Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 14:47

Marie-Luce Penchard répond à Victorin Lurel
Mi-juillet, Victorin Lurel, président du conseil régional, a écrit à Marie-Luce Penchard pour lui dire qu'elle ne fait avancer aucun dossier de la Guadeloupe.
Dans un courrier rendu public hier, la ministre de l'Outre-mer répond.

« Vous m’interrogez sur la suite que j’entends réserver à un certain nombre de demandes de financement dont, pour la très grande part d’entre elles, ni moi, ni mon cabinet, pas même mes services au ministère de l’Outre-mer, n’avons eu connaissance jusqu’alors. » Le ton du courrier expédié par Marie-Luce Penchard à Victorin Lurel, donne le ton de leurs relations.
Victorin Lurel avait expédié avec son courrier 16 fiches détaillant les projets qui ont une importance particulière pour la Guadeloupe et qu'il souhaitait voir soutenus par la ministre.
« La lecture de votre lettre tend à laisser croire plus généralement que l’Etat ne serait pas au rendez-vous des projets guadeloupéens. C’est passer bien vite sous silence le soutien déterminant que l’Etat a apporté au plus fort de la crise, en engageant près de 60 M€ dans le cadre du Fonds Exceptionnel d’Investissement (FEI) sur pas moins de 35 projets programmés en Guadeloupe en 2009 et en 2010. Au 31 décembre dernier, le taux d’exécution de ces projets frôlait  les 70% et, encore récemment, en plus des engagements de financement déjà pris, je faisais débloquer, par exemple, près de 400 000€ au titre du FEI pour un dossier porté par la commune de Gourbeyre... », détaille la ministre dans sa réponse. Elle ajoute : « Vous le savez bien, le Gouvernement a été et reste plus que jamais aux côtés des guadeloupéennes et des guadeloupéens. »

« Un engagement résolu »
D’ailleurs, si d’aucuns jugeaient utile malgré ces quelques chiffres d’illustrer plus avant encore cet engagement résolu de l’Etat en Guadeloupe, il suffirait pour cela de se pencher un instant sur les orientations qui président au contenu des projets listés dans votre lettre.
Mme Penchard détaille ensuite les aides gouvernementales aux projets guadeloupéens.
Ainsi, depuis 2007 et jusqu’en 2013, le ministère intervient à hauteur de 7 M€ sur l’eau potable. Pour les transports et des projets de désenclavement terrestre et maritime, 2 M€ ont été engagés sur des opérations prêtes. Pour les travaux de renforcement parasismique, l’Etat consacre à la mise aux normes du logement social 10 M€ par an avec, en 2010, 6 M€ qui s’y sont ajoutés au titre du FEI et du plan de relance. Sans compter 3,3 M€ par an que l’Etat consacre à la consolidation ou à la reconstruction des écoles. »

Il faut des dossiers bien ficelés...
Elle tacle : « S’agissant d’ailleurs des établissements scolaires, comment ne pas regretter que le renforcement parasismique de la cité scolaire de Baimbrigde n’ait toujours pas fait l’objet du moindre commencement de travaux par le conseil régional, alors même que l’Etat a fait en sorte de dégager un financement à hauteur de 20 M€ dès 2009. »
Elle poursuit : « L’Etat va financer intégralement à hauteur de 590 M€ la reconstruction du CHU, ce qui constitue une avancée majeure à la fois pour les Guadeloupéens et le personnel hospitalier. Nous avons aussi souhaité contribuer à la réorganisation du service des urgences, pour laquelle l’ARS a déjà investi 6 M€. Enfin, le soutien financier pour la reconstruction de l’hôpital de Capesterre-Belle-eau avec Ephad sera poursuivi. »
« Vous le savez et la vérité exige qu’on le rappelle : l’Etat soutient et soutiendra toujours les projets guadeloupéens qui contribuent à combler les retards en équipements véritablement structurants dont nous avons besoin en Guadeloupe et qui contribuent efficacement à stimuler le développement économique.
Cela suppose naturellement qu’au-delà des listes et énumérations, les projets soient suffisamment avancés en termes de contenu concret et de plan de financement. Cela exige, enfin, qu’au-delà du catalogue, ils s’inscrivent dans le cadre d’une véritable stratégie régionale de développement économique et social », conclut Mme Penchard.
Décidément, ces deux-là ne s'aiment pas.
André-Jean VIDAL

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens