Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 14:31
Deux siècles après sa mort, le "plébiscite" de Joséphine aux enchères

" Tout est fini, il abdique...": cette lettre de Joséphine à propos de Napoléon Ier a été acquise pour 86.745 euros samedi à Fontainebleau, lors de la vente aux enchères d'une collection rare qui a été "plébiscitée", selon la maison Osenat.
L'ensemble dispersé samedi, réuni par un collectionneur français, comportait 50 lettres de l'impératrice Joséphine (1763-1814) et environ 400 documents la concernant ou touchant à l'histoire de la Révolution et du Premier Empire.
Le produit total de la vente s'élève à 700.000 euros (frais compris), "un montant deux fois supérieur à ce que l'on en attendait", a indiqué à l'AFP le commissaire-priseur Jean-Pierre Osenat.
"C'est vraiment un triomphe ! C'est la confirmation que dans tous les pays du monde on s'intéresse à Joséphine", a ajouté le président de la maison Osenat, soulignant que des "Américains, des Anglais, des Allemands, des Russes, des Suisses" ont participé, par téléphone, aux enchères.
La lettre "Tout est fini, il abdique, je vis dans les transes et une anxiété horrible...", écrite par Joséphine en avril 1814 à son fils Eugène de Beauharnais, a atteint le montant record de 86.745 euros.
Elle a largement devancé la fameuse missive amoureuse de 1796 "Mon mari ne m'aime pas, il m'adore, je crois qu'il deviendra fou. Il est impossible d'être plus heureuse que je ne le suis de ce côté" (39.655 euros).
Un lot de trois lettres, dont une en copie à Napoléon lui disant "Bonaparte, tu m'as promis de ne pas m'abandonner...", a été vendue 55.765 euros.
Quant au mot d'Alexandre Berthier à Joséphine en 1797 "Oui vous possédés le coeur de l'honne qui sera le plus grand non seulement de son siècle mais de tous ceux passés..." (sic), il est parti pour 10.390 euros.
"Finalement, c'est la lettre la plus magique, la plus intéressante qui a atteint le montant le plus élevé", a estimé Jean-Pierre Osenat. Pourquoi ? "Parce que c'est l'Histoire. Une espèce d'épopée qui a fait frissonner la terre entière pendant quinze ans", s'enflamme le commissaire-priseur, pour qui "il y a encore aujourd'hui une passion napoléonienne incroyable".
Les Archives nationales de France ont préempté, pour le département des Hautes-Pyrénées, un témoignage sur l'incendie de Moscou. De nombreuses acquisitions ont en outre été réalisées par des collectivités locales et des musées, dont celui du château de Malmaison (Hauts-de-Seine), qui fut la propriété de Joséphine.
Née en 1763 en Martinique, Marie-Josèphe-Rose de Tascher de la Pagerie, dite Joséphine, a épousé en premières noces Alexandre de Beauharnais. Emprisonnée en 1794 puis relâchée, elle est devenue la maîtresse de Barras. Ce dernier l'a délaissée et lui alors présenté le jeune officier Napoléon Bonaparte.
Très épris, Bonaparte l'a épousée civilement en mars 1796. Proclamée impératrice en 1804, Joséphine a été contrainte de divorcer en 1809 faute de pouvoir donner à l'empereur une descendance. Elle est morte de pneumonie le 29 mai 1814.

Partager cet article

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens