Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 16:18

 

Le Bureau d’Accueil des Tournages présent au

salon « Locations Trade Show 2012 » à Los Angeles

 

La Commission régionale du film de Guadeloupe participe au « Salon Locations Trade Show 2012 » sous la houlette de Film France, qui se tient à Los Angeles du 13 au 17 juin.

 

Le salon « Locations Trade Show » est LE marché international des lieux et de l’accueil de tournages. Un rendez-vous incontournable pour promouvoir les atouts de notre « Terre d’images et d’émotions » auprès des professionnels internationaux du cinéma et de l’audiovisuel.

 

C'est aussi l’occasion pour toute l'Industrie du cinéma de se pencher, encore plus que d'habitude,  sur les enjeux de localisation de tournage. Les repéreurs et responsables de production des plus grands studios et les producteurs en quête de nouveaux sites se retrouvent chaque année au Locations Trade Show.

Depuis maintenant trois ans, la Commission régionale du film de Guadeloupe est présente à ce salon international sur le stand de Film France pour mener des actions de prospection en direction des professionnels américains.

 

En effet, la Commission bénéficie de nombreux atouts : une réelle proximité avec les Etats-Unis, un statut de vice-présidence au sein du premier réseau des industries de l’audiovisuel de la Caraïbe (C.A.N) et une délégation pour l’application du Crédit d’Impôt International dans la zone.

 

Après le Caribbean Tales Festival à la Barbade, le salon des professionnels du Tournage  à Paris et le Marché international du film au Festival de Cannes, la Commission régionale du film de Guadeloupe maintient son dynamisme pour une attractivité encore plus grande pour l’économie cinématographique de notre région. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 15:33

image002.jpg

image005.jpg

Repost 0
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 15:30

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Le Conseil Général a tenu sa 7ème Commission Permanente de l’année

 

La commission permanente de l’Assemblée Départementale s’est réunie le jeudi 14 juin 2012 sous la présidence du Docteur Jacques GILLOT. Les élus se sont ainsi prononcés sur les dossiers ayant notamment trait aux compétences départementales suivantes :

 

ACTION SOCIALE ET SOLIDARITE

 

Le Plan Départemental d’Insertion en action :

Le soutien au fonctionnement de la Banque Alimentaire de Guadeloupe

 

La Banque Alimentaire de Guadeloupe se verra allouer une aide de 50 000 eurospour la mise en œuvre de ses missions de collecte, gestion et redistribution de l’aide alimentaire en faveur des personnes et familles en situation précaire. Ses actions sont fondées sur la gratuité, la lutte contre le gaspillage, le don, le partage, le mécénat et le bénévolat.

Il est à rappeler que la collectivité départementale recourt régulièrement à la Banque Alimentaire dans le cadre d'actions d'accompagnement social individualisé ; l'aide alimentaire contribuant également à la prévention du surendettement.

 

 

L’accompagnement socioprofessionnel des bénéficiaires du RSA :

10 opérateurs associatifs conventionnés

 

Conformément  à la loi n° 2088-1249 du 1er décembre 2008 généralisant le RSA et réformant les politiques d’insertion, un droit à l’accompagnement social et professionnel pour les bénéficiaires dont les ressources du foyer sont  inférieures à 500 euros a été instauré. Cet accompagnement, outre le Conseil Général, fait intervenir les partenaires institutionnels  que sont Pôle Emploi, Mission Locale, CAF ou encore les CCAS, et bénéficie à 79 718 personnes en Guadeloupe (01/01/2012).

Afin de renforcer ce réseau d’accompagnement, la collectivité départementale a renouvelé son partenariat conventionnel avec  dix  opérateurs associatifs en 2011.

 

Le montant global de ces conventions s’établit à la somme de 472 360 euros, réparti comme suit :

 

ASSOCIATION

TERRITOIRE D’INTERVENTION

MONTANT DE LA SUBVENTION

AGOUTI

Sainte-Anne

25 480 €

PASSERELLE POUR L’EMPLOI

Pointe-Noire, Capesterre de Marie-Galante, Saint-Louis

27 380 €

COUP DE POUCE

Grand-Bourg de Marie-Galante

11 580 €

TRAVAIL ET PARTAGE

Moule

63 216 €

MADES

Abymes

59 250 €

ACCORS

Pointe-à-Pitre, Morne-A-L’eau

11 850 €

FORMA PLUS

Pointe-à-Pitre, Sainte-Rose, Lamentin

68 054 €

TDAG

Petit-Bourg

15 800 €

FAM D’ART

Baie-Mahault

19 750 €

PASSERELLE PLUS

Sainte-Anne, Saint-François, Gosier, Abymes, Baillif, Vieux-Habitants

170 000 €

TOTAL

  

472 360 €

 

 

Un soutien permanent des initiatives en faveur de l’insertion

 

La Collectivité Départementale participera à la mise en œuvre d’un chantier d’insertion « Audiovisuel numérique et technologie de l’information et de la communication » organisé par l’association Initiative Image Caraïbe Compagnie sur six pôles répartis sur l’ensemble du territoire de la Guadeloupe. Il s’agit de mettre en place une plateforme audiovisuelle ayant pour objectif de favoriser la création de contenu numérique et de services associés. Par ailleurs, une Web TV « Couleur Guadeloupe », autorisée par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA), diffusera les programmes réalisés par 27 jeunes guadeloupéens formés  aux métiers de l’audiovisuel, 12 formés aux métiers du journalisme bi-média et 15 formés au métier de technicien en audiovisuel. Le Conseil Général prendra en charge un nombre maximum de 27 embauches Contrat Unique d’Insertion (CUI) pour un montant maximum de 132 840 euroset le versement d’une subvention d’un montant de 20 000 euros pour la prise en charge des frais de formation, de suivi et d’encadrement de l’action d’insertion.

 

Enfin, l’interprofession guadeloupéenne des producteurs de fruits et légumes, et de l’horticulture (IGUAFLHOR) bénéficiera d’une subvention de 2 250 eurospour sa prestation d’interface dans la mise en œuvre de l’opération Panier Pays. Il s’agit d’un dispositif mis en place en partenariat avec la CAF et qui permet la délivrance de bons d'achat de fruits et légumes locaux dans un réseau de petits commerces de proximité. Des actions d'éducation budgétaire sont  conduites de manière concomitante par les conseillers en économie sociale et familiale (CESF) du Conseil Général et de la Caisse d’Allocations Familiales, dans un objectif de prévention du surendettement et du déséquilibre alimentaire.

En 2011, 1140 bons ont été délivrés permettant ainsi à 95 familles de réintroduire des fruits et légumes frais locaux dans leur alimentation. 32,5% de ces bénéficiaires avaient été signalés par des professionnels de santé partenaires du PDI dans le cadre d’un accompagnement diététique personnalisé.

 

 

L’amélioration de l’habitat : une priorité du Conseil Général

 

En vue de la réalisation d’une mission d’assistance et de suivi de réalisation de travaux prioritaires d’amélioration de l’habitat, en faveur des ménages défavorisés, la collectivité départementale a procédé, ce jour à la désignation de trois opérateurs immobiliers. Notons que cette prestation s’adresse également aux personnes atteintes de handicap, à mobilité réduite ou aux personnes âgées, désireuses de procéder à des travaux d’adaptation de leur logement.

 

 

CULTURE ET PATRIMOINE

 

La remise des prix de la 9ème édition du Concours d’Ecritures Créoles c’es le 27 juin !

 

Depuis 2003, le Conseil Général et l’Académie de Guadeloupe organisent le concours d’écritures créoles  (Ripaj a maké kréyòl) qui se tient, lors de la semaine académique du créole à l’école. Cette 9e édition 2011-2012 a été placée sous le thème « Mizik : éritaj, liyannaj, migannaj », intégrant lui-même une thématique d’ensemble « Vivasyon an nou adan lang é kilti kréyòl-la ».

La nouvelle formule de ce concours prévoit deux phases. La première a permis aux collégiens de 5e, 4e et de 3e de s’exprimer à l’écrit et en langue créole sur le thème précédemment cité.

Les 10 premiers lauréats de chaque niveau seront récompensés lors de la remise des prix prévue le mercredi 27 juin 2012 à la résidence départementale.

Comme chaque année la manifestation sera parrainée par une personne-référente promouvant par un travail de qualité, l’expression de notre identité culturelle créole.  L’auteur-compositeur-interprète Dominique Coco très connu pour son implication dans le milieu artistique a été retenu pour assurer cette mission.

 

 

 

 

« Carte Blanche An III » en préparation

 

Suite au véritable succès des deux premières éditions de l’opération Carte Blanche, la collectivité départementale organisera l’exposition temporaire annuelle « Carte blanche An III » au musée Schœlcher du 7 janvier au 26 avril 2013. Cette exposition s’articulera autour de deux principes fondamentaux : l’espace occupé en partie par l’exposition permanente et le rapport nécessaire entre l’intervention de l’artiste et une ou plusieurs thématiques ou œuvres propres aux collections du musée. Pour cette troisième édition, les artistes réaliseront des créations originales au cours d’une résidence d’artistes à l’Habitation La Ramée à Sainte-Rose. Cette dernière se déroulera sous forme d’ateliers de jour permettant une médiation avec les différents publics et notamment les scolaires, pour lesquels seront organisés des ateliers d’arts plastiques animés par le service éducatif du musée Schoelcher. Enfin, l’opération « Carte blanche An II » sera accompagnée de la réalisation d’un catalogue de l’exposition mis en vente à l’accueil du musée Schœlcher.

 

 

Le Conseil Général s’engage pour la revalorisation de l’archéologie

 

Propriétaire de plusieurs sites historiques, riches d’un patrimoine archéologique : les forts départementaux, les habitations-sucreries, le parc archéologique des roches gravées et de l’établissement culturel dédié à l’archéologie amérindienne, le musée départemental Edgar Clerc, le Conseil Général signera une convention de partenariat avec l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (INRAP) pour la mise en œuvre d’actions de valorisation de la recherche archéologique dans le département. Les actions retenues s’articuleront autour de la sensibilisation et l’information des publics, la création d’expositions temporaires, l’organisation de cycles de conférences publiques ou encore la création et la diffusion d’outils pédagogiques.

 

 

Des visites patrimoniales à destination des élèves du primaire

 

Dans le droit fil de sa politique culturelle et dans un souci de valorisation du patrimoine, la collectivité départementale accompagnera le projet «une journée Akajaklin» qui a pour objectif principal celui de la transmission. Il s’agit de permettre à des jeunes de rencontrer deux figures emblématiques du gwo-ka, Madame Jacqueline Thôle et Monsieur Yves Thôle   dans leur propre demeure, qui est en elle-même une maison patrimoine du fait de la richesse des collections qu’elle contient  et des activités qui y sont développées. Il sera  ainsi proposé aux enfants de participer à des ateliers autour de la fabrication et de la pratique du tambour ka, du costume créole,  de découverte d’un intérieur d’une maison traditionnelle et autour d’autres thèmes liés au patrimoine. Un livret de présentation leur sera également remis.

Le Département acteur du monde culturel

 

Conformément à sa politique culturelle, le Conseil Général développe son action dans deux directions : mettre la culture à la portée du plus grand nombre et faire de la culture un outil de développement et de rayonnement des territoires.

A l’occasion de cette Commission Permanente la collectivité a procédé à l’attribution d’une enveloppe globale de9 500 euros à diverses associations dont notamment :

 

ASSOCIATIONS

OBJETS

MONTANTS  ATTRIBUES

JEUNES DE SAINT- FÉLIX

Réalisation du programme d’activités annuelles et présentation du travail au public

1 500 €

ISANAJA CONSULTING

Accompagnement apporté à l’artiste peintre Marius NUMA en vue de sa participation aux « Rencontres Interprofessionnelles de NICE « 

2 000 €

GUADELOUPÉENNE DES AMIS DE L’INDE

Réalisation du programme d’activités annuelles

2 000 €

GWADLOUP GROOVE

Réalisation de la 4ème édition « 1ère Rencontre autour du piano »

4 000 €

 

 

 

AGRICULTURE - ENVIRONNEMMENT

 

Bientôt un laboratoire modulaire à l’Institut Pasteur de la Guadeloupe

 

La collectivité départementale mettra à disposition de l’Institut Pasteur de la Guadeloupe une parcelle sise au lieu-dit « Morne Montmartre » dans la commune des Abymes en vue de l’implantation d’un laboratoire modulaire d’une emprise totale de 75m².

Il convient de noter qu’en raison de l’évolution de la législation et des activités nouvelles en matière de recherche environnementale, l’Institut Pasteur de la Guadeloupe se doit, pour pouvoir continuer ses activités, de s’équiper d’un laboratoire de sécurité biologique de niveau 3.

 

 

Le Conseil Général et le Parc National de la Guadeloupe

 vous invitent à découvrir nos paysages !

 

Depuis 2007, le Parc National de la Guadeloupe met en œuvre un programme d'animations avec l'aide des collectivités locales autour du thème des patrimoines naturels et culturels du territoire. Chaque année l'attente des publics vis à vis de cette opération va en s'accroissant, la population locale étant la plus réceptive. C'est aussi une façon de compléter l'offre d'animation des vacances.

Dans cette perspective, le Parc National renouvèle cette opération du 7 juillet au 12 août autour du thème : «Paysages de Guadeloupe». L'objectif étant de mettre en exergue les paysages qui sont le reflet d'une richesse tant naturelle que culturelle qui sont «la résultante de l'action conjointe des sociétés humaines, du monde vivant et du milieu abiotique».

Compte tenu de l'implication du Conseil Général dans le domaine de la valorisation du patrimoine naturel et de sa politique d'accueil du public en forêt, le Parc National de la Guadeloupe se verra allouer une subvention de 15 000 euros. 

 

 

JEUNESSE  ET SPORT

 

Le Conseil Général aux côtés de nos champions !

 

En vue de valoriser nos champions, la collectivité départementale a pris en charge 12 billets d'avion aller-retour pour l’hexagone au bénéfice de l'association sportive de l'Etoile de l'ouest pour la participation de son équipe de basket-ball au championnat "Nationale III" des 26 et 27 mai 2012 derniers.

Par ailleurs, en vue de sa participation aux championnats de France qui se tiendront du 22 au 23 septembre 2012 à Anduze dans le Gard, la section "vétérans triplette" du Bowling club de Baillif, championne 2012 de la Guadeloupe de cette discipline sportive, bénéficiera de 2 billets d’avion aller-retour pour l’hexagone.

 

 

 

Repost 0
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 15:29


Après le premier match de Lundi, l'équipe de France rencontre l'Ukraine à 18h, soit 12h heure locale (et non 14h45 comme c'était initialement prévu).
Nous attendons nombreux les gagnants des pass ainsi que vous, professionnel de la presse et des médias, au CINEMA REX pour la retransmission du match sur grand écran!
Le prochain rendez-vous sera ensuite Mardi à 14H45 contre la Suède.
CINÉ REX

Repost 0
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 15:26


Trois ans après le départ de Mgr Ernest Cabo, Mgr Jean-Yves Riocreux, évêque de Pontoise (Val d'Oise) a été nommé par Benoît XVI évêque de Guadeloupe, hier.
Après trois ans d'attente, la Guadeloupe a un nouveau chef de diocèse, en remplacement de Mgr Ernest Cabo, en retraite, Mgr Jean Hamot, vicaire général, ayant assuré l'intérim ces trois années, en qualité d'administrateur diocésain.
Pour la première fois en quarante-deux ans, la Guadeloupe aura un pasteur non Guadeloupéen. En effet, après Mgr Gay qui en avait émis le souhait, deux Guadeloupéens, Simeon Oualli (1970 - 1984) et Ernest Cabo (1984 - 2008) ont occupé le siège.
Né le 24 février 1946, à Marlhes (Loire), il est nommé prêtre le 22 juin 1974 pour le diocèse de Nouméa (Nouvelle-Calédonie), où il reste incardiné jusqu’à son retour à Paris. Nommé évêque le 5 mai 2003, il est consacré évêque le 29 juin 2003.
Après des études au Collège de Valbenoite (frères maristes) à Saint-Étienne, des études forestières à Meymac (Corrèze), puis à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), il accomplit son premier cycle au séminaire Saint-Sulpice à Issy-les-Moulineaux et son second cycle au Saint Mary’s Seminary and University de Baltimore (États-Unis). il possède une maîtrise en théologie.
AJV

  Plus de détails sur franceantilles.fr

MGR-RIOCREUX-2012.jpg

Mgr Jean-Yves Riocreux devrait prendre ses fonctions à la rentrée de septembre.

HT
Bio express
1974-1975 : Vicaire à l’église du Vœu de Nouméa (Nouvelle-Calédonie).
1974-1986 : Aumônier des collèges et lycées de Nouméa et Chargé de la communication du diocèse de Nouméa
1979-1986 : Curé de la cathédrale Saint-Joseph de Nouméa.
1987-1990 : Vicaire à la paroisse Saint-Pierre de Chaillot (Paris 16e), puis de Saint-Christophe de Javel (Paris 15e).
1987-1992 : Aumônier des étudiants de l’Institut catholique de Paris.
1990-1992 : Chapelain de la chapelle Notre-Dame-de-Compassion (Paris 17e).
1992-2001 : Curé-Doyen de la paroisse Saint-Ferdinand des Ternes et Sainte-Thérèse-de-l’Enfant-Jésus (Paris 17ème) ;
1990-2003 : Aumônier des Océaniens de Paris.
1997-2002 : Responsable du catéchuménat du diocèse de Paris.
2001-2003 : Recteur de la cathédrale Notre-Dame de Paris.
2003-2012 : Evêque de Pontoise
Membre de la Commission épiscopale pour la Mission universelle de l’Église de la CEF

Repost 0
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 14:59

Lettre ouverte à Valérie Trierweiler
 
du Pr. Bernard DEBRÉ
Ancien Ministre
Député de Paris

Madame,

Lorsque vous êtes apparue aux côtés de François Hollande, après qu’il eut quitté Ségolène Royal, les citoyens français ont accepté votre présence, certains avec interrogation, d’autres avec un petit sourire, mais la plupart avec gentillesse. En France, l’amour est roi et les nouveaux couples qui se forment, surtout en politique, attirent plutôt la bienveillance.

Nicolas Sarkozy avait bénéficié de cette même « grâce » lorsque Cécilia était partie. Il s’en était expliqué, peut-être un peu trop, en conférence de presse et s’était marié avec Carla Bruni. Autre temps, autre mœurs, diriez-vous. Effectivement, qu’il s’agisse du général de Gaulle avec « tante Yvonne », de Giscard d’Estaing et d’Anémone, de François Mitterrand et de Danielle ou même de Jacques Chirac et de Bernadette, ces femmes versaient plutôt dans le caritatif discret que vers l’émergence people tapageuse.

Il est vrai cependant que la presse, pour François Mitterrand, a laissé tomber un manteau de discrétion sur sa double vie qu’il n’a révélée qu’à ses dernières heures. Déjà, il paraissait (mais qui a osé en parler ?) tout à fait anormal que sa deuxième « épouse » et sa fille soient prises en charge par l’État : appartement officiel sur le Quai Branly, voitures, chauffeurs, gardes du corps, cuisines et cuisiniers.

Bref ! Les frasques de François Mitterrand, gardées secrètes par des journalistes complices, ont coûté quelques 8 à 10 millions d’euros au budget de l’État

Carla Bruni n’a pas agi dans ce sens ni Bernadette Chirac. Mais vous voilà arrivé et avec vous, comme le dit la gauche, la modernité, ringardisant tout ce qui s’est passé avant.

Après tout, François Hollande a le droit d’avoir comme amie qui il veut et le temps qu’il le désire. Quant au titre de « première dame », il est usurpé. Ce statut n’existe pas et a été monté de toutes pièces par des journalistes avides de sensationnel. Vous n’avez, Madame, aucune existence légale d’autant plus que vous n’êtes ni mariée, ni pacsée. Que dirait-on d’un président de la République qui accumulerait les « premières dames » comme on accumule des amies ou des flirts ?

Vous avez néanmoins exigé d’avoir autour de vous une équipe composée d’hommes et de femmes qui vous suivent, qui vous aident, qui travaillent avec vous et qui sont payés par l’État. Au nom de quoi l’État doit-il s’occuper de votre secrétariat pléthorique ? Ce n’est pas, je pense, pour vous aider à écrire des articles dans votre journal « Paris Match ».

Voici un autre problème. Vous vous réclamez, à juste titre, du statut de journaliste et vous désirez continuer à écrire. Au début de la campagne présidentielle et même, si je ne me trompe, dès l’élection de François Hollande, vous avez clamé haut et fort que vous ne renonceriez pas à écrire dans l’hebdomadaire « Paris Match » et vous avez même annoncé que vous alliez interroger les grands de ce monde pour faire des papiers de politique étrangère ! Journaliste oui, mais journaliste politique non !

Il me semble que ce métier est incompatible avec la fonction que vous aimeriez avoir, même si elle n’est pas officielle. Vous avez donc décidé de faire du journalisme de bavardages pour bien montrer votre autonomie par rapport à votre ami François Hollande. Vous avez néanmoins accepté, demandé, peut-être même exigé de l’accompagner dans ses voyages officiels. A quel titre ? Simplement d’amie !

Il y avait et il y a toujours un obstacle : Ségolène Royal ! Vous ne la supportez pas, elle qui est pourtant mère des 4 enfants de François Hollande. Il semblerait qu’à la Bastille, lorsque François Hollande a « claqué une bise » sur les deux joues de Ségolène Royal, vous ayez exigé qu’il vous embrasse sur la bouche pour montrer la différence de statut ! Cet acte était sinon puéril du moins cruel.

Voici maintenant qu’en femme moderne, vous tweetez. Vous avez réussi, par vos bavardages, à ébranler la campagne électorale et à ridiculiser la France.

Ségolène Royal est candidate, certes parachutée, en Poitou-Charentes. Elle affronte Monsieur Falorni, implanté localement depuis de nombreuses années et ami de François Hollande. Il était naturel que les caciques du Parti socialiste viennent à son secours, elle qui avait été la femme candidate à l'élection présidentielle de 2007.

Il était peut-être moins évident que le président de la République se mêle de ces élections. En Président « normal », il avait annoncé qu’il n’y participerait pas. Les Français avaient d’ailleurs compris que le petit mot de soutien à Ségolène Royal était plus affectif que politique. Elle avait été sa compagne pendant si longtemps.

Mais vous ne la supportez pas, taraudée par la jalousie. Après le ridicule de « embrasse moi sur la bouche » que, semblait-il, vous aviez prononcé, voici maintenant la trahison ! En effet, de quoi vous mêlez-vous en soutenant Monsieur Falorni qui, au demeurant, reste très sympathique ? Est-ce en tant que journaliste politique que vous prenez position pour un candidat ?

Il s’agirait là d’une déviation intolérable de la neutralité politique d’un journaliste. Voyez-vous Monsieur Jean-Michel Apathie, Madame Ruth Elkrief, Monsieur Alain Duhamel prendre position pour qui que ce soit ? Ils devraient rendre immédiatement leur carte de presse, s’inscrire à un parti politique et ne plus parler. Certes, beaucoup de journalistes, beaucoup de journaux, sont à gauche et l’ont montré lors de ces dernières élections. Mais vous, Madame, journaliste à « Paris Match », vous n’auriez jamais dû prendre position. Ce n’est donc pas comme journaliste que vous avez envoyé ce tweet, vous êtes trop intelligente pour tomber dans un tel piège.

Est-ce pour affirmer votre indépendance vis-à-vis de votre compagnon ? Peut-être aussi pensiez-vous affirmer l’importance de la liberté de la femme ? Je ne le crois pas non plus car je ne suis pas sûr que la liberté consiste à faire des gaffes. Peut-être ce mot est-il trop faible ? Il s’agit d’une faute grave. En réalité, vous ne pouviez pas imaginer une seconde que Ségolène Royal, élue, puisse un jour arriver au fauteuil de présidente de l’Assemblée nationale. « Comment cette femme, qui était avec mon ami auparavant, qui a vécu si longtemps avec lui, peut-elle revenir en pleine lumière ? ».

Mais, pire encore, vous imaginiez, dans vos rêves les plus épouvantables, dans les cauchemars les plus terribles, les cérémonies officielles présidées par François Hollande obligatoirement accompagné par Ségolène Royal, en tant que quatrième personnage de l’État. Vous cauchemardiez à l’idée de voir ces grands dîners à l’Elysée, ces dîners officiels où votre place était équivoque, alors que Ségolène, rayonnante, aurait été proche de votre ami par la grâce du protocole. D’ailleurs, c’est pour cette raison déjà qu’à La Rochelle, vous aviez exigé, semble-t-il, que François Hollande parle de vous comme de « son unique amour ». Petite flèche empoisonnée dans le dos de Ségolène Royal.

La France, par ce tweet, a été ridiculisée dans le monde entier. Un si petit phrase ayant de telles conséquences ! Vous avez non seulement desservi la France où vous n’avez aucun rôle à jouer même si vous avez accompagné François Hollande dans ses voyages officiels à l’étranger (ce qui, déontologiquement, diplomatiquement, était déjà une extravagance), mais vous avez desservi le président de la République élu par une attitude grotesque de femme jalouse qui se mêle de politique pour entraver la carrière de son ami ou compagnon.

Vous avez ridiculisé et humilié les femmes des autres présidents français qui, elles, faisaient de l’humanitaire. Vous avez, semble-t-il, balayé d’un revers de la main ces actions remarquables qu’elles avaient menées et, par conséquent, vous avez méprisé tous ceux qui, en France ou ailleurs, ont consacré leur vie aux enfants, aux handicapés, à ceux qui étaient atteints du SIDA, etc.

Bref, ce petit tweet de rien du tout a été le révélateur, Madame, d’un malaise que les Français n’osaient pas admettre, qui mélange la faiblesse du président de la République et la méchanceté de sa compagne.

Acceptez, Madame, mes sentiments mêlés de tristesse, de rage et de surprise.

Pr. Bernard DEBRÉ
Ancien Ministre
Député de Paris

Repost 0
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 00:27

 

Lettre ouverte aux Baie-Mahaultiennes et Baie-Mahaultiens


Le verdict du 1er tour des élections législatives dans la 3ème circonscription est tombé : les électeurs auront à trancher le 16 juin prochain entre Ary Chalus et Max Mathiasin pour élire leur nouveau député. Aussi, attaché à la commune de Baie-Mahault où j’ai longtemps enseigné et où je demeure plus que jamais électeur, je voudrais en conscience, bien que modestement, éclairer le choix difficile des Baie-Mahaultiennes et des Baie-Mahaultiens.
Je commencerai pas leur dire que samedi prochain je voterai, sans hésitation aucune, Max Mathiasin. Et ce sont autant des arguments de principes et une volonté de clarté en politique que mon appartenance au Parti socialiste, qui guident aujourd’hui mon choix.
Néanmoins, il me semble important de préciser ici que lors des municipales de 2008 et des cantonales de 2011, j’avais sans ambiguïté voté pour Ary Chalus. Car il ne fait pas de doute dans l’esprit de nombreux Baie-Mahaultiens qu’Ary Chalus est un élu de proximité efficace, à l’écoute et au service de ses administrés. Pour autant, les qualités requises pour être un bon maire, sont-elles les mêmes attendues pour être un député compétent ? Assurément, non. Et il y a incontestablement une maturité politique des électeurs guadeloupéens, qui discernent avec acuité les enjeux et les qualités requises, propres à chaque type de mandat électoral.
En l’occurrence, être un député de la Nation exige de vous que vous ayez une connaissance approfondie du fonctionnement des institutions de la République et de l’appareil d’Etat ; que vous soyez au fait des grands enjeux socioéconomiques et politiques nationaux, européens et internationaux, et tout particulièrement dans la situation actuelle de crise financière majeure ; que vous ayez une solide culture générale – pour ne pas dire une certaine érudition – et des talents oratoires devant vous permettre de vous exprimer avec prestance à la tribune de l’Assemblée nationale ; que vous ayez des convictions et un positionnement politiques clairs et cohérents, nécessaires dans une assemblée au fonctionnement essentiellement bipartisan. Autant d’aptitudes et de compétences que possède mon camarade socialiste Max Mathiasin, que je côtoie depuis plusieurs années déjà, et dont je suis convaincu qu’il a l’aura d’un député de premier plan. D’autant que les députés de Guadeloupe sont toujours plus aux yeux de leurs compatriotes que de simples parlementaires nationaux, tant nous voyons en eux – et à juste titre – une vitrine nationale de l’excellence guadeloupéenne, et plus largement antillaise.
Aussi, j’appelle d’ores et déjà de mes voeux un débat public contradictoire entre les deux hommes, afin que les électeurs par eux-mêmes puissent en juger.
Quoi qu’il en soit, affirmer sempiternellement et jusqu’à récemment n’être ni de gauche ni de droite mais pour la Guadeloupe, constitue à mes yeux le degré zéro de la politique, et masque en réalité des tactiques politiques qui à force de n’être plus que politiciennes, ne servent plus que des ambitions et des intérêts bassement personnels, au détriment de l’intérêt général. La preuve la plus manifeste étant bien entendu ce vaudeville tragi-comique de l’adhésion envisagée de Baie-
Mahault à la communauté d’agglomération Cap Excellence, mais repoussée sine die afin de ne pas alarmer les électeurs du Nord Basse-Terre !
Si l’on croit en François Hollande et en son programme, notamment en faveur du « développement solidaire des Outre-Mer », alors il faut lui assurer une majorité stable et cohérente à l’Assemblée nationale. Je n’ai aucun doute sur le positionnement du premier fédéral Max Mathiasin, socialiste de la première heure en Guadeloupe, aux côtés de Victorin Lurel. Mais je m’interroge par contre sur la fidélité aux idéaux de gauche d’Ary Chalus, « hollandais » timide de la toute dernière heure, habitué des fluctuations de positionnement politique, n’hésitant pas à pratiquer un populisme souvent poussé à l’extrême (n’avait-il pas confié sur une radio locale qu’il trouvait intéressants certains des propos de Marine Le Pen ?), et qui avait cru bon de recevoir en grande pompe à Baie-Mahault l’ex-ministre de l’Intérieur Claude Guéant, après ses propos sur la hiérarchie des civilisations, et alors même que tous les élus de gauche de Guadeloupe avaient boycotté cette visite ministérielle.
A bon entendeur, salut !


David Dahomay, militant socialiste, électeur de Baie-Mahault. 11 juin 2012.

 

 

RÉPONSE DE TEDDY BERNADOTTE

 

 

Mépris de classe et élitisme antidémocratique

 

 

 

David Dahomay, militant socialiste, « électeur baie-mahaultien », qui omet de mentionner son rôle de conseiller du Prince, se fend d’une modeste lettre. Tout cela, au nom de la clarté en politique, du militantisme politique et de son amour immodéré pour la population baie-mahaultienne. Il pose le problème de la reproduction sociale des élites cher à Bourdieu.

 

Cette lettre teintée de mépris pour un homme, Ary CHALUS, qui s’est autant investi lors des dernières élections régionales, lors de la crise sociale de 2009 et qui s’investit au profit de son pays, vaut son pesant de « pistaches ».

 

Issu d’une famille de huit enfants ancrée à gauche, père chauffeur et mère sans emploi, fils et petit-fils de socialistes, des hommes fidèles aux valeurs progressistes et dont la flamme ne s’est jamais éteinte après avoir passé 24 années dans l’opposition. Formé à la très dure école de l’opposition baie-mahaultienne, je me sens très concerné par votre lettre et autorisé à vous répondre. Ma formation politique, je l’ai construite dans la rue, en opposition au régime en place, aux côtés d’un homme qui est mort pour que notre ville puisse vivre. Et contrairement à certains, ma première victoire politique je l’ai connue à l’âge de 30 ans, en 2001. C’est très certainement cette histoire différente, faite d’opposition, de combats perdus qui me donne une autre perception de la politique. Et qui me fait dire que, pour certains, l’appartenance à un parti, très souvent,  ne cache qu’une volonté farouche d’atteindre ses ambitions personnelles.

 

David Dahomay s’érige en donneur de leçons et dresse le portrait du parfait député, j’aimerais commencer par lui poser la question suivante. Enseignant en mathématiques, n’ayant aucune expérience des collectivités locales, est-il la personne la mieux qualifiée en Guadeloupe pour exercer la fonction qu’il occupe à la Région ? De quelle expérience peut-il se prévaloir ? Est-il titulaire d’un concours de la fonction publique territoriale ? C’est une réponse qui intéressera les nombreux jeunes guadeloupéens diplômés et lauréats de concours et qui ne parviennent pas à se faire recruter. Il est important que nous le sachions, car vous êtes, me semble-t-il, conseiller du Président du Conseil Régional en charge de la jeunesse guadeloupéenne, qui, comme chacun le sait, se porte comme un charme.

 

D’où parlez-vous ?

Le théorème de la clarté politique, que vous appelez de vos vœux, ne doit-il s’appliquer qu’à Ary CHALUS, et les règles que vous édictez, ne sont-elles en vigueur que dans la troisième circonscription ?

 

Votre récent intérêt pour la chose publique et la vie politique locale devrait vous conduire (dans les prochains épisodes) à nous éclairer sur les différentes stratégies qui animent votre parti : Jocelyn SAPOTILLE (PS) pactisant avec une élue (UMP) pour battre un candidat de gauche, des candidats socialistes ne bénéficient pas de l’investiture du parti ?

 

Au pays de David DAHOMAY, la cohérence politique est-elle à géométrie variable ?

 

Dans une famille politique existe-t-il des enfants légitimes pour lesquels on trempe sa plume dans son encrier pour les défendre, et des enfants bâtards que l’on peut sacrifier sur  l’autel de ses ambitions personnelles ?

 

Le roi David nous apprend que le député doit avoir certaines qualités « connaissance approfondie du fonctionnement des institutions, être au fait des grands enjeux socio-économiques, une solide culture générale, pour ne pas dire une certaine érudition, et des talents oratoires devant vous permettre de vous exprimer avec prestance à la tribune de l’assemblée nationale ».

 

De manière subtile, il nous indique qu’un parlementaire, en somme ; doit être un diplômé sorti d’une grande école, faire partie de l’élite républicaine pour représenter la Nation. Ce faisant, il élimine d’un trait de plume, Pierre Bérégovoy, Premier Ministre et l’un des plus grands ministres des finances de la République. Il élimine également, François Louisy, grand sénateur socialiste qui n’aurait jamais connu la gloire sous le régime de David DAHOMAY.

 

Au moment, où l’abstention augmente, où la population se détourne de la vie politique parce qu’elle considère que les représentants du peuple ne les représentent pas, David DAHOMAY nous parle du député comme les mères de famille parlent du gendre idéal. Des gens bien comme il faut, qui parlent bien.

 

Encore un effort M. DAHOMAY. Comme nous parlons législatives, je m’en vais vous proposer un amendement : rétablissons le suffrage censitaire et exigeons le suffrage capacitaire avec les diplômes des candidats pour concourir au poste le plus noble qu’il soit, celui de représentant du peuple. Oui, rendons à la noblesse ce qui lui appartient : le pouvoir. Et donnons au peuple du pain et des jeux.

 

Oui, vos propos me font penser à ceux que l’on a proférés à l’encontre du camarade/candidat François Hollande : flamby, la fraise des bois, celui qui n’avait pas le gabarit, celui dont le camarade socialiste Laurent FABIUS n’imaginait pas exerçant la fonction. Ce candidat devenu Président de la République, que tout le monde aime tant aujourd’hui. Moi, le premier.

 

A ce militant de salon, enfermé dans sa tour d’ivoire depuis les hauteurs du Houelmont, je voudrais dire que les baie-mahaultiens ont longtemps attendu le soutien de militants courageux pour combattre la dynastie de droite qui régnait alors sur cette ville et dont votre camarade socialiste Max MATHIASIN était le prince consors. Telle sœur Anne, ils n’ont rien vu venir.

 

M. DAHOMAY, j’ai la faiblesse de croire que nous pouvons tous participer à la construction de ce pays. Ceci, que nous soyons, fils d’un grand philosophe agrégé, fille d’un ténor du barreau ou encore fils de chauffeur comme moi.

 

Oui, Ary CHALUS, agent EDF, peut participer à la construction de son pays. Il a le droit et même le devoir de continuer à faire des propositions pour notre jeunesse, comme les Etats Généraux de la Jeunesse. Pour que des individus comme vous, en panne d’inspiration, les reprennent à leur compte avec plus de moyens et moins de succès.

 

Je relève qu’Ary CHALUS serait un populiste. Etre proche du peuple, de la population et de ses préoccupations est en effet un crime et tranche singulièrement avec votre conception de la politique, qui semble d’abord renvoyer à l’humanisme théorique.

 

S’agissant de Marine LE PEN, la critique est tellement grotesque qu’elle ne mérite pas d’être relevée. S’agissant de la visite du Ministre de l’intérieur Claude GUÉANT qui s’est rendu à la police et à la gendarmerie de Baie-Mahault, après s’être rendu à Pointe-A-Pitre et à Saint-Claude, là encore, votre indignation est-elle à géométrie variable ? Le Maire de Baie-Mahault a reçu un Ministre de la République en visite officielle comme il le fait depuis une dizaine d’années. Il l’a reçu comme l’exige le protocole républicain et cela dans les mêmes conditions que le maire socialiste Elie CALIFER lors de la pose de la première pierre de la caserne de Saint-Claude. M. CALIFER, un homme fort appréciable, est-il également à ranger au rang des populistes ? M. Gueant a été reçu comme l’a été l’auteur du discours de Dakar, et cela à maintes reprises. Mais, je vous le concède, ses propos étaient inqualifiables et ils ont été unanimement condamnés.

 

M. DAHOMAY, comme vous faites la police des valeurs, il ne fallait pas laisser un populiste comme Ary CHALUS s’engager dans les élections régionales de 2010, profiter de sa « populisme-arité ». Il est vrai qu’il eut été difficile de se reposer sur  votre (seul) popularité.

 

Voyez-vous, M. DAHOMAY, je suis particulièrement fier de servir aux côtés d’Ary CHALUS, parce que j’ai l’intime conviction qu’il possède des valeurs sociales très fortes et authentiques. Militant associatif, élu de proximité, je crois que ce sont ces valeurs qui l’ont conduit à prioriser la lutte contre l’habitat indigne, à lutter contre la fracture numérique en offrant les premiers espaces publics numériques, et à s’investir concrètement et personnellement au profit de notre jeunesse pour favoriser l’égalité des chances.

 

Et, même si vous tentez d’y mettre un peu plus de formes, une odeur nauséabonde émane de vos propos lisses et policés. On y perçoit ce même racisme de classe, la même description d’Ary CHALUS, « le petit électricien allant de poteau en poteau », pour paraphraser votre candidat. Ces propos rejoignent les commentaires de la presse hexagonale à l’arrivée d’Hégésippe Légitimus.

 

Il y a bien longtemps, qu’Ary CHALUS n’est plus le petit élu de proximité auquel vous voulez le réduire, titulaire d’un master en ingénierie sociale, il a montré qu’il possédait des qualités, l’audace, l’initiative, et qu’il pensait à l’échelle de la Guadeloupe. Sa volonté d’investir l’économie de l’intelligence en faisant du Morne Bernard, un pôle d’excellence et d’adapter le droit du littoral à nos réalités locales en témoigne.

 

Vous êtes le symbole de ce mépris de classe, celui de la Guadeloupe d’en haut, qui va à la rencontre du peuple, le temps d’une élection, une pince sur le nez. Ary CHALUS a la chance de ne pas faire parti de votre milieu, de votre cercle. C’est une chance pour lui, c’est une chance pour la Guadeloupe.

 

Vos propos me ramènent à ceux que l’on tenait à l’encontre d’un autre fils de notre ville, Paul MADO, petit plombier, cet autre baie-mahaultien, ce grand fils de la Guadeloupe. Ils me rappellent ceux que l’on tenait à l’encontre de Guy CONQUET, autre vieux nègre aujourd’hui vénéré et grâce auquel vous avez très certainement un ka dans votre salon.

 

Guy CONQUET, Paul MADO, Ary CHALUS représentent cette Guadeloupe d’en bas, cette Guadeloupe authentique, cette Guadeloupe véritable, cette Guadeloupe populaire dotée d’une intelligence intrinsèque. En vérité, votre militantisme aussi récent que la foi des convertis sur le chemin de Damas, vous empêche de voir que la Guadeloupe a besoin de tous ses enfants.

 

Oui, à la Guadeloupe pour tous !

 

Le choix des baie-mahaultiens est facile. Ils feront le choix d’un homme qui a toujours été à leurs côtés, respecté les engagements pris à leur égard, et animé d’un amour sincère et profond de son pays.

 

Goliath DAHOMAY, le degré zéro de la politique c’est considérer que vous êtes la lumière et que nous sommes le néant. En bon conseiller vous auriez pu éclairer sur le fait d’écrire que « tous les crimes sont commis par des guadeloupéens d’ascendance africaine ». Des propos qu’auraient pu tenir Claude Guéant où Marine le Pen.

 

Je suis de gauche et je soutiens Ary CHALUS parce que, comme lui, je crois que :

 

« La Guadeloupe aura besoin de tous ses enfants pour relever les nombreux défis qui nous attendent, l’esprit d’unité doit être à tout moment à l’ordre du jour. 

 

Oui ! D’autres voix ont le droit de se faire entendre. C’est la démocratie qu’il faut encourager !

Oui ! D’autres personnalités ont le droit et même le devoir de proposer des solutions pérennes pour sortir de la crise, car nul ne détient à lui seul toute la vérité !

 

Le socle de la majorité présidentielle doit être enrichi de personnalités qui ne perdent jamais de vue les intérêts supérieurs de la Guadeloupe qui doivent toujours supplanter les intérêts partisans.

 

Dans le cadre de cette élection, deux écoles de pensée sont en opposition : celle qui tente de réduire notre pays à un courant de pensée, un premier cercle, et celle qui, considère que le salut de notre pays réside dans le génie propre de chaque guadeloupéen.

 

Oui ! La Guadeloupe est l’affaire de tous et ne peut être limitée aux seuls intérêts d’un parti, d’une même famille, d’un même clan.

En cela, il m'apparaît important de lutter contre toute dérive hégémonique d’un parti sur la vie politique de la Guadeloupe, car la diversité constitue de tout temps un facteur indéniable de richesse ».

 

Ary Chalus est l’exemple de trajectoire qui donne un peu de vraisemblance à une démocratie en réalité dévoyée où une oligarchie représente et décide pour tous. David Dahomay ne se rend pas compte que Chalus donne son vrai sens au mot d’ordre « La Guadeloupe pour tous » !

 

Laissez les baie-mahaultiens en paix, et prenez bien soin de la jeunesse guadeloupéenne.

 

 

Teddy BERNADOTTE, véritable électeur baie-mahaultien

Repost 0
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 14:32

INDISCRÉTIONS
Guy
Guy Losbard, maire de Petit-Bourg, surtout président du GUSR, vient de publier et diffuser une lettre à la population de la troisième circonscription. Il rappelle qu'il ne s'est pas immiscé dans une campagne qui opposait, au premier tour, deux membres du GUSR, Jeanny Marc, député sortant, encartée de longue date, et Ary Chalus, maire de Baie-Mahault, encarté entre le deuxième tour de la présidentielle et le premier de la législative. Mais, il avait pris la précaution de flanquer M. Chalus d'une suppléante, la belle Sonia Taillepierre, issue de son conseil municipal... Là, M. Losbard poursuit sa logique, qui semble... logique, en soutenant d'autant plus M. Chalus.

José
Hier, José Toribio, candidat suppléant de Jeanny Marc, a appelé à voter... Ary Chalus. Le maire de Lamentin, pour récompense de ce ralliement à M. Chalus, pourrait se voir confier la première vice-présidence du conseil général, en lieu et place d'Ary Chalus, place promise, semble-t-il, par Jacques Gillot. Joli jeu de chaises musicales. On reconnaît bien là la patte subtile de Dr Gillot et de son conseiller avisé... N'est-ce pas Daniel ?

Yves et Jacqueline
Yves Thôle et son épouse, Jacqueline Cachemire-Thôle, ont voué leur vie, l'un au ka, l'autre à la danse et à la collection de costumes créoles, dont certains ont plus d'un siècle. Leur maison est un musée, une galerie dont les pièces largement ouvertes s'articulent autour d'un bassin, les unes dédiées aux kas d'Yves, les autres aux costumes, aux objets anciens collectés par Jacqueline. Il y a une force dans cette maison qui ne demande qu'à s'ouvrir sur l'extérieur pour apporter plus de force à la Guadeloupe. La force d'un patrimoine qu'il faut protéger, transmettre aux générations nouvelles. Jacques Gillot s'y emploie, dit-on. Mèsi.

Fred
« Nou kay touné en ron, ron ron ! Tototo, qui frappe à la porte ? C'est la politique ». Tandis que Victorin Lurel attendait ses résultats du vote de samedi, Fred Deshayes enflammait l'Hémingway, à Deshaies, où, quelques centaines de mètres plus bas, Jeanny Marc endossait sa défaite.
André-Jean VIDAL

Repost 0
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 16:42

INDISCRÉTIONS
Max
Grand vainqueur de ce premier tour des législatives, Max Mathiasin qui, malgré quelques vents contraires, est qualifié pour la second tour dans la troisième circonscription. Bénies soient les 38 voies manquantes à sa cousine et rivale Jeanny Marc qui ferme la porte des ambitions nationales. Max Mathiasin ? Un homme de bonne éducation, hyper-diplomé, fidèle à ses convictions. Soutenu par Victorin Lurel. En face, Ary Chalus, soutenu par Jacques Gillot... et Jeanny Marc, au nom du GUSR !

Jacques et Victorin
La législative dans la troisième circonscription opposera, n'en doutons pas un instant, non Max Mathiasin et Ary Chalus, qualifiés, mais bien Victorin Lurel et Jacques Gillot. Le premier parce que Max mathiasin est de son parti. C'est même son secrétaire fédéral, son patron en Guadeloupe. Le second au nom de calculs à plus long terme. A suivre avec attention.

Marie-Luce
Pour qui votera Marie-Luce Penchard, samedi prochain ? Electrice dans la troisième circonscription, elle a le choix entre Max Mathiasin, secrétaire fédéral de PS, et Ary Chalus, fraîchement inscrit au GUSR. Ce dernier étant, jusqu'à il y a peu, neutre en politique... il pourrait avoir son suffrage. On l'imagine mal voter blanc... ou ne pas se déplacer !

Laurent
Allez Laurent ! Pour l'honneur, Laurent Bernier, maire de Saint-François, affrontera Gabrielle Louis-Carabin. Les autres candidats, comme Cédric Cornet, appelleront-ils à voter pour Laurent Bernier ? Et Christian Couchy, qui n'a cessé de fustiger Mme Carabin ?..

Victorin
Victorin Lurel, ministre des Outre-mers, réélu au premier tour, de belle façon (près de 68% des suffrages), a eu les honneurs des médias nationaux. Quand il n'était pas encore ministre, les mêmes médias passaient sous silence ses succès sans faille, au premier tour là encore, des régionales. Faire bouger les lignes, impulser les outre-mers, faire que nous ne soyons pas délaissés, ignorés comme des territoires lointains dont la France aurait honte (les « dernières colonies »), c'est l'une des missions de Son Excellence Victorin Lurel, ministre des Outre-mers.
André-Jean VIDAL

Repost 0
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 16:41

Indiscrétions
Victorin
Réélu au premier tour avec 67,23% des suffrages, Victorin Lurel la joue sans surprise. D'autant que le taux de participation dans sa zone devait lui permettre d'éviter un second tour à partir de 62% des suffrages sur son nom. On a fait sauter des bouchons de champagne chez Philippe Chaulet, ancien président de l'UMP, ancien député de la circonscription, en voyant le score de la fille de son amie Lucette, Marie-Luce Penchard !

Marie-Luce
Pa pléré Doudou, pas pléré... Marie-Luce Penchard ne se faisait pas d'illusions. Là elle sait ce qu'elle représente sur la circonscription. 22,89% des suffrages. Louis Molinié aussi... Des clopinettes. Ils devraient cesser de jouer aux petits cubes !
Allez, on cesse de rire et on réfléchit !

Victorin 2
A Terre-de-Bas, avec plus de 86% des suffrages sur son nom, Victorin Lurel fait un score de maréchal soviétique ! A Basse-Terre, il pourrait devenir maire demain, au lever du jour... A Gourbeyre, où veut s'implanter MLP, elle fait 31% des suffrages, Victorin Lurel près de 60%... Pas gagné pour un avenir radieux, Mme Penchard !

Max
Max Mathiasin, candidat du PS dans la troisième, était sûr d'aller au second tour. C'est bon, mais il va falloir qu'un des deux, de sa cousine Jeanny Marc ou de lui, tous deux qualifiables pour le second tour, n'y aille pas et fasse voter pour l'autre afin de tenter de l'emporter devant Ary Chalus, qui fait 40,81%. Eux totalisent respectivement 24,67 et 24,90% des suffrages. S'ils se maintiennent, c'est râpé ! Allez, pa pléré, il faut se désister ou supporter Ary cinq ans. P..., cinq ans !

Eric
Dans la première circonscription, les supporteurs de l'UMP avaient le choix entre Eric Jalton et Louis Galantine. Deux socialistes... Mais Eric pouvait faire l'affaire puisqu'il a, un temps, été compagnon de route de Lucette Michaux-Chevry quand elle était sarkozyste ! Il y aura quand même un second tour ! Et Eric député samedi prochain !

Laurent
Laurent Bernier, candidat UMP dans la deuxième circonscription, n'y croyait pas. Il avait raison, même s'il sauve l'honneur dans sa commune avec 46,12% des suffrages. Il y a aura un second tour sans surprise. Pa pléré Laurent ! Là, à moins de tourner la page, il va falloir réellement créer un groupuscule politique de droite pour revenir, peut-être un jour, en avant de la scène départementale. Ne pas l'appeler UMP, surtout ! Cercle des naufragés volontaires, peut-être...

Cédric
Avec près de12% des suffrages, Cédric Cornet fait fort dans la seconde. Allons Cédric, c'est pas une moquerie de plus ! C'est une constatation. Mieux que Couchy qui a un parti derrière lui, lui ! Bravo !

Philippe
Une amie me disait tantôt en substance que Laurent Bernier, secrétaire départemental de l'UMP, a eu raison de ne pas réunir l'instance avant les élections. Philippe Chaulet en aurait sans doute été élu président, Laurent et Marie-Luce n'auraient pas eu l'investiture, etc. Ben, c'est pas la joie ! Quoique, avec les scores qu'ils ont fait...
André-Jean VIDAL


Envoyé de mon iPad

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens