Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 21:08

Priorité à la sécurité sur les routes, à l'occasion du long week-end férié.

A l'occasion du week-end de l'ascension du début du mois de juin, le préfet de la région Guadeloupe, appelle l'ensemble des usagers de la route à faire preuve de la plus grande prudence.
Un long week-end, propice aux déplacements : cette année, la fête de l’Ascension est célébrée le jeudi 2 juin 2011. De nombreux Guadeloupéens feront le pont, profitant d’un long week-end de quatre jours. Cette période sera l’occasion de très nombreux déplacements de loisirs notamment. Certaines zones ou itinéraires, connaîtront  d'importants flux de circulation ou de fortes affluences. Des difficultés de circulation sont prévues sur certains axes routiers. C’est pourquoi, il est essentiel de respecter scrupuleusement les règles du Code de la route en tenant compte des conditions de circulation et de faire preuve de patience.
Appel à la prudence : En prévision de ce long week-end, le préfet de la région Guadeloupe appelle l'ensemble des usagers de la route à une très grande prudence sur les routes pendant cette période. Il appartient à chaque usager, de faire en sorte que les moments de détente ou de loisirs ne se transforment en drame pour certaines familles. Il invite donc chacun à plus de sobriété et au respect strict des règles de la circulation routière.
La dégradation de la situation de l'accidentologie dans notre département en 2010 ne doit pas se poursuivre en 2011 : En 2010 en effet, le nombre de tués à atteint 65. La très grande majorité des accidents, mortels ou non, relève du non-respect des règles de la circulation routière.
Les décès sur la route trouvent leur causes dans les infractions aux règles de sécurité routière : en 2010, les facteurs aggravants principaux sont l'alcool et la vitesse. En 2010, l'alcool est responsable de 28%, des accidents mortels. 28% des accidents sont causés par une vitesse excessive. Concernant les conducteurs des deux roues motorisées, 33% d'entre eux, ont été tués en raison du non port du casque. Pour 2011, les proportions  demeurent tout aussi préoccupantes. Parmi les 20 tués, 10 sont des conducteurs de deux roues motorisées. L'alcool et la vitesse excessive sont responsables de près de 40% des accidents mortels des premiers mois de l’année.
La légère amélioration constatée en ce début d’année doit être poursuivie : l’examen des chiffres pour les cinq premiers mois de l’année 2011, laisse entrevoir une légère diminution des chiffres de l’accidentologie. Ainsi à la même période de l’année 2010, le nombre d’accidentés a diminué de 13% (en 2010, 229 contre 199 à la même date au 29 mai 2011). Cette baisse est également constatée pour le nombre de tués. Ainsi 35 personnes avaient perdu leurs vies sur les routes à fin mai 2010, contre 20  au 29 mai 2011, (soit une diminution de -43%). Ce sont 15 vies qui ont été épargnées depuis le début de l’année. Au cours du dernier week-end pascal, aucun décès n'a été répertorié sur les routes du département. Il est plus que souhaitable que cet état de fait se renouvelle pendant ce début du mois de juin 2011.


Des contrôles renforcés pour une sécurité accrue sur les routes : les forces de police et de gendarmerie nationales se mobiliseront sur l'ensemble des axes routiers pour veiller à la sécurité des usagers de la route. Les équipes se positionneront sur différents axes accidentogènes et les axes fréquentés afin de s’assurer du respect par les conducteurs des règles liées à la vitesse, le port des équipements de sécurité, l'utilisation du téléphone portable au volant, les règles de priorités, la conduite sous l'emprise d'alcool ou de stupéfiants, entres autres.
Le nombre de tués est en baisse dans notre département. Le préfet de région exhorte les usagers de la route à respecter le Code de la Route afin d’épargner des vies sur nos routes

Soyez prudents, vigilants et responsables.
Sécurité routière – Tous responsables

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 15:48

AUTOUR-DE-LA-MAISON.jpg

 

BAILLIF
Verger Sainte-Geneviève
en partenariat avec Biodiversité Sarl
Bovis
Renforcer la biodiversité du jardin nourricier avè fwi a péyi la : présentation par l’agriculteur pépiniériste et un botaniste écologue d’une pépinière agrumicole, du verger comprenant une cinquantaine de variétés d’agrumes, des cactacées (pitaya, cereus) et autres espèces tropicales oubliées, remarquables ou rares (ramboutan, longan, jacquier…).
Dimanche 5 juin :
de 9 h 30 à de 12 h
Rendez-vous à 9 h 15 sur le parking du terrain sport du Cygne-Noir à Baillif.
Gratuit
Renseignements  : Félix Lurel et Louis Petit
Téléphone : 0690 30 54 78
Chemin d’accès : depuis Basse-Terre, prendre la route de Saint-Louis, 2e route à droite après la rivière des Pères, parking à environ 150 m.

BASSE-TERRE
Jardin de Beauvallon
193 chemin de Beauvallon, Mont-Bazin
Jardin botanique comprenant de nombreuses variétés de plantes exotiques, créé autour d’une ancienne habitation datant de 1840. Plantes ornementales, utilitaires et médicinales, agrémentent ce parcours conçu pour la promenade et la flânerie. Sentiers pédagogiques pour les scolaires.
Visite guidée du jardin. Présentation-débat sur les traitements naturels du jardin (projection de films documentaires).
Vendredi 3 juin :
de 15 h 30 à 17 h
Samedi 4 et dimanche 5 juin :
de 9 h 30 à 13 h et de 15 h 30 à 17 h 30
Départ des visites à 10 h et 15 h 30
Tarif : 6 € adultes et 5 € enfants (moins de 10 ans)
Renseignements : Stéphanie Lubin
Téléphone : 0690 48 42 60, 0690 64 40 62 ou 0590 81 16 91
Chemin d’accès : par la rocade nord de Basse-Terre. Prendre le chemin de Beauvallon au niveau du rond-point du centre hospitalier et monter sur 300 m à gauche.


Conservatoire Botanique des Antilles françaises
Jardin Botanique
Chemin de la Circonvallation
L’association du Conservatoire botanique des Antilles françaises et son antenne en Guadeloupe ont pour missions la préservation et la sauvegarde du patrimoine naturel, son étude, sa conservation ainsi que la sensibilisation du public à sa protection.
Animation : présentation des plantes comestibles lors d’une visite commentée du jardin.
Vendredi 3 juin:
départ des visites à 9 h, 10 h, 11 h, 13 h, 14 h
Gratuit. Réservation obligatoire, si le nombre de participants n’est pas atteint, l’animation sera annulée.
Renseignements : Rancé Ranza
Téléphone: 0590 99 06 21
Accès personnes à mobilité réduite : partiel
Chemin d’accès : en montant vers Saint-Claude par le boulevard Félix-Eboué, prendre la rue à gauche juste après le pensionnat Versailles.

BOUILLANTE
Habitation Dumoulin
Groupe d’Etude pour la Conservation du Patrimoine de la Lostau (GECPAL)
Chemin de Birloton, Pigeon
Le territoire de l’ancienne habitation Dumoulin est classé Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF) depuis 2000 et présente un bel ensemble forestier associé à des cultures traditionnelles. Sa vocation actuelle est essentiellement la conservation des milieux naturels et la sensibilisation du public à la culture naturaliste.
Animation : visite guidée du domaine forestier et présentation de l’exposition « Se nourrir ou mourir », plantes alimentaires et toxiques de la famille des solanacées.
Dégustation de goji, baie du liciet commun (lycium barbarum).
Vendredi 3, samedi 4 et dimanche 5 juin :
départ des visites (environ 2 h) à 10 h et 14 h
Gratuit
Renseignements et réservation : Jean-Philippe Savart
Téléphone : 0690 43 52 60
Chemin d’accès : à partir de la RN 2, prendre la route de la Caféière-Birloton puis à gauche le chemin communal de Birloton jusqu'au gué de la rivière Lostau. Traverser la rivière à pied et emprunter le chemin dans la forêt sur 300 m. Attention parking limité, ne pas bloquer l’accès.

Habitation Massieux
Route de Marquis
Monument historique
Ouverture exceptionnelle
Ancienne habitation-caféière entourée d’un parc de 1400 m2 planté entre autre de 520 palmiers, certains nourriciers.
Dimanche 5 juin :
de 10 h à 12 h et de 14 h à 17 h
Gratuit
Renseignements : François Fauchille du Lys
Téléphone : 0590 98 89 80
Chemin d’accès : depuis la RN2, prendre la route de Marquis au panneau “ Habitation Massieux ”.

CAPESTERRE-BELLE-EAU
Jardin de Cantamerle
Circuit des épices
Chemin E. Baron, lieu-dit l’Habituée
Dans cet espace de 8000 m2, vous decouvrirez une très riche collection de plantes tropicales.
Lors de la visite, le propriétaire vous initiera à de multiples senteurs d’épices.
Vendredi 3, samedi 4 et dimanche 5 juin :
de 9 h à 17 h
Tarif : 5 € adultes (jus de fruit offert)
Renseignements : Marc Peronne
Téléphone : 0590 86 44 13
Chemin d’accès : depuis la RN 1, prendre la direction de l’Habituée et à une centaine de mètres, panneau “ Jardin de Cantamerle ”.

GRAND-BOURG-DE-MARIE-GALANTE
Jardin de plantes médicinales de l’écomusée de Marie-Galante
Habitation Murat, section Murat
Le jardin médicinal, créé dans les années 1970, fait partie de l’habitation Murat, siège de l’écomusée de Marie-Galante. Il permet de découvrir une grande partie de la pharmacopée de l’île, employée par la population jusqu’au milieu du XXe siècle. La classification particulière correspond à celle utilisée traditionnellement sur l’île.
Visite guidée du jardin de plantes médicinales et visite libre de l’habitation.
Vendredi 3, samedi 4 et dimanche 6 juin :
de 9 h à 12 h 30
Gratuit
Renseignements : Geneviève Pothin-de Villele
Téléphone : 0590 97 48 68
Chemin d’accès : prendre la sortie de Grand-Bourg vers Capesterre et suivre le panneau indicateur « habitation Murat écomusée ».

GOYAVE
Le Jardin d’Eau
Blonzac
Parc d’agrément et aquaculture de ouassous
Animation : le jardin curieux, à la découverte des variétés de légumes anciens et actuels. Vente de plants de variétés multicolores, originales et faciles à cultiver.
A la recherche de Manman dlo (le cycle de l’eau), chasse au trésor dans le jardin et livret du conte “ les aventures de Gouttelette et Ouassy ”.
Vendredi 3, samedi 4 et dimanche 5 juin :
de 9 h à 18 h
Gratuit pour les moins de 18 ans
Tarif : 6 € adultes, possibilité de baignade
Renseignements : Christiane Berthelot
Téléphone : 0590 95 95 95
Accès personnes à mobilité réduite : partiel
Chemin d’accès : premier embranchement à droite après le rond-point de Montebello en direction de Capesterre.


LE MOULE
Musée Edgar-Clerc
Route de la Rosette
Le musée archéologique s’élève au milieu d’un parc regroupant des « plantes amérindiennes » ainsi qu’un jardin de plantes médicinales.
Animation : exposition sur l’agriculture et l’alimentation des Amérindiens à travers une exposition et la visite guidée du jardin et du parc.
Exposition sur la biodiversité en Guadeloupe réalisée par la DIREN.
Vendredi 3, samedi 4, dimanche 5 juin :
De 9 h à 17 h
Gratuit
Renseignements : Katarina Enggist
Téléphone : 0590 23 57 43 ou 0590 23 57 57
Accès personnes à mobilité réduite : partiel dans le jardin.
Chemin d’accès : en venant de Morne-à-l’Eau, prendre la direction Le Moule. Avant le bourg, au niveau de la chapelle, prendre la direction de Petit-Canal ; le musée se trouve à 400 m à droite.



MORNE-A-L’EAU
Ferme de Vignet
en partenariat avec
Guadeloupe Nature Environnement
Belle Espérance
L’EARL (exploitation agricole à responsabilité limitée) Vignet est une exploitation en polyculture, membre du réseau “ jardin à la ferme ”, exploitant 14 ha. Guadeloupe Nature Environnement est une association éco-responsable regroupant des personnes ressources en biodiversité, agriculture biologique, énergie…
Animation : visite de l’exploitation produisant de la canne à sucre, des racines (igname, patate douce, malanga…), des légumes et des fruits.
Samedi 4 et dimanche 5 juin :
de 9 h à 16 h
Gratuit
Renseignements : Nicola Coppa, Victor Nanette
Téléphone : 0690 65 07 45, 0690 44 63 72 ou 0690 45 55 29
Accès personnes à mobilité réduite : accès vers les jeux, les jardins et les abris
Chemin d’accès : à la station Total de Beaufredon avant le rond-point, prendre la direction de la ferme de Champ-Fleury et suivre les panneaux indicateurs.

PETIT-BOURG
L’Archipel des sciences
Domaine Duclos, INRA
1449 Hauteurs Lézarde
Centre de culture scientifique, technique et industrielle de la Guadeloupe.
Animation : L’aspect nourricier du jardin créole et sa biodiversité.
Projection de diaporamas : fruit à pain, trésor des Antilles, santé et igname.
Vendredi 3 juin :
de 8 h 30 à 11 h 30
Gratuit
Renseignements : Lucien Degras
Téléphone : 0590 94 31 16 ou 0590 94 21 39
Chemin d’accès : après la montée de Versailles à Petit-Bourg, prendre la direction Prise d’eau au rond-point. Panneau à gauche indiquant le domaine de l’INRA, continuer tout droit pendant 1,5 km.


Jardin médicinal de Chris’Vanille
Association Vert’Etre.Com
Hauts de Carrère
Ouverture exceptionnelle
Inauguré en juillet 2009, le jardin de Chris’Vanille a pour objectif d’informer et de sensibiliser les publics aux usages traditionnels des plantes médicinales.
Animation : des « alicaments » pour le corps et l’esprit.
Conférence - déjeuner créole - atelier.
Samedi 4 juin :
De 10 h à 12 h et 14 h à 16 h
Départ de la visite à 10 h
Gratuit
Renseignements : Christiane Geoffroy
Téléphone : 0590 94 87 95 ou 0690 95 26 68
Accès personnes à mobilité réduite : partiel
Chemin d’accès : direction Hauts de Carrère, aller tout droit, après l’allée Bois d’Inde et juste avant les traces de Victor-Hugues.

PETIT-CANAL
Parc paysager
En partenariat avec
L’Archipel des Sciences
Rue du Parc-Paysager
Labellisé jardin remarquable
Le Parc paysager a pour vocation de valoriser la flore du Nord Grande-Terre. Il perpétue la mémoire de l’utilisation des plantes et présente plus de 200 espèces végétales.
Présentation du jardin créole du parc par une approche à la fois sociale et culturelle.
Vendredi 4 juin : scolaires
de 9 h à 12 h
départ de la visite à 9 h
Dimanche 5 juin :
de 9 h à 13 h
départ de la visite à 9 h
de 9 h 30 à 12 h 30
Animation : optimiser les capacités nourricières du jardin créole, exposé et débat en présence d’agronomes et de jardiniers.
Tarif : 4 € adultes et 2 € enfants
Renseignements : Pierre Lombion
Téléphone : 0590 22 76 18
Chemin d’accès : en arrivant dans le bourg de Petit-Canal, prendre la direction de Port-Louis, tourner à la 1re entrée à gauche avant la station CAP ou à la 2e entrée à gauche en direction de la Poste.

SAINTE-ANNE
Gîte la Palmeraie
Cambourg Saint-Protais
Ouverture exceptionnelle
Jardin, implanté en milieu sec et calcaire, planté d’arbres fruitiers, de plantes ornementales et médicinales.
Animation : des rimed razie pouvant être utilisés dans le traitement du diabète, présentée par Mme Marie Gustave et M Daniel Bastide.
Samedi 4 et dimanche 5 juin :
de 10 h à 17 h
Départ des visites à 10 h et 14 h
Gratuit
Renseignements : Daniel Bastide et Jeanne Viator
Téléphone : 0590 24 09 11
Chemin d’accès : en venant de Sainte-Anne, prendre la direction de Douville (au niveau de la chapelle). Après la Poste, prendre la direction Saint-Protais. Les gîtes de la Palmeraie se trouvent à 1 km de l’école Florent Donat, sur la gauche. Laisser les véhicules sur le bord de la route.

SAINT-CLAUDE
Parc de Beausoleil
Habitation Beausoleil, Montéran
Ouverture exceptionnelle
Depuis 2011, l’association EPICEA entretient et cultive ce parc, implanté sur l’ancienne habitation-sucrerie Beausoleil. Il regroupe un verger, un jardin maraîcher, un jardin de plantes ornementales et médicinales, ainsi que de nombreuses essences de la Caraïbe. En 2009, EPICEA a entrepris la création d’une « plantothèque » de plantes médicinales, sélectionnées par le réseau TRAMIL (Traditional Medicine for the Islands) et s’est donné pour mission d’éduquer et de sensibiliser le public à la valorisation du patrimoine ethnopharmacologique du bassin caribéen.
Vendredi 3 juin : scolaires
de 8 h 30 à 11 h et de 14 h à 16 h
Visite guidée du jardin créole par groupes de 15 enfants, suivi d’un atelier sur le compostage
Réservation obligatoire
Départ des visites à 9 h, 10 h, 14 h, 15 h
Tarif : 1 € par enfant
Samedi 4 juin :
de 9 h à 13 h
Visite libre du jardin
Gratuit
Dimanche 5 juin :
de 10 h à 15 h
Départ des visites à 10 h et 10 h 30
Visite guidée du jardin, exposés sur le compostage par Manuel Gérard, conseiller en agro-environnement, puis sur les « alicaments » par l'Archipel des Sciences
Tarif : 3 € adultes, enfants gratuit ; possibilité de repas sur place sur réservation, 8 €
A partir de 14 h, après-midi détente
Atelier bien-être et soins corporels à base de plantes avec l’association Vert’être.com
Atelier bouturage et rempotage
Et pour les plus jeunes, activités dans le labyrinthe et jeux traditionnels
Tarif : 3 € par atelier
Renseignements et réservation : Sabine Caniquitte
Téléphone : 0590 26 01 62 ou 0630 67 62 70
Chemin d’accès : en partant de Basse-Terre, monter vers le bourg de Saint-Claude. 3 mn après la station Texaco, tourner à droite, juste avant le château d’eau, aux panneaux « Parc National » et « EPICEA ».


SAINT-LOUIS DE MARIE-GALANTE
Mouina Amicale Ecolambda
Section Saragot-les-Bas
Association agréée pour la protection de l’environnement, gestionnaire d’un espace naturel de 9 ha dans le site naturel des falaises.
Animation : les chaînes alimentaires à Saragot. Les relations entre l’homme, la faune, la flore et les éléments dans l’espace habité et la forêt sèche.
Vendredi 3 : scolaire
de 9 h 30 à 11 h 30
Samedi 4 :
de 14 h 30 à 16 h 30
Départ des visites à 9 h 45 et 14 h 45
Gratuit pour les moins de 18 ans
Tarif : 3 €,
Lieu du rendez-vous : “ Mouina ”
Renseignements : Michel Grandguillote
Téléphone : 0590 97 31 80
Accès personnes à mobilité réduite : partiel
Chemin d’accès : à Saint-Louis, prendre la direction de Vieux-Fort. Continuer tout droit sur 9 km après la plage de Vieux-Fort, tourner à gauche au panneau « Ecolambda », puis encore à gauche jusqu’à l’aire de stationnement.

SAINTE-ROSE
Ecotourisme Montella
Domaine de la Tour Santeuil, section Bis
Structure organisant des activités culturelles, sportives et pédagogiques autour de la Caz antan lontan et de la Maison du bois bandé.
Animations : les fruits de l’alimentation traditionnelle - le fruit à pain, la banane, la noix de coco et le ti lapia. Démonstration culinaire, expositions des produits transformés. Visites guidées du jardin. Jeux et concours. Présentation d’un film documentaire suivi d’un débat.
Vendredi 3 juin :
de 8 h à 12 h et de 14 h à 17 h
Samedi 4 juin :
de 9 h à 17 h
Dimanche 5 juin :
de 9 h à 16 h
Tarif : 10 € adultes, 3 € enfants (pot de bienvenue et visite)
Repas sur place ou à emporter « gastronomie sauvage », 10 €
Renseignements et réservation : Frantz Montella et Louisette Serac
Téléphone : 0590 83 71 16 ou 0690 74 69 20
Accès personnes à mobilité réduite : partiel
Chemin d’accès : au rond-point du pont de La boucan Sainte-Rose, prendre la direction Bis . Passer devant l’école maternelle Bernadette-Montella, parcourir 600 m, entrée à droite.

Centre de loisirs de Sainte-Rose (CSLT)
en partenariat avec
L’Archipel des Sciences
Conférence et débat sur le thème : optimiser les capacités nourricières du jardin créole, en présence d’agronomes et de jardiniers
Samedi 4 juin : de 9 h à 12 h
Gratuit
Renseignements : Lucien Degras
Téléphone : 0590 94 31 16 ou 0590 94 21 39
Chemin d’accès : salle se trouvant derrière la mairie


TROIS-RIVIERES
Parc archéologique des roches gravées
Bord-de-Mer
Monument historique
Visite guidée du parc botanique et des pétroglyphes amérindiens.
Présentation des techniques agricoles et des plantes utilisées par les Amérindiens.
Animation : exposition sur l’agriculture amérindienne.
Vendredi 3, samedi 4, dimanche 5 juin :
Départ de visites à 9 h, 10 h, 11 h, 12 h, 14 h, 15 h, 16 h
Gratuit
Renseignements: José Jersier
Téléphone : 0590 92 91 88
Accès personnes à mobilité réduite : partiel
Chemin d’accès : à Trois-Rivières, suivre l’indication du Parc en direction de l’embarcadère pour Les Saintes.

VIEUX-HABITANTS
Domaine de La Grivelière
Vallée de Grande Rivière
Monument historique
Cette ancienne habitation-caféière, propriété de la Région Guadeloupe, est gérée par l’association Verte Vallée qui a pour objet la protection des patrimoines et le développement local de la vallée.
Samedi 4 juin :
Animation : Le jardin nourricier : une évidence historique pour le jardin créole ? par M. Sully Gabon, ingénieur agronome.
Départ de la visite à 10 h 30
Tarif réduit : 6,75 € adultes, 4,05 € enfants
de 10 h à 16 h
Visite guidée de l’habitation et du jardin créole avec une présentation du contexte historique et du processus de transformation du café.
Départ des visites : toutes les heures
Tarif réduit : 6,75 € adultes, 4,05 € enfants
Dimanche 5 juin :
de 9 h à 17 h
Journée thématique CAFECAO
Animation autour du café et du cacao. Exposition, débat, ateliers divers, visite guidée (transformation, quadrille, etc.), démonstration, animation musicale.
Départ des visites à 11 h et 15 h
Tarif réduit : 4 €, possibilité de forfait repas.
Renseignements  : Elodie Noel
Téléphone : 0590 98 63 06, 0590 98 60 92 ou 0690 33 18 51
Accès personnes à mobilité réduite : accès à la plateforme principale, réservation nécessaire.
Chemin d’accès : à la sortie nord du bourg de Vieux-Habitants, prendre le chemin de la Grande-Rivière et suivre la route pendant 5 km.


Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 15:47

INDISCRETIONS
Lucette
Interrogée par Thierry Fundere, de RCI, lundi soir, Lucette Michaux-Chevry, sénateur et maire de Basse-Terre, a dit que sa fille, Marie-Luce, ne devrait pas se lancer dans les prochaines sénatoriales. « Elle n'est pas prête. Pour être sénateur, il faut avoir dirigé une collectivité, le conseil général, la région... » Ce qui correspond parfaitement au profil de LMC. Rempilerait-elle en septembre ?..

Victorin
Victorin Lurel, actuel président du conseil régional, un temps s'est demandé — sans doute pour agacer — s'il ne devrait pas briguer un siège au Sénat. Tout en conservant son siège de député. Ou, du moins, en ne le perdant pas, par un jeu subtil de chaises musicales... Ce qui a été expliqué, dans ces colonnes. D'autant qu'il correspond bien au profil tracé par Lucette Michaux-Chevry : il a dirigé une collectivité, la Région, et il connaît bien les arcanes de l'administration pour avoir dirigé les administrations des communes de Goyave et Le Gosier.

Marie-Luce
Que Victorin Lurel essaie d'être sénateur — sans les voix du GUSR ? — est une chose. Cependant, si elle ne voit pas sa fille sénateur, Lucette Michaux-Chevry verrait bien MLP député. Député de la quatrième circonscription. « Là où est sa mère », comme dit Lucette. Là aussi où est Victorin Lurel... Ah, ces Basse-Terriennes !

Jacques
Décidément, on aime Jacques Gillot. A gauche, à l'extrême gauche, puisqu'il a su donner à la Gauche alternative (UPLG et autres groupuscules indépendantistes) une place, non seulement dans son cœur mais encore dans les organes dirigeants du conseil général qu'il préside. A droite, aussi, du moins à l'UMP (à moins qu'elle ait parlé au nom d'Objectif Guadeloupe). Car LMC l'a dit nettement : pour elle c'est Gillot aux prochaines sénatoriales. Lucette, combien de voix à offrir à Jacques Gillot ? Et puis c'est donnant-donnant...

Victorin
Le conseil régional lance une nouvelle campagne de sensibilisation pour poursuivre l'éradication des chiens errants. Avec les vétérinaires et les associations. Sans doute pas en parsemant la Guadeloupe de boulettes empoisonnées comme ça se faisait dans le temps ! Néanmoins, gardons nos compagnons à quatre pattes à la maison.

Joël
A l’occasion de la récente Commission permanente, le 26 mai, les élus du département ont auditionné le président du conseil de surveillance de l’hôpital local de Capesterre-Belle-Eau, Joël Beaugendre, et son directeur Elie Régent, afin d’obtenir un point précis sur le projet de reconstruction de cet établissement qui, dit le conseil général, « est incontournable pour l’offre d’accueil des personnes âgées dont le conseil général est l’un des principaux financeurs... » En a-t-on parlé à la ministre de la Santé qui était en Guadeloupe deux jours avant ?..

Jean-Pierre
L'auteur du discours prononcé par le maire, Jean-Pierre Dupont, au moment de l'ouverture du complexe sportif du Gosier, en fin de semaine dernière, a oublié de mentionner que la Région avait financé le projet à hauteur de 2,2 millions d'euros. On ne peut pas penser qu'il se soit agi d'une petite rosserie entre amis. Non, ce serait trop puéril !
André-Jean VIDAL

Pan !
Un coup sur la main, pour le journaliste qui n'a pas réactualisé ses fiches. L'ami Daniel nous rappelle que ce n'est plus Roselyne Bachelot la ministre de la Santé, mais... Xavier Bertrand.

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 00:20

DSK.jpeg

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 23:13

Les dégâts occasionnés par les pluies importantes des mois d'avril et mai 2011, sur
les activités agricoles de la Guadeloupe, nécessitent une évaluation rapide.
A cet effet, la mission d’enquête définie par les arrêtés préfectoraux N°2011-31 et 2011-54
est réactivée immédiatement. Composée des représentants des syndicats, des
organisations professionnelles agricoles, de la chambre d’agriculture et de l’administration,
elle recueillera les informations et les constats de perte permettant d’évaluer les impacts
globaux pour chacune des filières. L’objectif affiché est de transmettre un rapport
d’expertise au plus tard d’ici deux mois au ministère de l’outre-mer. Ce rapport sera
préalablement présenté et discuté avec les organisations professionnelles agricoles en
Comité départemental d'expertise.
Au vu de ce rapport, la ministre de l’outre-mer décidera de l’intervention du Fonds de
Secours ce qui permettra la prise de l’arrêté préfectoral reconnaissant le caractère de
calamité agricole et ouvrira la période de dépôt des demandes individuelles
d’indemnisation. Les exploitants en seront alors informés.
Les services de l’Etat (DAAF) sont chargés de coordonner ces expertises et d’assurer le
suivi de toute cette procédure qui sera conduite de manière la plus diligente possible.
En ce qui concerne la première phase (l’évaluation globale des dégâts), la mission
d’enquête se déplacera auprès d’un large échantillon d’exploitations sinistrées et ce durant
les 15 jours à venir.
Précision importante : les droits de tous les exploitants à bénéficier des indemnisations
sont pleinement conservés à l’issue de cette première phase d’évaluation globale, la
mission ne pouvant à l’évidence se rendre sur toutes les exploitations. Ce n’est que dans
la phase de déclaration individuelle que chacun devra établir sa demande selon les
indications qui seront fournies à ce moment là.


Direction de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt
de la Guadeloupe
Coordonnées téléphoniques : 05 90 99 09 09

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 21:42

Daniel Cosset chez Honda Mazda
L'espace Honda Mazda de Jarry accueillie pour quelques jours encore l'exposition de peintures de Daniel Cosset. Artiste autodidacte, sensible, dont les toiles sont vendues tant à New York qu'à Paris, Daniel Cosset peint en Guadeloupe ou à Paris, où il a deux ateliers.
L'artiste sera présent les mercredi 1er et vendredi 3, de 14 à 18 heures, ainsi que le samedi 4, de 8 à 12 heures.
Les visiteurs se sont arrachés ses toiles lors du vernissage et depuis. Il reste une trentaine de tableaux exposés. Daniel Cosset fait de la peinture à l'huile, tendance expressionnisme figuratif. Il expose des scènes antillaises, des scènes de voiles, des natures mortes.

 

Le-bouquet.JPG

Le Bouquet, l'un des toiles les plus représentatives du style de Cosset.

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 21:37

Victorin Lurel reçoit la mission Solbes
sur l’insertion des RUP
dans le marché unique européen

 

Visite-1.jpg

Le président de la Région Guadeloupe, Victorin Lurel, a reçu ce jeudi la mission conduite par Pedro Solbes, conseiller spécial de Michel Barnier, commissaire européen en charge du marché intérieur.

Cette mission est chargée de réfléchir à la nouvelle stratégie européenne pour les Régions ultrapériphériques (RUP) et elle doit rendre un rapport fin juin sur les futures politiques de l’Union.

Avec le souci de peser sur l’orientation politique future de l’Union, Victorin Lurel a notamment plaidé pour que l’Union européenne prenne mieux en compte les RUP dans les politiques communautaires afin que l’intégration de ces régions dans le marché unique européen ne se fasse pas au détriment des productions locales déjà fragilisées par les effets de la crise économique mondiale. Les deux hommes ont notamment évoqué la problématique des transports, la concurrence dans le secteur du commerce et des services bancaires, mais aussi la mobilité des étudiants et les questions environnementales.

Citant notamment la question de la banane européenne en général et antillaise en particulier, le président de Région a insisté sur la nécessité pour l’Union de faire preuve d’inventivité afin de mieux défendre les producteurs européens menacés par le dogme du libre-échange total imposé par l’Organisation mondial du commerce.

Dans cette même optique, Victorin Lurel a également insisté pour que l’octroi de mer ne soit pas remis en cause.

Victorin Lurel et Pedro Solbes ont par ailleurs échangé des points de vue convergents sur l’intérêt pour les RUP de mieux s’intégrer dans leur environnement géographique avec le soutien de l’Union européenne.

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 20:44

Que fête-t-on jeudi 2 Juin prochain ?


Qu'est-ce que l'Ascension ?
On fête l'Ascension, c'est-à-dire l'élévation de Jésus Christ au Ciel. L'Ascension est l'une des principales
fêtes chrétiennes.
Comme cet événement de l'Ascension se situe quarante jours après Pâques, cette fête tombe toujours un jeudi
et, cette année, le 2 juin (Pâques ayant été célébré, en 2011, le dimanche 24 avril).
Qu'est-ce que l'Ascension ?
Le livre des Actes des Apôtres rapporte que, pendant les quarante jours qui ont suivi Pâques, le Christ ressuscité
s'est plusieurs fois montré aux apôtres.
Puis, au cours d'un repas qu'Il prenait avec eux, le Christ leur a annoncé qu'ils allaient recevoir une force, « celle
du Saint-Esprit », qui viendrait sur eux. « Alors vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la
Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre », a-t-Il ajouté (Actes des Apôtres 1, 8).
« Après ces paroles, ils le virent s'élever et disparaître à leurs yeux dans une nuée. Et comme ils fixaient encore
le ciel où Jésus s'en allait, voici que deux hommes en vêtements blancs se tenaient devant eux et disaient : "
Galiléens, pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? Jésus, qui a été enlevé du milieu de vous, reviendra
de la même manière que vous L'avez vu s'en aller vers le ciel » (Actes des Apôtres 1, 9-11).
L'évangéliste Luc précise quant à lui que les apôtres « retournèrent à Jérusalem, remplis de joie » (Luc 24,52).
Pourquoi l'Ascension est-elle célébrée dans la joie ?
Le Christ, fils de Dieu fait homme, né de la Vierge Marie, a pleinement assumé cette condition humaine depuis le
jour de sa naissance, dans la nuit de Noël. Environ trente-trois ans plus tard, sa présence terrestre s'achève avec
l'Ascension.
Pourtant, comme le mentionne saint Luc, les apôtres s'en retournent à Jérusalem « remplis de joie » et non
tristes, comme on aurait pu s'y attendre. De la même manière, l'Ascension est célébrée dans la joie par les
chrétiens.
L'Ascension fait en effet partie de l'événement inouï de Pâques : par sa mort et sa résurrection, le Christ a sauvé
l'homme qui, à sa suite, est désormais appelé à rejoindre Dieu pour vivre dans la gloire céleste.
Il ne s'agit pas, bien-sûr, de rejoindre le ciel au sens du firmament, l'espace que nous observons au-dessus de
nos têtes. Il s'agit d'un espace spirituel, celui de Dieu. A propos du ciel, le Catéchisme de l'Eglise catholique parle
de « l'état de bonheur suprême et définitif » . Il précise également que « ce mystère de communion bienheureuse
avec Dieu et avec tous ceux qui sont dans le Christ dépasse toute compréhension et toute représentation.
L'écriture nous en parle en images : vie, lumière, paix, festin de noces, vin du royaume, maison du Père,
Jérusalem céleste, paradis » .
Les deux hommes vêtus de blanc décrits par les Actes des Apôtres annoncent alors aux Apôtres que Jésus «
reviendra de la même manière ». Et, pour le moment, ils les incitent à ne pas rester les yeux vers le ciel : ils
doivent retourner à leurs responsabilités. Celles-ci leur avaient justement été indiquées par le Christ : être ses
témoins par toute la terre en annonçant sa Résurrection, en faisant connaître son enseignement, en baptisant.
L'Ascension est ainsi un envoi en mission adressé aux Apôtres comme aux hommes de tous temps. Il est
l'articulation entre le désir du ciel et le service des hommes.
La joie qui fait suite à cet événement s'explique aussi par cette annonce du Christ rapportée par Saint-Matthieu
(Mt 28, 20) (et lue au cours de la messe de l'Ascension) : « Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin
du monde ».
Autrement dit, le Christ est sans cesse présent auprès des hommes : même si, à la suite de l'Ascension, Il n'est
plus là physiquement, Il l'est dans les sacrements - dans l'eucharistie en particulier. Il l'est également auprès de
ceux qui prient, seuls ou à plusieurs : « Quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là, au milieu d'eux »,
avait-Il dit un jour aux apôtres (Matthieu 18, 20). Finalement, l'achèvement de sa vie terrestre permet sa présence
auprès des hommes de tous temps et de tous lieux.
L'Ascension fait donc partie des événements fondateurs de la foi en Christ, et d'autant plus qu'il a donné aux
hommes leur liberté : loin de s'imposer à eux, le Christ les laisse libres de croire, et donc d'aimer véritablement.
La fête de l'Ascension, l'une des plus importantes du calendrier, complète celle de Pâques et prélude à la
Pentecôte, célébrée dix jours plus tard.
Le jour de l'Ascension, la couleur des vêtements liturgiques (que porte le prêtre) est le blanc, couleur de
la fête, de la lumière et de la joie.
L'Ascension est moins un départ qui créerait une absence et un vide qu'une situation nouvelle : Jésus est
invisible mais il n'est pas absent. Il est toujours présent, au contraire, mais d'une autre manière, présent là où
deux ou trois sont réunis en son Nom, présent dans le pain et le vin de l'eucharistie, présent dans l'affamé nourri
ou le malade visité, présent dans la liturgie communautaire comme dans la prière faite dans le secret de nos
chambres.
L'Ascension n'est donc pas un départ si ce n'est au sens de « début ».
A partir de ce triple évènement (Résurrection Ascension Pentecôte) qui n'en fait qu'un, même si nous les fêtons
séparément pour nous donner plus de joie et pour nous permettre d'admirer ce mystère sous plusieurs aspects,
nous vivons les temps nouveaux.
Cette fête de l'ascension nous rejoint tous au coeur, quelle que soit notre situation. Elle définit comme le point
stratégique de toute vie chrétienne, qui est tendue entre le désir du ciel et le service des hommes.

 

Mgr Jean Hamot +

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 20:41

Guadeloupe, le lundi 30 mai 2011, 13h00 locales.

Bonjour à tous,

Depuis la semaine dernière, il circule sur le net un document qui a pour objet "Alerte sur un danger grave imminent et certain" émanant d'un professeur agrégé en Physique, M. AUBRY Guy-Noël.
Il faut déjà souligner que ce document n'est pas anonyme, en tout cas tel qu'il est présenté, et de plus, la qualité de l'auteur, de surcroit joignable et disponible, toujours tel que présenté, lui confère une crédibilité certaine. Et que dire du destinataire du courrier : Mme la Présidente du Conseil Général de la Martinique.
Je comprend donc très bien l'impact que peut avoir un texte présentant l'occurrence d'un "séisme majeur ou très intense, certain et imminent", texte diffusé par le biais de l'internet, sur les populations concernées.
Depuis la fin de la semaine passée, j'ai reçu un courrier en quantité inhabituelle de personnes me demandant la réalité d'une telle menace imminente.

A tout cela, je répond que :
- dire qu'il se produira un séisme considéré comme majeur, ou très intense, dans nos régions est une réalité compte tenu de la situation géographique de nos Îles qui sont proches d'une zone de subduction (zone de l'écorce terrestre pouvant générer de très gros séismes). Pour mémo, le (SEUL) séisme historique majeur des Petites Antilles qui fit au moins 3000 (trois milles) morts en Guadeloupe le 08 février 1843, vers 10h40 du matin.
- dire que cette occurrence est certaine est aussi une réalité et c'est pour cela que nous nous efforçons de faire passer les messages de PRÉVENTION à la population et il est heureux de constater que tous les corps constitués de la société qui vont de l'État aux associations travaillent ensemble dans cette optique.
Sur ces deux points, M. AUBRY ne fait rien de plus que de les évoquer, sans s'attarder.

Sur le troisième et dernier point qui est l'imminence du séisme, là, le développement est plus conséquent.
M. AUBRY affirme que le déplacement relatif de nos plaques "est entrain de connaitre un brusque ralentissement"....
Là, je suis intrigué et très interrogateur : comment fait-il pour connaître la vitesse du déplacement relatif des deux plaques concernées ? Et surtout comment peut-il affirmer que ce mouvement ralenti ?
La science fait des prouesses, mais elle ne fait pas encore tout, c'est vrai. En ce qui concerne le déplacement des plaques chez nous, nous avons commencé, il y a environ de 10 ans, des mesures par GPS (Global Positionning System) différentiel qui nous donnent la position relative de points choisis à environ trois millimètres près (plusieurs points en Guadeloupe et Îles voisines). Cette étude est toujours en cours, car elle doit intégrer ses résultats sur plus de 10 ans, et elle devrait nous renseigner sur les déformations subies par la plaque caraïbe sur le moyen et long  terme. Et on n'en n'est pas encore là.

M. AUBRY affirme aussi que ... "la fréquence des séismes augmente de manière importante, particulièrement dans un triangle formé des Saintes, le Sud-Est de la Martinique et le Nord-Est de la Guadeloupe"....
C'est vrai qu'il y a eu un essaim de séismes au Saintes depuis le 21 novembre 2004 et qui dure toujours. Mais à part ce fait là, très habituel dans nos régions (par ex. la zone de Redonda en 1985 et en 1986), il est connu, depuis l'existence de la sismologie instrumentale continue ici (1950), que nous avons des zones sismogéniques comme l'Est de la Martinique, l'Est de Marie-Galante, l'Est de la Désirade et le Nord-Est de la Grande-Terre / Antigua (siège du séisme majeur de 1843).
Annuellement, les Observatoires de Guadeloupe et de Martinique détectent environ de 800 à plus de 1000 tremblements de terre, ce qui fait en moyenne trois à cinq par jour en incluant les Saintes. Parmi ceux là, seuls cinq à dix sont ressentis par les populations chaque année. Un séisme, en moyenne tous les cinq ans,  fait très peur et blesse ou tue : par ex. les Saintes en 2004, la Martinique en 2007 pour les plus récents.
Il y a cependant un constat clair : il n'y a AUCUNE augmentation particulière de la sismicité autour ou sous nos Îles.

Pour conclure, le risque sismique n'est PAS PLUS IMPORTANT MAINTENANT QU'AVANT OU DANS LE FUTUR. IL EXISTE TOUT SIMPLEMENT et bien sur avec la possibilité d'avoir un événement de magnitude comprise entre 7.5 et 8.5.
IL EST IMPOSSIBLE, DANS L'ÉTAT ACTUEL DE LA RECHERCHE MONDIALE, DE PRÉVOIR UNE IMMINENCE PARTICULIÈRE CAR CE RISQUE N'EST PAS PRÉDICTIBLE : DONNER UNE DATE, UNE PÉRIODE, UNE ÉCHÉANCE RELÈVE DE PURE FANTAISIE.
L'occurrence du séisme étant réelle, le problème est qu'à force de crier au loup, on risque de voir le loup sortir vraiment de sa tanière et certains pourront dire qu'ils avaient eu raison.
Nos ancêtres, au moment ou le soleil couchant disparaissait à l'horizon, avaient-ils raison de prier pour qu'il réapparaisse ?
Donc préparons nous tout simplement, sans donner dans le catastrophisme d'une imminence hypothétique.

Bien à vous tous
Christian ANTÉNOR-HABAZAC
OVSG - IPGP
06 90 55 46 33

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 18:21

   
    BAISSE DES PRIX DES PRODUITS PETROLIERS
    EN GUADELOUPE


Dans le cadre de la révision mensuelle des prix des produits pétroliers prévue par le décret n° 2010-1332 du 8 novembre 2010, qui dispose que ce sont les 15 premières cotations du mois qui doivent être prises en compte, les critères observés en mai 2011 aboutissent aux constats suivants :

    1 - Evolution du marché pétrolier :

A) Le brut :

Le prix moyen du baril de Brent a atteint 114,84$ au 20 mai 2011 (15 premières cotations du mois), soit une baisse de 6,73% par rapport au mois d’avril.

La tendance haussière observée les mois précédents s’est enfin inversée.

En effet, la situation s’est apaisée au Moyen-Orient, notamment en Lybie (cessez-le-feu).
La production de brut des pays de l’OPEP est revenue à la stabilité, et celle des pays non OPEP reste bonne avec même une croissance dans certaines régions.


B) Les produits pétroliers finis (super sans plomb, gazole, kérosène, fioul...)

Le décret de 2010 détermine chaque mois des coefficients de « commercialité » à partir des cotations de chaque produit. Avec ces dispositions, ce ne sont plus seulement les produits réglementés (carburants routiers et gaz) qui supportent les variations de prix mais l'ensemble des produits pétroliers (kérosène…).
Il ressort pour la période considérée que, sur le marché mondial, les prix de la plupart des produits ont baissé, et notamment le gazole, ce qui explique une baisse plus importante de son prix (baisse de 8% du prix du gazole et de 2% pour l’essence, la demande pour ce produit restant tendue).


2    - Evolution de la parité euro-dollar

L’euro est resté stable face au dollar puisque sa moyenne se maintient à 1,44.


L'ensemble de ces éléments aboutit aux prix suivants :

1°/ - Pour les carburants routiers en Guadeloupe à partir du 01 juin 2011, zéro heure :

Super sans plomb     :     1,55 €/l au lieu de 1,57 €/l en mai                                 2011, soit - 2 ct/l
Gazole route                 :    1,34 €/l au lieu de 1,41 €/l en mai                                2011, soit -7 ct/l
Gazole non routier        :    0,98 €/l au lieu de 1,05 €/l en mai                                2011, soit -7 ct/l
F.O.D.             :     0,95 €/l au lieu de 1,03 €/l en mai                                 2011, soit -8 ct/l
Pétrole lampant               :     1,05 €/l au lieu de 1,09 €/l en mai                                 2011, soit -4 ct/l


Ces baisses confirment les évolutions constatées depuis le début du mois de mai 2011.

2°/ Pour la bouteille de gaz de pétrole liquéfié de 12,5 kg en Guadeloupe :

Le prix du gaz a vu son environnement économique différer de celui des autres carburants. En effet, sur le marché mondial, son prix a légèrement augmenté (1%).

Ainsi, le prix maximum de la bouteille de gaz de 12,5 kg sera en très légère hausse en passant de 23,66€ à 23,68 € en Guadeloupe à partir du 1er juin 2011, zéro heure:

* * *
A titre de comparaison entre la France métropolitaine et la Guadeloupe, les prix moyens des produits concernés sont les suivants :


France métropolitaine
Guadeloupe

Au 26/05/11
Au 01/06/11
Super sans plomb
1,59 €
1,55 €
Gazole
1,41 €
1,34 €
Gaz (bouteille de 12,5kg)
27,89 €
23,68 €
        Source CARBEO.com au 26.05.2011 / BUTAGAZ.fr au 26.05.2011 pour le gaz

Il est à préciser qu'en France métropolitaine, la quasi-totalité des stations-services ne dispose pas de pompistes et, par ailleurs, celles dépendant des grandes surfaces de distribution alimentaire font du carburant un produit d'appel qui, à ce titre, est vendu pratiquement sans marge.
A l'inverse, toutes les stations de Guadeloupe fonctionnent avec du personnel sur les pistes (plus d'un millier), participant ainsi à un équilibre social qu'il convient de préserver dans une conjoncture difficile en terme d'emplois.
Malgré tout, il ressort que les prix des carburants et du gaz sont, de manière générale, inférieurs en Guadeloupe par rapport à la moyenne de ceux pratiqués en France métropolitaine lesquels ont connu la même tendance que ceux des Antilles-Guyane (baisse sur l’ensemble des produits pétroliers, hors gaz).
Les diagrammes ci-joints illustrent la décomposition du prix du super sans plomb et du gazole en mai et en juin 2011.



Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens