Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 20:08


Après les déclarations de Claude GUEANT sur une prétendue inégalité entre les civilisations, les présidents du Conseil régional et du Conseil général de la Guadeloupe, Victorin LUREL et Jacques GILLOT, ont adressé une lettre ouverte au ministre de l’Intérieur, Claude GUEANT, pour lui indiquer qu’ils ne le recevraient pas lors de sa visite prévue en Guadeloupe la semaine prochaine :
« Monsieur le ministre,
Nous avons été informés de votre prochain déplacement en Guadeloupe et nous sommes au regret de vous faire savoir que nous ne pourrons vous y recevoir.
Fidèles à notre indéfectible attachement aux principes républicains et démocratiques, nous avons toujours veillé, en tant qu’élus de la Nation, à faire le meilleur accueil aux membres du Gouvernement en visite officielle aux Antilles, quand bien même nous ne partagerions pas les mêmes sensibilités politiques.
Mais aujourd’hui, c’est pleinement conscients de l’importance symbolique de notre geste, et mus par le même sens du devoir républicain, que nous avons pris la décision de ne pas vous accueillir en Guadeloupe.
Les faits sont malheureusement là, têtus : Par vos « dérapages » verbaux répétés et assumés à l’égard des étrangers et des Français issus de l’immigration, qu’ils soient d’origine roumaine, comorienne, ou de confession musulmane ; par votre circulaire qui durcit considérablement l’obtention de visas pour les étudiants étrangers qui aiment la France et qui souhaitent y débuter leur vie professionnelle en mettant leurs compétences à la disposition de notre pays ; par votre volonté sournoise d’interdire en pratique l’accès à la naturalisation à des immigrés présents sur notre sol de très longue date et qui ont démontré pleinement leur désir d’intégration ; par vos propos consternants sur la hiérarchie des civilisations, vous tournez résolument le dos aux valeurs fondamentales de la République, auxquelles nous Antillais, dont les ancêtres ont connu l’esclavage et la colonisation, restons attachés encore davantage que d’autres.
Certains ne veulent voir dans vos déclarations qu’une banale stratégie politicienne visant à séduire les électeurs du Front national, en vue des prochaines échéances électorales. Nous avons peine à croire que la vie politique française serait devenue, sous Nicolas Sarkozy, à ce point dévoyée, que la fin justifierait tous les moyens, même les plus immoraux. Aurions-nous donc perdu en France la boussole des valeurs humanistes et de tolérance qui fondent notre vivre-ensemble ? Nous, qui avons vu l’histoire bégayer avec l’abolition puis le rétablissement
de l’esclavage, savons que subrepticement les heures sombres du passé peuvent derechef advenir.
D’autres, que vous cherchez à entretenir dans la peur d’une dépossession de leur identité « nationale », verront dans vos prises de position, un combat pour la défense d’une France menacée. Nous n’y croyons pas davantage, nous qui savons que notre pays, et c’est sa richesse et sa singularité, s’est construit au fil de l’Histoire grâce aux apports culturels successifs issus des différentes vagues d’immigrations, qu’elles soient européennes, ou plus récemment indochinoises, maghrébines, caribéennes, et africaines.
C’est ainsi qu’est aujourd’hui la France. C’est ce qui fait la France. C’est ainsi que nous l’aimons comme la grande majorité des Français l’aiment. Cette alchimie originale qui unit des bras de toutes les couleurs pour bâtir notre Nation, des cœurs enveloppés de peaux de toutes les couleurs pour aimer notre pays et des yeux de toutes les couleurs regarder grandir la France, ne constitue en rien une menace. C’est au contraire notre bien commun.
C’est ce bouillonnement perpétuel des identités individuelles et collectives dans le creuset républicain qui forge notre identité commune. Nous n’acceptons pas que vous cherchiez à éteindre la flamme qui entretient ces mélanges féconds, ces métissages précurseurs et cette volonté commune de vivre ensemble. Nous n’acceptons pas davantage que vous stigmatisiez nos compatriotes musulmans ou issus de l’immigration maghrébine en mélangeant tous les concepts, en dressant les uns contre les autres et en hiérarchisant les civilisations tel un nouvel Arthur de Gobineau ou de nouveaux Ernest Renan et Jules Ferry égarés.
Nous ne souhaitons pas recevoir celui qui tient des propos dangereux pour l’unité nationale.
En décembre 2005, afin de marquer son indignation suite au vote d’une loi reconnaissant « le rôle positif de la présence française outre-mer », Aimé Césaire avait refusé de rencontrer le ministre de l’Intérieur de l’époque, Nicolas Sarkozy, en déplacement en Martinique. Nous avions alors tous, outre-mer, salué la portée de son geste.
Nous choisirons par conséquent, en toute modestie, de lui emboîter le pas. Nous n’irons pas vous accueillir à l’aéroport. Nous ne vous accueillerons pas personnellement dans nos collectivités. Et si vous souhaitez vous rendre dans ces institutions de la République qui vous restent malgré tout ouvertes, nous prendrons les dispositions nécessaires pour recueillir le message que vous voudrez éventuellement délivrer. »

Repost 0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 20:08


Après les déclarations de Claude GUEANT sur une prétendue inégalité entre les civilisations, les présidents du Conseil régional et du Conseil général de la Guadeloupe, Victorin LUREL et Jacques GILLOT, ont adressé une lettre ouverte au ministre de l’Intérieur, Claude GUEANT, pour lui indiquer qu’ils ne le recevraient pas lors de sa visite prévue en Guadeloupe la semaine prochaine :
« Monsieur le ministre,
Nous avons été informés de votre prochain déplacement en Guadeloupe et nous sommes au regret de vous faire savoir que nous ne pourrons vous y recevoir.
Fidèles à notre indéfectible attachement aux principes républicains et démocratiques, nous avons toujours veillé, en tant qu’élus de la Nation, à faire le meilleur accueil aux membres du Gouvernement en visite officielle aux Antilles, quand bien même nous ne partagerions pas les mêmes sensibilités politiques.
Mais aujourd’hui, c’est pleinement conscients de l’importance symbolique de notre geste, et mus par le même sens du devoir républicain, que nous avons pris la décision de ne pas vous accueillir en Guadeloupe.
Les faits sont malheureusement là, têtus : Par vos « dérapages » verbaux répétés et assumés à l’égard des étrangers et des Français issus de l’immigration, qu’ils soient d’origine roumaine, comorienne, ou de confession musulmane ; par votre circulaire qui durcit considérablement l’obtention de visas pour les étudiants étrangers qui aiment la France et qui souhaitent y débuter leur vie professionnelle en mettant leurs compétences à la disposition de notre pays ; par votre volonté sournoise d’interdire en pratique l’accès à la naturalisation à des immigrés présents sur notre sol de très longue date et qui ont démontré pleinement leur désir d’intégration ; par vos propos consternants sur la hiérarchie des civilisations, vous tournez résolument le dos aux valeurs fondamentales de la République, auxquelles nous Antillais, dont les ancêtres ont connu l’esclavage et la colonisation, restons attachés encore davantage que d’autres.
Certains ne veulent voir dans vos déclarations qu’une banale stratégie politicienne visant à séduire les électeurs du Front national, en vue des prochaines échéances électorales. Nous avons peine à croire que la vie politique française serait devenue, sous Nicolas Sarkozy, à ce point dévoyée, que la fin justifierait tous les moyens, même les plus immoraux. Aurions-nous donc perdu en France la boussole des valeurs humanistes et de tolérance qui fondent notre vivre-ensemble ? Nous, qui avons vu l’histoire bégayer avec l’abolition puis le rétablissement
de l’esclavage, savons que subrepticement les heures sombres du passé peuvent derechef advenir.
D’autres, que vous cherchez à entretenir dans la peur d’une dépossession de leur identité « nationale », verront dans vos prises de position, un combat pour la défense d’une France menacée. Nous n’y croyons pas davantage, nous qui savons que notre pays, et c’est sa richesse et sa singularité, s’est construit au fil de l’Histoire grâce aux apports culturels successifs issus des différentes vagues d’immigrations, qu’elles soient européennes, ou plus récemment indochinoises, maghrébines, caribéennes, et africaines.
C’est ainsi qu’est aujourd’hui la France. C’est ce qui fait la France. C’est ainsi que nous l’aimons comme la grande majorité des Français l’aiment. Cette alchimie originale qui unit des bras de toutes les couleurs pour bâtir notre Nation, des cœurs enveloppés de peaux de toutes les couleurs pour aimer notre pays et des yeux de toutes les couleurs regarder grandir la France, ne constitue en rien une menace. C’est au contraire notre bien commun.
C’est ce bouillonnement perpétuel des identités individuelles et collectives dans le creuset républicain qui forge notre identité commune. Nous n’acceptons pas que vous cherchiez à éteindre la flamme qui entretient ces mélanges féconds, ces métissages précurseurs et cette volonté commune de vivre ensemble. Nous n’acceptons pas davantage que vous stigmatisiez nos compatriotes musulmans ou issus de l’immigration maghrébine en mélangeant tous les concepts, en dressant les uns contre les autres et en hiérarchisant les civilisations tel un nouvel Arthur de Gobineau ou de nouveaux Ernest Renan et Jules Ferry égarés.
Nous ne souhaitons pas recevoir celui qui tient des propos dangereux pour l’unité nationale.
En décembre 2005, afin de marquer son indignation suite au vote d’une loi reconnaissant « le rôle positif de la présence française outre-mer », Aimé Césaire avait refusé de rencontrer le ministre de l’Intérieur de l’époque, Nicolas Sarkozy, en déplacement en Martinique. Nous avions alors tous, outre-mer, salué la portée de son geste.
Nous choisirons par conséquent, en toute modestie, de lui emboîter le pas. Nous n’irons pas vous accueillir à l’aéroport. Nous ne vous accueillerons pas personnellement dans nos collectivités. Et si vous souhaitez vous rendre dans ces institutions de la République qui vous restent malgré tout ouvertes, nous prendrons les dispositions nécessaires pour recueillir le message que vous voudrez éventuellement délivrer. »

Repost 0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 20:07

Version:1.0 StartHTML:0000000182 EndHTML:0000023282 StartFragment:0000019891 EndFragment:0000023246 SourceURL:file:///Users/ajv/Desktop/CP%20d%8Eclarations%20Clau%23157A8A.doc

Victorin LUREL révolté par les propos

du ministre de l’Intérieur sur une prétendue inégalité des civilisations

 

 

Basse – Terre, le 8 janvier 2012 – Le député et président de la Région Guadeloupe, Victorin LUREL fait part du sentiment de révolte que lui inspirent les propos tenus ce week-end par le ministre de l’Intérieur, Claude GUEANT, sur une prétendue inégalité entre les civilisations, qui est en totale contradiction avec les valeurs universelles que porte la République.

 

Depuis deux jours, Victorin LUREL a espéré qu’un sursaut républicain finirait par animer le ministre de l’Intérieur en le poussant à exprimer des regrets, surtout après que plusieurs ministres et parlementaires de la majorité ont pris leur distance avec ces propos choquants.

 

« Rien n’est hélas venu », déplore le député et président de la Région Guadeloupe.

 

« Au contraire, M. GUEANT continue de s’ériger en une curieuse agence de notation des civilisations. Sans l’once d’une contrition, il persiste et signe dans une rhétorique qui dresse les citoyens les uns contre les autres en y ajoutant une dose choquante d’hypocrisie lorsqu’il déclare qu’il ne visait personne en particulier », estime Victorin LUREL pour qui, en campagne électorale, on ne peut pas dire n’importe quoi pour attirer les voix des xénophobes partisans du Front National.

 

Après de telles déclarations, les conditions ne paraissent pas réunies pour que le député et président de la Région Guadeloupe accueille le ministre de l’Intérieur lors de sa venue en Guadeloupe prévue la semaine prochaine.

Repost 0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 20:06

INDISCRÉTIONS
Jacques et Victorin
Posture ! C'est ce que dit la rue. Difficile d'affirmer d'emblée qu'il ne s'agit que de cela. Il y a aussi une sensibilité réelle, compréhensible... et l'élection présidentielle qui s'annonce. Hier, les présidents du conseil régional et du conseil général de la Guadeloupe, Victorin Lurel et Jacques Gillot, ont adressé une lettre ouverte au ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, dans laquelle ils lui font savoir « qu'à la suite de ses propos sur une prétendue inégalité entre les civilisations, ils ne pourront le recevoir lors de sa visite en Guadeloupe prévue la semaine prochaine. » Connaissant le personnage, il est fort sembleable que ce soit le cadet de ses soucis !

Jacques et Victorin 2
Beau texte de nos amis présidents de collectivités pour fustiger la petite phrase de Claude Guéant qui a retenti comme un coup de massue: « Nous qui savons que notre pays, et c’est sa richesse et sa singularité, s’est construit grâce aux apports culturels issus des différentes vagues d’immigrations. C’est ce qui fait la France. C’est ainsi que nous l’aimons comme la grande majorité des Français l’aiment. Cette alchimie originale qui unit des bras de toutes les couleurs pour bâtir notre Nation, des cœurs enveloppés de peaux de toutes les couleurs pour aimer notre pays et des yeux de toutes les couleurs regarder grandir la France, ne constitue en rien une menace. C’est au contraire notre bien commun. » On dirait Hugo. Pas Hugo Chavez, discateur au Venezuela, Victor Hugo poète français. Une belle leçon, en tout cas.

Laurent
« Les propos de Serge Letchimy — il a fustigé les mots malheureux de Claude Guéant — me choquent comme je l’ai été par Victorin Lurel à l’occasion du Congrès des élus départementaux et régionaux rapportant les origines ethniques africaines à la violence en Guadeloupe », exprime Laurent Bernier, secrétaire de la Fédération de l'UMP Guadeloupe, qui poursuit : « Monsieur Letchimy va, lui aussi, trop loin ! Ses comparaisons outrancières, téléguidées par le Parti Socialiste, ne sont qu’une provocation de plus, à la veille de la visite du ministre de l’Intérieur en Guadeloupe et en Martinique. » Ben, ils sont remontés nos élus. Savent-ils que là-bas, au loin, dans le grand froid, on se moque de leurs sentiments ?
André-Jean VIDAL

Repost 0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 20:06

INDISCRÉTIONS
Marie-Luce
Branle-bas de combat ! Ya' le feu au lac ! Marie-Luce Penchard, ministre déléguée à l'Outre-mer, va prendre en mains le problème de la tarification téléphonique dans les confettis de l'Empire. Il faut dire que les élections approchent et que, jusqu'ici, toutes les vexations avec des prix de communication exorbitants auxquels sont soumis les Domiens — car il s'agit d'une vexation, le sentiment d'être des Français mais de seconde zone — n'ont jamais été prises en compte. Allez Marie-Luce nou tout' èvè-w !

Fély
Fély Kacy-Bambuck, présidente de la commission Culture du conseil régional, s'est bien battue pendant ces deux dernières semaines pour profiter du déroulement du FEMI pour vendre l'expression cinématographique comme moteur de développement local. Au travers du bureau cinéma qu'anime Tony Coco-Viloin, Fély Kacy-Bambuck a dit et redit que le rayonnement du FEMI va impulser le reste. Si l'intertie administrative ne s'en mêle pas. Croisons les doigts !

Felly
Felly Sédécias a parfaitement réalisé son FEMI 2012. Avec le courage qui la caractérise. Cependant, un bémol, celui spontanément exprimé par un ami musicien : « La remise des prix, c'était pitoyable ! Il y avait une mauvaise sono et puis, c'était trop comique de voir la belle-mère ou une parente recevoir le prix à la place d'un réalisateur qui avait quitté depuis longtemps la Guadeloupe pour d'autres festivals ou d'autres réalisations. » Pour info, c'est Dimitri Zandronis qui a reçu le grand prix du FEMI pour son Maryse Condé... Et lui, il était là.

Jean-Christophe
Jean-Christophe Maillard, musicien guadeloupéen installé à New York, est en tournée chez nous, en fin de semaine. Il a un discours très clair, s'étonnant que l'on ne fasse pas plus d'efforts chez nous pour découvrir la Caraïbe et les artistes d'un monde qui nous est somme toute à portée de main. « On a toujours cette vision très européenne des choses qui fait qu'on ne se connaît pas vraiment aux Antilles. Alors qu'en Jamaïque, à Porto Rico, il se passe des choses qui peuvent nous intéresser pour d'éventuels échanges entre artistes. » On oublie souvent qu'un court-bouillon de poisson n'a rien à envier à une bouillabaisse !
André-Jean VIDAL

Repost 0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 20:05

Liliane Francil, directrice régionale de Guadeloupe Première, buvait du petit lait, tantôt, lors de la présentation du documentaire de Boris Mérault, Formule 1 des champs, les boeufs tirants, à la Médiathèque de Lamentin, dans le cadre du FEMI. Simple observation : le documentaire est un tantinet trop long (1 h 05). 45 minutes auraient suffi, les images et le scénario parfaits de l'auteur se passant de quelques longueurs... Raymond Sargenton, de Guadeloupe Première, était lui aussi radieux. Le documentaire de M. Mérault passera dans son émission mensuelle consacrée aux documentaires (voir par ailleurs). Alain Hannibal poursuit ses infos du carnaval sur Canal 10. Ce garçon a un dynamisme ! Le poids des ans, connaît pas ! Steve et Stéphanie James (F... comme Femme sur Guadeloupe Première) ont présenté leur nouveau documentaire Fan do Brasil dans la catégorie Documentaires en compétition du FEMI 2012. KKFet, de Mahité Perrault, site de loisirs, vient de changer de formule. Plus ludique, plus claire... Luc de Saint-Sernin, directeur de la coordination des antennes des Premières, très fier : « Moi, j'ai neuf chaînes (les neuf stations-chaînes des Premières de France Tv) ! C'est pas comme d'autres qui ont seulement trois chaînes et qui jouent les cadors ! » Il en rit encore ! Tony Coco-Villoin, du Bureau de la cinématographie de la Région : « Je ne veux pas m'allonger », dit-il avait de passer la parole à Renault Mathieu, directeur de production de Death In Paradise, la série anglo-française tournée en Guadeloupe. Il souhaitait sans doute dire qu'il ne voulait pas être trop long dans son propos...
A.-J. V.

Repost 0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 20:05

INDISCRETIONS
Harry
Harry Roselmack a enchanté le FEMI. Partout où il est passé, une vraie émeute. « Qu'il est beau ! Qu'il est beau ! », s'écriaient-elles. Premier représentant de la diversité française à présenter un journal télévisé à une heure de grande écoute, sur la plus grande chaîne nationale, Harry Roselmack a parfaitement remploi sa mission en Guadeloupe : il a rencontré des enfants, dans des écoles, des confrères journalistes, bref, pas eu une minute à lui. Merci Felly !

Felly
Felly Sédécias, déléguée générale du FEMI, a une nouvelle fois parfaitement rempli le contrat. Des invités prestigieux, une diffusion de grande qualité, avec des films internationaux, un FEMI jeunesse attractif, des documentaires qui auraient mérité d'être tous primés. Un marché caribéen du film couru par les pays voisins... Une réussite, on vous dit !

Marie-Luce
On regrettera que Marie-Luce Penchard, ministre déléguée à l'Outre-mer, donc représentante en Guadeloupe du gouvernement français et partant du ministère de la Culture, ait été présente en Guadeloupe sans qu'elle soit invitée à la soirée d'ouverture du FEMI, grande manifestation culturelle de caractère... régional. Ce qui explique peut-être celà ! Mais, quand les petites combines électorales remplacent l'intérêt général...

Marilyne
Marilyne Garay est artiste dans l'âme. Photographe, peintre, musicienne, danseuse, elle travaille aussi la soie pour des carrés et des paréos. Mais, il faut bien vivre et l'art est cher à produire. Alors, elle travaille... le jour tandis qu'elle crée la nuit. Le jour, elle est formatrice. La nuit, elle dort peu, agitée d'idées ! Dure la vie d'artiste !.. Samedi, elle présente ses œuvres au musée l'Herminier de Pointe-à-Pitre. Cette petite jeune femme délicate, un vrai tanagra, a rejoint les rebelles du Comité Artiste Guadeloupe de Richard Lockel !

Liliane
Liliane Francil, directrice régionale de Guadeloupe Première, aux anges lors de la présentation du documentaire de Boris Mérault, Formule 1 des champs, les boeufs tirants, à la Médiathèque de Lamentin, dans le cadre du FEMI. Un documentaire un peu long (1 h 05). 45 minutes auraient suffi, les images et le scénario parfaits de l'auteur se passant de quelques longueurs...
André-Jean VIDAL

Repost 0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 20:04

INDISCRÉTIONS
Victorin
C'était programmé depuis des mois, les affiches étaient là, la communication passée à grands renforts d'articles sur les journaux, dans les radios, sur les télés... Et puis, flop ! « Suite à la demande du président de Région qui souhaite assister à cette manifestation et qu’une urgence appelle à Paris le 8 février, l’inauguration et le récital de chants sacrés sont reportés au vendredi 17 février même lieu mêmes horaires », expliquent, un peu piteusement, les organisateurs d'un spectacle à Vieux-Habitants. Le fait du prince !

Liliane
Liliane Francil, directrice régionale de Guadeloupe Première, aux anges lors de la présentation du documentaire de Boris Mérault, Formule 1 des champs, les boeufs tirants, à la Médiathèque de Lamentin, dans le cadre du FEMI. Un documentaire un peu long (1 h 05). 45 minutes auraient suffi, les images et le scénario parfaits de l'auteur se passant de quelques longueurs...

Gugusses
Ils en font du bruit ! A en croire leurs éructations sur les radios, ils sont la voix du Peuple ! Ils, ce sont les syndicalistes enseignants qui ne parviennent, chaque fois qu'ils sonnent la mobilisation générale contre les réformes engagées par Luc Chatel, leur ministre, à ne mobiliser que 10 à 12% des enseignants. On sait que les minorités peuvent être des forces porteuses de grands mouvements, mais là, on a quelques doutes quand on retrouve plus d'enseigants à la plage que dans les rues ou devant les établissements scolaires... les jours de grève.

Marine
Marine Le Pen, candidate à la présidentielle, semble peiner à trouver des parrainages. Elle est donc candidate présomptives à cette candidature. Présomptueuse, mais de loin. Elle ne se risquera pas à débouler aux Antilles, se souvenant sans doute de l'accueil réservé à son père, il y a quelques années : des milliers de Guadeloupéens à l'aéroport. Et en ce temps là, Huguette Fatna n'y avait rien pu. Et ce n'est pas M. Dagnet, actuel faire-valoir de la présumée candidate, qui y changera grand-chose. Il n'était même pas à la conférence de Marine Le Pen, cette semaine, quand elle présentait son projet pour l'Outre-mer !
André-Jean VIDAL

Repost 0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 20:04

INDISCRÉTIONS
Marie-Luce
C'est le temps de la calinothérapie. Ainsi, la TVA dite « sociale » ne s'appliquera pas Outre-mer. Bien, mais les Guadeloupéens n'échappent pas aux augmentations du prix de l'essence, ce dont s'émeuvent les élus. Hier matin, M. Marion, de la Sara, expliquait sur RCI que quand c'est la crise, les prix baissent, mais que, comme il y a une raffinerie qui ferme à Pétaouchnok, que l'Iran, à l'autre bout de la Terre, est quasi sous embargo (c'est prévu pour septembre !), etc. les prix montent. C'est mécanique, et c'est surtout lucratif !

Marie-Luce 2
Mais non, ce serait du machiavélisme et les ministres de la République, fussent-ils de l'Outre-mer, ne sont pas comme ça ! On accuse Marie-Luce Penchard d'avoir demandé au préfet Amaury de saint-Quentin de retarder d'un jour l'annonce d'une augmentation du prix des carburants pour lui éviter d'avoir à s'expliquer. A voir la déférence de certains journalistes, elle ne risquait pas grand-chose...

Lucette vs Victorin
« Le total des taxes prélevées par le conseil régional sur les carburants et que vous payez sur le litre d’essence est de 55,30 cents par litre, soit plus du tiers du coût du litre et qui va directement dans les caisses de la Région. Le soi-disant visionnaire régional propose pour la métropole une modulation de la TIPP pour qu’elle soit fluctuante en fonction du coût du baril. Pourquoi n’applique t-il pas, alors qu’il est le seul décideur, cette méthode en Guadeloupe ? Cela lui aurait permis de baisser les taxes régionales sur le carburant quand le baril augmente, et d’augmenter lesdites taxes  quand le baril baisse ! » C'était une leçon gratuite de Lucette Michaux-Chevry, ancienne présidente du conseil général, ancienne présidente de la Région, ancienne sénatrice, ancienne ministre, actuelle maire de Basse-Terre.

Victorin
« Vous l’avez vous-mêmes entendu dimanche lors de l’émission télévisée à laquelle vous ne pouviez pas échapper – pensez donc ! six chaînes mobilisées d’office sans compter les antennes du service public outre-mer ! – : il est désormais question de moduler les dotations aux collectivités au regard de leur discipline budgétaire. Preuve que le matraquage des régions et des départements, plutôt à gauche il est vrai, doit se poursuivre coûte que coûte… » Allez, Victorin, patience !
André-Jean VIDAL

Repost 0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 20:03

INDISCRÉTIONS
Marie-Luce
L'Agence de l'Outre-mer pour la mobilité (LADOM), ancienne ANT, ne devrait pas participer au salon de l'Etudiant, qui se déroulera les 24 et 25 février... à l'hôtel de Région, à Basse-Terre. Motif : « C'est politique ! ». A noter que l'ADOM est un organisme qui aide les jeunes à s'expatrier pour poursuivre leurs études... et que cette agence est étroitement rattachée aux services du Premier ministre... Mais, Marie-Luce Penchard, ministre de l'Outre-mer, qui n'est pas sectaire, va sûrement arranger ça !

Justine
Justine Bénin, conseillère régionale amie de Gabrielle Louis-Carabin, député et maire du Moule (une ex-UMP amie de Victorin lurel)  qui s'occupe des fonds de formation à la Région, est membre du conseil d'administration de LADOM (voir ci-dessus). Agence d’Etat, c'est le lien entre les entreprises et les candidats à la mobilité, originaires et résidants des collectivités d’Outre-mer. Son action vise à favoriser l’insertion professionnelle des travailleurs d’Outre-mer et à répondre aux besoins des acteurs économiques. Il semblerait que Mme Bénin ait été débarquée de ce conseil la semaine dernière... Hum, vous avez dit... politique !

Victorin
Là, Victorin Lurel, opposant avéré, institutionnel et permanent à Marie-Luce Penchard, ministre de l'Outre-mer du gouvernement Fillon, nommée par Nicolas Sarkozy... a de quoi faire ! La publication sur le site Internet du ministère de l'Outre-mer d'un communiqué de propagande électorale, puis la publication de la dernière étude Mieux vivre votre argent-CLCV sur les tarifs bancaires pratiqués outre-mer, enfin la publication par la Préfecture du nouvel arrêté de fixation des prix du carburant. On chercherait à agacer les Domiens qu'on ne ferait pas mieux...

Victorin 2
Première circonscription : pas de consigne encore; deuxième circonscription : Gabrielle Louis-Carabin, sûrement, avec comme suppléant Christian Baptiste; troisième circonscription : vraisemblablement Max Mathiasin; quatrième circonscription : Victorin Lurel soi-même. Ce sont les conclusions de la prise de parole de Victorin lurel questionné sur les prochaines législatives sur RCI lundi soir.

Anne-Marie
Anne-Marie m'appelle pour me parler. En fond, il y a un bruit de roulement. C'est qu'Anne-marie est en train de conduire. Ce qu'elle reconnaît : « Mais, je ne risque rien, j'ai mon kit wifi... » Je la préviens que je raccroche parce que, kit ou pas, son attention sera sûrement — quelles que soient ses quaités ! — attirée par la conversation et moins par la route, d'où un risque d'accident. Et comme j'aime beaucoup Anne-Marie !
André-Jean VIDAL

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens