désignées par une procédure de consultation. L’assemblée départementale contribuera ainsi au plan de relance de l’activité économique par la commande publique.

La collectivité départementale aux côtés de la famille guadeloupéenne

Dans le droit fil des orientations du schéma départemental de l’enfance, de la famille et de la jeunesse 2008-2012, l’Assemblée départementale attribuera une subvention de 10 000 euros à l’Association Forces pour l’animation de groupes de parole dans le cadre des activités du Réseau d’Ecoute d’Appui et d’Accompagnement des Parents (REAAP). Le REAAP regroupe une vingtaine d’associations sur l’ensemble du territoire guadeloupéen et a pour objectif de valoriser prioritairement les compétences des parents en tenant compte de la diversité des structures familiales et l’exercice de l’autorité parentale. Ainsi, à travers des rencontres, les parents peuvent s’exprimer librement et retrouver la motivation pour continuer leur rôle de parent grâce à des échanges d’expériences.



INTERVENTIONS ECONOMIQUES

Artisanat : L’Assemblée Départementale encourage le savoir-faire local

Le Département a mis en place un dispositif d’aide à l’investissement artisanal  ayant pour objet d’accompagner les artisans régulièrement inscrits à la Chambre de Métiers et répertoriés tant dans les activités de production ou comme prestataires de services, et visant à permettre la modernisation de leur outil de travail dans le but d’être plus compétitif et d’offrir une prestation de meilleure qualité  à leur clientèle.
 La collectivité apportera son soutien à 5 professionnels intervenant dans des domaines d’activité divers (BTP, couture, électricité, mécanique…) pour l’acquisition de matériel d’équipement. Le montant global de cet accompagnement  s’élèvera à  36 954 € .

Le Département, partenaire de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat

Dans le cadre de sa politique de promotion des savoirs faire locaux, Le Conseil Général signera une convention avec la Chambre de Métiers et de l’Artisanat afin d’accompagner la mise en œuvre de deux opérations de son programme d’actions 2010 pour un montant de  50 000 € :
La Foire de Paris 2010 permettant de favoriser le développement des produits et de valoriser le savoir-faire des artisans guadeloupéens.
La mise en place d’un pavillon d’entreprises guadeloupéennes artisanales sur le village de la Route du Rhum (novembre 2010) pour assurer la promotion des métiers du secteur.
Rappelons que le soutien apporté par la Collectivité concerne également l’organisation de manifestations promotionnelles de l’Artisanat, la participation à des salons spécialisés ou grands publics et la mise en place d’actions de communication, d’information et d’accompagnement des professionnels.

ACTIONS ENVERS LA JEUNESSE

L’Assemblée départementale encourage les initiatives des acteurs locaux

Conformément à la programmation du Schéma Départemental de l’Enfance, de la Jeunesse et de la Famille 2008-2013 et suite à la mise en place du Contrat Urbain de Cohésion Sociale de l’agglomération pontoise,  le Conseil Général, chef de file de l’action sociale  a signé une convention avec la Caisse d’Allocations Familiales permettant d’optimiser ses interventions en faveur des familles guadeloupéennes. Le Département accordera ainsi une aide financière de 16 500 euros à cinq associations  dont les projets visent à mener des actions d’insertion  à destination des jeunes (animations socio-éducatives et sportives, actions périscolaires, ateliers accueil loisirs…).
En outre, et toujours dans le cadre de son schéma départemental de l’enfance et de la famille, la collectivité a  retenu le projet de création d’une Maison des Adolescents.  Les objectifs de cet établissement sont les suivants :
Apporter une réponse de santé et prendre soin des adolescents par les prestations les mieux adaptées à leurs besoins et leurs attentes
Fournir aux adolescents des informations, des conseils et une aide au développement d’un projet de vie,
Garantir la continuité et la cohérence des prises en charge,
Constituer un lieu ressource sur un territoire donné pour l’ensemble des acteurs concernés par l’adolescence.
La mise en place de la Maison des Adolescents a été confiée à l’Association Guadeloupéenne de Pédiatrie-Réseau Grandir, à laquelle le Conseil Général accordera une subvention de 30 000 euros. Elle sera installée dans des locaux mis à disposition par la municipalité de Baie-Mahault.

Dans le droit fil de l’épanouissement de la jeunesse, le Conseil Général  renouvellera sa convention avec le Club Nautique et Sportif de la Basse-Terre pour la gestion du Centre Départemental de Pleine Nature situé à Rivière Sens  et dont il est le propriétaire.
Ouvert au tout public et aux élèves des établissements scolaires, ce centre permet la pratique   des sports nautiques et des activités de pleine nature. La collectivité attribuera également un montant de 30 000 euros au Club Nautique pour le bon fonctionnement de la structure.

Le Conseil Général accompagne la jeunesse au quotidien

Le Centre Régional d’Information Jeunesse Guadeloupe (CRIJGUA), créé en 1983 sous forme associative afin de garantir un accès à l’information à tous les jeunes quels que soit leur situation, leur origine, leur sexe, leur religion ou leur catégorie sociale, bénéficiera d’une subvention de 60 980 euros pour la réalisation de son programme d’activités de l’année 2010. Les services proposés aux jeunes sont multiples : la documentation, le conseil en insertion, l’aide à l’insertion par le logement, l’accès au multimédia et aux Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), la mobilité internationale sous forme d’échanges ou encore la formation.


ENVIRONNEMENT

Le Conseil Général contribue au Grand projet de plate-forme environnementale multi-filières de traitement des déchets

L’amélioration et la mise en œuvre d’une gestion durable des déchets en Guadeloupe demeurent une priorité pour le Conseil Général de  Guadeloupe.
Devant l’obligation faite par la Commission Européenne à la France de procéder à la fermeture des décharges non conformes aux critères d’environnement et de santé publique, et face à l’absence d’installations de traitement moderne des déchets sur notre territoire, l’ensemble des acteurs institutionnels de Guadeloupe se trouve face à l’impérieuse nécessité de trouver des solutions  de gestion des déchets durables et pérennes visant à préserver notre environnement.
Aujourd’hui le constat qui peut être fait de la gestion des déchets est alarmant, la décharge de la Gabarre exploitée par le SICTOM de l’Agglomération Pontoise proche de la saturation, reçoit en effet la plus grande part des déchets ménagers de la Guadeloupe continentale.
Face à cette nécessité, deux outils majeurs nous permettent aujourd’hui de disposer d’un cadre et de moyens d’actions arrêtés en concertation par les partenaires locaux afin de doter notre territoire des équipements qui lui sont nécessaires dans ce domaine :
Le Plan Départemental d’Elimination des Déchets Ménagers et Assimilés (PDEDMA) adopté en janvier 2008. Il constitue une feuille de route fixant la stratégie et les actions à réaliser en matière de gestion des déchets.
Le Programme Opérationnel FEDER 2007-2013 qui apporte des moyens financiers importants qu’il importe de mobiliser aujourd’hui en direction de ces priorités.

C’est dans ce cadre que le SICTOM de l’agglomération pointoise a initié un projet de plate-forme multi -filières de traitement des déchets sur le site de la Gabarre.
Suite à une procédure de Délégation de Service Public, c’est le groupement URBASER SA/VALORGA INTERNATIONAL SAS à travers sa société dédiée VALORGABAR SAS qui a été chargé de la conception, du financement, de la réalisation et de l’exploitation de l’ouvrage.
L’installation projetée permettra le traitement de 140 000 T/an de déchets par tri, valorisation organique et valorisation énergétique. L’incinération n’intervenant qu’en bout de processus lorsque toutes les autres possibilités de valorisation des déchets auront été épuisées. La mise en service de la plate-forme de traitement se fera conjointement à la fermeture progressive de la décharge et à la réhabilitation du site.
Compte tenu de l’intérêt public majeur que représente cette réalisation pour la Guadeloupe et des exigences environnementales fortes qu’il traduit pour l’avenir de notre territoire, le Conseil Général attribuera un montant de 8 500 000 euros au SICTOM pour la mise en oeuvre de ce projet.

AMENAGEMENT DU TERRITOIRE

La collectivité modernise ses équipements  d’irrigation

Dans le cadre de sa politique en faveur de l’amélioration des équipements ruraux, la collectivité départementale procèdera aux travaux de voirie, de bâtiments, d’aménagement d’espaces verts, de construction de réseau hydraulique du réseau d’irrigation de Grand Bassin à Saint-Louis de Marie-Galante pour un montant de 246 836 euros. Le Conseil Général a désigné aujourd’hui les entreprises chargées de ces prestations d’une durée prévisionnelle de trois mois.

Le Conseil Général améliore la sécurité des usagers de la voirie départementale

L’assemblée départementale procèdera au transfert de compétence vers la ville de Baie-Mahault de la rue de la République, classée voirie départementale RD20, afin de permettre à la commune de réaliser des aménagements sur cette voie située à l’entrée du bourg. La collectivité départementale participera à hauteur de 800 000 euros aux  travaux d’assainissement pluvial, d’enrobés, de création de trottoirs et d’éclairage public de cette artère principale de la ville.

CULTURE

L’écomusée de Marie-Galante : outil fondamental
du développement économique de l’île

Les conseillers généraux ont émis un avis favorable sur le projet scientifique et culturel de l’écomusée de Marie-Galante visant à une rénovation globale de son concept, de son fonctionnement et de sa muséographie. Ainsi, dans le nouvel écomusée, chaque site présentera une ou des thématique(s) spécifique(s) en fonction de sa situation géographique, de son histoire et les vestiges qui y subsistent, tel que résumé ci-après :
L’Habitation Murat : siège de l’écomusée, valorisera l’histoire générale de l’île, les arts et traditions populaires de Marie-Galante de la première moitié du XXème siècle.
L’Habitation Roussel-Trianon deviendra un Centre Culturel de Rencontre qui aura pour objet la conservation, la recherche et la valorisation du patrimoine immatériel de la Caraïbe.
Pirogue et la mare au Punch valoriseront la ruralité de Marie-Galante, présenteront « l’affaire de Marie-Galante » (juin 1849) et les mares de l’île, et feront l’objet d’une résidence d’artiste.
L’ancienne usine et distillerie de Dorot : histoire de l’industrie sucrière et rhumière de Marie-Galante.
Les 28 moulins de l’île feront l’objet d’une campagne de sauvegarde de la mémoire et 4 d’entre eux seront restaurés pour des activités socioculturelles et artisanales.
L’indigoterie des Roches Noires, le puits à escalier et la grotte du morne Rita aborderont les périodes de l’histoire de l’île ayant trait aux amérindiens et au début de la colonisation.
Le concept qui consiste à proposer aux visiteurs un circuit à travers l’île reliant tous les sites entre eux permettra d’associer la population locale et d’organiser des expositions à partir des collections privées.



 Le Conseil Général favorise le développement des actions culturelles.

Afin d’encourager les initiatives des acteurs locaux et de soutenir les efforts de valorisation du patrimoine guadeloupéen, Le Département contribuera à la création de la revue bisannuelle Perspektives réalisée par l’association Débats et Idées en Guadeloupe pour un montant de 1200 euros. Destinée à un large public, cette publication diffusée en Guadeloupe, en France et à l’étranger  traitera de sujets appartenant à la fois au patrimoine culturel et historique et assurera la promotion de la culture guadeloupéenne dans toutes ses dimensions.

La collectivité soutient également le comité d’animations sportives et culturelles de Sainte-Anne pour l’organisation de la 23ème édition du Festival de Gwoka  à hauteur de 15 000 euros. Cette manifestation contribue à la sauvegarde, la valorisation et la diffusion du patrimoine culturel immatériel de la Guadeloupe.

Le Département souligne l’intérêt porté aux jeunes guadeloupéens et accordera 3 000 euros à l’association Ludo Soleil pour la création d’une ludothèque itinérante destinée à favoriser les échanges, les rencontres inter quartiers et intergénérationnelles à prévenir l’échec scolaire à permettre aux familles non francophones de renforcer le lien familial à travers des espaces de loisirs. Ce projet figure au rang des actions prévues au titre du Contrat Urbain de Cohésion Sociale de l’agglomération pontoise (Abymes, Pointe-à-Pitre, Gosier, Baie-Mahault).

Partager cet article

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens