Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 22:51
Cyclone Oli : environ 4.000 personnes évacuées en Polynésie, progression vers le Sud

Après son passage au large de Tahiti, où environ 4.000 personnes ont dû être évacuées, le cyclone Oli poursuivait sa progression jeudi vers l'archipel des Australes, au sud, où, gagnant en puissance, il pourrait provoquer, selon le Haut commissariat, des dégâts très importants.
L'alerte rouge a été en revanche levée aux Iles Sous le Vent et aux Iles du Vent.
Des premières informations avaient fait état de deux surfeurs portés disparus à Tahiti, déclenchant des recherches. Celles-ci ont été finalement stoppées, ont indiqué les pompiers, évoquant de mauvaises informations.
La mer reste très forte avec des creux de 6 mètres. Quelques dizaines d'habitations ont été détruites par les crues des rivières ou les vents à Tahiti. Les dégâts apparaissaient limités sur l'île, avec quelques inondations, quelques toits arrachés et des routes coupées.
Le bilan est plus lourd aux Iles Sous le Vent, le premier archipel touché, à l'extrême ouest, où "quelque 300 maisons ont été détruites, abîmées ou inondées, et une détruite par un incendie électrique", selon Magali Charbonneau, directrice de cabinet du Haut commissaire. Nombre d'habitants étaient privés d'électricité.
Dans cette zone frappée mercredi, on recensait six blessés légers à Raiatea, deux à Maupiti, et un grave à Bora Bora, un homme tombé de son toit.
A Bora Bora, poumon touristique du territoire, près de 700 vacanciers sur le départ étaient toujours bloqués dans leurs hôtels, le trafic aérien n'ayant pas repris.
A Raiatea, l'île la plus peuplée de l'archipel des Iles Sous le Vent, "des pontons ont été détruits, un autre a coulé, des poteaux électriques ont aussi été arrachés et nous n'avons plus d'électricité", a déclaré  Dominique Goche, adjoint au maire.
Environ quatre mille personnes ont été évacuées des embouchures de rivières et des zones côtières, mais elles regagnaient jeudi peu à peu leur domicile.
Le cyclone, qui progressait vers le sud, devrait approcher Rurutu à 20h00 (vendredi à 07H00 à Paris) et pourrait causer des dégâts importants, selon le Haut commissariat. "La population a bien respecté les consignes, elle s'est déplacée vers les abris. Mais, comme la houle faiblit, on a juste peur que les gens rentrent chez eux", a déclaré le maire de cette île, Frédéric Riveta.
La situation est plus difficile à Tubuai où "certains habitants n'ont pas voulu quitter leur domicile", selon l'adjoint au maire Henri Ioane.
Or, c'est Tubuai que le cyclone devrait frapper le plus violemment, à 02h00 du matin vendredi (13H00 à Paris) "avec des vents moyens à 185 km/h et des pointes à 260 km/h", a indiqué Magali Charbonneau.
La ministre de l'Outremer Marie-Luce Penchard, en déplacement à Papeete depuis dimanche, rendra visite aux sinistrés de Tahiti dans la matinée. Ses visites dans les autres îles sont annulées, et son départ, prévu jeudi soir, repoussé.
L'alerte rouge, impliquant une interdiction de circuler après mise à l'abri des populations, avait déjà été déclenchée dans la nuit à Moorea et Tahiti où vivent 70% des 260.000 Polynésiens.
Tous les établissements scolaires de l'ouest de la Polynésie ont été fermés et la population a dû abandonner les habitations en tôles ou en matières végétales, pour gagner les bâtiments en béton: mairies, écoles ou églises.
L'armée a tenté d'évacuer plusieurs îles, mais s'est dans certains cas heurtée au refus des habitants, notamment des "copraculteurs", qui extraient l'huile des noix de coco sur les îles plates de l'extrême ouest.
La Polynésie française compte 121 îles au total dont 76 habitées.


Partager cet article

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens