Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 août 2009 4 20 /08 /août /2009 15:59
Tensions en Nouvelle-Calédonie avant la manifestation pro-Jodar de samedi

Une manifestation en faveur du syndicaliste emprisonné Gérard Jodar est organisée samedi à Nouméa par un collectif qui entend dénoncer aussi la "bipolarisation" sociale de l'archipel, où des tensions persistent après les violences du début du mois d'août.
La "marche pacifique" du "Collectif pour la défense des droits et des libertés et pour la libération des syndicalistes" se tiendra trois jours avant le procès en appel de Gérard Jodar, président de l'Union Syndicale des travailleurs Kanaks et des Exploités (USTKE, indépendantiste), condamné à un an d'emprisonnement pour un coup de force fin mai sur l'aéroport de Nouméa.
Outre l'USTKE, le collectif regroupe des élus de l'Union calédonienne (UC) membre du FLNKS, le comité autochtone Rhéébu Nuu, des associations de jeunes des quartiers défavorisés.
Il refuse toute comparaison avec la manifestation qui avait rassemblé plus de 25.000 personnes, en majorité d'origine européenne, le 12 août.
Sous le slogan "Si y a pas toi, y a pas moi", cette "marche citoyenne" contre les violences et les blocages émaillant des manifestations de l'USTKE avait été soutenue par les chefs d'entreprises et le gouvernement local.
"La situation sociale et politique est particulièrement préoccupante. C'est pourquoi nous appelons à la mobilisation de tous pour trouver des solutions", a expliqué Alain Trupit, un responsable du collectif, membre de l'USTKE. "Les ambitions d'émancipation sont en péril et il est nécessaire que l'ensemble de la population vienne dire sa désapprobation".
Au sein du collectif, les jeunes sont particulièrement remontés. "Ici c'est Kanaky", lance le responsable d'une association de quartier. "On en a marre de vous, tous les Blancs qui débarquent et vont manifester en ville. Nous, quand on va manifester, on se fait tabasser".
Un jeune Kanak renchérit: "on en a marre de regarder les Porsche se pavaner dans Nouméa, marre des petits boulots et des stages alors que les patrons n'embauchent que ceux qui ont des diplômes et des qualifications".
Face à la radicalisation de ce discours, qu'elle dit comprendre, l'USTKE appelle à une réponse concrète urgente. "Nos enfants nous disent qu'ils n'ont pas leur place, la bipolarisation entre Kanaks et non-Kanaks est un phénomène réel", ajoute un responsable.
Le collectif demande l'application rapide des signes identitaires - nom du pays ou drapeau - qui n'ont toujours pas été choisis, et l'adoption d'une loi du pays sur l'emploi local, dont le principe est inscrit dans l'accord de Nouméa de 1998, qui a prévu les étapes d'une émancipation sur vingt ans.
Les incidents des dernières semaines inquiètent la population, soucieuse de ne pas revivre les violences des années 1980, alors que la réconciliation est en cours et que le Caillou connaît depuis vingt ans une croissance économique supérieure à 4% annuels.
Le partage inégal des fruits de cette croissance est l'un des socles des tensions. Selon les statistiques fiscales, 25% des foyers calédoniens vivent en deçà du seuil de pauvreté relative, quatre fois plus qu'en métropole.
Pour le procès en appel de Gérard Jodar, l'USTKE a prévenu qu'elle n'entendait pas rester inactive.
En attendant sa comparution, le syndicaliste a été privé de parloir jeudi pour avoir, selon sa femme "accordé une interview à Libération" (ndlr publiée lundi). Selon elle, le prochain droit de visite est prévu samedi, jour de la marche du collectif.
Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article
20 août 2009 4 20 /08 /août /2009 15:58
Fin de la grève dans les stations-service de Martinique

Un protocole d'accord de fin de conflit a été signé mercredi soir en Martinique entre syndicats et gérants de stations-service, mettant fin à une grève de trois jours, a-t-on appris de sources syndicales.
Ce protocole de fin de conflit, signé au siège de l'ARACT-Martinique (Agence régionale pour l'amélioration des conditions de travail) à Fort-de-France, fait suite à la signature, deux heures plus tôt, par le secrétaire général de la préfecture d'un accord sur le financement de l'application de la convention collective nationale et de la prime de vie chère.
Le mouvement de grève, suivi par les employés affiliés aux syndicats CDMT, CGTM-produits pétroliers et UGTM, formations majoritaires dans ce secteur, portait sur la mise en oeuvre d'une prime de vie chère, l'application de la convention collective nationale des stations-service et sur les conditions de travail, d'hygiène et de sécurité.
Cet accord apporte des garanties aux gérants de stations-service sur une augmentation de leurs marges. Celle-ci doit leur permettre de financer l'application de la convention collective nationale et leur quote-part dans la prime de vie chère, précise-t-on de mêmes sources.
Au terme cet accord, la part patronale de la prime de vie chère, pour les mois de mars 2009 à août 2009, sera versée avec le salaire du mois d'août, indique-t-on encore. En outre, une étude sera menée par l'ARACT entre septembre 2009 et février 2010 sur les conditions de travail dans ce secteur.
La situation devrait revenir à la normale dès jeudi matin dans les stations-services de l'île.
Depuis trois jours, la plupart des stations-service de l'île étaient bloquées par des piquets de grève.
Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article
20 août 2009 4 20 /08 /août /2009 15:56
L'ouragan Bill passe en catégorie 3, synonyme d'ouragan majeur

L'ouragan Bill, le premier de la saison 2009 dans l'Atlantique, est passé en catégorie 3 avec des vents allant à plus de 205 km/h et est désormais considéré comme un ouragan majeur, a indiqué mardi soir le Centre national des ouragans (NHC) de Miami, en Floride.
« Bill s'est renforcé et les vents atteignent désormais presque 125 miles par heure », soit 205 km/h, a annoncé le NHC.
Ces conditions font de « Bill un ouragan de catégorie 3 sur l'échelle Saffir-Simpson des ouragans », ajoute le Centre national des ouragans.
Les ouragans majeurs sont ceux qui atteignent le niveau 3 (plus de 178 km/h) ou plus sur l'échelle Saffir-Simpson qui compte cinq catégories.
Les météorologues du National Hurricane Center avaient indiqué que Bill devrait se maintenir sur cette trajectoire dans les prochains jours. L'ouragan devrait épargner les Antilles, et notamment la Martinique et la Guadeloupe, en se déviant vers le nord, en direction des côtes américaines et des Bermudes.
Les Bermudes pourraient être frappées avant le week-end, selon les experts du NHC.
En Guadeloupe, où l'on craignait une houle sur les communes exposées à l'est, de Trois-Rivières au nord de la Grande-Terre, aucun incident n'était signalé ce matin.
La saison des ouragans s'étend du 1er juin au 30 novembre.
Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article
20 août 2009 4 20 /08 /août /2009 01:06
Bill : attention à la houle !
L’ouragan Bill, continue sa progression vers l’ouest-nord-ouest toujours en s’intensifiant. Seuls effets, une forte houle qui bat nos côtes face au phénomène (est) depuis le début de soirée, hier.
Bill, c’est maintenant un ouragan majeur de classe 4. Un monstre météorologique. Il présente encore un œil bien formé et visible d’un diamètre d’environ 50 km. Les prévisions de trajectoires déterminées par Météo France — et confirmées par le site du National Hurricane Center de Miami — ne changent quasiment pas et font toujours passer Bill bien au Nord des Petites Antilles, à environ 400 km au nord-est de Saint-Martin. Toutes les îles devraient rester à l’abri des conditions les plus sévères.
Cependant, la houle cyclonique que l’ouragan génère arrive progressivement sur les côtes exposées à l’est-nord-est de nos îles.

Remonter les embarcations
Ces vagues (creux moyens vers 2,5- 3 m en Martinique, 3-3,5 m en Guadeloupe voire un peu plus sur Saint-Barthélemy/Saint-Martin ) plus puissantes que la normale se sont amplifiées en début de soirée et devraient persister aujourd'hui.
En fait, on pourrait connaître un phénomène similaire à celui qui avait inquiété les Mouliens, l'an dernier à Pâques, avec de fortes vagues qui avaient envahi les bords de mer du Moule, voire certaines rues proches du rivage, avec de fortes dégradations des routes, la plupart coupées entre Le Moule et l'Autre-bord. On avait constaté de même à Saint-François et sur le littoral, une brusque montée des eaux qui avaient dissuadé les centaines de campeurs de Pâques de rester sur place.
L’archipel de Guadeloupe, Saint-Barthélemy et Saint-Martin, la Martinique sont donc en vigilance jaune pour la houle cyclonique d’Est-Nord-Est sur les côtes atlantiques uniquement.
C'est pour cela qu'hier, plusieurs maires, notamment ceux de Goyave, Le Moule, ont pris leurs dispositions pour aider les marins pêcheurs à remonter au plus haut leurs embarcations afin d'éviter qu'elles soient emportées par les vagues.
André-Jean VIDAL



IL A DIT
« Prudence »
Victorin Lurel, président du conseil régional
Je demande aux marins pêcheurs de prendre les dispositions nécessaires pour mettre à l’abri leurs embarcations en raison de la dégradation des conditions météorologiques liée au passage de l’ouragan Bill, au large de nos côtes. Je recommande la plus grande prudence aux professionnels compte tenu des fortes houles annoncées dans le sillage du phénomène cyclonique.
Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article
20 août 2009 4 20 /08 /août /2009 01:03
INDISCRÉTIONS
Gugusses
Alors qu'il y a 20 000 cas potentiels de grippe A en Nouvelle-Calédonie, il n'y en a pas un seul en Guadeloupe. Du moins, c'est le CHU qui l'affirme. On doit croire cette info. Ne pas se faire de souci. D'autant que les avis se multiplient en ce moment sur les radios, d'experts avisés pour dire que la grippe A, c'est comme un gros rhume. S'ils le disent...

Victorin
Victorin Lurel en visite au CHU, s'est inquiété auprès de la direction de l'établissement hospitalier : « Vous ne craignez pas un mouvement social en début de mois ? » Réponse : « Oui, sûrement... » Si M. Lurel allait voir le recteur, il aurait la même réponse. S'il allait voir les chefs d'entreprises, il aurait en direct une sorte de spleen qui fait que beaucoup parlent de « projets au Canada ».

Josette
Josette Borel-Lincertin, première vice-présidente de la région, substituera Victorin Lurel et s'intéressera à la banane ce matin. Visite en Basse-Terre, non stop de 8 à 12h30. Quel santé ! A propos, qu'elle n'oublie pas son maillot de bain si elle doit suivre la visite jusqu'à chez Papy et Mamy, à Pérou/Capesterre-Belle-Eau. Le site, au bord de l'eau, est remarquable. Et l'eau de la rivière est toujours fraîche à souhaits !

Ary
Ary Chalus a des problèmes avec la section Dalciat. C'est à Baie-Mahault, certes, mais, pour des raisons diverses, les occupants de la zone commerciale du bord de nationale expliquent à leurs clients qu'ils sont sur la route de Lamentin... Donc, petit à petit, la rumeur enfle que Dalciat, c'est Lamentin. D'où le coup de colère du maire de Baie-Mahault. Tiens, juste une idée, Ary : l'an prochain, pour la fête patronale, tu réserves quelques manifestations populaires à ce secteur, sur les terre-pleins devant les commerces. Et puis, en grandes pompes, tu fais planter un panneau annonçant Section Dalciat/ Baie-Mahault, à planter en bord de route en face des commerces. Et voilà, le tour est joué ! Le doute est levé. Allez, à plus !..
André-Jean VIDAL
Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article
19 août 2009 3 19 /08 /août /2009 16:49
Les habitants de l'outre-mer attendent une autre politique
par Michel Delberghe (Le Monde)

Les incidents qui ont agité la Nouvelle-Calédonie au début du mois d'août à propos d'un conflit social entre les dirigeants de la compagnie aérienne Aircal et les militants de l'Union syndicale des travailleurs kanaks et des exploités (Ustke) en sont une nouvelle illustration. Les relations restent fragiles entre l'Etat et ses territoires d'outre-mer. Toute amorce de tension peut se transformer en poudrière.

Après la crise qui, au début de l'année, a paralysé les Antilles, le président de la République, Nicolas Sarkozy, avait cru pouvoir sortir du conflit en ouvrant un large débat sur l'avenir de l'outre-mer. De cette consultation, il attend des pistes et orientations pour tenter de faire émerger de nouvelles relations qui ne soient plus fondées sur la traditionnelle politique d'assistance.
Lancés en avril, les Etats généraux de l'outre-mer sont parvenus à une étape intermédiaire. La phase de concertation, organisée autour de huit thèmes - le coût de la vie, la valorisation des productions locales, la gouvernance, les grands projets, le dialogue social, l'égalité des chances, l'environnement régional, l'identité et la mémoire - auprès des élus, des organisations patronales et syndicales, des associations et des enseignants s'est achevée à la fin du mois de juillet. Un peu plus de 120 000 contributions ont été déposées sur les forums du site Internet (www.etatsgenerauxdeloutremer.fr), dont 25 000 émanant de la seule Guadeloupe, malgré les consignes de "boycott" lancées par le LKP d'Elie Domota.
A l'issue de cette première étape, Richard Samuel, délégué général à l'outre-mer, chargé de la coordination de ces Etats généraux, par ailleurs préfet originaire de Guadeloupe, dispose désormais d'un catalogue de propositions et d'initiatives émanant des ateliers qui ont planché dans les différents territoires. Il lui revient d'en évaluer la pertinence en prévision d'une synthèse nationale, prévue le 1er octobre à Paris. Exercice inédit, une consultation spécifique a été organisée auprès des ultramarins de métropole - ils sont plus d'un million - via notamment leur réseau très dense d'associations.
A l'issue de ce processus, le gouvernement devrait, lors d'un conseil interministériel en octobre, préciser ses orientations et les moyens qu'il entend mettre en oeuvre pour assurer un développement durable pour ces territoires qui s'estiment trop souvent négligés. L'exercice n'est pas sans risques, tant l'attente à l'égard de l'Etat reste forte. Elle l'est d'autant plus qu'après le "limogeage" d'Yves Jégo, l'ancien secrétaire d'Etat à l'outre-mer et son remplacement par Marie-Luce Penchard, le gouvernement n'a pas eu l'occasion de développer ses priorités.
S'il en était besoin, les Etats généraux ont confirmé une évidence : il ne peut y avoir de politique et de statut unifiés pour l'ensemble de l'outre-mer. Les anciens "confettis de l'empire", selon une expression héritée de la colonisation, attendent des mesures spécifiques qui tiennent compte de leur réalité et de leur localisation géographique dans les différents océans.
Pour les Antilles et la Réunion, cette diversité s'exprime dans le respect de l'identité créole, avec la reconnaissance de la langue, de son enseignement et de sa diffusion dans des projets culturels ou dans les programmes des radios et des télévisions. A Mayotte, dont la population est en grande majorité musulmane, la demande porte sur l'inscription de l'arabe comme langue étrangère dans le cursus scolaire.
Le centre culturel Jean-Marie Tjibaou en Nouvelle-Calédonie est un symbole pour le peuple kanak. La Réunion, Mayotte, la Guadeloupe, la Guyane, souhaitent également pouvoir ancrer leur histoire et l'identité des peuples dans des lieux de mémoire qui soient aussi d'études, de recherche et d'échanges.
S'il veut réduire les inégalités à l'origine des tensions sociales, l'Etat va devoir s'attaquer à quelques bastions établis. Le collectif contre la "profitation" (LKP), en Guadeloupe, avait dénoncé le monopole de quelques grands groupes de la distribution. La consultation des Etats généraux a, parallèlement, rouvert la polémique sur la place et le statut des fonctionnaires métropolitains, dont les avantages salariaux contribuent à maintenir un niveau des prix très élevé.
Pour l'Etat, cette remise en cause va de pair avec la nécessité de faciliter l'accession des ultramarins aux postes à haut niveau de responsabilité, dans le privé comme dans le public. Pour assurer cette forme "d'égalité des chances", le gouvernement devra aussi renforcer considérablement ses efforts en matière de formation et d'enseignement supérieur.
Lors de son déplacement en Martinique et en Guadeloupe, le 26 juin, le président de la République a relancé le débat institutionnel sur l'organisation des territoires. Il a aussi annoncé la préparation d'un référendum dès 2010. Le renforcement de l'autonomie des collectivités a paru satisfaire les élus. Il ne saurait en revanche être la seule réponse aux besoins économiques et sociaux de territoires gangrenés par le chômage de masse des jeunes générations. En ce sens, la consultation des Etats généraux a favorisé une prise de conscience : les habitants de l'outre-mer attendent désormais de l'Etat une autre politique que la distribution de crédits d'urgence pour apaiser les crises.
Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article
19 août 2009 3 19 /08 /août /2009 14:39
Calédonie : 20.000 personnes "potentiellement touchées" par la grippe A

Vingt mille personnes ont "potentiellement été touchées depuis fin juin" par l'épidémie de grippe A(H1N1) en Nouvelle-Calédonie, soit 8% de la population, a déclaré mercredi Philippe Dunoyer, responsable de la santé dans le gouvernement calédonien.
Cependant, le gouvernement de Nouméa ne prévoit pas de "mesures spéciales" type fermeture d'écoles, a-t-il ajouté.
"20.000 personnes ont potentiellement été touchées depuis fin juin par la grippe, ce qui correspond à 8% de la population de Nouvelle Calédonie, a-t-il précisé, interrogé sur la mort d'une fillette de 8 ans des suites de ce virus.
"Ce chiffre a été établi à partir du nombre de boîtes de Tamiflu (médicament anti-grippe) prescrites, des remontées statistiques du réseau Sentinel des médecins du public et du privé et des chiffres donnés par les directions de l'enseignement sur les absences d'élèves", a-t-il poursuivi.
En métropole, un millier de personnes seulement - sur plus de 60 millions d'habitants - ont contracté la grippe A qui pourrait sérieusement se propager à l'automne.
Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article
19 août 2009 3 19 /08 /août /2009 14:38
Calédonie : "marche sur Nouméa" samedi, trois jours avant le procès Jodar

Une "marche sur Nouméa" sera organisée samedi en Nouvelle-Calédonie, trois jours avant le procès en appel de Gérard Jodar, président du syndicat indépendantiste USTKE, actuellement emprisonné, a indiqué mercredi un porte-parole du collectif organisateur.
"Nous souhaitons l'ouvrir aux Calédoniens de toutes origines", a déclaré à la presse Alain Trupit, membre de l'Union Syndicale des Travailleurs Kanak et des Exploités et porte-parole du "Collectif pour la défense des droits et des libertés et pour la libération des syndicalistes".
M. Jodar a été condamné fin juin à un an de prison ferme, pour entrave à la circulation d'un avion lors d'une manifestation qui a dégénéré à l'aéroport de Nouméa. Son procès en appel aura lieu le 25 août.
Les organisateurs soulignent que leur marche, prévue de longue date, n'est pas une réponse à la manifestation du 11 août qui avait rassemblé plus de 20.000 personnes, en majorité d'origine européenne, à Nouméa.
Elles avaient défilé contre les violences qui ont secoué la Nouvelle-Calédonie autour d'un conflit social non abouti et pour défendre "la construction d'un destin commun". De très nombreuses entreprises avaient fermé leurs portes pour permettre à leurs employés de manifester. Les chambres consulaires et le gouvernement local avaient apporté leur soutien au mouvement.
Dénonçant une "situation sociale et politique particulièrement préoccupante, due notamment à l'arrivée massive de métropolitains", le Collectif constitué autour de l'USTKE a appelé les Calédoniens à se mobiliser au-delà de ce syndicat.
Selon cette centrale, 16.000 métropolitains attirés par la forte croissance économique, arrivent chaque année sur le territoire et environ 12.000 en repartent, soit un solde positif de 4.000 personnes par an.
La Nouvelle-Calédonie compte 230.789 habitants, selon le recensement de 2004.
Henri Bailly, ancien ministre de l'Economie du gouvernement Tjibaou, membre de l'Union Calédonienne Renouveau et du Collectif a lancé une mise en garde contre le durcissement du discours de la jeunesse kanake: "la jeunesse en a marre. Ca va faire mal le jour où cela va éclater", a prévenu le porte-parole des associations de jeunes des quartiers de l'agglomération nouméenne.
Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article
19 août 2009 3 19 /08 /août /2009 14:32
BILL : OURAGAN DE CLASSE 4
Comme prévu dans sa progression vers l'Ouest-Nord-Ouest, l'ouragan "BILL" s'est encore intensifié cette nuit en devenant ouragan de classe 4, s'accompagnant donc de vents moyens soufflant à 215km/h avec rafales jusqu'à 260km/h. Il devrait encore se renforcer au cours des prochaines 24 heures sans pour autant atteindre la classe 5.
Les prévisions de trajectoires les plus probables le font toujours passer au Nord des Petites Antilles, toutes les îles restant heureusement à l'abri des conditions les plus sévères.
Toutefois, la houle cyclonique générée par "BILL" pourrait gagner les côtes orientales de nos îles avec des vagues pouvant atteindre 3m50 voire 4m sur les îles les plus au Nord. Quelques gros rouleaux pourront donc être attendus en journée de mercredi sur le littoral exposé à l'Est.
La Martinique, l'archipel de la Guadeloupe ainsi que les îles de St Martin et St Barthélémy restent actuellement en vigilance jaune pour la houle cyclonique d'Est-Nord-Est uniquement.
On notera que cette houle pourrait aussi atteindre les côtes guyanaises mais de façon plus amortie mais risquant tout de même de donner des conditions inhabituelles.
Caractéristiques de "BILL" :
Position du centre le 19/08/09 à 05 heures locales: 18.0N / 54.9W soit à environ 750km de la Martinique et de la Guadeloupe.
Déplacement à la vitesse de 24km/h dans la direction 295° (W-NW).
Pression au centre: 948 hectopascals.

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article
18 août 2009 2 18 /08 /août /2009 23:46
Bill : attention à la houle !
L’ouragan Bill, continue sa progression vers l’ouest-nord-ouest dans des conditions favorables à son renforcement. Il est maintenant ouragan de classe 2 et pourrait devenir classe 3, c’est à dire, ouragan majeur d’ici demain. Il présente un œil bien formé et visible d’un diamètre d’environ 50km. Les prévisions de trajectoires les plus probables n’ont pas changé et font toujours passer Bill bien au Nord des Petites Antilles, à plus de 400km au nord-est de Saint-Martin et toutes les îles devraient rester à l’abri des conditions les plus sévères.
Cependant, la houle cyclonique que l’ouragan génère pourrait arriver sur la façade Est de nos îles, bien amortie certes, mais avec des vagues possibles de hauteur moyenne d’environ 3 mètres voire 3,5m sur les îles les plus au Nord. Ces vagues énergétiques pourraient donner quelques gros rouleaux surtout mercredi sur le littoral exposé à l’est. La Martinique, l’archipel de Guadeloupe, Saint-Barthélemy et Saint-Martin sont en vigilance jaune pour la houle cyclonique d’Est-Nord-Est uniquement.

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens