Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 avril 2009 7 19 /04 /avril /2009 17:34
Le LKP définit sa stratégie pour les jours à venir


Dans un tract publié et communiqué en milieu de semaine dernière, le LKP a fait connaître ses intentions pour les semaines à venir. Des réunions d'information, une mobilisation dans les entreprises et un grand rassemblement le 1er mai.


« LKP KA DÉKLARÉ

Davwa Pèp Gwadloup vayan...yo anmèwdé

Dépi, nou Gwadloupéyen, woukomansé kwè adan nou menm….
Dépi nou woukomansé frékanté nou, fanmi, timoun, vwazen, vwazin, mét é zélèv, Jenn é vyé...
Dépi nou woupran sans a lavi, avé pawòl an nou, santiman, bokantaj,  konfyans é dignité...
Dépi nou ka gadé piplis alantou an-nou, pyé bwa, zayann’, rimèd razyé...
Dépi nou désidé manjé é bwé sa ki tan-nou, pwodwi kifé si jòdijou nou vayan,
pwodui a péyizan é marenpéchè an-nou...
Dépi nou woukomansé kwè adan péyi Gwadloup é chèché on dot chimen pou divini an nou

Nou lontan pi vayan é yo, yo anmèwdé toubòlman !
Wi, Peuple de Gwadloup, LKP sé nou menm, notre mobilisation, notre détermination autour et dans le  LKP nous autorise aujourd'hui ansanm ansanm à construire une autre vision de nous même, de nos capacités, à croire en notre pays, en notre jeunesse.
LKP an-nou, nous permet dorénavant de nous revendiquer fièrement  Gwadloupéyen é Karibéyen.

Wi, nou, Peuple de Gwadloup, sommes en création, en floraison.  Plus nous serons debouts et unis, pli yo ké anmewdé. En effet, Yo mizé  sur notre agenouillement douvan pwofitasyon, l'ordre des riches et l'ordre colonial pour nous démouné et s’accaparer de notre Gwadloup.
Yo owganizé notre division pour s'octroyer tous les pouvoirs, tous les droits, nous refusant le droit le plus légitime: vivre et travailler au pays...
Yo fabriké une représentation politique lâche, soumise, agoulougranfal de mandats, et plus soucieuse de grappiller des miettes de pouvoir colonial que  du sort du peuple guadeloupéen.
Yo antòtyé nou pour consommer, consommer, consommer jusqu'à ce qu'il ne nous reste rien de nous mêmes

Men L.K.P lévé gaoulé… yo anmewdé...

Que n'ont-ils pas dit et tenté pour nous empêcher de nous rencontrer, de nous réunir, de nous construire et ce, pour préserver leurs privilèges :
LKP ne va durer que quelques jours, son implosion est inévitable... konplo a nég sé konplo a chyen.
LKP est un mouvement terroriste, raciste et indépendantiste.
Les travailleurs grévistes seront licenciés, et sans salaire à la fin du mois, ils reprendront le travail.

Magré tousa, LKP la ! Doubout kon pikèt !

Aujourd'hui, l'esprit LKP que nous n'avons fait qu'entrevoir pendant ces 44 jours de grève se construit, se propage, se revendique... c'est là, notre Révolution.

Bien sûr, les pwofité et les pwofitan sont toujours au pouvoir. Seulement nous les avons démasqués et savons comment arrêter leur prospérité et leur reproduction.
Témoin, nous travailleurs, qui par dizaines de milliers, avons engagé la grève pour l'application de l'accord Bino.
Témoin, des heures de négociation et de confrontation en cours pour obtenir la baisse des prix de l'eau, du transport, des loyers, des produits de première nécessité, du pain, de l'électricité... etc.

Témoin, les luttes en cours dans le BTP, la BANANE, les COMMUNES, à LA POSTE, à la CCI, à Orange, pour plus de droits et de liberté syndicale, pour l'accord Bino, et l'intégration de tous les précaires (CDD et contrats aidés).


Bien évidemment, pou  baré van a LKP, yo ja pòté mannèv :
- D'abord le MEDEF et Willy Angèle ont cherché à faire capoter la négociation pour l'accord Bino, ont tenté d'obtenir des patrons sa non-application... YO PRI... Jòdila, près de 50 000 travailleurs en bénéficient suite à leur mobilisation. WOULO é sa ka kontinyé !
- Ensuite, ils ont  essayé de nous faire passer pour des racistes et des délinquants, YO PRI... près de 100 000 signataires du Monde disent comme Domota : « ceux qui refusent d'appliquer l'accord Bino devront quitter la Guadeloupe... jamais nous n'accepterons qu'une bande de Békés rétablisse l'esclavage en Guadeloupe » et 80% des Gwadloupéyen se déclarent Lkpistes. Mi foto ay !
- Pour redonner la main aux zélu léjitim, yo lansé on misil « ETATS GENERAUX ». Elus locaux, chambres consulaires, socio-professionnels, détwa GGDN et l'Etat vont se réunir pendant 10 jours pour « enfin » parler de la Guadeloupe, de cette Guadeloupe qu'ils ne comprennent plus et qu'ils étaient persuadés avoir domestiquée et ankayé à jamais pou anfinal di kont valider les décisions prises par l’UMP et Sarkhozy.
- Maintenant avec l'extension d'un accord Bino amputé et la promesse de payer les salaires à la place des entreprises, ils veulent sanctionner les organisations patronales qui l'ont signé, primer et encourager les patrons anti-syndicalistes, anti-sociaux et délinquants, tenter de diviser à nouveau les travailleurs d'un même secteur d'activité, voire d'une même entreprise et surtout maintenir l'assistanat. MI SA YO VLÉ POU GWADLOUPÉYEN !

Travailleurs, jeunes, chômeurs, retraités, Peuple de Guadeloupe, LKP ka déklaré
Les États Généraux du Peuple de Guadeloupe ont débuté depuis le 5 décembre 2008 avec une plate-forme de revendications en 146 points et dix thèmes constituant le début d'un état des lieux et d'un diagnostic de notre société, en mal-développement caractérisée par des inégalités basées sur une pwofitasyon qui perdure depuis plusieurs siècles...
Pon « états généraux » décidés par l'UMP et SARKOZY pé ké réglé pwoblèm an-nou.
Seule la poursuite des luttes de masses conduites par la classe des travailleurs conscients et organisés, liyanné au peuple tout entier, fondée sur un programme né de ses propres besoins, ses aspirations et revendications pourra répondre aux espérances des Guadeloupéens.
Il n'existe qu'un seul accord Bino, l'accord signé le 26 février 2009... l'accord Bino étendu n'est pas l'accord Bino. Respé Pou BINO. Respè pou Travayè !!!
Wi, annou pran tan kifo pou palé ban nou, kouté nou, kontré é kouté tout Gwadloupéyen avec patience, respect et dignité pou konstwi Gwadloup a dèmen.

 LKP APPELLE LES TRAVAILLEURS ET LE PEUPLE A :
Poursuivre leur engagement pou kontinyé  nouri lespri LKP.
Développer les luttes, la solidarité et soutyenn travayè an mouvman pour l'application de l'accord BINO et l’arrêt de toute pwofitasyon dans toutes les entreprises et administrations.
PARTICIPER MASSIVEMENT AUX MEETINGS :
Mardi 21 avril : 19h - Bik LKP Lapwent / Mercredi 22 avril : 19h - Mairie Bouillante
Jeudi 23 avril : 19h - Moule / Vendredi 24 avril : 19h - La poste Basse-Terre
SOUTYENN’ NÉGOSYASYON
Banques : 17 avril - 9h30 - Préfecture
Prix de marchandises : 20 avril - 17h00 - World Trade Center - Jarry
Pain : 23 avril  - 17h30 - Sous Préfecture

GRAN Sanblé 1é Mé 2009 o Kannal pou fèt a Travayè

« LA GWADLOUP SÉ TAN NOU, LA GWADLOUP A PA TA YO » »













Partager cet article
Repost0
19 avril 2009 7 19 /04 /avril /2009 17:29
LES TOURNEES DU CEDAC
Le CEDAC* est une association qui a pour objectif de rassembler les Directeurs et gérants des espaces de la Guadeloupe ouverts à la diffusion culturelle et artistique dans le but de favoriser la  structuration et la professionnalisation du secteur culturel en Guadeloupe. Elle vise aussi  à valoriser l’aménagement du territoire en matière de diffusion culturelle en facilitant, à travers des actions communes entre ses membres,  les  économies d’échelle et les synergies entre les structures. Nous souhaitons enfin contribuer à la démocratisation de la culture en nous rapprochant des publics et en leur offrant des spectacles de qualité à travers l’ensemble du territoire régional.
C’est pour répondre à ces objectifs que le CEDAC organise en 2009 les rencontres « Théâtre en Caraibe » avec la diffusion à travers la Guadeloupe de 3 pièces mettant en valeur la création théâtrale contemporaine de notre archipel : « Trames » de Gerty Dambury (du 29 avril au 16 mai) « Contes à Mourir Debout » de Frantz Succab  (du 22 mai au 13 juin)  et  « Comme 2 Frères » de Maryse Condé (du 4 au 23 novembre) . Leur valeur artistique et la qualité de leur interprétation nous ont convaincus de leur assurer une diffusion aussi large que possible.
Le CEDAC s’efforcera également d’élargir leur présentation au delà de son propre réseau, y compris dans des espaces inhabituels comme les prisons, mais aussi à Marie Galante (Festival, St Louis…). Les publics scolaires seront aussi concernés.

* CEDAC: Collectif des Espaces de Diffusion Artistique et Culturelle

“TRAMES”

Texte et mise en scène : Gerty Dambury
Avec : Firmine Richard, Martine Maximin, Jalil Leclaire

Trames se déroule en Guadeloupe, à Pointe-à-Pitre, ville natale de l'auteur, Gerty Dambury.
La pièce retrace les retrouvailles quasi rituelles entre une femme seule, Gilette, et son fils Christian. Le jeune homme est habitué au monde de la rue mais revient pourtant régulièrement chercher chez sa mère un peu d'argent et de nourriture.
Cette relation mère-fils est difficile et ambiguë, parfois tendre mais souvent conflictuelle. Entre ces deux personnages, plusieurs figures se dressent : celle du père absent, celle du continent africain ou encore celles de plusieurs femmes.
L'Afrique est la terre natale de ce père et celle où il vit désormais.
Christian cherche son identité et au-delà, on peut deviner en filigranes les rapports complexes pouvant lier les peuples antillais aux terres d'Afrique. Plusieurs femmes brisées, dont Gilette a écouté et enregistré les témoignages, sont également représentées.
Firmine Richard interprète une femme antillaise à la fois solide et fragile, autoritaire mais capable de certaines faiblesses. Face à elle, Jalil Leclaire joue avec naturel le personnage du jeune Christian à la fois en rebellion et en état de dépendance vis-à-vis de sa mère. Martine Maximin incarne des femmes rencontrées par Gilette mais également une sorte de maître de cérémonie commentant ces douloureuses rencontres mère-fils.
Ce trio bien choisi implique avec justesse le spectateur dans une œuvre où la violence est sous-jacente malgré plusieurs pointes d'humour. Cette pièce inspirée en partie d’une histoire réelle sonne terriblement vrai.
Un peu à l'image de certaines pièces de Lars Norén, Gerty Dambury livre une œuvre forte, qui laisse le spectateur un peu sous le choc une fois le rideau final tombé.

En tournée en Guadeloupe du 29 avril au 16 mai 2009

Partager cet article
Repost0
19 avril 2009 7 19 /04 /avril /2009 17:28
L’utilisation de l’Heberprot-P s’étendra à tous les centres d’attention primaire de Cuba
L’Heberprot-P, un médicament injectable à base de facteur de croissance épidermique humain recombinant mis au point au Centre d’Ingénierie Génétique et de biotechnologie de La Havane et qui est appliqué dans le traitement des ulcères du pied diabétique sera utilisé dans toutes les polycliniques cubaines.      
Ce médicament indiqué aussi bien dans les ulcères neuropathiques qu’ischémiques aux stades 3 et 4 de la classification a eu des résultats excellents car il diminue le nombre d’amputations du pied diabétique.
Cette injection intra lésionnelle et péri lésionnelle, la seule de son type dans le monde est appliquée 3 fois par semaine durant 5 à 8 semaines au maximum. Elle stimule la granulation et la re-épithélisation de l’ulcère du pied diabétique, diminue le temps de cicatrisation, réduit le nombre des interventions chirurgicales chez les patients ainsi que les récidives, Bref réduit le risques d’amputation des membres inférieurs chez les patients diabétiques.
Appliqué à plus de 2000 patients cubains souffrant d’ulcères profonds et résistantes à d’autres traitements conventionnels, Heberprot-P a prouvé son efficacité dans plus de 80% des cas.
Partager cet article
Repost0
19 avril 2009 7 19 /04 /avril /2009 17:25
Ouverture officielle des Etats généraux de l'Outre-mer en Martinique

Les Etats généraux de l'Outre-mer (EGOM) ont été lancé samedi matin au Palais des Congrès de Madiana à Schoelcher (Martinique) devant plus de 300 personnes par le préfet de Région Ange Mancini.
Ces Etats généraux ont été convoqués par le président Sarkozy en pleine crise sociale aux Antilles au cours du mois de mars.

Le Collectif du 5 février contre la vie chère et pour l'emploi, à l'origine des 38 jours de grève générale avait annoncé le 8 avril son refus de participer aux EGOM.
En présence des présidents et rapporteurs des huit ateliers mis en place dans le cadre des EGOM, le préfet a d'abord tenu à rappeler ce qu'étaient ces Etats généraux.
"C'est un outil qui n'est pas quelque chose de figé et qui sera ce que vous en ferez", a-t-il devant une assistance composée de socio-professionnels et de représentants d'associations des secteurs les plus divers.
Ange Mancini a souligné qu'il n'y avait "pas de calendrier contraint et qu'il fallait se donner le temps" de discuter répondant implicitement aux critiques selon lesquelles le calendrier était trop court. Il a enfin souhaité que la discussion soit "la plus ouverte possible et à toutes les opinions".
En sa qualité de coordonnateur local des EGOM, Bertrand Le Febvre de Saint Germain a estimé que les Egom étaient "un exercice d'intelligence collective" et non "une affaire de spécialiste". Insistant sur la dimension de "débat public" de ces Etats généraux, il a précisé que des ateliers seraient déconcentrés dans les communes de la Martinique. Car, a-t-il dit, "c'est l'expression de l'avis de la population qui est recherchée".

Gouvernance, identité, culture...
De son côté, Victor Emmanuel Vaugirard, rapporteur des EGOM en Martinique, a souligné que ces Etats généraux allaient "capitaliser les initiatives existantes comme le Schéma Martiniquais de Développement Economique (SMDE) du conseil régional et de l'Agenda 21 du conseil général".
Les présidents et rapporteurs ont présenté les huit ateliers retenus: la formation des prix, les circuits de distribution et le pouvoir d'achat; les productions locales et les conditions d'un développement durable; les grands projets structurants et les conditions du développement durable; la rénovation du dialogue social et de la formation professionnelle ; la gouvernance (évolutions institutionnelles locales et adaptation des administrations centrales); l'intégration de la Martinique dans son environnement régional; l'égalité des chances, la promotion de la diversité et l'insertion des jeunes; l'identité, la culture et la mémoire.
A l'exception du député-maire de Trinité Louis-Joseph Manscour, aucun parlementaire n'était présent ni les présidents des deux assemblées locales qui se sont fait excuser.
u cours des échanges, plusieurs intervenants ont indiqué qu'il ne fallait pas décevoir les attentes de la population. Ainsi, Catherine Conconne, maire adjoint de Fort-de-France (PPM) a indiqué que "le peuple martiniquais attend de nous clarté et vérité". Interpellant les représentants de l'Etat sur la finalité des EGOM, elle a parlé "d'exigence de confiance" et de la nécessité de "ne pas créer une énième déception" chez les Martiniquais.
Bertrand Le Febvre de Saint Germain a souligné que le public pourrait participer aux ateliers sans restriction et qu'il n'était pas nécessaire de s'y inscrire.
Partager cet article
Repost0
19 avril 2009 7 19 /04 /avril /2009 17:23
Un appel à la mobilisation du Collectif du 5 février peu suivi en Martinique

L'appel à une journée de mobilisation lancé par le Collectif du 5 février, à l'origine de la crise sociale de février, a été peu suivi vendredi en Martinique.

Environ 200 personnes, selon la police, ont manifesté jusqu'à la préfecture de Fort-de-France où se tenait une réunion plénière sur la question de l'emploi.
Les manifestants entendaient ainsi soutenir les membres du "Collectif du 5 février contre la vie chère et pour l'emploi".
Selon le collectif à l'origine de cet appel, après cinq séances de négociations en commission sur le dossier de l'emploi, il n'y a pas eu de "véritables avancées".
Il réclame la signature d'un protocole d'accord, la mise en place d'un comité de suivi et des mesures pour résorber le chômage en Martinique.

A la veille des Etats Généraux
Par ailleurs, une partie des stations-services de Martinique sont restées fermées vendredi à la suite d'une grève lancée à l'appel des pompistes UGTM pour protester contre le rapport Bolliet sur le coût du carburant outre-mer. Une délégation de grévistes a été reçue en préfecture de Région où elle a pu exposer son opposition à toute idée d'automatisation des stations d'essence de l'île évoqué dans le rapport, a-t-on appris auprès de la préfecture.
L'appel à la mobilisation du Collectif du 5 février, intervenait à la veille du coup d'envoi, samedi, à Madiana-Palais des Congrès à Schoelcher, des Etats généraux en Martinique.
Ces états généraux, convoqués mi-février par Nicolas Sarkozy en pleine crise antillaise, sont censés mettre à plat tous les problèmes de l'outre-mer par des réunions dans chaque département ultra-marin, puis en métropole.
Partager cet article
Repost0
19 avril 2009 7 19 /04 /avril /2009 17:22
Outre-mer : les états généraux ont du mal à se mettre en place

Calendrier mouvant, défection des principaux acteurs des mouvements de grève: les états généraux de l'outre-mer promis par Nicolas Sarkozy au plus fort de la crise antillaise ont du mal à se mettre en place.
Alors que M. Sarkozy avait proposé mi-février aux élus locaux que la consultation, intervenant après une crise sociale d'une durée et d'une ampleur sans précédent (44 jours de grève en Guadeloupe et 38 en Martinique), soit étalée "sur trois mois", le gouvernement a annoncé jeudi un "assouplissement du calendrier".
La synthèse des états généraux, censés mettre à plat tous les problèmes qui se posent outre-mer (pouvoir d'achat, productions locales, évolutions institutionnelles, dialogue social, etc.), se fera finalement en septembre.
Le premier conseil interministériel de l'outre-mer, qui se réunira sous la présidence de M. Sarkozy pour arrêter un ensemble de décisions tirant les conséquences de la consultation, aura lieu en octobre.

Assouplir...
Initialement, M. Sarkozy avait parlé de "mai" pour la synthèse et d'"avant la fin du mois de mai" pour la réunion du conseil interministériel.
Puis le préfet Richard Samuel, délégué général à l'outre-mer, placé sous l'autorité du secrétaire d'Etat Yves Jégo, et chef de projet des états généraux, avait avancé juin pour la synthèse et début juillet pour le conseil.
On explique aujourd'hui au sein du gouvernement qu'il fallait "assouplir" le calendrier afin de "donner du temps à la concertation réclamée par les ultra-marins".
La date du déplacement aux Antilles de M. Sarkozy dans le cadre de la consultation est également très fluctuante.
M. Sarkozy devait se rendre en avril en Guadeloupe "ouvrir" les états généraux. Jeudi, on indiquait de source gouvernementale que son déplacement aux Antilles aurait lieu "avant les vacances d'été".
Les états généraux seront lancés "officiellement" mercredi 22 avril à Paris par M. Jégo et sa ministre de tutelle Michèle Alliot-Marie, en charge de l'Intérieur et de l'outre-mer.
Ils souffrent d'ores et déjà de l'absence des trois collectifs de syndicats et d'associations qui ont conduit les grèves générales en Guadeloupe, Martinique et à la Réunion, et en particulier de celle du porte-parole emblématique du LKP guadeloupéen, Elie Domota.
Tous estiment que "tout a déjà été décidé par l'Etat", ce que réfute le gouvernement. "Il n y a pas dans les tiroirs du gouvernement des solutions toutes prêtes", selon M. Jégo. "Il est faux de dire que tout est joué d'avance", selon Mme Alliot-Marie.

Boycott
Les principaux syndicats guadeloupéens, dont la puissante UGTG de M. Domota, boycotteront également.
"Je pense que ceux qui seront absents seront sans doute sévèrement jugés par la population et par l'histoire", a jugé la ministre de l'Intérieur.
"Etre absent en refusant même la réflexion, en refusant de discuter sur des problèmes de fond, c'est une erreur. La politique de la chaise vide ne contribue certainement pas au rétablissement d'un climat social serein outre-mer, ni à la préparation de cet avenir", a-t-elle jugé.
Préparatoires aux états généraux, les premiers ateliers locaux, mardi en Guadeloupe, ont connu une très faible participation.
Ils ont "démarré avec un moteur diesel", a reconnu M. Jégo, cependant optimiste pour la suite.
Selon le délégué interministériel Patrick Karam, qui les organise pour la métropole, on se bouscule au portillon à Paris pour participer aux ateliers.
Partager cet article
Repost0
19 avril 2009 7 19 /04 /avril /2009 17:20
Jégo demande aux banques et assurances de continuer à se mobiliser

Le secrétaire d'Etat à l'Outre-mer, Yves Jégo, a demandé jeudi aux banques et aux assureurs de continuer à se mobiliser pour le financement des entreprises ultramarines, soulignant que leur attitude « serait déterminante pour la reprise de l'activité ».
M. Jégo a reçu des représentants des entreprises ultramarines et du monde économique ainsi que des principaux réseaux bancaires et des assureurs crédit travaillant outre-mer, en présence d'une part du directeur du Trésor Ramon Fernandez et de Nicolas Jacquet, médiateur délégué du crédit aux entreprises.
Selon un communiqué publié par ses services, M. Fernandez a observé que « les encours de crédit avaient continué à progresser fin 2008 et que l'on ne constatait pas à ce jour de tarissement du crédit ou de l'assurance crédit ».
M. Fernandez a souligné que « les récents blocages dans les DOM avaient mis en difficulté un certain nombre d'entreprises, ce qui pouvait influer sur l'analyse du risque par les banques et les assureurs crédit ».

Numéro vert
Il a également rappelé que le gouvernement avait mis en place des outils de garantie de crédit court terme et un complément public à l'assurance crédit (appelé CAP).
Selon M. Jacquet, 152 dossiers de demandes de médiation avaient été déposés dans les quatre DOM au 1er avril, dont 99 ont été acceptés.
M. Jégo a souligné les mérites de ce dispositif de facilitation et incité les entreprises ultramarines à y recourir davantage.
Des numéros verts ont été mis en place en lien avec les CCI (Guadeloupe 0800 111 971).
Les représentants des entreprises ont évoqué des difficultés rencontrées sur le terrain par les entreprises pour financer leur activité à court terme et fait état d'un durcissement des conditions du crédit.

Partager cet article
Repost0
19 avril 2009 7 19 /04 /avril /2009 17:19
La Brigade financière enquête sur la liquidation de mutuelles de Guadeloupe

Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire sur les conditions de liquidation de mutuelles de Guadeloupe en 2005 qui auraient donné lieu à des détournements de fonds pour un préjudice total évalué à 657 millions d'euros, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.
Le Comité de défense des mutuelles de la Guadeloupe avait déposé plainte contre X à Paris le 19 février, notamment pour "détournement de fonds publics", "atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation" (pour avoir commis une discrimination au détriment du potentiel économique de la Guadeloupe), "entrave à l'exercice normal d'une activité économique", "banqueroute de différentes mutuelles" et "concussion".
Le Comité avait alors évalué le préjudice pour ces mutuelles à 657 millions d'euros.
A la suite de cette plainte, le parquet a ouvert début mars une enquête préliminaire confiée aux policiers de la Brigade financière, selon cette même source.
Le dossier porte sur les conditions de la liquidation, intervenue en juin 2005, de 51 mutuelles de Guadeloupe, à l'issue de l'intervention d'un administrateur provisoire nommé à l'époque par la Commission de contrôle des mutuelles (devenue l'Autorité de contrôle des assurances et des mutuelles, Acam).
Victorin Lurel, président (PS) du conseil régional de Guadeloupe, avait accueilli ce dépôt de plainte "avec satisfaction" et précisé que, dès 2005, les élus de l'île s'étaient émus du "démantèlement rapide de toutes les petites mutuelles, issues d'un système ancien de solidarité en Guadeloupe," laissant la place à de "grands groupes".

Partager cet article
Repost0
19 avril 2009 7 19 /04 /avril /2009 16:50
INDISCRETIONS
René
Un ami a plaidé auprès de Guy Roch, président de la Ligue guadeloupéenne de football et de Victorin Lurel, président du conseil régional, pour l’implantation d’une exposition photographique permanente des sportifs locaux sur le site de la salle d’arrivée de l’Aéroport de Pointe-à-Pitre/Le Raizet. Cette exposition permanente permettrait de mettre en valeur le potentiel sportif, avec des clichés de Bambuck, Pérec, Flessel, Riner, Beaugé, Henry, Thuram, Zami, Cachemire, Gallas, etc. Notre ami regrette « que l'idée semble, après avoir enthousiasmé, être tombé en désuétude... »

Jacques
Jacques Gillot, président du conseil général, après un long silence consécutif à la fin de la grève/mobilisation générale, s'investit de nouveau localement. Il a initié une réunion de sortie de crise dans le conflit Procidex, équarrisseur au Moule, dont les salariés étaient en grève la semaine dernière. Une solution semble trouvée... pour éviter de pénaliser le secteur productif car, sans équarrissage, difficile de faire fonctionner l'abattoir sous peine de se retrouver avec des déchets encombrants.

José
José Toribio, maire de Lamentin, président du groupe Gauche alternative au conseil général, vient de publier un document par lequel il fait savoir très officiellement qu'il ne participera, pas plus que les élus de son groupe, aux Etats Généraux. Il disqualifie l'Etat pour tout ce qui est question statutaire ou institutionnelle... « Le lieu de la discussion institutionnelle de la Guadeloupe est le congrès des élus départementaux et régionaux en étroite collaboration avec la population », affirme-t-il.

Elie
Elie Domota, porte-parole du Liyannaj kont pwòfitasyon (LKP), est qualifié de « sulfureux » par divers hebdomadaires nationaux dans des reportages qui, maintenant, donnent plus de voix à ceux qui ont laissé des plumes dans le conflit : chefs d'entreprises sinistrées, salariés devenus chômeurs, etc. Il semble que la geste romantique chantée par les journalistes de la presse nationale et internationale du temps de la grève/mobilisation générale ait fait place à un réveil brutal : les 200 euros se font attendre, les prix dans les magasins sont toujours aussi élevés... et l'économie se relève difficilement de 44 jours d'inactivité. Par contre, côté élucubrations politiques, on semble bien partis en live !
André-Jean VIDAL
Partager cet article
Repost0
10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 01:12
INDISCRETIONS
Eric
Eric Jalton, qui vient d'obtenir sur Marie-Galante, Les Saintes, La Désirade, une zone franche d'activité exonérant à 100% les bénéfices provenant des exploitations situées dans les îles du sud pour une période de trois ans entre le 31 décembre 2008 et le 31 décembre 2011, ainsi qu'un avantage fiscal en matière de taxe foncière à 100% pour les entreprises installées sur ces territoires, s'en glorifie à juste titre. Il a pris le dossier à bras le corps et l'a mené à bien. Bravo !

Jacques
Jacques Gillot et Victorin Lurel, quand ils ne se surveillent pas en Guadeloupe, font de l'excellent travail à Paris. Suivis de leurs équipes, ils arpentent les couloirs, qui de l'Assemblée, qui du Sénat, ceux du secrétariat à l'Outre-mer, de Matignon. Bref, ils sont partout où on demande qu'ils soient pour rattraper cette impression de déficit d'image (et d'action) constaté depuis le début de l'année... Une impression seulement. Mais qui a permis à certains, encouragés depuis la Guadeloupe, de se pousser du col. N'est-ce pas Jeanny ?

Christiane
Christiane Taubira, députée de Guyane, a fait de la pwòfitasyon son fond de commerce. Eric Jalton intervenait à l'Assemblée, pour expliquer à M. Mariton, son collègue ce que voulaient dire les mots « La Gwadloup sé tan nou; la Gwadloup sé pa ta yo, yo pé ké fé sa yo vlé adan péyé an nou », devise popularisée par le LKP et qui devra, sans doute un jour, figurer sur les armoiries de la Gwada. « Je traduirai ainsi, a dit M. Jalton : la Guadeloupe nous appartient, à nous qui la construisons et qui voulons la construire solidairement. Elle n'appartient pas et ne doit pas appartenir... » Un cri dans la salle : « Aux profiteurs ! » C'était Christiane Taubira.

Nicolas et Elie
Un point commun de plus entre Nicolas Desforges, préfet, et Elie Domota, porte-parole du LKP : ils ont tous deux perdu quatre kilos durant les 44 jours de leur épopée.

Nicolas 2
Le préfet Desforges recevait la presse, hier, pour expliquer aux béotiens la philosophie de cette grand messe. Comme il proposait des rendez-vous réguliers, un journaliste un tantinet frondeur lui a conseillé de ne pas faire de plan sur la comète puisque les deux autres préfets de Guadeloupe qui avaient programmé des rencontres récurrentes avec la presse... ont été rapidement mutés. Sans que la presse y soit pour quoi que ce soir, précisons-le...

Claude
Claude Giraud, haut fonctionnaire du ministère de l'Intérieur, chargé de coordonner les ateliers des Etats-Généraux, l'a bien compris au fil de la discussion avec le préfet Desforges : s'il y a eu de bons résultats des ateliers, c'est le préfet qui rapportera les conclusions à Paris, s'il y a eu du tiraillement, ce sera lui... Mais non, c'est une blague ! Bienvenue en Guadeloupe.
André-Jean VIDAL
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens