Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 août 2009 7 30 /08 /août /2009 15:02
INDISCRÉTIONS
Lionel
Lionel Richie sera en Guadeloupe le 18 décembre. Chanteur et musicien de soul américain, il est l'auteur de plusieurs tubes. Il a vendu plus de 100 millions de disques. C'est Lionel, quoi ! Et il se produira à Baie-Mahault. Sur le stade ?..

Ary
A propos de stade, Ary Chalus, maire de Baie-Mahault; s'est distingué, lors de l'élection de miss Guadeloupe, l'autre soir, à l'Eden Palm de Sainte-Anne. Pour dire, et Victorin Lurel était à ses côtés, hochant la tête, que le vélodrome Amédée-Detraux, de Baie-Mahault, devrait avoir un espace dédié au spectacle. Un tel site serait une bénédiction en région pointoise maintenant que le Centre des arts de Pointe-à-Pitre est fermé ad vitam... aeternam. Woulo-bravo Ary, nou la épi zot !..

René
Suite à une indiscrétion parue jeudi, René, un ami qui aime mettre les points sur les i... tient à préciser que Victorin Lurel interviendra le 8 septembre devant des francs-maçons « dans le cadre d’une Tenue blanche ouverte à tous les publics, organisée par la Respectable Loge Kerabon/La Côte sous-le-Vent (Grande Loge de France). En revanche, la manifestation se déroulera au Temple propriété de la Respectable Loge Les Elus d’Occident (Grand Orient de France), rue Chevalier Saint George à Basse-Terre. » Merci René !

Thierry
Thierry Alet, plasticien guadeloupéen formé en Martinique et à New York, artiste reconnu doublé d’un activiste de la culture au travers de son association Frere Independent, a créé, avec sa sœur, Tania Alet, à Basse-Terre, en face de l'hôtel de région, une galerie T&T Art contemporain. Thierry qui est un artiste sensible se désole. Ainsi, quand il s'adresse au conseil général pour avoir à sa disposition la résidence d'artiste de La ramée à Sainte-Rose, pour le mois d'août, le fait-on lanterner... Thierry a trouvé, à Marie-Galante, avec Henri, du restaurant Chez Henri, à Saint-Louis, une oreille attentive. Ce week-end, il y expose des œuvres réalisées tout le mois d'août sur la Grande galette.
André-Jean VIDAL
Repost 0
28 août 2009 5 28 /08 /août /2009 02:33
Front commun des entreprises de la Martinique face à la crise

Près d'une vingtaine d'organisations et institutions représentatives des entreprises et des branches professionnelles de Martinique ont annoncé jeudi à Fort-de-France "un front commun" face à la crise actuelle.
Lors d'une conférence de presse jeudi en fin de matinée à la chambre de commerce et d'industrie de la Martinique (CCIM), ces organisations "ont décidé de faire front commun face à la crise actuelle, au-delà de leurs différences et de leurs intérêts particuliers".
Ces organisations, au nombre desquelles le MEDEF Martinique, la CCIM, la CGPME, l'AMPI, la FDSEA, la chambre d'agriculture, le Groupement du tourisme de croisière de la Martinique, font le constat d'une "extrême fragilité du tissu économique martiniquais à la veille de la rentrée".
Selon elles, "tous les indicateurs sont au rouge". Dans le secteur du BTP, "moteur important de l'économie", on enregistre "en avril 2009 une baisse de 42% de vente de ciment par rapport à la même période en 2008".
Selon les même sources, "l'activité hôtelière comptabilise une baisse de 11,5% du nombre de nuitées par rapport à mai 2008". Les organisations ajoutent que "le nombre des visiteurs dans l'île témoigne de la même tendance" avec "15% de passagers en moins au premier trimestre 2009 à l'aéroport Aimé Césaire" et "46% de visiteurs de moins sur le port de Fort-de-France par rapport à l'an dernier".
Au cours de leur conférence de presse, les acteurs économiques ont également mis l'accent sur une hausse de plus de 22% du nombre de liquidations judiciaires et de plus de 26% des mises en redressement judiciaire prononcées par le tribunal de commerce.
L'objectif de leur front commun est "d'informer la population et chercher ensemble des solutions pour relever les entreprises et sauver l'emploi".
A cet égard, ils réclament l'application urgente des mesures gouvernementales et notamment la parution des décrets de la LODEOM (loi de développement de l'outre-mer).
Enfin, les organisations présentes ont insisté pour que la population martiniquaise soit consultée au plus vite sur la réforme institutionnelle afin de lever les incertitudes des investisseurs économiques.
En juin dernier, le président Nicolas Sarkozy, en visite en Martinique, avait annoncé une consultation des Martiniquais sur une réforme institutionnelle de l'île.
Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article
28 août 2009 5 28 /08 /août /2009 02:33
H1N1: 100.000 cas de contamination en Outre-mer dont 10 mortels

La secrétaire d'Etat chargée de l'Outre-mer Marie-Luce Penchard a annoncé jeudi que 100 000 cas de grippe H1N1 avaient été recensés en Outre-mer, dont 10 mortels, à l'issue d'une réunion de la Cellule de crise interministérielle consacrée à la "pandémie grippale".
"Aujourd'hui, on recense un certain nombre de cas, de l'ordre de 100 000, ce qui représente 4% de la population en outre-mer, et dix décès", a déclaré Marie-Luce Penchard au cours d'une conférence de presse qui rassemblait sept ministres et secrétaires d'Etat du gouvernement.
La secrétaire d'Etat a inclus dans son bilan les deux décès, "possiblement liés" à la grippe H1N1 annoncés la veille à la Réunion. La Nouvelle-Calédonie en compte 5 et la Polynésie française 3.
"La situation continue d'évoluer puisque les pics ne semblent toujours pas être atteints, sauf peut-être en Nouvelle Calédonie", a-t-elle précisé.
Selon la secrétaire d'Etat, le système de surveillance et d'alerte mis en place par le gouvernement "fonctionne relativement bien" et la situation est "sous contrôle".
"Compte-tenu de la situation, depuis le week-end dernier, des renforts matériels humains ont été envoyés en urgence (...) en particulier en Nouvelle Calédonie et en Polynésie", a-t-elle assuré.
La secrétaire d'Etat à l'Outre-mer et la ministre de la Santé Roselyne Bachelot devaient quitter jeudi soir Paris pour La Réunion, où elles séjourneront vendredi et samedi afin d'évaluer les mesures mises en place pour lutter contre la grippe H1N1.
Il s'agit "d'un voyage important", a souligné Roselyne Bachelot au cours de la conférence de presse. Selon les dernières estimations de la Cire (Cellule inter-régionale d'épidémiologie Réunion-Mayotte), quelque 22 500 Réunionnais ont contracté le virus.
Mme Bachelot a annoncé par ailleurs que quatre personnels de santé avaient quitté Paris jeudi pour Wallis et Futuna, territoire français de l'Océan indien où les consultations médicales ont augmenté de 50% depuis la semaine précédente.
Lundi, une équipe de neuf professionnels de santé avait déjà quitté Paris pour la Polynésie française, a rappelé Mme Bachelot.
Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article
28 août 2009 5 28 /08 /août /2009 02:29
INDISCRÉTIONS
Bernard
Que devient Bernard Leclaire, écrivain — Un Visage dans la Mer (Collection Alizés), Noces Divines (Publibook), Le Château des Murat, etc. ? Il vient d'écrire un roman à fond historique qui se trouve actuellement chez différents éditeurs. « Ce roman, confie-t-il, sera le miroir de l'âme marie-galantaise. »

Nicolas
Bien bronzé, le préfet de Guadeloupe, Nicolas Desforges. Bronzé au soleil de Bretagne durant ses vacances d'août, la Guadeloupe ne lui ayant pas laissé le temps, depuis sa nomination chez nous, de voir beaucoup de soleil ! Préfet sous les cocotiers ce n'est plus ce que ça a été... il y a longtemps, longtemps.

Patrick
Patrick Nérini (l'homme qui accroche des banderoles aux messages sybillins sur la rocade, entre Blanchard et Destrellan) a été verbalisé pour dépassement de vitesse. Dépassement infime mais il a eu sa prune. Et y'a pas à revenir là-dessus. Il s'est étonné d'apprendre qu'outre l'amende, il y avait aussi un point en moins sur son permis. Mais oui, Patrick, ça marche par deux (contravention et point (s) en moins), comme les motards !..

Laurent
Laurent Dever, recteur de Guadeloupe, que de mauvaises langues annonçaient comme partant, va mettre en place, avec les autorités locales, à partir d'aujourd'hui, un train de mesures contre la grippe A dans le cadre de la rentrée scolaire. L'exemple de la Réunion (une semaine après la rentrée des classes, 7 900 élèves, sur les 223 000 que compte l'académie, manquaient à l'appel) accélère les prises de conscience.

Marie-Luce
Une demi-journée ! Elle nous consacrera, mardi prochain, une demi-journée ! Marie-Luce Penchard, secrétaire d'Etat à l'outre-mer, qui a passé une dizaine de jours de vacances en Guadeloupe, revient en visite officielle... pour trois heures !.. Ben alors...

Victorin
« L’amélioration des conditions de circulation sur le trajet RN 2 Baie-Mahault/Sainte-Rose figure parmi les principales préoccupations de la Région Guadeloupe qui prévoit d’engager, dans les prochains mois, d’importants travaux dans cette zone où la densité de population est en forte augmentation », indique-t-on à la Région. D'où une descente, lundi soir, derrière la mairie de Richard Yacou, de M. Lurel lui-même et en personne. Hum, vous avez dit... régionales ?
André-Jean VIDAL
Repost 0
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 18:17
Grippe : « Rien ne dit que le pic de l'épidémie est atteint » à La Réunion

Laurent Filleul, coordonnateur de la Cellule interrégionale d'épidémiologie Réunion-Mayotte (Cire), estime que « rien ne dit que le pic de l'épidémie (de grippe H1N1) est atteint à La Réunion », où l'on compte 22 000 cas depuis début juillet.

L'épidémie de grippe H1N1 a flambé ces deux dernières semaines dans l'île, avec 14 000 cas. Le pic est-il atteint ?

Rien ne nous dit que le pic est atteint ou qu'on se dirige vers le pic. On constate une augmentation assez importante et constante du nombre de cas ces dernières semaines et on reste pour le moment sur cette phase. Pour la grippe saisonnière, on observe chaque année une première vague en juillet et une seconde fin août-début septembre. Entre ces deux vagues, il y a un creux de deux-trois semaines. Cette année, on n'a rien observé de tel. On n'a pas eu cette diminution. Le virus de la grippe saisonnière a disparu pour laisser la place au virus H1N1 qui reste en phase ascendante. L'hiver austral étant propice aux épidémies saisonnières, on peut s'attendre à une diminution avec l'arrivée de l'été dans quelques mois. Mais il faut rester prudent sur les projections.

Pour l'heure, seuls deux décès suspects ont été enregistrés à la Réunion alors que l'épidémie flambe. N'est-on pas en-dessous du ratio de la grippe saisonnière qui entraîne 10 décès par an ?

C'est vrai que nous n'avons que deux certificats de décès mentionnant un syndrome grippal comme cause de la mort. Habituellement, on en a dix au minimum par an et on pense même qu'il y en a plus. Si on compare avec d'autres pays, ce ratio montre une gravité moindre ici de la grippe H1N1. Est-ce que les certificats de décès sont bien remplis ? Est-ce que le médecin n'a pas omis de mentionner le syndrome grippal, préférant noter un cancer ? Ces données étant difficiles à valider, il n'est pas possible de savoir si l'impact du virus H1N1 est plus faible que celui de la grippe saisonnière. On le saura à la fin de l'épidémie ou dans quelques semaines. Si on se dirigeait vers une létalité (pourcentage de décès chez les personnes atteintes, ndlr) moindre, cela pourrait s'expliquer par un système de surveillance très réactif, la prise en charge hospitalière très bonne et un dépistage très tôt des formes graves.

Les mesures de prévention ne semblent avoir eu aucun effet sur la propagation de l'épidémie. Ne risque-t-on pas d'aboutir au même résultat en métropole, quelles que soient les précautions prises ?

Dès le 6 juillet l'OMS a reconnu qu'il était impossible d'empêcher la propagation du virus sur la planète. Il faut maintenir les mesures de prévention et mettre notamment le masque pour éviter que les personnes asthmatiques ou les insuffisants respiratoires soient contaminés. En portant le masque, il y a moins de quantité de virus qui se propage. Si on a peu de formes graves et peu de décès, c'est peut-être aussi parce que les mesures de prévention sont opérationnelles et fonctionnent.
Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 17:04
La grippe H1N1, "un mauvais moment à passer" pour les Réunionnais

Trois ans après la crise du chikungunya qui provoqué la mort de 250 personnes, les Réunionnais n'affichent pas de crainte particulière vis à vis de la grippe H1N1 qui n'est, selon eux, qu'"un mauvais moment à passer", même s'ils sont très nombreux à se rendre chez le médecin.
"Si on doit l'avoir, on l'aura". Le sentiment est quasi-unanime au "petit marché" de fruits et légumes de Saint-Denis où se croisent les Réunionnais de tous âges et de tous horizons. La grippe H1N1 ne fait pas peur. "Y fait trop un compte avec ça" ("On en fait trop") dit Franco, 45 ans, derrière une montagne d'ananas disposés en pyramide.
Les masques de protection sont ainsi quasi invisibles dans la rue. "On m'a regardé comme une extra-terrestre quand j'en ai mis un", a rapporté une auditrice de Radio Free Dom. 700.000 masques sont pourtant disponibles à la Drass et 1 million d'autres sont attendus, selon la préfecture.
"Le chikungunya, ça c'était grave, bon peu de moun lé mort" (beaucoup de gens en sont morts), rappelle, de son côté, Marius, 34 ans, vendeur de piment qui se dit "fatigué" d'entendre toujours parler de grippe.
Transmis par un moustique, le virus de chikungunya avait contaminé 266.000 personnes et provoqué 250 morts dont plusieurs enfants entre 2005 et 2007.
Samedi dernier à la Montagne, sur les hauteurs de Saint-Denis, des parents d'élèves ont contesté la fermeture d'une école privée catholique pour cause de grippe (25 cas sur 220 élèves).
Une semaine après la rentrée des classes, 7.900 élèves (sur les 223.000 que compte l'académie) manquaient à l'appel mais aucune classe n'a été fermée.
Chez le personnel médical, le docteur Philippe de Chazournes, formateur et régulateur au centre 15, déplore l'"alarmisme" des autorités nationales qui a eu "pour effet de provoquer l'engorgement des salles d'attente pour des nez qui coulent".
Car si les Réunionnais disent ne pas craindre la grippe H1N1, ils sont très nombreux à se rendre chez les médecins dès que leur enfant a un peu de fièvre. Le docteur Francis Schulz a vu défiler dans son cabinet de SOS médecins à Saint-Pierre, 121 malades pour la seule journée de samedi, la moitié pour des syndromes grippaux.
"A ce rythme, on ne pourra pas faire face et on risque de laisser passer des cas graves", s'est inquiété son collègue d'Urgenc'Ouest. Un urgentiste du Centre 15 parle même de "tsnunami grippal", relevant que si le virus est "peu virulent", il est "beaucoup plus contagieux que la grippe saisonnière" et "touche un grand nombre de personnes".
Tous réclament des renforts de l'Etat et espèrent que la ministre de la Santé Roselyne Bachelot, en visite vendredi et samedi dans l'île, fera des annonces en ce sens. Le président du comité régional du tourisme Pierre Vergès a souhaité, lui, que ce voyage soit de nature à "rassurer" les Métropolitains et non à "faire fuir les touristes".
Ne voulant "rien cacher" à la population, le préfet de la Réunion Pierre-Henry Maccioni et son directeur de cabinet ont multiplié ces derniers jours les points-presse à la préfecture.
22.500 Réunionnais ont contracté le virus H1N1, selon les dernières estimations de la Cire (Cellule inter-régionale d'épidémiologie Réunion-Mayotte). Deux personnes de 60 et 90 ans, souffrant de "lourdes insuffisances" respiratoires, cardiaques ou vasculaires, sont décédés à leur domicile les 19 août et 20 août après avoir eu la grippe. "Il n'est pas possible d'exclure que ces décés ne soient pas liés au virus H1N1" en l'absence de sérologie, selon la préfecture.
Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 17:04
Le préfet suspendu accuse Hortefeux d'avoir "orchestré" l'affaire

Paul Girot de Langlade, le préfet suspendu pour injures racistes, assure jeudi dans un entretien au Parisien ne pas être raciste et s'estime victime d'une "affaire orchestrée par le ministre de l'Intérieur" Brice Hortefeux pour se "refaire une virginité" d'antiraciste.
"Je suis victime d'une cabale et je tiens à la dénoncer", affirme le préfet hors cadre, entendu lundi par la brigade de la répression de la délinquance contre la personne.
"Je ne suis pas raciste, je l'affirme haut et fort. J'ai servi à Wallis-et-Futuna, en Guadeloupe, de 2004 à 2006 et à la Réunion, où je viens de mener à terme ma mission consacrée aux états généraux de l'outre-mer".
"Cette affaire, qui n'était à l'origine qu'un banal incident, a été orchestrée par l'actuel ministre de l'Intérieur (Brice Hortefeux), probablement pour faire oublier son passage au ministère de l'Intégration où il a mené une politique plus sévère que dans le passé et pour se refaire à bon compte une virginité de parfait antiraciste", estime le préfet.
M. Girot de Langlade assure que la première agente de sécurité à avoir déposé plainte "a été convoquée" au commissariat le 4 août et "ne s'y est pas rendue spontanément" tout en s'étonnant de la rapidité avec laquelle les témoins ont été entendus. Il précise avoir découvert sa suspension en regardant la télévision le 13 août.
Revenant sur l'épisode du 31 juillet à l'aéroport d'Orly, il raconte qu'il était en transit entre deux avions avec un temps de correspondance très court. "Au contrôle de sécurité, les agents ont été agressifs d'entrée de jeu", affirme-t-il. "J'ai été bousculé".
"Je n'ai rien dit sur la couleur de peau des agents", ajoute-t-il. "J'ai simplement déclaré qu'avec une gestion pareille, on se croirait en Afrique!". "La scène a été filmée par les caméras. Ce film conforte ma version", poursuit le préfet qui se dit "blessé par ce lynchage médiatique".
"Me traiter de raciste est une insulte pour moi et ma famille, dit-il, "je veux être réhabilité et je vais me battre pour çà".
Pour le ministère de l'Intérieur il n'y a pas "le moindre coup monté". "Si l'enquête démontre qu'il n'a pas commis les faits pour lesquels il est poursuivi, il sera réintégré sans le moindre problème", ajoute le ministère.
Trois agents de sécurité ont déposé plainte contre M. Girot de Langlade pour "injures publiques à caractère racial".
Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 01:59
INDISCRÉTIONS
Richard
Quand les parents d'élèves se rendent à la mairie de Sainte-Rose — que manage avec son équipe Richard Yacou — pour l'inscription à la cantine scolaire, le service d'accueil est ouvert de 8 à 11 h 30. A 11 heures, il n'y a plus de ticket ! De plus, sur la porte d'entrée de la mairie, c'est indiqué « Inscriptions pour la cantine maternelle et primaire du 13 août au 2 septembre ». Renseignements pris, c'est jusqu'au 28 août ! Après, c'est fermé. Alors Richard Yacou k'w fè ?

Richard 2
Qui faisait le beau à la télé, lundi soir, après l'inauguration d'un poste à essence pour les marins-pêcheurs ? Richard Yacou, maire de Sainte-Rose, alors que c'est le Département qui a payé ! En ce moment les élus ont tous les culots !.. Bah, si la foule s'y laisse prendre.

Victorin
Victorin Lurel, président du conseil régional, interviendra, mardi 8 septembre, au temple des Elus d'Occident, à l'Orient de Basse-Terre (Grande Loge de France), sur le thème « Que doit-être l'attitude de l'humaniste face à la crise mondiale et locale que nous vivons. » On a hâte de l'entendre sur ce sujet... brûlant !

Mélina
La délicieuse Mélina Seymour-Gradel, journaliste politique à Canal 10, vient de se voir nommer rédactrice en chef par la nouvelle direction, assurée par Lisa Rodriguez, fille de Michel, créateur de cette télévision de proximité, décédé récemment. Bonne continuation à cette consœur dynamique.

Willy
En fin de semaine, le LKP relance la machine. Conférence de presse aujourd'hui, pour dire la ligne, meeting au bik vendredi, pour chauffer les troupes. Et pendant ce temps là, le patron du Medef, Willy Angèle, entouré de son staff de chefs d'entreprises, dit qu'il veut « tendre la main » à ceux qui veulent travailler pour la Guadeloupe. Attention de ne pas se la faire broyer !

Harry
L’ouverture d’une enquête publique pour l’exploitation d’un incinérateur sur le site de la Gabarre; l’affaire du chlordécone qui sera évoquée devant la Cour d’appel de Paris le 3 septembre; la construction par EDF d’une centrale au fioul à Jarry. Trois thèmes qui seront évoqués, demain, en conférence de presse par Harry Durimel, président de SOS environnement et membre éminent des Verts Guadeloupe. De futurs thèmes de campagne pour les régionales ? Sûrement, mais au moins en voilà un qui a un programme !

Amédée
Coucou, qui est là ? Amédée Adelaïde, ancien président de la CCI pointoise et du Port. Entre autres. Il a créé Cohésion sociale et libertés républicaines (CSLR-www.cslr.fr), une association qui a pour objet « de contribuer à défendre par tous les moyens légaux les libertés fondamentales, publiques et privées, sur le territoire de la République Française, en veillant à développer la cohésion sociale et à promouvoir le développement économique et l’épanouissement des personnes, en luttant contre toute forme de racisme et de discrimination injustifiée, en s’attachant à représenter la majorité silencieuse dans les débats publics et sur les questions institutionnelles, en combattant pour le respect de la légalité. » CSLR tient ses universités d'été, au WTC de la pointe Jarry, samedi et dimanche.

José
José Toribio, maire de Lamentin, président du Parti socialiste guadeloupéen (PSG), réunit son groupe, la Gauche alternative, demain. En discussion la crise sucrière 2009, car ne l'oublions pas en nord Basse-Terre aussi il y a des cannes qui sont restées sur le carreau,; et la rentrée politique. Les régionales ?
André-Jean VIDAL
Repost 0
26 août 2009 3 26 /08 /août /2009 21:43
La Réunion: deux décès "possiblement liés" à la grippe

Deux décès, "possiblement liés" à la grippe H1N1 en l'absence de prélèvements sanguins, ont été enregistrés à la Réunion, a annoncé mercredi la préfecture.
Il s'agirait dans ce cas des deux premiers décès à La Réunion liés à l'épidémie de grippe H1N1.
"Les personnes décédées, âgées de 90 ans et 60 ans, souffraient de lourdes pathologies chroniques associées à un syndrome grippal", a déclaré Jean-François Moniotte, directeur de cabinet du préfet.
Elles n'avaient pas été hospitalisées et sont mortes à leur domicile les 19 et 20 août. En l'absence de prélèvements sanguins, il n'a pas été possible de confirmer biologiquement la présence du virus H1N1, a-t-il précisé.
L'une des personnes souffrait notamment d'insuffisance respiratoire, l'autre de problèmes cardiaques, a indiqué Laurent Filleul, coordonnateur de la Cire (Cellule interrégionnale épidémiologique Réunion-Mayotte) pour qui ces deux décès sont "possiblement liés" à la grippe H1N1, sans qu'il y ait de certitude.
Seule une des deux personnes était sous traitement médical.
Par ailleurs deux autres personnes souffrant d'une forme grave de la grippe, l'une atteint du virus H1N1, l'autre du virus de la grippe saisonnière, sont toujours hospitalisées, a ajouté M. Filleul.
Selon les dernières estimations de la Cire, 22c500 personnes ont été touchées par l'épidémie dans le département du 5 juillet au 23 août, sur une population de 800 000 habitants.
Du 17 au 23 août, on estime qu'il y a eu 9 097 cas, selon les extrapolations basées en particulier sur les données rassemblées par le réseau de médecins Sentinelles. La semaine précédente, on estimait le nombre de cas à 5 643.
Selon M. Filleul, "il est trop tôt pour savoir quand le pic de l'épidémie sera atteint".
Il a constaté que la rentrée des classes n'a pas eu d'incidence sur la transmission du virus. 7 900 élèves (sur plus de 220 000 élèves) étaient absents mardi dans les établissements scolaires de l'île, selon la préfecture. Aucune école n'a été fermée, les enfants malades étant priés de rester chez eux.
Le dispositif de prévention annoncé par le ministre de l'Education -fermeture d'une classe à partir de trois cas de grippe- vise surtout à prévenir la propagation de l'épidémie. Il perd de sa pertinence lorsque l'épidémie est installée, a indiqué M. Moniotte.
Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article
26 août 2009 3 26 /08 /août /2009 21:42
Grippe H1N1 : le nombre de cas à la hausse en France

Le nombre de cas estimés de grippe H1N1 en France métropolitaine est monté à environ 4 500 la semaine dernière, avec une augmentation "importante" du nombre d'épisodes de cas groupés, selon l'Institut de veille sanitaire (InVS).
On estimait la semaine précédente à 3 000 le nombre de cas de grippe H1N1 en France métropolitaine.
"La circulation du virus est avérée mais reste limitée", estime l'InVS mercredi dans son bulletin grippe hebdomadaire.
Le nombre des consultations pour grippe clinique a été de 28 000 la semaine du 17 au 23 août, soit 45 cas pour 100 000 habitants (le seuil épidémique est de 74 cas pour 100 000 habitants).
Sur ces 28 000 consultations, environ 4 500 patients ont consulté en médecine de ville pour la grippe H1N1, selon les estimations de l'InVS qui se fondent sur les résultats de prélèvements réalisés par un réseau de médecins spécialisés.
Les chiffres sont très approximatifs, puisqu'on ne procède plus à des prélèvements systématiques sauf pour les cas graves et les cas groupés. Au cours de la semaine, 95 virus de la grippe H1/N1 ont été détectés par prélèvement.
Une femme "présentant des comorbidités graves" est morte le dimanche 23 août dans les Landes, rappelle l'InVS.
Le nombre d'épisodes de cas groupés est en forte augmentation, avec 29 nouveaux épisodes (notamment dans des foyers familiaux et des centres d'hébergement), contre 13 la semaine précédente.
Le nombre des hospitalisations a légèrement augmenté, passant de 9 la semaine précédente à 14. Depuis que l'hospitalisation n'est plus systématique, la moyenne d'âge des patients hospitalisés est de 25 ans, celle des cas graves est de 43 ans. On ne retrouve pas de terrain particulier pour 39% des patients hospitalisés.
L'épidémie progresse nettement à la Réunion, en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie et à Wallis et Futuna, actuellement en hiver austral, selon l'InVS.
A la Réunion, on estime le nombre de cas pour la semaine dernière de 9 100, en forte hausse par rapport à la semaine précédente (5 600 cas estimés, pour une population de 800 000 habitants).
En Nouvelle-Calédonie, les estimations annoncées par les autorités sanitaires sont de l'ordre de 35 000 cas cumulés depuis le début de l'épidémie, avec actuellement une stabilisation du nombre de consultations. En Polynésie, les estimations sont en forte hausse, de l'ordre de 10 000 cas cumulés. A Wallis et Futuna, les consultations médicales ont augmenté de 50% depuis la semaine précédente.
Dans les Antilles-Guyane, le nombre de cas estimés, toujours sur la base du nombre hebdomadaire de consultations pour grippe clinique, augmente en Martinique mais baisse fortement en Guadeloupe. Il baisse aussi à saint-Martin, et reste très bas à Saint-Barthélemy et constant en Guyane.
Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens