Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 01:10

Sénatoriales
Une proposition faite à Gillot

Après bien des atermoiements, ils se sont décidés à signer un accord. Ils, ce sont le PPDG et le PS, qui feront cause commune et bulletin unique, Jacques Gillot allant seul au combat des sénatoriales. Mais, il y aura une campagne commune. C'est ce qui est proposé à Jacques Gillot.
Lundi, Victorin Lurel avait laissé entendre que, si un accord n'était pas trouvé avec Jacques Gillot, il pourrait être candidat. Et comme Jacques Gillot ne souhaitait pas revenir sur sa position de bulletins séparés...
La nuit portant conseil et Victorin Lurel n'étant pas si chaud que cela d'aller au combat (malgré ce qu'en pensait le clan Gillot), les différentes parties (PPDG et PS, bien sûr) ont décidé de se revoir. Une dernière fois. Pour signer un accord et proposer quelque chose au président du conseil général ets sénateur sortant.
Dès lundi soir, Guy Losbar, président du GUSR, soutien essentiel de Jacques Gillot, laissait entendre : « L'unité de la gauche ne peut pas se construire sur des exclusions et des questions de personnes. Il faut savoir dépasser tout cela pour aboutir à de vrais accords entre formations politiques et non entre personnalités, sinon les stratégies électoralistes et les choix de carrière prendront toujours le pas sur l'intérêt général... Nous demeurons attaché à l'union des forces de gauche et à notre partenariat avec le PPDG et le PS. Nous demeurons ouverts à la discussion... » La sagesse même.
Mais, il poursuivait : « L’élection sénatoriale est une élection particulière où le choix des grands électeurs est fondé sur les convictions mais également sur l’équation personnelle de chaque candidat. Les conseillers municipaux, généraux et régionaux, les députés sont des élus responsables clairvoyants qui sont attachés à leur liberté de vote, et qu’Il ne faut pas infantiliser en créant un système de vote captif. »
En coulisses, hormis quelques noms d'oiseaux tropicaux échangés, la situation évoluait lentement, heure après heure.

Expliquer qu'ils sont ensemble, un exercice de style
Après des heures de discussions entre les représentants du PPDG et ceux du PS, un accord était signé : Félix Desplan représenterait le PS, Jacques Bangou le PPDG, sur un bulletin commun. Cependant, il serait proposé à Jacques Gillot de faire campagne commune. Il y aurait aussi un état-major commun, comme c'était prévu dans l'accord de Goyave.
Exit donc l'idée d'un Victorin Lurel candidat, si Jacques Gillot acceptait le deal.
Que faut-il entendre par campagne commune ? C'est là que ça se corse. Cela veut dire que les trois candidats, ceux du ticket PS-PPDG, flanqués de Jacques Gillot, vont aller voir les grands électeurs... pour leur expliquer qu'ils sont ensemble, qu'ils ont un projet commun, même s'ils ne sont pas sur le même bulletin, etc. Parlez d'un exercice facile ! De même, seuls, ils vont dire tout le bien qu'ils pensent des deux autres et qu'il faut voter pour eux... Hum ! Et pourquoi pas, faire une conférence de presse commune, relayée par les télés et les radios (et par nous-mêmes) pour réaffirmer devant des Guadeloupéens qui n'en croiront pas leurs yeux et leurs oreilles, qu'ils sont comme les trois doigts de la même main... Bon à suivre !
A.-J. V

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 14:49

Opération rideaux baissés dans sept magasins
La Société d'exploitation et de distribution (SED) qui gère les magasins ex-Match de Bouillante, Baillif, Capesterre Belle-Eau, Grand-Camp/ Les Abymes, Saint-Jules, Pliane/Le Gosier, Saint-François semble avoir quelques difficultés financières. Les 250 salariés se sont vus informer, le 2 septembre, qu'ils seraient payés de leur salaire du mois d'août dans le cadre d'une procédure collective. « Ce sera l'Association de garantie des salaires qui procédera au peiement, vraisemblablement dans la première quinzaine du mois de septembre 2011. », affirme Hervé Honoré, gérant, dans une note de service. En fait, selon la CTU, qui défend les salariés, il semblerait que l'entreprise, créée en janvier 2010 par trois entrepreneurs locaux qui ont fondé la société d'exploitation des supermarchés de Guadeloupe, aurait un volume de dettes avoisinant les 12 millions d'euros, partie dettes envers des fournisseurs (les rayons sont vides, les fournisseurs ne fournissent plus), partie dettes envers des prestataires de servcies (électricité, téléphone, entretien, assurances diverses, etc.).
« Nous avons décidé, soutenus par la CTu, d'engager le combat pour le versement de nos salaires et la sauvegadre de nos emplois », affirment Evelyne Himmer et Raymond Cuirassier, délégués syndicaux.
Aujourd'hui, ce devrait être le début d'une manifestation des salariés des sept magasins, dénommée Opération rideaux baissés.

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 14:48

IINDISCRETIONS
Joël, Amélius...
Devinez qui dînait, tantôt, dans un restaurant italien très connu de Bas-du-Fort ? Amélius Hernandez, bras droit du président Jacques Gillot, bras gauche de Jean-Pierre Dupont, maire du Gosier. Avec Paul Larifla, frère de Dominique Larifla, ancien maire de Petit-Bourg, ancien député, ancien sénateur, cousin de Jacques Gillot, fondateur du GUSR. Ils avaient un invité de choix : Joël Beaugendre, maire de Capesterre Belle-Eau, investi par l'UMP Paris pour la prochaine sénatoriale.

Joël, Amélius... 2
C'était, en fait, leur deuxième rencontre de cette fin de grandes vacances puisqu'ils avaient déjà sacrifié aux plaisirs d'un dîner au champagne, le 11 août, chez Loulouze, au Gosier.

Cédric
Dimanche. Aéroport international Pôle Caraïbes. Arrivée de Teddy Riner. Beaucoup de monde. Des élus, dont Cédric Cornet, conseiller régional. Tous confinés dans le salon VIP, sauf les deux présidents de collectivités, Jacques Gillot et Victorin Lurel, seuls autorisés à se rendre sur la passerelle pour accueillir le champion du monde. M. Cornet les suit, mais il est interpellé par une lieutenante de la PAF, qui lui demande s'il a un badge. L'élu régional, qui n'a pas de badge et qui s'est faufilé avec la délégation des Abymiens, dont la plupart sont entrés sans badge, exécute un retour à la case départ, au salon VIP.

Gugusses
Etonnés, les spectateurs de l'arrivée de Teddy Riner. La Région avait fait distribuer à la foule des tee-shirts sur lesquels il était porté Teddy Riner 6 fois champion du monde. Or, il a été 5 fois champion du monde. Sauf qu'à la Région on s'est souvenu qu'il a été aussi une fois champion du monde par équipe. Donc 6 fois champion du monde !

José
Pas content du tout, José Toribio, maire de Lamentin et surtout futur candidat aux sénatoriales. Il l'a dit et redit, lors de la cérémonie pour Riner, à Lamentin, dimanche après-midi. On l'a empêché d'accéder au salon VIP de l'aéroport, sur consigne de la Région. A la Région, on affirme n'y être pour rien, la plupart des élus étant venus spontanément, comme les Abymiens, qui sont entrés là, en zone sensible, comme dans un moulin, sans qu'on leur demande quoi que ce soit. Sauf José Toribio !.. Il n'avait peut-être pas les bons contacts...
André-Jean VIDAL

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 14:47

Marie-Luce Penchard répond à Victorin Lurel
Mi-juillet, Victorin Lurel, président du conseil régional, a écrit à Marie-Luce Penchard pour lui dire qu'elle ne fait avancer aucun dossier de la Guadeloupe.
Dans un courrier rendu public hier, la ministre de l'Outre-mer répond.

« Vous m’interrogez sur la suite que j’entends réserver à un certain nombre de demandes de financement dont, pour la très grande part d’entre elles, ni moi, ni mon cabinet, pas même mes services au ministère de l’Outre-mer, n’avons eu connaissance jusqu’alors. » Le ton du courrier expédié par Marie-Luce Penchard à Victorin Lurel, donne le ton de leurs relations.
Victorin Lurel avait expédié avec son courrier 16 fiches détaillant les projets qui ont une importance particulière pour la Guadeloupe et qu'il souhaitait voir soutenus par la ministre.
« La lecture de votre lettre tend à laisser croire plus généralement que l’Etat ne serait pas au rendez-vous des projets guadeloupéens. C’est passer bien vite sous silence le soutien déterminant que l’Etat a apporté au plus fort de la crise, en engageant près de 60 M€ dans le cadre du Fonds Exceptionnel d’Investissement (FEI) sur pas moins de 35 projets programmés en Guadeloupe en 2009 et en 2010. Au 31 décembre dernier, le taux d’exécution de ces projets frôlait  les 70% et, encore récemment, en plus des engagements de financement déjà pris, je faisais débloquer, par exemple, près de 400 000€ au titre du FEI pour un dossier porté par la commune de Gourbeyre... », détaille la ministre dans sa réponse. Elle ajoute : « Vous le savez bien, le Gouvernement a été et reste plus que jamais aux côtés des guadeloupéennes et des guadeloupéens. »

« Un engagement résolu »
D’ailleurs, si d’aucuns jugeaient utile malgré ces quelques chiffres d’illustrer plus avant encore cet engagement résolu de l’Etat en Guadeloupe, il suffirait pour cela de se pencher un instant sur les orientations qui président au contenu des projets listés dans votre lettre.
Mme Penchard détaille ensuite les aides gouvernementales aux projets guadeloupéens.
Ainsi, depuis 2007 et jusqu’en 2013, le ministère intervient à hauteur de 7 M€ sur l’eau potable. Pour les transports et des projets de désenclavement terrestre et maritime, 2 M€ ont été engagés sur des opérations prêtes. Pour les travaux de renforcement parasismique, l’Etat consacre à la mise aux normes du logement social 10 M€ par an avec, en 2010, 6 M€ qui s’y sont ajoutés au titre du FEI et du plan de relance. Sans compter 3,3 M€ par an que l’Etat consacre à la consolidation ou à la reconstruction des écoles. »

Il faut des dossiers bien ficelés...
Elle tacle : « S’agissant d’ailleurs des établissements scolaires, comment ne pas regretter que le renforcement parasismique de la cité scolaire de Baimbrigde n’ait toujours pas fait l’objet du moindre commencement de travaux par le conseil régional, alors même que l’Etat a fait en sorte de dégager un financement à hauteur de 20 M€ dès 2009. »
Elle poursuit : « L’Etat va financer intégralement à hauteur de 590 M€ la reconstruction du CHU, ce qui constitue une avancée majeure à la fois pour les Guadeloupéens et le personnel hospitalier. Nous avons aussi souhaité contribuer à la réorganisation du service des urgences, pour laquelle l’ARS a déjà investi 6 M€. Enfin, le soutien financier pour la reconstruction de l’hôpital de Capesterre-Belle-eau avec Ephad sera poursuivi. »
« Vous le savez et la vérité exige qu’on le rappelle : l’Etat soutient et soutiendra toujours les projets guadeloupéens qui contribuent à combler les retards en équipements véritablement structurants dont nous avons besoin en Guadeloupe et qui contribuent efficacement à stimuler le développement économique.
Cela suppose naturellement qu’au-delà des listes et énumérations, les projets soient suffisamment avancés en termes de contenu concret et de plan de financement. Cela exige, enfin, qu’au-delà du catalogue, ils s’inscrivent dans le cadre d’une véritable stratégie régionale de développement économique et social », conclut Mme Penchard.
Décidément, ces deux-là ne s'aiment pas.
André-Jean VIDAL

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 14:46

INDISCRETIONS
Jacques/Victorin
Tout devrait se décider samedi. En fait, selon les observateurs, Jacques Gillot et Victorin Lurel pourraient s'entendre en fin de semaine. Non pas sur le ticket commun, sur le bulletin unique comportant trois noms, ceux de Jacques Gillot, pour le GUSR, de Jacques Bangou pour le PPDG et de Félix Desplan pour le PS. Là, ça semble être un awa ferme et définitif de la part de Jacques Gillot. Sa stratégie est ailleurs. Cependant, les deux hommes devraient s'entendre sur une campagne commune. Ce qui est déjà beaucoup !

Richard, Blaise...
Richard Yacou, maire de Sainte-Rose, Blaise Aldo, maire de Sainte-Anne, Joël Beaugendre, maire de Capesterre-Belle-Eau. A droite, on a trois candidats à cette heure. Trois candidats pour trois sièges, normal ! Richard Yacou, c'est la « droite gwoka », celle du Rassemblement pour la Guadeloupe. Le moment pour M. Yacou, déçu que Paris ait choisi Joël Beaugendre, de faire cavalier seul. Dominique Théophile, à gauche, est dans le même cas de figure. Choisi par personne, il ira seul.

Jacques
Jacques Gillot qui ne cédera pas aux injonctions de Victorin Lurel mènera campagne avec ses amis du PS et du PPDG. Reste à voir quelle campagne ceux-là vont pouvoir bien mener si l'on garde à l'esprit que leurs intérêts ne sont peut-être pas si conjoints que cela.

Jacques 2
Que veut Jacques Gillot ? Lui seul le sait. Il vous dira : l'union à gauche, trois sénateurs de gauche. Sûrement. Il veut sans doute aussi exister, avoir un peu plus d'espace politique et pas seulement pour les sénatoriales. Pour lui suite aussi. Car, comment peut-il accepter, avec sa fierté toute naturelle, d'être en quelque sorte, partout où il va de concert avec Victorin Lurel, une sorte de second. Ce qui n'est pas toujours simple à gérer, d'ailleurs, quand on voit comment, gèné par cette situation, M. Lurel signale toujours à l'attention du public qu'il est là avec son ami Jako. A force, ça doit être agaçant !..

Jacques, Jean-Marie, etc.
Pourquoi la gauche s'apprête-t-elle à se déchirer à l'occasion de ces sénatoriales ? Parce qu'il n'y a plus de droite en Guadeloupe.
Alors, une partie de la gauche prend sa place. C'est celle qui est minoritaire, tous ces partis locaux que sont le GUSR et le PCG, le PSG, l'UPLG, la Frapp, micropartis qui composent la Gauche alternative et veulent contrer l'hégémonie du parti de l'étranger, le PS, dont il n'existe en Guadeloupe... qu'une section, avatar d'un parti français (là, il faut faire la moue...). N'est-ce pas Jacques Gillot qui dit sans barguigner, car il ne se cache pas de ses sympathies, que « tout le monde sait d'où il vient. » ?
André-Jean VIDAL

Partager cet article
Repost0
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 01:53

INDISCRETIONS
Xavier
Le fameux ticket d'union de la gauche des sénatoriales dont on dit que Victorin Lurel est l'inventeur serait, en fait, une idée de Félix Desplan, ou encore de son fils, Xavier. C'est lui qui a pensé que, pour permettre son élection, il fallait imposer, dès le départ, trois noms, le sien, pour le PS, immanquablement celui de Jacques Gillot, sortant, pour le GUSR, enfin celui de Jacques Bangou, pour le PPDG.

Félix
« Je n'ai pas de prébendes à distribuer aux communes. J'ai seulement la petite commune de Pointe-Noire... », aurait dit en substance Félix Desplan au cours de la dernière réunion de tractation du bloc de gauche aux sénatoriales. Le ticket, en ce cas, ne peut que l'arranger.

Victorin/Jacques
Ce qui achoppe entre MM. Lurel et Gillot, c'est le bulletin unique. Pas une mauvaise idée en soi, mais elle aurait dû, explique un observateur, être amenée autrement. « Là, on donne trois noms. Ceux qui ne sont pas dans le ticket, comme José Toribio ou Jacques Cornano, ne peuvent qu'être contre et se présenter en candidats libres.

Victorin
Et si Victorin Lurel était candidat ? L'on sait que jacques Gillot ne cédera jamais sur l'idée du ticket. Il n'en veut pas pour toutes les raisons avancées ces jours-ci. Il pense qu'un grand électeur qui voterait facilement pour lui, même de droite, refusera de mettre dans l'enveloppe un bulletin portant le nom d'Henri Bangou ou celui de Félix Desplan. Que pourrait faire Victorin Lurel ? Se présenter, faire un ticket avec Félix Desplan et Jacques Bangou, laisser MM. Gillot, Toribio, Cornano, Théophile, se présenter avec chacun leur bulletin. Mais, n'est-ce pas incertain ?..
André-Jean VIDAL

Partager cet article
Repost0
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 01:51

INDISCRETIONS
Jacques
Jacques Gillot s'accroche à son idée de campagne commune pour les sénatoriales mais refuse le bulletin commun Bangou-Desplan-Gillot (voir nos précédentes éditions) proposé par Victorin Lurel. Interrogé, un spécialiste, s'il reconnaît que la démarche du président de région est légitime, estime que le sénateur sortant n'a tout de même pas tort quand il récuse le bulletin unique : « Imaginons que Jacques Cornano se présente, qu'un grand élu des Iles du Sud veuille voter pour lui, il va rayer un nom, pour lui substituer Cornano. S'il oublie de marquer aussi le suppléant, le bulletin est nul. Les deux autres du trio perdent ce suffrage. » Vu comme ça !..

Jacques 2
Il semblerait que la proposition faite par Jacques Gillot soit de faire une campagne commune, une liste commune, enveloppe commune... mais trois bulletins dedans, un pour chaque candidat du trio PPDG-PS-GUSR. Pourquoi ? Le même observateur : « C'est pour éviter que le grand électeur qui est dans l'isoloir sans crayon pour barrer le nom du candidat qui ne lui plaît pas sur un bulletin commun puisse faire sa petite cuisine sans ressortir chercher le crayon, et montrer ainsi qu'il va panacher... » Rigolo, non ?

Victorin
Victorin Lurel a-t-il trop forcé au moment de proposer son idée de bulletin unique pour le trio de gauche ? Ses adversaires murmurent qu'il les a pris pour des imbéciles (Tèbè) en disant qu'ainsi il n'y aurait pas d'équivoque au moment du vote. « Ces grands électeurs ne sont-ils pas des hommes et des femmes responsables pour qu'on leur tienne ainsi la main ? »

Gugusses
Jacques Gillot, l'autre soir, à la réunion de Goyave, a laissé entendre qu'il ne souhaitait pas parler de stratégie électorale devant « ces gens-là », désignant d'une formule lapidaire les élus présents. Certains gugusses sont sortis. Il s'est excusé. Les « gens-là » en questions sont revenus. il est vrai que, autour de la table, il y avait des élus qui ne sont pas du socle de l'union de gauche PPDG-PS-GUSR. Et parler stratégie devant Eric Jalton qui roule ouvertement pour un adversaire, José Toribio !..

José
José Toribio, maire de Lamentin, est de tous les combats politiques. Le président du PSG (parti socialiste guadeloupéen) se présente aux sénatoriales, comme nous l'annoncions tantôt. Cette fois-ci c'est officiel ! Woulo pour Toto... ribio ! D'autant qu'il a choisi une belle suppléante : Chantal Lérus ! Comme ça, il fait le plein aux Abymes... et à Lamentin. A moins que des farceurs s'amusent à voter Desplan... ou Bangou !
André-Jean VIDAL

 

Partager cet article
Repost0
24 août 2011 3 24 /08 /août /2011 02:10

INDISCRETIONS
Boris
Argument de poids pour les tenants d'une seule liste d'union de la gauche pour les sénatoriales, avec trois candidats représentant chaque parti, Boris Carène. Qui ? Boris carène, le cycliste de Gwada Bikers, le vainqueur du Tour de la Guadeloupe ! Ben oui, n'a-t-il pas dit que les Guadeloupéens devaient se réconcilier ? C'est vrai qu'il a aussi dit que Victorin Lurel était formidable !..

Eric
Eric Jalton, maire des Abymes, député de la première circonscription, soucieux du bien-être de ses administrés agriculteurs (mais aussi des autres agriculteurs de Guadeloupe) a demandé à l'Etat (français) que l'état de calamité agricole soit prononcé après les dernières pluies qui ont détruit les récoltes.

Jacques
Jacques Gillot s'est défendu, samedi, dans nos colonnes, de tout accord avec la droite. Il dit sûrement vrai puisqu'il est bien connu qu'en Guadeloupe, personne ne se dit « de droite », mais Guadeloupéen ! Avec un tel slogan, on est sûr, quand on fait de la politique, de ne pas se couper de ceux qui ne savent plus trop si vous êtes un homme de gauche conservateur ou un homme de droite progressiste...

Jacques 2
Ce que n'a pas avalé Jacques Gillot, c'est que Victorin Lurel ait pu faire, mercredi, une réunion sans lui après la fameuse réunion où ils ne se sont pas mis d'accord sur une liste unique (voir notre édition de samedi). S'il ne vient pas à la réunion, ce soir, que Victorin Lurel et le PS estiment qu'il veut faire bande à part et fassent leur liste à deux... Mama mia !.. bah, il pourra toujours dire qu'on lui avait mis le couteau sous la gorge. un homme politique habile retombe toujours sur ses pieds !

Marie-Luce
Fin de vacances pour Marie-Luce Penchard, ministre de l'Outre-mer. Elle va retourner au bureau, mercredi. En fait, elle y sera sûrement avant, puisque mercredi, elle sera au conseil des ministres. Fini de rire ! Vendredi, samedi, dimanche, elle sera en Polynésie. Là, y'a du boulot ! À côté, ses manœuvres en Guadeloupe pour avoir un sénateur UMP malgré « l'union de la Gauche », c'est du nanan...

Josette
Josette Emmanuelle prépare l'élection de Miss Guadeloupe. LA miss Guadeloupe dont le nom est déposé à l'INPI (là où on dépose les noms, les brevets, etc.) La guerre des miss ? « Il n'y a pas de guerre des miss et il n'y en aura pas puisque les deux élections sont désormais distinctes et définitives au niveau régional et national. L'une va en France à l'élection de Miss National et l'autre à l'élection de Miss France... » C'est clair !
André-Jean VIDAL

Partager cet article
Repost0
24 août 2011 3 24 /08 /août /2011 02:10

INDISCRETIONS
Toto/Jako
A la veillée funèbre de Mme Desplan, la maman de Félix Desplan, maire de Pointe-Noire et candidat à la sénatoriale. On aurait dit un meeting politique... tellement il y avait du monde. Tout le gratin y était. Victorin Lurel et Jacques Gillot se sont retrouvés. L'occasion, en aparté, de se parler franchement. Et, a commenté un observateur attentif, « quand ils se chauffent comme ça, c'est qu'ils sont prêts à un accord... »

Jacques, Jacques et Félix
Souvenirs d'une image qui est restée dans les rétines. Lors des vœux à la presse en début d'année, invités par Jacques Gillot les journalistes ont pu voir assis à une même table, Jacques Gillot, flanqué à sa droite de Jacques Bangou, à sa gauche, de Félix Desplan. Prémices du fameux bulletin gagnant qu'a proposé Victorin Lurel et qui a fait grincer des dents Jacques Gillot... Comme quoi !

Blaise
Blaise Aldo, maire de Sainte-Anne, peut-être futur candidat aux sénatoriales, a posé la candidature de son port pour un prix intitulé Ports de plaisance exemplaires. Il fallait un projet, et c'est Sainte-Anne qui a été choisi parmi les neuf projets retenus. Le seul projet retenu pour l'ensemble des Dom. Blaise Aldo recevra son prix des jolies mains de Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, ce matin, à Paris. Bravo ! A quand le premier coup de pelle ?
André-Jean VIDAL

Partager cet article
Repost0
24 août 2011 3 24 /08 /août /2011 02:09

INDISCRETIONS
Victorin, Félix...
Il y a quelques semaines, au PS ça cogitait dur pour désigner les candidats du parti aux sénatoriales. Victorin Lurel était toujours dans la course, Félix Desplan, José Sévérien et Jacques Cornano entraient en lice. Une dérogation avait été demandée au PS national de façon à pouvoir engager des discussions avec d'autres partis et groupes de gauche, comme le GUSR, le PPDG et les Verts Guadeloupe... le 30 juin, Paris a appelé Max Mathiasin pour lui dire que le délai imparti était dépassé et qu'il fallait donner des noms. Après il a fallu poté manèv... (voir aussi en page 2)

Félix
Difficile de faire un vote autour de quatre noms pour désigner trois candidats à la sénatoriale. Et le quatrième, pas sympa pour lui... C'est ce que se sont dites les instances locales du PS au moment du vote. Desplan ? Cornano ? Sévérien ? Lurel ? Mais, magie du code électoral, l'article R 150, qui régit l'élection des sénateurs, stipule : « Dans les départements où les élections ont lieu au scrutin majoritaire, les candidats peuvent se présenter soit isolément, soit sur une liste. » Ce qui permettait de faire une liste... avec la GUSR et le PPDG ! Félix Desplan, représentant le PS, Victorin Lurel se retirant, de même que MM. Cornano et Sévérien.

Boris
Argument de poids pour les tenants d'une seule liste d'union de la gauche pour les sénatoriales, avec trois candidats représentant chaque parti, Boris Carène. Qui ? Boris carène, le cycliste de Gwada Bikers, le vainqueur du Tour de la Guadeloupe ! Ben oui, n'a-t-il pas dit que les Guadeloupéens devaient se réconcilier ? C'est vrai qu'il a aussi dit que Victorin Lurel était formidable !..

Gugusses
Savez-vous l'avantage d'avoir une liste commune PS-PPDG-GUSR ? C'est un vieux briscard de la politique et des élections qui nous a donné l'explication : « Les bus viennent chercher les grands électeurs devant les mairies. Il y a des PPDG, des PS, des GUSR. Ils sont tous dans le même bus, ensuite ils arrivent tous ensemble à la préfecture (où les bureaux de vote sont installés), ils vont déjeuner ensemble. Ils ne se quittent pas. Comme ça, on ne peut pas les attirer dans des… pièges. »

Gugusses 2
L'élection sénatoriale est la seule élection pour laquelle il n'y a pas de comptes de campagne à présenter. Or, l'on sait bien que c'est celle qui donne lieu à un maximum de pressions diverses et de sollicitations, comme les petites enveloppes qui étaient remises aux grands électeurs des petites communes entre les deux tours dans les toilettes de la préfecture... et qui ont sûrement contribué au résultat que l'on sait...
André-Jean VIDAL

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens