Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 22:55
TYPOLOGIE DE L'INTÉRIM EN GUADELOUPE

L’intérim est peu présent en Guadeloupe et dans les Dom. Les quatre Dom regroupés représentent
moins de 1% du volume total de l’intérim en France (en Equivalent Temps Plein) pour une représenta-
tion deux fois moindre que dans l’hexagone, rapporté à l’emploi salarié du secteur privé. L’intérim est
en légère baisse en 2008, tant en termes de contrats signés qu’en volume de travail dans les Dom après
une année 2007 « record » en termes d’activité. En Guadeloupe, seul le volume de travail diminue.
Quelques activités monopolisent l’essentiel de l’intérim en Guadeloupe : le BTP, puis viennent le com-
merce de détail et de gros, le transport et entreposage, les activités financières et d’assurance. Ces acti-
vités emploient sept intérimaires sur dix (en ETP). La durée moyenne des missions est courte et a ten-
dance à diminuer. L’intérimaire  est plutôt un jeune homme, ouvrier qui travaille dans le BTP.

En 2008, 134 259 contrats d’emploi intérimaire ont été signés dans les établissements des Dom. Pour la
Guadeloupe, 21 558 contrats ont été signés. A l’échelle nationale, 16 151 709 contrats sont recensés. Cela
représente un volume de travail temporaire moyen de 925 salariés en équivalent temps plein (ETP) en Guadeloupe
en 2008, 5 025 salariés pour les 4 Dom et 604 319  pour l’ensemble de la France.
Après une très forte progression entre 2006 et 2007 observée partout, l’emploi intérimaire se stabilise en 2008. Le
nombre de contrats progresse encore sensiblement en Guadeloupe mais le volume d’emplois en ETP diminue de
7,3 %. Sur l’ensemble des Dom, on observe 2,4 % de contrats en moins pour 3,9 % d’emplois ETP en moins. Seule
la Guyane voit à la fois le nombre de contrats signés et le nombre d’ETP croître entre 2007 et 2008. A l’échelle
nationale, on comptabilise -5,7 % sur les contrats et -5,3 % en volume ETP entre 2007 et 2008. Mais l’emploi
intérimaire avait connu un pic d’activité en 2007 en France. Le recul de l’intérim dans les quatre Dom s’observe
plutôt au second semestre 2008. Hormis la période d’été et le mois d’octobre, le volume du second semestre est en
moyenne plus faible qu’au premier semestre 2008. C’est particulièrement vrai en Martinique et à la Réunion. En
Guadeloupe et en Guyane, les volumes sont plutôt stables (ou en légère hausse en Guadeloupe)  tout au long de
l’année.

Les entreprises présentes dans les Dom ont peu recours à l’intérim
Le taux de recours à l’emploi intérimaire, – rapport entre le volume d’emplois intérimaires (en ETP) et l’effectif
salarié du secteur privé –  est faible et ne dépasse pas 1,1 % en Guadeloupe en 2008, contre 3,7 % au niveau
national. Le taux de recours est à peine plus fort sur l’ensemble des Dom (1,5 %), la Guyane faisant exception
avec un taux proche du niveau moyen (3,3 %). Le taux de recours est supérieur à la moyenne en Guadeloupe
dans la construction (5,2 %) et dans l’industrie (1,6 %). Dans le tertiaire (commerce, services) qui concentre la
grande majorité des salariés, il ne dépasse pas 0,5 %. Le taux de recours à l’emploi intérimaire est en baisse  en
2008 par rapport à 2007 dans un contexte de hausse de l’emploi salarié privé (en évolution annuelle), tant en


L’intérim se concentre dans quelques secteurs d’activités
Quelques activités ou groupes d’activités regroupent l’essentiel de l’intérim en Guadeloupe : le BTP concentre
presque un ETP sur deux. Le commerce qu’il soit de détail ou de gros emploie 16,6 % des ETP. Si l’industrie et
les services emploient respectivement 14,9 % et 19,5 % des ETP en leur sein, il n’y a pas une activité dominante
qui se détache en employant beaucoup d’intérimaires. Pour l’industrie, ce sont les IAA, la fabrication de
caoutchouc et de matières plastiques et la métallurgie qui emploient quelques dizaines d’intérimaires (en ETP).
Ces secteurs sont d’ailleurs également bien représentés au niveau national (à un niveau bien plus élevé), signe de
l’importance de l’intérim dans leur fonctionnement. Concernant les services, les principaux employeurs sont le
transport et l’entreposage, les activités informatiques, les services administratifs et de soutien et l’hébergement et
la restauration. Les 2/3 du volume des ETP dans les services s’y concentrent.
 
Le tassement de l’activité en 2008 en Guadeloupe ne s’observe pas partout de la même manière. Le commerce
est en très légère baisse (-0,5 %) mais une chute particulière s’observe dans les services (-15,2 %) : baisse dans
l’hébergement et la restauration, les spectacles et activités récréatives et les activités financières et d’assurance.
A l’inverse, on observe une petite progression du volume d’activité dans l’industrie +1,0 % et une hausse plus
franche dans le BTP (+6,9 %).


L’intérim se concentre dans quelques secteurs d’activités
Quelques activités ou groupes d’activités regroupent l’essentiel de l’intérim en Guadeloupe : le BTP concentre
presque un ETP sur deux. Le commerce qu’il soit de détail ou de gros emploie 16,6 % des ETP. Si l’industrie et
les services emploient respectivement 14,9 % et 19,5 % des ETP en leur sein, il n’y a pas une activité dominante
qui se détache en employant beaucoup d’intérimaires. Pour l’industrie, ce sont les IAA, la fabrication de
caoutchouc et de matières plastiques et la métallurgie qui emploient quelques dizaines d’intérimaires (en ETP).
Ces secteurs sont d’ailleurs également bien représentés au niveau national (à un niveau bien plus élevé), signe de
l’importance de l’intérim dans leur fonctionnement. Concernant les services, les principaux employeurs sont le
transport et l’entreposage, les activités informatiques, les services administratifs et de soutien et l’hébergement et
la restauration. Les 2/3 du volume des ETP dans les services s’y concentrent.
 
Le tassement de l’activité en 2008 en Guadeloupe ne s’observe pas partout de la même manière. Le commerce
est en très légère baisse (-0,5 %) mais une chute particulière s’observe dans les services (-15,2 %) : baisse dans
l’hébergement et la restauration, les spectacles et activités récréatives et les activités financières et d’assurance.
A l’inverse, on observe une petite progression du volume d’activité dans l’industrie +1,0 % et une hausse plus
franche dans le BTP (+6,9 %).


 Caractéristiques de l’intérimaire : un homme jeune qui travaille dans le BTP
La grande majorité des intérimaires sont des hommes. Sur les 21 558 contrats signés en 2008 en Guadeloupe,
13 747 l’ont été par des hommes (63,8 %, 75,7 % pour les quatre Dom). Cette différence s’explique par le
poids très important de la construction dans l’intérim guadeloupéen (et domien plus largement). Le secteur de
la construction employant presque exclusivement des intérimaires hommes. En équivalent temps plein, le poids
des femmes est encore plus faible (24,4 %), bien inférieur au taux national (29,0 %) du fait de durées de
missions plus longues dans le BTP. Sur l’ensemble des Dom, il ne dépasse pas 21,4 %.


 L’intérim, une affaire d’ouvrier.
Huit intérimaires (ETP) sur dix sont ouvriers ou employés en Guadeloupe. Les cadres et professions intermédiaires (plus
qualifiés) sont peu présents. Plus de deux intérimaires sur trois (ETP) sont ouvriers dans les Dom, dont 95,7% d’hommes.
Les catégories socioprofessionnelles des employés et des professions intermédiaires sont les seules où les femmes sont
majoritaires. Parmi les employés, les femmes le sont très largement.


Définitions
Equivalents-emplois à temps plein (au cours d'une période) : Un volume de travail en équivalent-emplois à temps plein est habituellement le résul-
tat du rapport entre un volume horaire de travail effectué et un volume horaire de travail théorique, celui d’un salarié à temps plein. Cependant, les
données disponibles dans le fichier Unédic-Dares ne permettent pas un tel calcul : on connaît en effet les dates de début et de fin des missions, mais
pas le nombre exact d’heures travaillées.
A défaut, la Dares a donc entrepris de calculer chaque mois un volume de travail intérimaire en équivalents-emplois à temps plein à partir de gran-
deurs exprimées en semaines et non en heures.
Ainsi, le volume de travail temporaire sur un mois de l’ensemble des intérimaires est égal au rapport entre le nombre total de semaines de travail effec-
tuées par les intérimaires et le volume de travail en semaines effectué par une personne à temps plein.
Contrats conclus (au cours d'une période) : missions dont la date de début appartient à la période considérée.  Le nombre de contrats conclus mesure
le flux d’entrées de l’emploi intérimaire dans la période. Ici, la période de référence est l’année civile.
 
La durée moyenne des missions est calculée à partir de la variable représentant la durée totale des missions en semaines. Seules les missions ache-
vées dans la période considérée (l’année) sont prises en compte, quelle que soit la date de début de la mission.
Taux de recours annuel à l'intérim : rapport des intérimaires en ETP à l’emploi salarié en fin d’année. 
L’emploi salarié retenu est celui fourni par Pôle emploi (emploi salarié privé). 
Le taux de recours annuel utilisé ici est différent de celui qu’on rencontre dans les publications de la DARES au niveau national, à savoir une
moyenne mobile d’ordre quatre de taux de recours trimestriels.

Source: Direction du Travail, de l'Emploi et de la 
Formation Professionnelle de la GUADELOUPE

Partager cet article

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens