Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 décembre 2010 3 29 /12 /décembre /2010 15:36

INDISCRETIONS
Marie-Luce
Appel des élus, hier, à la réunion solennelle du Congrès à la Région. Marie-Luce Penchard (UMP), actuellement ministre de l'Outre-mer et conseiller régional, qui brigue un siège de conseiller général l'an prochain... n'était ni représentée ni excusée. Elle n'était pas là, tout simplement. Ce qui peut se comprendre quand on songe que le Congrès a voté un texte qui sera remis au président de la République le 9 janvier, lors de son passage en Guadeloupe...

Patrice
Patrice Tirolien, député européen (PS), qu'on ne revoit que rarement en Guadeloupe depuis son élection, était bien présent dans l'hémicycle du conseil régional. Quoique n'appartenant pas au Congrès (seuls les élus nationaux en font partie, mais sans droit de vote). Ll l'a d'ailleurs fait remarquer en préliminaire d'un petit discours une fois que Victorin Lurel l'a invité à s'exprimer au même titre que els élus nationaux.

Harry
Il a toujours la dent dure, le Vert Harry Durimel. Quoique allié de Victorin Lurel, il n'a pas apprécié que celui-ci oublie les Verts quand il a énuméré les partis politiques qui pourraient s'exprimer (5 minutes maxi) lors de cette assemblée. « Les Verts, c'est minus ! », s'est-il écrié, outré de cet oubli. Plus tard, sans doute prévenu par quelqu'un de son entourage, Victorin Lurel a rattrapé le coup en soulignant qu'il avait laissé deux sms sur le portable d'un responsable des Verts mais qu'il n'avait jamais eu de réponse, qu'Harry Durimel est bien là, mais en qualité d'élu, etc.

Lucette
Lucette Michaux-Chevry, une partie de sa main droite toujours bandée (elle est tombée il y a quelque temps), a passé une partie de sa matinée au téléphone. Avant de se lever pour prendre la parole, es qualité de parlementaire, à la demande de M. Lurel — « J'obéis ! », a-t-elle souligné.  Hé bien, pour ceux qui disaient qu'elle était fatiguée, elle s'est révélée bien réveillée, très dynamique. La Lucette qu'on connaît. « Vous avez peur de la consultation populaire ! Par des contorsions on veut enlever la parole au peuple guadeloupéen », a-t-elle accusé en regardant Victorin Lurel.

Victorin
Accusé au fil des interventions des uns et des autres, Victorin Lurel a pris la parole pour préciser, en substance, qu'en examinant les positions de Lucette Michaux-Chevry en 2003 et en 2010, en matière de contorsions, on n'a pas de leçon à lui donner... Ben !

Cédric
Cédric Cornet, conseiller régional qui voit des complots partout, a pris la parole en tout début de séance pour dire qu'on préparait un « coup bas » avec ce Congrès. « Mais non, il n'y a pas de coup bas ! », a répliqué Victorin Lurel, agacé.

Eric
Eric Jalton, député, ne se fait pas beaucoup d'illusions : « Votre assemblée va voter une adaptation du projet voté par le parlement et le rpésident de la République va vous débouter de votre demande d'adaptation. Il faut avoir des argumentations plus solides que le nombre de conseillers territoriaux et le scrutin à la proportionnelle pour laisser place à un peu de parité... »

Daniel
Daniel Marsin, sénateur : « Il ne faut pas confondre vitesse et précipitation. Nous avons jusqu'au 26 janvier pour statuer... » Et de faire un intéressant cours sur la définition de la vitesse, celle de la précipitation... « Il y a urgence ? L'urgence c'est quand on n'a pas fait ce qu'il fallait faire à temps... », a-t-il lancé. Un discours intelligent. « Moi, je suis pour une assemblée unique d'une collectivité unique ! Tout ce qu'on nous propose, c'est une sorte de monstre, comme une sorte de bèt a man Ibè ! », a-t-il conclu avec ironie.

Gabrielle
De son écriture penchée, Gabrielle Louis-Carabin, député, a écrit un discours dans lequel elle a réaffirmé son attachement à l'article 73. « Les Guadeloupéens veulent une République qui reconnaisse l'identité locale. Le droit commun doit être adapté aux réalités locales... » Le bon sens en paroles...

Jacques
Jacques Bangou, au nom du PPDG. C'est le premier élu à prononcer le mot « indépendance », pour dire que ce 'nest pas l'objet du débat, d'autant que les derniers qui parlent d'indépendance, certains syndicalistes mêlent « nationalisme et envie de France » dans leurs revendications quand ils mettent de côté les élus locaux et demandent l'intervention du représentant de l'Etat.

Marie-Christine
Marie-Christine Myre-Quidal, secrétaire générale de l'UPLG, demande à Victorin Lurel qu'il accepte de recevoir le LKP. Réponse, plus tard, de M. Lurel : « J'ai demandé à plusieurs reprises à renconter les syndicats, ils m'opposent un refus ! » Mais, il se dit prêt à les recevoir pour parler...

Max
« Nous ne sommes ni ultrafrançais ni aventuristes ! » a-t-il dit en substance dans son discours pour clarifier les intentions de son parti, le PS, avant d'appeler à se rassembler pour donner une majorité au texte proposé au vote de l'assemblée.

Victorin 2
Sur le fait que Nicolas Sarkozy ait, selon lui, passé outre la promesse faite de ne pas engager l'avenir de la Guadeloupe lors de la discussion sur la réforme territoriale au plan national, Viuctorin Lurel a dit : « Nous avons été court-cicuités, mais nous ne sommes pas amers. »

Jean-Marie
Première question posée, celle de l'article 74. Méfiants, ne comprenant pas si on leur demande de se prononcer pour l'autonomie ou contre, les élus hésitent à lever la main. On leur demandait simplement s'ils voulaient que la question soit posée. Ils ont alors tous levé la main. Au moment de dire s'ils voulaient l'article 74, c'est à dire l'autonomie de la Guadeloupe, personne n'a levé la main. Et surtout pas Jean-Marie Huber et Alain Lacavé, conseillers généraux, qui ont préféré sortir avant le vote, ce qui leur a évité d'être les seuls à lever la main... c'est vrai que 2 contre plus de 80, ça fait une nette... minorité !

Victorin 3
Sur 81 présents, 6 élus se sont abstenus ou ont voté contre lors du vote du texte qui sera présenté au président de la République — adaptation de la réforme telle que votée au parlement, avec deux spécificités : 65 élus et un scrutin laissant place à un système mixte comprenant une dose de proportionnelle. Commentaire de M. Lurel : « Six sur 81... C'est une nette majorité qui s'est dégagée. » A suivre...
André-Jean VIDAL

Partager cet article

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article

commentaires

SIKAKOKO 30/12/2010 12:41


Il faut lire l'analyse décapante de Sosthène http://guadeloupe-en-crise.over-blog.com/article-la-population-n-est-pas-encore-prete-pour-l-evolution-institutionnelle-63914453.html


Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens