Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 00:32
POINT POUR DANICA

Danica, de l'associated Press, me demande ce qui se passe en ce moment (19 h 30)
.

Danica,

D'abord, un doute a plané sur la tenue ou non des négociations ce mercredi.
Si le préfet était à l'heure, 15 heures (il est vrai qu'il est venu en hélicoptère), la délégation de LKP avait une heure de retard. Le bruit a couru un temps que l'on rendrait d'abord, avant de commencer les négociations, un hommage à Sonny Rupaire (voir ci-dessous).
il semble qu'on soit près d'une solution au problème des 200 euros.
Un subtil montage permet d'atteindre 180 euros. Reste 20 euros à trouver.
Ensuite, nous passerons aux 30 points importants de la plate-forme de revendications.
Ensuite, il faudra négocier les 100 points secondaires.
Enfin, il faudra négocier le paiement des jours de grève ainsi que l'abandon des poursuites judiciaires liées au conflit.
Comme tu vois, c'est pas pour tout de suite. Mais, restons optimistes.

Il y a des enseignants qui ont dit qu'ils en avaient assez d'un mois de grève. Que les enfants, surtout les plus jeunes, seraient irrécupérabels. Ces enseignants disent qu'ils veulent reprendre le chemin de l'école lundi, que la grève continue ou pas.

André-Jean


Extrait d'un site : www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile/paroles/rupaire
Sonny Rupaire (Soni Ripè) est né le 7 novembre 1940 à Capesterre-Belle-Eau (Guadeloupe). Son enfance est tôt marquée par le décès de sa mère en 1947 : un passage initiatique à une sensibilité à fleur de peau, autant dire un coup d' « état de poésie » permanent. Les études secondaires au Lycée Carnot de Pointe-à-Pitre (1953) puis l'École Normale (à Pointe-à-Pitre, 1959) sont pour lui l'occasion de la fraternité partagée, et surtout le lieu de révélation du poète ; ainsi, il participera pour la première fois aux Jeux Floraux en 1955. Ces jeux étaient à l'époque une véritable institution qui récompensait les meilleurs poètes de l'archipel guadeloupéen.

À la fin de ses études en 1961, Rupaire prend son premier poste comme instituteur à Saint-Claude (Guadeloupe). Par insoumission, il refuse de faire la guerre d'Algérie dans le camp des forces coloniales françaises et il rejoint – à la frontière marocaine, ayant passé par l'Europe de l'Est – l'A.L.N. (l'Armée de Libération Nationale) algérienne.

Rupaire reste en Algérie après l'indépendance du pays en juillet 1962 et devient professeur au Lycée de Douera, près d'Alger. Il participe à la mise sur pied d'une politique de l'éducation algérienne.

Après le massacre à Pointe-à-Pitre au mois de mai 1967 par les forces françaises de plus de 80 Guadeloupéens, Sonny Rupaire prend la décision de rentrer en Guadeloupe et d'écrire en créole. Vers la fin de l'année 1967, il part vers Cuba où il va représenter l'A.G.E.G. (Association Générale des Étudiants Guadeloupéens) auprès de l'O.C.L.A.E. (Organisation Continentale Latino-Américaine des Étudiants) de 1968 à 1969. En 1969, il rentre clandestinement en Guadeloupe, sous le pseudonyme de « Camarade Max ». Rupaire restera dans la clandestinité jusqu'à son amnistie par le gouvernement français en 1971.

En 1971, il participe à la création de l'U.T.A (Union des Travailleurs Agricoles de Guadeloupe) : le premier syndicat guadeloupéen non rattaché à une centrale française. La même année, son recueil de poèmes bilingue, Cette igname brisée qu'est ma terre natale, ou Gran parade ti cou-baton... paraît pour la première fois. Le recueil sera réédité en 1973 et en 1982 (Gran parad ti kou baton krey porèm an kréyol gwadloupéyen). Une nouvelle édition de ce recueil unique du poète est également prévue aux éditions Archivos.

En 1973, Rupaire est réintégré dans l'éducation nationale. De 1973 à 1991, il participe à la création de l'U.G.T.G (Union Générale des Travailleurs Guadeloupéens), du S.G.E.G. (Syndicat Général de l'Éducation en Guadeloupe) et de l'U.P.L.G. (Union Populaire pour la Libération de la Guadeloupe). Il sera d'ailleurs l'un des premiers porte-parole de l'UPLG – créée en 1978, alors organisation semi-clandestine – et l'un des rédacteurs du journal de l'UPLG : Lendépandans.

Sonny Rupaire est mort en Guadeloupe le 25 février 1991.

Partager cet article

Repost 0
André-Jean Vidal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de André-Jean Vidal
  • : Revue de l'actualité politique locale
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens