Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 20:41

Sur Prométhée, site communiste, blog militant pour la construction du Parti pour le socialisme, lu :

 

 

Le site du POI publie un communiqué du PT algérien sur les émeutes des jeunes. Ce communiqué ne dit pas un mot des jeunes tués par les forces de répression, et n’appelle pas à la fin de la répression et des arrestations. Il appelle le gouvernement algérien à prendre des mesures contre la crise – mesures justes – mais n’appelle en rien la population et les travailleurs à la solidarité active avec les jeunes, c’est-à-dire à descendre dans la rue.
Aucun appel à l’UGTA pour organiser le combat avec la jeunesse. Pas une seule fois le nom de BOUTEFLIKA n’est cité. Pas une seule fois, le communiqué ne fait référence aux manifestations qui ont lieu en Tunisie et qui participent d’un même mouvement des masses de la région contre l’exploitation. Ce communiqué s’accompagne de déclarations de Louisa HANOUNE reprises dans la presse algérienne.
Dans le journal Horizons du 8 janvier 2011, la dirigeante du PT déclare que « l’Algérie n’est pas à feu et à sang » », qu’il ne s’agit « pas d’un soulèvement de toute la jeunesse » et que « le gouvernement n’a en aucun moment fait la sourde oreille aux préoccupations citoyennes ». Sur le site d’El Hannabi, Louisa HANOUNE déclare que « 800 000 logements sociaux ont été distribués » et « qu’il y a un début de réponse aux problèmes mais cela ne répond pas aux attentes ». Elle ajoute : « il faut être malhonnête pour nier tous les efforts de développement du gouvernement ces dernières années ».
Toujours dans Horizons, Louisa HANOUNE affirme qu’il n’y a aucun rapport entre les émeutes de Tunisie et d’Algérie. Selon la dirigeante du PT algérien, la politique du gouvernement algérien n’est pas une politique d’austérité. Il est vrai que le 23 octobre dernier, elle déclarait que « le bilan du gouvernement est en partie positif ».
On se souvient que fin novembre, à Alger, le PT algérien et le POI étaient, avec d’autres organisations, les
organisateurs d’une conférence mondiale contre la guerre et l’exploitation. Une conférence qui avait reçu un message du premier ministre algérien. Aujourd’hui le PT d’Algérie et le POI ne disent pas un mot de la guerre que le président BOUTEFLIKA et son gouvernement font au peuple algérien pour accroître son exploitation.
Le numéro 131 d’Informations ouvrières, daté du 13 janvier consacre plus d’une page à l’Algérie. Le mot répression n’est jamais utilisé. Le lecteur de ce journal ne peut y apprendre que des jeunes manifestants ont été tués par la police de BOUTEFLIKA. Il ne peut également y apprendre que, selon certains journaux algériens, plus de 1 000 personnes ont été arrêtées et que des procès ont déjà eu lieu.
Comme la direction du PT d’Algérie, la rédaction d’Informations ouvrières établit une stricte séparation entre l’Algérie et la Tunisie, et refuse de lier le combat des deux peuples pour le respect de leurs droits. Comme on peut le constater, Informations ouvrières, qui se vante souvent d’être le seul à rapporter tous les faits nécessaires au combat de classe et à la construction d’une Internationale ouvrière, fait preuve d’une conception pour le moins étonnante de l’information, de la solidarité entre les peuples et de l’internationalisme.
Pour notre part, conformément aux traditions du mouvement ouvrier, nous sommes totalement solidaires du peuple algérien dans son combat contre l’impérialisme, contre le FMI et l’Union européenne et pour toutes ses revendications. C’est pourquoi nous dénonçons la répression dont il est victime, et nous réclamons la libération immédiate et sans condition des tous les manifestants emprisonnés.
De même, force est de constater que la direction du POI, qui donne volontiers des leçons d’indépendance de classe, semble, c’est le moins que l’on puisse dire, pas très indépendante du gouvernement BOUTEFLIKA.

Partager cet article

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article

commentaires

bendra 12/02/2011 13:57


paix inchallah soyez digne et sans violence le sang ne doit pas couler la démocratie se gagne par la joie d un peuple unis nous sommes loin mais de tout coeur avec vous


Ti jan Lorizon 01/02/2011 14:10


Compère lapin a de beau jours devant lui. Que demandent les peuples du maghreb? Démocratie,chute des dictateurs, liberté d'expression, de religion, d'opinions politiques, de circulation, fin de la
corruption, salaires décent, société de consommation et ctétéra. Chez nous c'était 200 euros et la copine au pouvoir. Rien a voir!


Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens