Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 14:06
LES SALARIÉS DE LA CTM FONT VALOIR LE DROIT DE RETRAIT
 
« Suite à la réception du rapport d’expertise finalisé relatif à la sécurité sur le site de la Centrale Thermique du Moule mettant en évidence aujourd’hui de façon non contestable la non application de l’article 7 (prévention des risques)  de l’arrêté préfectoral n°97-416 autorisant la CTM à exploiter une centrale mixte bagasse charbon au lieu dit Gardel sur le territoire de la commune du Moule ;
 
Et au constat de :
- L’inobservation par la direction de l’établissement (classé point sensible n°3)
de l’article 11 ayant empêché toutes études des risques interférents
(construction d’une nouvelle tranche de production dans le périmètre
d’application d’un arrêté préfectoral existant)  dans une entreprise classée
point sensible n°3;
 
- L’inobservation par la direction de l’établissement d’un bon nombre de
prescription édictées à la quatrième partie  livre 1 (titre II et titre IV),
quatrième partie livre 2 (titre II et chapitre IV), quatrième partie livre 3 (titre
I chapitre III section II), quatrième partie livre 3 (titre II, chapitre II) du Code
du Travail relatifs à la santé et à la sécurité au travail dans l’entreprise;
 
Suite CHSCT du 01 décembre 2009, le Personnel à user de son droit de retrait
des installations production électrique de la Centrale Thermique du Moule.
 
 La CGTG rappelle que la CTM a connu un incendie majeur en septembre 2004, et que les prescriptions des assureurs n’ont toujours pas été prises en compte par la Direction de l’entreprise. Un élément que le rapport d’expertise met en évidence.
 
La CGTG indique que ce rapport d’expertise a été commandé par le CHSCT au lendemain d’un nouveau départ de feu en aout 2008 et au cours duquel quelques salariés ont inhalé dans des proportions importantes des fumées.
 
La direction de l’établissement avait toujours déclaré respecter l’ensemble de ses obligations en matière de prévention du risque. A ce niveau d’information, une plainte a été déposée par le CHSCT  et la FE CGTG pour risques causés à autrui par la violation délibérée de plusieurs obligations de sécurité.
 
Ce droit de retrait est concomitant avec un préavis de grève sur la base d’un cahier de revendication en huit points :
 
• Pleine et entière application de l’accord de fin de conflit du 03 avril 2009:
Article 2 et article 7; 
• Reconnaissance de l’UES entre les entreprises CTP/CTM, STP/CTG,
EMS/CTBR et la Séchilienne-Sidec;
• Indemnisation -préjudice compris- du non versement depuis 1999 jusqu’à ce
jour de la participation obligatoire;
• Calcul du budget de fonctionnement du Comité d’Entreprise de 1999 à 2009;
• Mise en place d’un Comité Central d’Entreprise;
• Respect intégral de l’arrêté préfectoral n° 97-416 AD ¼ : Article 3,
article 7, article 11, article 15; 
• Mise à disposition de véhicules de service pour le personnel assurant
l’astreinte;
• Arrêt de la discrimination de traitement se basant sur l’origine et relatif à
l’indemnité kilométrique.
 
 
Le Bureau Syndical
FE CGTG / CTM.
Partager cet article
Repost0

commentaires

Aimar 04/12/2009 00:09


Les pauvres petits chéris !
C'est vrai que lorsque le plus petit salaire de la CTM est à 5.000 euros, il serait dommage de gâcher cette jolie situation en inhalant quelque fumées.
Bref, dans le pays où le RESPECT des uns et des autres est gravé dans le marbre, il est réconfortant de constater que ce ne sont pas les "colonyalist" qui méprisent la population guadeloupéenne
mais tout bêtement les guadeloupéens les mieux payés qui se permettent de priver tout un peuple d'un service élémentaire.
Respect en nou ?
Mon œil.


Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens