Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 22:23
Régionales 2010

Victorin Lurel: "Marie-Luce Penchard récidivera"

Par Axel Gyldén, publié le 22/02/2010 sur http://www.lexpress.fr/region//marie-luce-penchard-recidivera_850512.html à 18:09 - mis à jour le 22/02/2010 à 18:15

 

Candidat à sa propre succession, Victorin Lurel, président sortant de la région Guadeloupe et député du Parti socialiste, réagit aux récents propos de Marie-Luce Penchard, secrétaire d'Etat à l'Outre Mer, et candidate UMP à la présidence de la région.

Comment expliquez-vous que les récentes déclarations de Marie-Luce Penchard [sur les 500 millions de subventions qu'il lui "ferait mal de voir quitter la Guadeloupe"] aient fait davantage de bruit en métropole qu'en Guadeloupe?

Ce n'est pas exact. Ses déclarations ont choqué ici aussi, tout comme elles ont scandalisé à la Réunion. Mais il est vrai que le retentissement de ses propos en métropole a été considérable. C'est tant mieux !

Pour ma part, je les ai trouvés navrants. Entre nous, je pense qu'elle récidivera. Car madame Penchard est quelqu'un qui a du mal à maîtriser sa parole, son caractère et sa personnalité, laquelle est volcanique. Posséder une si faible capacité rhétorique et oratoire à son niveau de responsabilités est pour le moins surprenant.

Victorin Lurel, président PS de la région Guadeloupe en février 2009.

AFP/Julien Tack

Victorin Lurel, président PS de la région Guadeloupe en février 2009.

Que pensez-vous de la position de Patrick Balkany, selon lequel il faudrait la "virer" du gouvernement?

Honnêtement, cela m'a fait plaisir. Car il a été franc, direct. Au reste, compte tenu de sa proximité avec le président de la République, je suis convaincu qu'à un moment donné, quelqu'un lui a donné le feu vert pour "allumer" la ministre. Cela étant dit, je ne me suis pas associé à ceux qui ont réclamé la démission de Mme Penchard. Pourtant, si elle avait un minimum de bonne foi ou, tout simplement, un peu de talent politique, elle devrait s'excuser.

Pourquoi?

Pour se re-légitimiser. Dorénavant, à chaque fois qu'une décision concernant la Guadeloupe sera prise par la ministre de l'Outre-Mer, une suspicion de favoritisme planera. La perte de crédibilité de Marie-Luce Penchard est aggravée par son attitude pendant l'actuelle campagne des régionales. Elle n'hésite jamais à recourir aux approximations, aux mensonges, à la diffamation.

A quoi faites- vous allusion ?

Quand elle déclare: "Ca me ferait mal de voir 500 millions de subventions quitter la Guadeloupe", elle évoque en réalité un montant correspondant à "des projets destinés à d'autres collectivités d'Outre-Mer"! C'est du moins  ce qu'a tenté d'expliquer son responsable de la communication... Autrement dit : ces montants ne risquaient pas de quitter la Guadeloupe... puisque celle-ci n'était pas concernée ! C'est n'importe quoi.

Autre exemple de mensonge: elle m'a accusé d'être lié au scandale de la pollution des terres agricoles par le chloredécone (pesticide cancérigène) au motif que j'avais naguère occupé la fonction de directeur de la chambre d'agriculture. Mais c'est de la diffamation pure et simple ! A ce poste, je n'étais pas consulté sur des sujets comme celui-ci et, évidemment,  je n'étais en aucune manière un quelconque donneur d'ordres.

Entre la ministre de l'Outre-Mer et le président de la Région Guadeloupe que vous êtes, c'est donc la guerre...

Tout ce que je peux dire, c'est que j'ai accueilli la nomination de Marie-Luce Penchard avec bienveillance lorsque Nicolas Sarkozy l'a nommée dans ses fonctions. Le président m'a même remercié avec insistance en public devant elle. Il me donnait du "cher Victorin" dès qu'il le pouvait, au point que c'en était gênant...

C'est vrai: jusqu'à présent, j'ai été plutôt indulgent avec Marie-Luce Penchard, parce qu'elle était en phase d'apprentissage ministériel. Mais là, après ses premiers neuf mois passés au ministère, je commence à trouver son apprentissage un peu long, et son bilan carrément nul. Surtout, je découvre que sa conception de la politique est aussi rétrograde que l'était celle de sa mère, Lucette-Michaux-Chevry. J'espère seulement que les Guadeloupéens ne vont pas voter pour le retour du népotisme et du clientélisme.

Partager cet article

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens