Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 21:53
Futilité ?
La danse au son du gwo-ka, le carnaval, sont les deux façons qu'ont eu les esclaves puis leurs descendants, de s'amuser, de s'affranchir au sens le plus réel du terme. D'oublier leur triste condition, d'oublier ce déracinement inhumain, ce jamais vu. Cet emportement vers un ailleurs inconnu... par delà les mers, cette surface mobile, mouvante, happante. Cette soif, cette faim, cette peur au ventre, le débarquement, les chaînes, ces mains blanches qui ouvrent de force des mâchoires pour vérifier les dents. Tâte les biceps. Caresse une hanche.
La danse au son du gwo-ka, le carnaval plus tard, c'est le moyen d'exister, d'exister de nouveau. D'être.
Ce carnaval, les Guadeloupéens se le sont approprié. Masques, costumes européens d'abord, puis, au fil des années et d'une prise de conscience que nous ne sommes pas tous Européens, nous avons décidé de nous dévêtir, de nous enduire de roucou, d'huile de vidange, de faire claquer les fouets, de nous couvrir de terre, de couvrir nos parties d'une demi calebasse nouée, de courir, sauter, laisser libre cours à notre imagination. Retour aux sources, le temps d'un déboulé. car nous ne pratiquons pas le défilé. Le défilé, c'est pour les militaires. Nous, nous déboulons des rues, croisant et recroisant nos colonnes, tressant un carnaval endiablé. La nuit tombe, les flambeaux éclairent nos faces, nos corps disparaissent dans la pénombre. Les kas résonnent, c'est vaval ! Et l'on voudrait dire que le carnaval, c'est une futilité ? Attention !
André-Jean VIDAL
Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 21:52
INDISCRETIONS
Eric
Après un long silence, Eric Jalton, député et maire des Abymes, a repris ses envois de sms. Cette fois-ci pour fustiger son prédécesseur, dont le nom est tombé dans l'oubli... et pour dire que l'impôt qui porte son nom vaut aux Abymiens « cinq point de plus sur les taux conformément aux instructions de la chambre régionale des comptes, afin de supprimer le déficit en 2009/2010 et réduire l'endettement. »

Jeanny
Jeanny Marc, maire de Deshaies, député de la troisième circonscription, a décidé d'illuminer la plage de La Perle. C'était pendant les Jeux des Iles, il y a neuf mois. Depuis, cette plage est toujours illuminée. La plage, c'est à dire le sable. Pas la mer. Ce qui interdit qu'on y prenne des bains de minuit. Car, c'est toute la nuit, et vraisemblablement une partie de la journée, que les lampes éclairent... le paysage. Et dire que la chambre des comptes a averti la commune pour qu'elle n'aggrave pas son déficit. Espérons que la commune ne soit pas encore plus en déficit... Ce sont les contribuables qui vont payer !

Yves
Yves Jégo, secrétaire d'Etat à l'Outre-mer, joue, en ce moment, la carte Valérie Pécresse pour la tête de liste des régionales en Ile-de-France, contre Roger Karoutchi, son collègue porte-parole du gouvernement. Il se base sur les résultats d'un sondage donnant Pécresse comme candidate « préférée » des sympathisants UMP (57 %, contre 28 % pour son rival Roger Karoutchi). Elément essentiel : la même enquête attribue à la ministre 35 % de « bonne opinion » auprès des Franciliens, contre 31 % pour le président (PS) sortant de la région, Jean-Paul Huchon (et 15 % pour Roger Karoutchi).

Yves 2
Pour moins de 10 euros, vous pouvez découvrir deux romans d'Yves Jégo sur amazon.fr : 1661 et La conspiration Bosch, Des romans mis en avant sur son blog, romans ésotériques, mêlant aventure, amour. Bah, Jean-Louis Debré, président du Conseil constitutionnel, écrit bien des romans policiers ! Et Nicolas Sarkozy a bien écrit une biographie de Georges Mandel.

Yvor
Yvor Lapinard, notre confrère, grand connaisseur des choses du patrimoine, nous signale, suite à une humeur parue en pages carnaval : « A ma connaissance, je ne connais pas de carnavaliers prêts à enduire leur corps d'huile de vidange. Je sais, pour l'avoir moi-même fait, qu'ils utilisent de la mélasse de jus de canne à sucre, du sirop de batterie, de la suie (noir de fumée) ou du charbon réduit en poudre, pour réaliser ce produit noir qui sert aux « mas-a-Kongo ». Cette composition, qui est utilisée par les membres de Voukoum depuis une vingtaine d'années, peut facilement être enlevée sur la peau par l'eau de mer. Alors huile de vidange, voire du goudron (comme on entend également dire), connais pas. Essaie un jour de mettre un peu d'huile de vidange sur le toit de ta voiture, laisses agir quelques heures, et tu me donneras des nouvelles... » Comme quoi !
André-Jean VIDAL
Repost 0
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 19:42
10 RAISONS DE CROIRE en notre région
Nous vivons une période où la sinistrose semble prévaloir. Que ne nous dit-on pas sur cette crise financière mondiale, ses conséquences sur la Nation. Même si on nous dit que la Guadeloupe et les Guadeloupéens seraient moins touchés. On sait que les entreprises s'attendent à une année noire. Que les marges de manœuvre seront limitées. Qu'il faut s'attendre à des mouvements sociaux parce que les incitations à dépenser sont de plus en plus pressantes mais que les salaires ne suffisent plus à les satisfaire. La semaine prochaine, c'est cet ensemble de frustrations, légitimes, qui vont s'affirmer, par une mobilisation des syndicats de salariés, soutenus par des forces politiques. Plus de trente associations et syndicats appellent à la mobilisation. Pour la préservation des acquis, pour le maintien du pouvoir d'achat, parce qu'il y a un malaise, que les gens ont peur. Qu'on entretient ces peurs.
Et si, en fait, la Guadeloupe avait des raisons de croire en sa région ?
Car, la Guadeloupe, c'est un archipel, des gens, des réalisations.
Ces raisons de croire en elle, nous les présentons, ici.
André-Jean VIDAL


1 - L'Economie
UNE DYNAMIQUE COMMERCIALE
- La ZICP de Jarry
La zone industrielle et commerciale de Jarry, c'est l'une des plus grandes de France. La plus grande de l'Outre-mer. 3 500 entreprises (sur les 12 000 de Guadeloupe), essentiellement commerciales, des industries qui marchent bien, surtout artisanales ou semi-industrielles. S'il n'est plus possible de l'étendre, c'est qu'elle a atteint son point de saturation. 12 000 salariés, 20 000 visiteurs chaque jour, près de 4 000 habitants permanents. Reste à la doter de voies d'accès plus fluides, de véritables infrastructures permettant de la rendre plus conviviale. La municipalité de Baie-Mahault y travaille avec le doublement de certaines voies, la création de trottoirs, d'un véritable service de bus.

- Centres commerciaux
Milénis, aux Abymes, Destreland, à Baie-Mahault. Des centres commerciaux importants, qui ont permis à certaines entreprises familiales de Pointe-à-Pitre, limitées au secteur de l'habillement, de se développer tandis que la sous-préfecture devenait moins abordable en voiture. Qui ont permis aussi le développement de magasins de marques internationales, de création d'emplois. Ce sont devenues de véritables petites villes, quasi autonomes, avec plus d'un millier d'emplois permanents (1 200 pour Destreland) pour chaque structure, une fréquentation d'environ 20 000 clients/jour.
Des centres commerciaux de moindre taille ont fleuri dans la plupart des communes : Le Gosier, Lamentin, Sainte-Rose, Basse-Terre, Saint-François.

- Aéroport
L'aéroport international de Pointe-à-Pitre/Le Raizet (c'est sa dénomination officielle), rebaptisé localement Pôle Caraïbes pour affirmer sa vocation, développe un double trafic : l'international et le régional. Les liaisons se développent et il est ainsi possible à partir de la Guadeloupe d'avoir accès au monde entier, soit par le biais des hubbs (Atlanta pour les Etat-Unis, Paris, pour l'Europe et le reste du monde), soit en liaisons directes vers l'Amérique du Sud, Panama, le Costa Rica. Quatre compagnies "locales" assurent les liaisons, dont la dynamique Air Caraïbes (38% du marché), pour l'international et le régional, la nouvelle et tout autant Air Antilles Express (7% du marché), pour les liaisons régionales. Pôle Caraïbes vient de fêter son 2 millionième passager pour l'année 2008, renouant avec le succès après dix ans de vaches maigres.
Cet aéroport est relié localement à l'aéroport international de Saint-François, aux aérodromes de Saint-Martin, Marie-Galante, la Désirade et Terre-de-Haut.

- Création de sociétés (start up)
Les Guadeloupéens sont entreprenants. Ils n'hésitent plus à créer leurs propres structures d'entreprise, non seulement pour créer leur emploi, mais encore pour en développer d'autres. A cet égard, la société nouvellesantilles.com, de François Besnard est un exemple : personne ne l'a suivi au départ. Aujourd'hui, il glane tous les premiers prix pour la vente des voyages et des hébergement sur la Guadeloupe par Internet. Il emploie soixante personnes. Ils sont des centaines comme lui. Qui sont encouragés par la Région. Celle-ci dépense, chaque année, 30,4 millions d'euros pour le soutien à l'activité économique.



2 - Le port
DES INFRASTRUCTURES PERFORMANTES
- Terminal conteneurs de Jarry
Le terminal à conteneurs de Jarry est le poumon (en acier) de la Guadeloupe. Chaque semaine, des millliers de conteneurs transitent par cette structure, l'une des plus modernes de la Caraïbe. Quatre portiques assurent ces transferts bord/terre. Deux nouveaux portiques assurent ou vont assurer d'ici 2010, un meilleur traitement des navires post-panamax (pouvant porter plus de conteneurs, donc d'une hauteur supérieure en traitement). En tout, le PAG traite près de 3 millions de conteneurs chaque année.
- Terminal Croisière
De création récente, le terminal de croisière, installé sur les vieux quais de Pointe-à-Pitre, permet l'accueil d'une centaine d'escales de paquebots chaque année, soit plus de 350 000 passagers chaque saison (décembre à avril).
- Port de Basse-Terre
Cette infrastructure devrait permettre, tant l'accueil des paquebots, ce qui a été fait un temps, mais aussi un service de ferry avec Pointe-à-Pitre. Ce qui désengorgerait les accès routiers (liaison Baie-Mahault/Basse-Terre). Les quais, les bâtiments d'accueil sont là. Reste à faire preuve de volonté !
- Ports départementaux
A Marie-Galante, La Désirade, Terre-de-haut, Terre-de-Bas, ils assurent la permanence du ravitaillement de l'archipel.


3 - L' agriculture
LE MEILLEUR RHUM DU MONDE
Si le sucre de Guadeloupe se vend bien à l'export, le rhum de Guadeloupe, surtout le Damoiseau, a conquis le marché européen, voire mondial. Sur un total de 7 000 HAP (hectolitres d'alcool pur, le rhum étant à 50%, il faut multiplier par deux pour avoir le chiffre exact de production), Damoiseau en produit 3 000, soir environ 600 000 bouteilles pour le marché national... et l'international. « Nous vendons, dit Hervé Damoiseau, p.-d.g. de la société, au Brésil (qui est le premier producteur de rhum), en Australie, en Chine, au Japon, en Europe, y compris en Europe de l'Est, sauf en Pologne. »
Ivan de Dieuleveult, p.-d.g. de Gardel, l'unité sucrière de la Guadeloupe,parle canne-sucre : « Oui c'est une chance pour la Guadeloupe que d'avoir cette filière canne sucre rhum. Elle représente avec Marie Galante 14 à 15 000 Ha plantés en cannes. Elle fait vivre directement et indirectement près de 10 000 personnes. Il n'y a pas aujourd'hui d'alternative crédible pour valoriser ces 14 000 Ha
par d'autres cultures. Ni la banane, ni l'igname, la tomate, l'ananas, la carotte, la laitue ou le melon, ou d'autres plantations ne pourraient occuper de façon rentable pour l'agriculteur ces surfaces de 14 000 Ha. » Néanmoins, banane, melons et ananas sont des productions, pour la première traditionnelle, trop souvent sujette au aléas climatiques pour être une véritable richesse pérenne. Les deux autres sont des productions mineures mais qui prouvent que si on veut faire de la diversification, ça peut marcher !


4 - La santé
UN RÉSEAU MÉDICAL ÉPROUVÉ
Quels atouts dans le domaine de la santé ? Des infrastructures qui sont les seules des Petites Antilles à assurer des spécialités médicales de premier plan. Ce sont le CHU de Pointe-à-Pitre — Classé par Le Point 36e national/ 221 établissements pour les calculs urinaires, 10e national/221 pour les cancers de la prostate, 42e national/221 pour la cataracte —, le CHGI de Basse-Terre, l'Hôpital de Marie-Galante, un réseau de cliniques dont la performance ne fait aucun doute puisqu'on y assure des spécialités de pointe, comme la chirurgie de la main, avec une veille urgence en la matière 24h/24. Et puis des médecins, dans chaque commune, pour toutes les grandes spécialités voulues, un réseau sentinelle pour les pathologies, veillatif, etc.


5 - Le sport
DES CHAMPIONS COMME S'IL EN PLEUVAIT
Le Sport ! Les Guadeloupéens, dit-on, sont de grands sportifs. Il y a eu Pérec, Arron, avant cela Trésor, maintenant Teddy Riner, en judo, les jeunes épéistes, Jean-Paul Hélissey, Enzo Lefort, Isora Thibus, Anita Blaze, tous en sports études dans l'Hexagone, graines de champions olympiques. Il y a Jean Sébastien Estienne, champion de France de surf, Rony Martias et Yohann Gène en cyclisme, Johnny Yrius en body-building pour la huitième fois sacré champion du monde. Charly Conord, Thierry Jollet, Olivia Montauban, qui ont raflé des titres mondiaux junior sur piste en cyclisme, qui suivent les traces de Grégory Baugé. Mickaël Piétrus, Johann Pétro en basket, vedette de la NBA. Tous portent haut nos couleurs !
Quelques stades, comme celui de Vieux-Habitants, avec la plus belle pelouse de foot de la zone, donnent des compétitions qui entraînent nos joueurs jusqu'à la Gold Cup !
La Guadeloupe possède des spots de surf de renommée mondiale.
Le Creps, Pole France d'athlétisme, une fois rénové, devrait être de nouveau une structure performante dans la région.
Le vélodrome devrait bénéficier d'un sérieux lifting et accueillir, cet été... les championnats de France ! Le Tour de Guadeloupe cycliste, enfin, de renommée internationale, draine du peuple... parfois venu d'ailleurs dans la Caraïbe ou en Amérique du sud.
Un circuit de F1 est en prévision dans le nord de la Grande-Terre. A voir. Mais, pourquoi pas, d'autant que des infrastructures touristiques l'accompagneraient.


6 - Le patrimoine
VIEILLES PIERRES PRÉCIEUSES
La Guadeloupe recèle des vestiges amérindiens, des monuments militaires, des fortifications remarquables du XVIIIe siècle, des plantations et maisons créoles, des musées : Edgar-Clerc au Moule, le  Musée du rhum à Sainte-Rose, les Musée Saint-John Perse et Musée Schœlcher, à Pointe-à-Pitre, le Musée du bois à Pointe-Noire, le Musée du café, à Vieux-Habitants, et puis, à venir, phare de l'intellectualisme : le Mémorial Act, à Pointe-à-Pitre.

7 - Le tourisme
ON ATTEND 100 000 TOURISTES DE PLUS
Des accords sont en cours afin de permettre qu'environ 100 000 billets d'avions soient disponibles à prix réduits pour les voyageurs de l'Hexagone vers la Guadeloupe. Les accords sont presque finalisés avec Air France et Corsair, pour 72 000 billets. Une fois qu'Air caraïbes se sera décidé à franchir le pas, on devrait atteindre les 100 000 billets. Ce qui est avantageux pour la Guadeloupe puisque les utilisateurs de ceux-ci seront des Antillais, qui viendront, dans les familles, pour des séjours assez longs et consommeront.
Quels sont les atouts de la Guadeloupe : le soleil, les plages. Mais, il y a cela ailleurs. L'atout maître, c'est que la Guadeloupe est un archipel composite avec Marie-Galante, la traditionnelle, La Désirade sauvage,  Les Saintes, petit Saint-Tropez... d'il y a longtemps. La diversité des paysages vient compléter la palette des atouts à crier à la face du monde !
Avec près de dix millions de la Région, le tourisme pourrait retrouver un second souffle et repartir de plus belle.


8 - La culture
LE GWO-KA ENSEIGNÉ AU JAPON !
La Guadeloupe est culturelle. Musicale, surtout :  le Festival des musiques créoles de la Caraïbe, bébé de Victorin Lurel, le Festival de jazz de Pointe-à-Pitre, le Créole Blues de Marie-Galante avec Wyclef Jean cette année, preuve que ça marche toujours, Lokans Voix Sacrée, qui revient à Baie-Mahault. A Beauport, si ce ne sont plus les fameuses Nuits, l'initiative se poursuit. Le Centre des arts à Pointe-à-Pitre, l'Artchipel à Basse-Terre, accueillent des pointures mondiales en théâtre, musique. Le réseau des Médiathèques est bien tissé. Enfin, grâce à une Guadeloupéenne, Léna Blou, les pas de danse du gwo ka sont codifiés, et Techni'ka, son concept, est enseigné... même au japon !


9 - L'énergie
LE COURANT PASSE BIEN
Centrales EDF et privées permettent à la Guadeloupe de ne pas être en sous-équipement électrique. Cependant, d'autres infrastructures ont été mises en place pour relayer et compléter le dispositif initial traditionnel.
La Centrale thermique du Moule. « La canne donne la bagasse qui est brûlée dans des centrales thermiques comme celle du Moule, rappelle Ivan de Dieuleveult. Pendant que l'on brûle de la bagasse, on épargne les énergies fossiles comme le charbon. Enfin la combustion de la bagasse dégage du CO2 mais le CO2 dégagé par la bagasse est absorbé par la plante dans le cycle de la photosynthèse et en conséquence n'entraîne pas d'accumulation de CO2 dans  l'atmosphère et donc pas d'effet de serre. Pendant les quatre mois et demi de la campagne, les 3/4 de l'énergie électrique produite par la CTM est assurée par la combustion de la bagasse ».
La Centrale géothermique de Bouillante est un modèle que l'on songe à exporter ailleurs dans la Caraïbe. Les fermes éoliennes à La Désirade, au Moule, sont des merveilles technologiques qui produisent
du courant et viennent compléter la production des centrales. Enfin, le Département édifie en ce moment des barrages hydroélectriques en Basse-Terre qui devraient compléter durablement les possibilités énergétiques de la Guadeloupe.


10 - L'enseignement
SI FERRY VOYAIT çA
L'Université des Antilles et de la Guyane, l'Institut de formation des maîtres, un réseau de lycées dans toutes les communes, des collèges dans chaque bourg ou grosse section, quartier de ville, des écoles primaires dans chaque section, des maternelles, un réseau de crèches. La jeunesse guadeloupéenne a les moyens de ses ambitions. Le savoir est dispensé par des enseignants formés dans les grandes universités françaises. Des passerelles avec les grandes écoles (classes prépa, etc.) existent désormais. La Région, parce que l'enseignement, l'apprentissage, sont deux volets importants du programme de Victorin Lurel, met à disposition de ces deux secteurs respectivement 12 et 13 millions d'euros. de quoi améliorer encore l'existant.
Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 19:40
INDISCRETIONS
Josette
Josette Borel-Lincertin, présidente du Comité du tourisme des îles de la Guadeloupe (CTIG), est à l'origine de l'éclairage de la rue Achille-René-Boisneuf, à Pointe-à-Pitre, le temps de la saison touristique. Elle a parfaitement raison puisque cette rue est dans l'axe de vision des passagers des paquebots qui sont amarrés en face. Ce que Mme Borel-Lincertin ne sait pas, c'est que cet éclairage gêne considérablement les activités nocturnes des jeunes femmes qui œuvrent pour la promotion de la beauté sur les trottoirs de cette rue là. Pitié pour le petit commerce... de charmes !

Victorin
Victorin Lurel en pleine forme pour la présentation des vœux à la presse. La question du statut était au cœur des débats. Pour le président de Région, pas question de se laisser entraîner dans un débat d'autant plus précipité qu'il y a les régionales l'an prochain et que ceci risque de polluer cela. MM. Karam, de la Région Guyane, et Marie-Jeanne, de la Région Martinique, ont voulu l'associer au débat. « Lorsqu'on veut entraîner la Guadeloupe dans un carnaval comme celui-là, je ne veux pas être de ce jeu là ! », s'est-il écrié.

Victorin 2
Victorin Lurel aimerait bien être parmi les personnes auditionnées par le Comité pour la réforme des collectivités locales que préside Edouard Balladur. « Serais-je auditionné ? J'ai écrit ! », s'interrogeait-il devant la presse. Avant de rappeler : « De toutes les façons, si on décide de supprimer l'échelon départemental pour avoir une assemblée unique, nous aurons un référendum. Et je ne crois pas que les Guadeloupéens qui ont dit Non à 75% il y a quatre ans, reviennent ainsi sur leur décision. On ne peut rien faire dans la précipitation. Il faut du temps pour avoir un vrai projet à présenter au peuple. Pour moi, le changement de statut n'est pas d'actualité. »

Victorin 3
« La Guadeloupe est grosse d'une crise. » C'est Victorin Lurel qui le dit : « Notre chantier important, à la Région, c'est la relance économique du pays. Après trois années de bonne croissa,nce, il faut craindre un ralentissement. Pas le récession. Un ralentissement. Nous allons mettre 107 millions d'euros dans un plan de relance. » Mais, a-t-il ajouté, « la Région a 169 millions de dettes. C'est le Département, qui n'a pas de dettes, qui peut donner un coup de main dans certains secteurs. Ceux de sa compétence. Mais enfin, Gillot gère son département et moi je gère la Région. »

Gil
On prête à Gil Thémine, expert comptable, président du conseil d'administration du port autonome de la Guadeloupe, l'intention de se présenter aux régionales. Sur une liste, tête de liste ? Attendons la suite. Victorin Lurel, actuel président de Région, n'a-t-il pas dit devant la presse : « Je sais qu'il y a de nombreuses ambitions. Pour moi, je vais travailler jusqu'au dernier jour de mon mandat, qu'on se le dise ! » C'est fait !
André-Jean VIDAL
Repost 0
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 19:40
INDISCRETIONS
Christine et Roselyne
Christine Boutin, ministre du Logement devrait se rendre en Martinique et en Guadeloupe, du 12 au 17 février prochain. Pour préparer ce voyage, son chef de cabinet, le Martiniquais Grégory Kromwel, a déjeuné mardi dernier avec Marie-Luce Penchard et Alfred Almont. Roseline Bachelot envisagerait elle aussi un déplacement autour du 23 février, nous confirme François-Xavier Guillerm, notre correspondant à paris.

Eric
Eric Jalton, maire des Abymes, a mandaté la SEMAG pour qu'elle s'occupe du site de « Taonaba ». Ce projet, bloqué depuis quelques années, est relancé autour du développement touristique du canal de Belle-Plaine et de la Maison de la Mangrove. Cette année devrait être installé un parcours pédestre à partir de la RD 106 jusqu’à la Maison de la Mangrove. Une maison de la Mangrove financée quasi à fonds perdus par l'Europe puisque depuis son inauguration... elle est fermée !

Jeanny
Jeanny ! Enfin, de retour, quoique interdite de vol pendant quelques mois à la suite de problèmes de santé (Bonne année, bonne santé, Jeanny !), Mme marc, maire de Deshaies et député de la Nation (c'est ce qu'aime dire Eric Jalton !) a pu, dans le cadre des questions orales au gouvernement, faire entendre sa voix. « Quelles mesures entendez-vous mettre en place pour répondre aux impacts de la crise sur nos économies insulaires déjà fragilisées ? » , a-t-elle demandé.  Et d'ajouter, martiale : « Puisque les outremers sont la France et aussi l'Europe, je demande solennellement au gouvernement de mettre en place un plan Marshall pour sauver l'Outre-mer. » Taratata, fermez le ban !

Laurent
Il paraît qu'il s'en passe de belles dans la commune de Lauren Bernier, Saint-François. Il y avait Tarare, plage répertoriée dans les bonnes feuilles des revues naturistes. Il semblerait que la mode gagne puisqu'un lecteur nous dit : « Force m’est de constater que chaque année aussi sur la plage de la Grande Saline la population de nudiste ne respecte pas la plage « textile » et gagne chaque année  des mètres sur celle-ci... » Diable. Saint-François capitale du nudisme ! Un bon moyen de développer le tourisme, non ?

Alain
Alain Marleix, secrétaire d'Etat à l'Intérieur et aux collectivités locales, a randu, hier, son rapport sur les découpages des circonscriptions électorales. secrétaire d'Etat à l'Intérieur et aux collectivités locales? Le nombre de sièges pour la Guadeloupe ne devrait pas changer sauf qu'il y a des redécoupages à prévoir. Ce que M. Marleix appelle, pudiquement « des ajustements ».
André-Jean VIDAL
Repost 0
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 19:38
INDISCRETIONS
Colette
Colette Koury, présidente de la CCI souligne que « ça fait cinq fois que nous recevons (la CCI) les grévistes de l'aéroport. Qu'on ne vienne pas dire que je fais attendre les syndicats. J'avais la grippe, j'ai déménagé, mais je suis venue trois fois. Les autres fois, j'étais alitée... » Il fallait le dire à ceux qui pensent que la dame fait de la résistance... ou les méprise. Non quand Colette est au lit, aux prises avec les fièvres de la grippe, elle ne peut pas se balader dan sles couloirs frigorifiés de l'aéroport Pôle caraïbes.

Jacques
« Fos é kouraj ba zòt tout ban ou tout. » C'est la phrase clé du discours du président Jacques Gillot devant la presse, samedi dernier, à la résidence départementale. Non, il est faux de dire que le président du conseil général s'exprime en fwansé de Fwans quand il est dans les ors de la République. Il lance volontiers quelques mots en créole... même pour présenter ses vœux. Enfin, pas à tout le monde ! Les « blancs-France » ont droit à une réception académique. A du français des bords de Loire. Mé ou sav, Misié Gillot, nou pé palé kréyol lè nou vwè nou !..

Patrick
Patrick Karam, délégué à l'égalité des chances des Français d'Outre-mer, organise, mardi 20 janvier, une grande fête pour la prestation de serment de Barack Obama, aux Etats-Unis. Encore une victime de l'obamania ambiante. Quoique on ait vu des idoles moins sympathiques ! D'ailleurs, des Guadeloupéens, malgré qu'on leur ait dit qu'ils ne verraient rien de la cérémonie, hors les écrans géants — et s'il pleut ? —, feront le déplacement, pour le petit frisson historique au moment où Barack Obama va poser sa main sur la bible.

Christian
Christian Céleste, secrétaire politique du Parti communiste guadeloupéen, s'est fendu, hier, d'un communiqué pour dire son dégoût « d'un blocus criminel visant à affamer, humilier, briser les Palestiniens. » II organise une manif de soutien à la Palestine, samedi, à 10 heures, sur le parvis de l'hôtel de ville de Pointe-à-Pitre. Qu'en dit Jacques Bangou, maire de cette ville, qui était au côté de Jacques Gillot quand celui-ci a dit que ceux qui prenaient ainsi position depuis la Guadeloupe sur ce sujet... faisaient de la récupération ? Il prête le parvis ?

Henri
Henri Petitjean Roget expose ses œuvres, à partir de vendredi. Plus connu comme un expert des mondes antillais précolombiens, cet ancien directeur des musées de Guadeloupe s'est reconverti dans la peinture sur toile. Avec bonheur, si l'on en juge d'après quelques photos d'œuvres qu'il expédie en ce moment pour annoncer son vernissage de dessins et terres, mais aussi des objets et fétiches... Le cadre n'est pas terrible mais l'expo est à voir absolument à la Médiathèque de Lamentin.
André-Jean VIDAL
Repost 0
12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 21:18
INDISCRETIONS
Richard-Viktor
Richard-Viktor Sainsily-Cayol prépare une performance pour 2009. Il s'agit d'un visuel monumental de 64m2, sur la thématique de la Liberté de l'expression et de la création. Il demande à chaque Facebooker de lui envoyer son autoportrait photo, réalisé devant un miroir, même avec un portable. Cette photo sera traitée et intégrée dans un concept global. Le visuel final sera imprimé en numérique sur un format de 64m2, et exposé sur la voie publique. Ce visuel sera aussi mis en ligne sur Facebook et d'autres sites.
Richard-Viktor, qui vient de s'illustrer avec une statue monumentale de Guillaume Guillon-Léthière, à Sainte-Anne, est décidément un garçon plein de ressources artistiques !

Amélius et Hubert
Le président du Comité de Bassin Amélius Hernandez et le secrétaire général de la préfecture Hubert Vernet lancent une consultation du public sur la gestion de l’eau, « prévue du 15 décembre 2008 au 15 juin 2009. » Une large publicité va être faite sur celle-ci. Entre le début de la consultation et aujourd'hui, on a déjà perdu un mois...

Laurent
Laurent Heulot, directeur de la direction régionale à l'action culturelle (DRAC) de l'Etat, quitte le département pour... l'Auvergne. Quand on lui dit que c'est pas folichon, l'Auvergne, qu'il s'agit d'une sanction, il sourit, remonte ses lunettes et proclame que non. M. Heulot, durant son séjour en Guadeloupe, a fait avancer certains dossiers. Dans la limite de ses finances, qui ne sont pas grasses.

Gabrielle et Victorin
On pense qu'une alliance objective — financière surtout — existe entre Gabrielle Louis-Carabin, député, maire du Moule, hiérarque de l'UMP, et Victorin Lurel, hiérarque du Parti socialiste... Du moins en a-t-on parlé, lors du déjeuner de presse avec Jacques Gillot. Longuement. Pour sa part, le président du conseil général, s'il comprend qu'il puisse y avoir travail commun pour faire avancer les dossiers, est pour. Si c'est pour des raisons politiques, ce type de comportement ne passera pas par lui. Et il ne faut pas compter sur lui pour faire un attelage à trois dans l'avenir... mais, comme il le dit si bien en substance en souriant : « Je n'ai pas de soupçon pour ce qui est de l'attitude de Toto. » Nous non plus !

Jacques
« Je suis un ancien du parti communiste et du GONG (Groupement ouvrier nationaliste guadeloupéen), affirmait, devant la presse, Jacques Gillot, président du conseil général, samedi lors des vœux. On comprend mieux que, derrière l'image policée du sénateur, se cache un terrible révolutionnaire. Non, c'est une blague ! Et Jacques Gillot a raison de souligner que le seul parti qui était organisé et en prise avec les Guadeloupéens était le Parti communiste (il y a trente ans !) et qu'aujourd'hui les partis sont totalement coupés de leur éventuelle base. Et ça, c'est pas révolutionnaire. C'est le constat de l'évidence.

Bernard
Bernard Carbon, négociateur de la branche pour le patronat canne-sucre-rhum, pense que les NAO cannes qui vont s'ouvrir ce matin vont être dures. Rien que pour Gardel, il y a vingt-quatre points à débattre... Et quand on sait que, crise aidant, la masse salariale de cette entreprise ne peut être rehaussée au niveau du point symbolique ! Sans occulter que les procédures de subvention des agriculteurs ont changé (c'est individuel, sans passer par les organisations professionnelles, d'où un imbroglio pas possible), que les engrais ont augmenté de 114%, que le prix de la tonne de canne est bloqué depuis ans... Que le foncier est utilisé pour faire de la promotion individuelle.
André-Jean VIDAL
Repost 0
12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 21:17
INDISCRETIONS
Martine
Un huissier de Grande-Terre aurait facturé 4 800 € à la Fédération guadeloupéenne du Parti socialiste pour 16 sommations interpellatives déposées à Anse-Bertrand à l'issue du scrutin pour l'élection du premier secrétaire du PS. Curieusement, ni le procureur de la République, ni la chambre des notaires ici en charge des huissiers, n’ont encore été saisis, certains militants mettant en cause la procédure utilisée... Qu'en dit Martine Aubry ? Et Jules Otto, premier fédéral de Guadeloupe ?

Nicolas
Court, le discours du préfet Nicolas Desforges devant les personnalités du département, vendredi soir, en préfecture. Court et direct, ce qui n'étonnera pas ceux qui connaissent M. Desforges. Il y a eu, ces derniers temps Jean-Jacques Brot, préfet très urbain, un tantinet frondeur, Emmanuel Berthier, souriant et silencieux. Et puis Nicolas Desforges, plus sec dans son expression et dans son maintien. Il avait été un très bon sous-préfet à Pointe-à-Pitre il y a quelques années. Là, son baptême du feu a été rude puisque son arrivée en Guadeloupe a coïncidé avec les barrages routiers à propos du prix de l'essence... Bienvenue au pays !

Jacques
Jacques Gillot a réuni la presse locale pour présenter ses vœux (voir ci-dessus). Le cadre est agréable, puisque c'est la résidence départementale. Résidence rénovée intérieurement. Il est vrai qu'elle était chaque année plus crade. Oui, utilisée, mais pas entretenue réellement pour ce qui est des aménagements. C'est en cours, c'est voulu par le prrésident Gillot, et c'est très bien. On ne peut pas laisser ainsi s'abîmer un bâtiment de cette qualité. Qui a une histoire. Surtout la petite plage en dessous, du temps où les préfets occupaient le site... Autre temps !

Jacques 2
Pas tendre pour ceux qui, selon lui, « font de la récupération » en pleurant sur les morts de Gaza, Jacqes Gillot. « Gaza, c'est loin ! Il y a Haïti !.. Près de nous. L'intervention du sénateur que je suis pèserait pour rien dans le débat. Indignons-nous pour les malheureux qu'il y a chez nous ! Même si nous sommes inquiets de cette situation, de tout cœur avec ceux qui en souffrent. Mais, de là à faire un communiqué... pas de récupération ! » Nous connaissons au moins un élu national de Guadeloupe qui a pondu un communiqué pour dire qu'il était solidaire des Palestiniens. Il sait désormais ce que M. Gillot pense de ceux qui agissent ainsi.

Jean-Pierre
Jean-Pierre Dupont, maire du Gosier, s'est dit étonné qu'un groupe de riverains se constitue en comité pour protester contre le réaménagement d'un parcours de marche en bord de mer du côté de Dampierre. « Il ne s'agit de rien d'autre que de revoir avec l'ONF le tracé du parcours, des plantations, etc. Il n'y a pas d'aménagement touristique ni quoique ce soit d'autre de prévu. Je le saurai puisque s'il s'agissait de cela, il y aurait une décision du conseil municipal. Là, il n'y a pas de décision... » S'il le dit !
André-Jean VIDAL
Repost 0
9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 01:06
INDISCRETIONS
Jak and Pat
Les fameux humoristes Jak and Pat — qui ont rempli le centre des arts, samedi dernier, pour le plaisir de ceux qui ont eu la chance de les voir ! — seront lundi, à la concession Renault, rue Thomas-Edison, à Baie-Mahault, pour Ze 6 thèmes, un petit spectacle comique. Avec Bostik. Pour quoi faire ? Il s'agit d'assurer la promotion de la nouvelle Mégane. Très belle voiture !

Ernest
Ernest Moutoussamy joue les mijaurées. A son âge ! Contacté pour une interview, il refuse de répondre, ne veut pas voir sa photo publiée. Bref, pour quelqu'un qui souhaite médiatiser l'organisation des deuxième journées régionales de la protection de l'environnement, le vice-président de la Région, en charge de la commission tourisme, environnement et développement durable, n'est guère amène !

Marie-Christine
Les Nuits caraïbes, festival de musique classique présidé par Bernadette Beuzelin, de la Caféière Beauséjour, dans les hauteurs de Pointe-Noire, se dérouleront du 7 au 16 février, en Guadeloupe et Martinique. Hugues Leclère, piano, Michel Lethiec, clarinette, Gilles Henry, violon, Guy Cypriani, percussions, Solange Wisard, alto, etc. Et Marie-Christine Barrault, comédienne superbe, la nièce du grand Jean-Louis Barrault, sera la récitante.

Judes
Radio Bel aj, la radio des séniors, émanation de RCI, démarre à la fin du premier trimestre 2009. En charge de son développement, notre ami Jude Sahaï, excellent professionnel qui non seulement connaît son métier d'animateur radio mais de plus sait manier avec art le lancer du bon mot.

Ary
Ary Chalus, maire de Baie-Mahault, vient de publier un livret intéressant, consacré à l'environnement et au cadre de vie. « La protection de l'environnement, c'est notre affaire à tous... », dit-il. C'est vrai que c'est à Baie-Mahault qu'il y a eu une des premières équipes de ramassage des déchets blancs et un site consacré à leur stockage.
André-Jean VIDAL
Repost 0
9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 01:05
INDISCRETIONS
Victorin
La région Guadeloupe encourage la mobilité mais ne facilite pas les choses... Dans le cadre de son partenariat avec l’Office Franco Québécois pour la jeunesse, elle propose aux jeunes de 18-35 ans de participer à Montréal à l'Atelier international de recherche et d'actions sur les discriminations et les inégalités du 11 au 21 mars 2009. « Une participation symbolique de 380€ sera demandée à chaque candidat retenu », affirme le site de la Région. Un tiers de Smic, pour un jeune, ce n'est pas symbolique ! D'ailleurs, la Région, informée, a immédiatement retiré ce mot de son site.

Nicolas
Nicolas Desforges, préfet de Guadeloupe, a réagi à l'article que nous publiions dans notre précédente édition sur l'accueil des étrangers en services administratifs. Et notamment à la sous-préfecture où ils poirottent des heures au pied d'un escalier, en pleine rue. « Cet article est injuste et désobligeant pour les agents de la sous-préfecture qui font preuve de disponibilité et d’attention dans un contexte difficile », dit le préfet qui a sans doute du recevoir quelque menace des syndicats maison ! Nous confirmons que ce qui est injuste, c'est cet accueil fait à ces étrangers. C'est même désobligeant pour les nationaux qui passent par là. Ils ont honte !

Jeanny
Bien tranquille, Jeanny Marc, maire de Deshaies. En début de semaine, elle a du néanmoins faire face à un mouvement de grogne de ses salariés pas payés. Mais, ce n'était pas la faute de cette malheureuse, victime, elle aussi, de l'incurie de certains services officiels... Gageons que les fonctionnaires d'Etat ont bien perçu leur salaire de décembre. Sinon, on en aurait entendu parler !

Jeanny 2
« Jeanny Marc est très timide. C'est mon sentiment », me dit une amie qui affirme l'avoir bien observée. « Elle manque de confiance en elle, tu peux me croire. Même si elle a appris à s'affirmer, elle a conservé au fond un manque de confiance en elle... » On a peine à le croire ! Et si c'était une façon de leurrer ses interlocuteurs ?
André-Jean VIDAL
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens